Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 13 347 fois
  • 62 J'aime
  • 9 Commentaires

ma première fois: trop trop bien

Chapitre 1

Gay

L’autre jour, je circule en voiture et j’aperçois, à contre sens, un auto-stoppeur.


Du coup, cela me ramène plusieurs années en arrière, du temps où je vivais encore chez mes parents. Un soir, vers le début de l’été, je reviens de la grande ville chez moi en voiture, le soir commence à tomber. Tout à coup, j’aperçois, dans la lueur des phares, un sac à dos sur pattes avec un bras qui se tend pour faire du stop. Je m’arrête un peu plus loin et j’attends. Je prends toujours les auto-stoppeurs. Tous les auto-stoppeurs.


Arrive alors en courant un grand jeune homme aux longs cheveux qui me demande où je vais. Comme ça lui convient, il monte. Du coin de l’il, je me mets à le détailler. Short rose, tee-shirt vert anglais, bronzé comme un pain sortant du four, le bras gauche cerclé de plusieurs bracelets brésiliens, une très belle gueule...


On commence à discuter. Il termine un tour de France d’un mois en stop, sac au dos. Il me demande où il peut planter sa tente. Je lui indique un camping. Il me dit qu’il ne va jamais dans les campings. Je lui propose alors de planter sa tente dans le terrain de mes parents et, demain, je le pousserai plus loin sur sa route.


Arrivés à la maison, on a juste le temps de passer à table avec tous ceux qui se trouvent à la maison ce soir-là à l’été, la maison est toujours pleine de gens de passage -Très à l’aise, Fabrice participe activement à la conversation. C’est comme s’il avait toujours connu tout le monde ! Fabrice emballe l’assemblée... Ma sur me demande même où j’avais trouvé un si beau mec avec une lueur d’envie dans le regard...


Après le repas, je lui propose une douche.


C’est pas de refus... C’est pas tous les jours...


Par la porte de la salle de bain, qu’il a laissé entrouverte ( ?), je peux apercevoir un instant un superbe corps en slip blanc. Nos regards se croisent dans le miroir... Puis, je propose de l’aider à monter sa tente dans le terrain. Il a un petit « igloo ».


Tu ne trouves pas qu’il fait carrément trop chaud ?

Si !


Et le voilà qui se débarrasse de son tee-shirt et de son short pour apparaître en slip blanc. Je me rappelle encore aujourd’hui combien son aisance m’avait troublé. Malgré la nuit tombée, je crois remarquer une belle bosse au niveau de son slip. Plus que la normale ou alors il est fabuleusement monté... Je me mets à fantasmer. Et si... N’importe quoi ! De toute façon, je n’oserai jamais faire le premier pas. C’est sûr.


Une fois installé, je lui souhaite une bonne nuit. Il me remercie et me fait un bisou pour me saluer... J’ai comme l’impression que ça dure un poil de trop, que la pression de sa main sur mon épaule est un peu trop forte... Non, arrête tes conneries ! Ce qui est sûr c’est que je vais avoir beaucoup de mal à trouver le sommeil. Je monte me coucher.


Au passage, toute la maisonnée me demande des précisions sur Fabrice. Ils ont tous l’air bien émoustillés. Après m’être tourné et retourné plus de deux heures dans mon lit, je finis par en avoir marre. Je redescends pour boire un coup. Tout le monde est parti se coucher. Machinalement, je jette un il par la fenêtre. Au fond du jardin, j’aperçois la tente de Fabrice et une silhouette avec une tache blanche assise devant. En slip moi aussi, je sors pour voir si tout va bien.


J’étais sûr que tu viendrais... !

 ???????? Tout va bien ?

Oui, c’est juste qu’il fait beaucoup trop chaud pour arriver à dormir sous la toile.

Tu veux une bière ?

Je dis pas non, si c’est avec toi...

J’arrive !


Je reviens avec plusieurs canettes et nous voilà à boire sous la lune en discutant de tout. Fabrice, un peu plus âgé que moi, connaît plein de trucs. Il a aussi déjà fait plein de trucs délirants qu’il me raconte volontiers. Le ciel est magnifique, sans nuages, constellé d’étoiles.


