Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 15 860 fois
  • 209 J'aime
  • 2 Commentaires

Y prendre goût

Chapitre 1

10 ans, ça se fête !

Hétéro

Nous arrivions ma femme et moi à notre dixième anniversaire de mariage. Je l’aimais et je l’aime toujours autant. Ma femme est une belle blonde, grande (1m75), avec des yeux verts en amande de toute beauté. Nous avons eu ensemble trois magnifiques enfants qui, au moment où se passe cette histoire, avaient 3, 5 et 8 ans. Bref, nous étions heureux en ménage et rien ne laissait supposer ce qui allait se passer.


Le soir de notre anniversaire de mariage, Carla, mon épouse, m’annonça qu’elle voulait me faire une surprise. Lorsque je suis arrivé, ma première surprise a été de trouver la maison vide d’enfants.


« Je les ai confiés à ta mère. Elle était ravie, m’annonça Carla. Je te propose que nous allions prendre une douche comme tu les aimes tant. »


Ni une, ni deux, nous nous sommes retrouvés nus sous la douche. Il est vrai que j’adore ces moments de câlins savonneux. J’adore caresser les seins, les fesses et le sexe de mon épouse sous couvert de nettoyage même si personne n’est dupe. Mon épouse, quant à elle, prend grand soin de nettoyer mes fesses et mon sexe qu’elle fait bander pour le nettoyer au mieux. A mon grand plaisir, elle abuse souvent sur le temps passé à me rendre dur et son nettoyage est toujours d’une grande douceur. Il nous arrive de temps en temps de finir ce lavage avec mon épouse à quatre pattes sous la douche et moi, fixé dans son sexe. Mais pas cette fois-ci.


Après s’être débarrassés de tout eau, ma femme enfila sa robe d’été pour rester à la maison, sans rien dessous car elle m’accorde que c’est inutile. Elle n’est pas trop fan de l’idée de se balader les fesses nues sous sa robe mais elle le fait souvent pour me faire plaisir. De mon côté, j’avais mis un pantalon léger et un tee-shirt que mon épouse adore me voir porter. Elle m’avait demandé de ne pas mettre de boxer ce jour-là. Le repas qu’elle avait préparé fut bien vite avalé car, visiblement, Carla avait une autre idée en tête. Elle qui n’est pas vraiment portée sur le sexe semblait bien chaude en cette soirée.


« Un petit café ? Me demanda-t-elle.

— Oui, avec plaisir. »


Et