Tu connais les étoiles ?

Non, pas trop...

Allonge-toi. C’est la meilleure façon de les voir. Je te raconte.


Et le voilà parti sur la Voie lactée, les mouvements de la Terre, les trous noirs, les galaxies, les constellations. Il en connaît un nombre incroyable. Coup de chance, à un moment, une étoile nous file sous les yeux

.


Fais un vu ! me dit Fab. J’ai aucune difficulté à en trouver un...

C’est quoi, ton vu ? me demande-t-il en rigolant.

Faut pas que je te le dise, sinon il va pas se réaliser !

Tu crois... ?


A un moment, il veut me montrer la constellation du chien. Comme j’ai du mal à la situer, il prend ma main et pointe mon doigt dans la bonne direction puis, l’air de rien, repose ma main sur... son slip ! Instantanément, je sens quelque chose palpiter à travers le fin tissu. Ca vit ! Pas question de retirer ma main, il l’enserre avec la sienne. Ca gonfle encore... Alors je me laisse embarquer...


A l’époque, j’avais déjà eu quelques « petites expériences » avec des garçons des branlettes dans les douches, rien de plus -, mais, j’avais remarqué que ça me plaisait. Puis, j’étais parti vers les filles.


Je commence à le caresser doucement. Sa bite grossit encore sous ma main. Très agréable de sentir qu’on peut déclencher ça chez quelqu’un. Du coup, il pose aussi sa main sur mon slip qui, déjà, commence à se tendre sous l’effet de mon trouble. Il me caresse doucement les boules à travers le tissu. On se regarde et on se sourit dans le noir, de toutes nos dents. Il glisse quelques doigts sous le haut de mon slip... Je m’enhardis à faire comme lui. Tout de suite, je tombe sur son gland bien chaud et déjà tout humide. J’enfonce ma main à la recherche de ses boules. Je suis surpris de ne sentir aucun poil. Il a l’air entièrement rasé ! Très agréable sensation au toucher. Ce n’est pas mon cas, car je sens qu’il fourrage dans ma touffe. On passe ainsi un bon moment à se caresser mutuellement.


Il n’est plus du tout question d’étoiles. Par contre, la conversation a bien dérivé sur le sexe et surtout sur les garçons. Il me raconte un peu son parcours, beaucoup plus riche d’expériences homos que le mien. Je lui avoue même que je n’ai jamais été pénétré par un garçon. Il me rassure en disant que tout est une question de douceur... Au bout d’un moment, il me souffle à l’oreille :


Viens !!


Il m’entraîne dans sa tente. Il a tout laissé ouvert, mais il fait quand même très chaud. Il m’allonge sur son fin duvet, se met à califourchon sur moi et commence à me caresser partout. Du bout de ses doigts, du bout de ses lèvres... Je me laisse complètement couler... aux anges !! De temps en temps, il vient frotter voluptueusement son slip contre le mien. Trop bon ! Ses caresses se font de plus en plus précises.


Il s’approche de mon slip qu’il fait glisser tout doucement le long de mes jambes, libérant ma bite qui se détend tel un ressort. Je décide de lui rendre coup pour coup. J’en fais autant avec le sien. Je vais enfin pouvoir voir sa bite. Je ne m’étais pas trompé, c’est une très belle pièce, bien plus longue que la mienne, très fine. De fait, il est entièrement rasé du bas-ventre et des couilles. Ca met bien en valeur sa longue bite. Jolie ! Très jolie queue !


Ses caresses sont délicieuses, savantes. Elles font monter tout doucement la pression. On sent l’expérience et la maîtrise de soi. Je sens que ça va être une initiation réussie. Il me caresse la bite et les couilles avec une infinie douceur. Il alterne avec de petits bisous mouillés. Délicieux ! Je sens son souffle chaud sur mon gland. Il me donne de petits coups de langue pointée sur mes boules, ma tige, remonte, remonte jusqu’au gland qu’il agace du bout de ses lèvres. Je bondis. Ce nest pas la première fois qu’on me suce, mais c’est très différent quand c’est un mec !


Il avale alors doucement tout mon gland. Je sens sa langue chaude qui me lèche. Trop cool ! J’empoigne ses longs cheveux et appuie sur sa tête pour lui indiquer que j’en veux plus. Il descend lentement sur ma bite, me gobant de plus en plus. Je ressens de plus en plus la chaleur de sa bouche. Il coulisse doucement en aspirant... Cooool ! Petit à petit, son rythme s’accélère. Il empoigne la base de ma queue et s’active sur ma hampe. J’ondule du bassin en gémissant de plaisir. Mes mains s’affolent dans ses cheveux. Sa caresse est tellement cool que j’ai envie de lui faire subir le même sort.


Moi aussi, j’ai envie de me régaler de sa bite. Je me redresse un peu et lui fais comprendre ce que j’ai en tête. Il se laisse faire docilement. Je le prends délicatement en bouche, du bout des lèvres. Son gland est dégoulinant de mouille. Je le lèche et le nettoie complètement puis je le noie de salive. Je lui agace le frein du bout de ma langue. Il se tend en arc. Touché ! Je gobe ses boules, mordille sa tige. C’est super bon et doux de faire ça sur une peau sans poils du tout. Je crois que c’est à ce moment-là qu’il m’a convaincu de me raser le plus souvent possible. J’adore avoir sa bite raide dans ma bouche. Elle a un petit goût salé et une forte odeur de mâle. Je pourrais passer ainsi le reste de la nuit à le pomper doucement. De temps en temps, il se met à coulisser dans ma bouche en allant et venant avec son bassin. On dirait qu’il me baise carrément la bouche ! Tout en faisant attention à ne pas m’étouffer.


Il me montre même comment me placer pour lui faire une gorge profonde. Je suis les conseils du maître.


Puis, on s’allonge côte à côte, nos mains empoignent la bite de l’autre et on commence une longue séance de branle réciproque. Pour cette première nuit, il a décidé qu’on se finirait ainsi. Sa longue bite déborde largement de ma main. De temps en temps, il prélève un peu de mouille sur mon gland avec ses doigts et les porte à ma bouche. A un moment, on se met de profil, face à face, et on s’active à deux mains sur le sexe de l’autre. Trop fort ! Franchement, je sens bien qu’il a l’art de faire durer le plaisir. Il le fait monter doucement, sans aller trop loin jusqu’au point de non-retour. Il ralentit puis repart lentement, puissamment... Chaud !! C’est super bon de se faire branler par un autre !


A ce jeu-là, je sais que je vais lâcher le premier. Je sens arriver la jouissance. Je me crispe et n’arrive plus à le branler. Il a compris. Il accélère encore son va-et-vient en serrant ma bite du bout de ses doigts. Radical. J’explose dans un grand cri. Je tapisse son torse de mon sperme. Pendant quelque temps, je suis incapable de quoi que ce soit. Puis ça revient. Je me remets à fond sur sa queue. A deux mains, je l’empoigne. Il enveloppe mes mains des siennes et imprime la cadence qu’il souhaite. De plus en plus rapide. Il jouit à son tour en se cabrant et en m’envoyant son foutre jusqu’au menton. Il enduit alors ses mains de nos deux spermes et me les fait sentir. Puis il m’enduit doucement le visage... C’est seulement à ce moment-là qu’il m’embrasse à pleine bouche, goulûment. On comate un peu tous les deux pendant un petit moment, dans les bras l’un de l’autre.


Finalement, mon vu s’est réalisé plus vite que prévu...


Je lui souffle à l’oreille. Il rigole.


Mais il fait vraiment trop chaud sous la toile, alors je lui propose de venir prendre une douche à la douche du jardin. Nous voilà tous les deux, à poil, sous la lune à nous doucher sous la lune en nous caressant lentement. Cette douche sous la Voie lactée dans la chaleur de la nuit restera longtemps gravée dans ma mémoire...


Ce n’est pas que je n’ai pas envie de passer le reste de la nuit avec toi, c’est juste que je ne veux pas te griller auprès de ta famille... Il y a encore demain...


Je remonte me coucher le plus discrètement possible. En passant devant la porte de la chambre de mon cousin et de sa copine, les bruits qui s’en échappent ne laissent aucun doute. Ils sont en train de baiser à fond. Je m’arrête un instant. Sa copine est bien exubérante ! En continuant le couloir, je passe devant la chambre de mon oncle : idem ! Décidément, ça baise à tout va dans cette maison. Bien sûr, impossible de fermer l’il de la nuit. Je repense à ce qui s’est passé et à ce qui arrivera encore demain... Dix fois, j’ai eu l’envie de redescendre et de rejoindre Fab dans sa tente !


Le lendemain, aux aurores, je suis sur le pont. Moi qui d’habitude émerge rarement avant 11 heures... Enfin, il se lève. J’essaie de ne pas montrer mon empressement et mon émoi, mais je me demande si ma mère n’a pas commencé à deviner certaines choses... Ah les mères !


Vous pouvez prendre votre douche ensemble, me lance ma mère, ça gagnera du temps avec tout ce monde !! Elle me teste ou quoi ?

Merci ! Je la prendrai en revenant, lui dis-je.


Sous la table du petit-déjeuner, nos jambes nues se frôlent, nos pieds se caressent. Ma sur essaie de faire le forcing pour venir avec moi le raccompagner en voiture. J’ai beaucoup de mal à la dissuader. Je le veux pour moi tout seul.


Tu comptes le déposer où ?

Ben tu sais, là où les deux nationales se croisent. Ca sera plus direct pour lui et il aura plus de chances d’être pris jusqu’au terminus.

Ah ! Quand même !

J’en profiterai pour faire quelques courses en revenant. Ne m’attendez pas...


Ouf, ça y est ! On est enfin parti. J’ai quand même bien senti tout l’émoi qu’avait causé l’intrusion de ce trop joli garçon dans la maison. Filles comme garçons, femmes comme hommes... Privilège de la beauté... A peine tourné le coin de la rue, il a déjà posé sa main sur ma cuisse nue je suis en short moi aussi -. J’en fais autant. Très vite, sa main remonte le long de ma cuisse, se faufile sous la jambe du short et vient me masser délicatement le slip... Ca va être dur de garder la ligne droite ! Bientôt, elle repasse par le dessus de mon short et vient plonger dans mon slip.

Fabrice se penche vers moi et me chuchote à l’oreille :


J’ai envie de faire l’amour avec toi... ! Arrête-toi...


Ces mots me font un effet terrible au creux de mon ventre. Ca y est ! Je vais enfin savoir ce qu’est l’amour entre mecs... Ma main serre sa cuisse de plus belle, mon cur s’emballe.


Moi aussi, j’ai trop envie....... Mais... Je l’ai jamais fait... Ca fait mal ?

T’inquiète pas. Je vais bien m’occuper de toi. Je te promets. Je te ferai pas mal du tout. Et si jamais tu as mal, j’arrête tout aussitôt. Je veux que tu gardes un bon souvenir de ta première fois. Et puis, tu verras, c’est si bon de sentir bouger une bite chaude dans son ventre...


Heureusement, la route traverse une belle forêt. N’y tenant plus, Fabrice fait aller le clignotant pour indiquer que la voiture veut s’arrêter. Je connais une longue allée de terre qui s’enfonce au cur de cette forêt. C’est parfait. Je lui explique. On s’engage sur un kilomètre à peu près puis on stoppe la voiture sur le bas côté. Je l’entraîne au cur du bois, à la recherche d’un petit nid douillet... Tout le long du parcours à pied, Fabrice m’a déjà collé plusieurs fois à un arbre pour m’embrasser avec fougue. Je peux parfaitement sentir son désir dans son short !!


Là ça ira trop bien. De l’herbe, de la mousse du soleil et... bien caché !


Délicatement, il m’allonge sur le tapis de mousse, me passe le tee-shirt par-dessus et fait glisser mon short le long de mes jambes.


Trop beau ton slip !!

Si tu veux, je te le donne !


Je fais de même avec Fabrice. Il me saute dessus et commence à le lécher partout. Je me laisse faire, tout à son désir. Bien sûr, c’est mon slip qui l’aimante. Il l’entrouvre et plonge sa bouche dedans. Mon gland humide l’attend depuis longtemps. Il le prend en bouche et le malaxe somptueusement. Moi aussi j’ai envie de lui. Alors je le déplace pour le mettre en 69. Je peux ainsi m’occuper aussi de sa queue à volonté. A ses mouvements de hanches, je vois qu’il apprécie. On va ainsi se sucer un bon moment tous les deux.


Déjà, je sens ses mains qui m’empoignent les globes, me les écarte et je sens son doigt me parcourir la raie, me titillant la rondelle doucement. Le grand moment approche... Il me fait mettre en levrette, les jambes bien écartées. Il me fait une caresse que je ne connaissais pas à l’époque. Il me lèche la raie avec sa langue et me titille la rondelle du bout de sa langue pointée. Trop doux ! Trop bon ! On dirait déjà un peu son gland... Il s’excite de plus en plus avec cette caresse. Maintenant, il me bouffe littéralement le cul. Je sens parfaitement la pointe de sa langue qui s’enfonce un peu... Cool !!


Je sens alors du gel bien froid couler sur ma rondelle Il a tout prévu le bougre ! et son majeur qui m’agace de plus en plus le trou.


Détends-toi... tu vas voir, ça va aller, me souffle-t-il à l’oreille. Il passe une phalange !! Il ne bouge plus et attend ma réaction. Comme c’est très supportable, je lui prends la main et l’encourage à continuer. Je sens son doigt qui me pénètre doucement. Il tourne un peu. Fab y met vraiment beaucoup de douceur et de délicatesse. Et pourtant j’imagine qu’il n’a qu’une envie, c’est de me défoncer à fond ! Son doigt coulisse mieux. Je comprends qu’il cherche à me dilater un peu plus.


Pour m’exciter encore plus, il me caresse la bite du plat de son autre main. Je sens qu’il cherche à passer un deuxième doigt. Je m’offre du mieux que je peux en écartant mes globes un max. Le deuxième doigt est un peu plus difficile à passer, mais Sam prend son temps, il m’a promis d’y aller tout doux. Ca y est. Je sens ses deux doigts. Il me laboure doucement, doucement. Puis je l’entends à nouveau farfouiller dans son short, à la recherche d’un préservatif, je pense. Je veux absolument lui enfiler et lui enduire de gel. Il aime.


Il frotte lentement sa bite bien raide dans ma raie. Trop bien comme sensation. Puis, je sens son gland mouillé me parcourir la raie. Il s’arrête sur mon trou et pousse un peu. Il recule, repasse ses doigts puis pousse à nouveau avec son gland. Il y est !! La douleur est supportable. Il s’arrête, me caresse, me rassure. Ca y est ! J’ai le bout de la bite d’un mec dans mon trou ! Wouaah ! Puis il commence à entrer très très doucement. Je sens parfaitement bien son membre doux et chaud qui pénètre doucement dans mon ventre ! Il progresse encore, alternant avec de légers retraits. Ca va de mieux en mieux.


A force de patience, il a réussi à enfoncer toute sa bite dans mon cul, sans me faire souffrir ! Ca y est ! Je sais ce que c’est que d’être pénétré par un mec !! Il se retire alors complètement, me met sur le dos, relève mes jambes, les écarte et me pénètre à nouveau doucement sur toute la longueur de sa tige. Trop bon ! J’enserre sa taille avec mes jambes croisées et j’agrippe ses fesses, les tirant vers moi. Je peux voir son visage radieux. Il commence à me limer doucement, doucement. Je le sens aller et venir dans mon ventre. C’est chaud ! C’est bon ! Il me sourit. Il accélère très légèrement.


Maintenant, il coulisse de mieux en mieux. De temps en temps, il plonge vers moi pour m’embrasser à pleine bouche. Il me vient alors à l’idée de changer de position. Je me redresse, allonge Fab sur le dos. Il paraît surpris. Je me mets à califourchon sur lui et m’empale très doucement sur sa bite dressée. Il a l’air ravi. Puis je commence doucement à remuer mon bassin d’avant en arrière et de gauche à droite. Trop bon ! Je sens sa bite qui suit mes mouvements. J’adore. Il a l’air aux anges aussi. Il me laboure le dos de ses ongles puis il empoigne ma bite et me branle doucement... L’extase !


Puis il me remet en levrette. Cette fois, il me pénètre d’un coup, jusqu’au fond et commence à s’activer sérieusement, puissamment. Je le sens aller et venir régulièrement.


Ouiiiii, Fab ! Ouiiii, vas-y !!


Mes mots l’excitent. Il accélère encore un peu la cadence. Mon ventre me brûle un peu, mais, pour rien au monde, je ne voudrais qu’il arrête ! Cette fois, il me pilonne carrément. Je sens ses coups de boutoir, ses couilles claquent, sa respiration se fait haletante, ses cuisses sont en sueur... Il se déchaîne, emporté par son désir trop longtemps contenu. Je sens ses mains se raidir sur mes hanches et me serrer encore plus fort. Il approche de l’explosion... J’ai entendu surtout un formidable rugissement, comme celui d’un lion. Je l’ai senti vibrer de tout son corps, se raidir et décharger dans la capote. Il retombe sur moi, exténué, secoué de spasmes. Il a dû prendre un super pied... Il s’allonge sur moi, restant en moi. Je le laisse redescendre tout doucement. Je lui enlève la capote, récupère son sperme dans ma main et lui en mets plein sur son torse. Il aime beaucoup.


Très vite, il veut s’occuper de moi. Il me fait mettre à genoux et vient s’occuper de ma bite tendue comme un arc. Ses caresses sont d’une infinie variété et d’une sacrée inventivité. J’adore ! Très vite, il commence à me pomper. D’abord délicatement puis de plus en plus frénétiquement. J’ai compris qu’il voulait que je jouisse ainsi. Irai-je jusqu’à jouir dans sa bouche ? C’est lui qui décidera. En même temps qu’il me suce, il m’a, à nouveau, passé un doigt. C’est trop bon d’être ainsi stimulé des deux côtés en même temps ! Assez vite trop vite !! - je sens arriver l’explosion.


Ooooh Fab ! Je vais jouir !!


A la dernière seconde, il retire ma bite de sa bouche et il reçoit tout sur son visage. C’est ce qu’il voulait. Nous voilà à nouveau enlacés dans le soleil, rassasiés. Je m’amuse à lui étaler mon sperme sur son visage et sur le mien...

« - Ca va être top pour celui qui va me prendre en stop, après !


Oh excuse, j’y avais pas pensé !

T’inquiète ! J’adore sentir le mâle. J’ai remarqué que ça les troublait beaucoup...


A regret, il faut bientôt repartir. Fab a encore une longue route devant lui. Sur le chemin du retour à pieds, on trouve un petit ruisselet à l’eau bien claire qui nous permet de nous débarbouiller un peu.

Trop vite, on arrive au croisement des nationales. Fab m’embrasse une dernière fois, tendrement. J’ai du mal à le lâcher...

« - Merci Fab !


 ???

Pour cette première fois tout en douceur... »


Il ne sait pas quoi répondre. J’éloigne un peu la voiture et attends la suite. La deuxième voiture qui passe s’arrête déjà. C’est une jeune fille. Il faut dire qu’avec le look qu’il a, il ne doit pas rester longtemps en rade. Avant de monter, il me fait un signe de la main...


Salut Fab !

Diffuse en direct !
Regarder son live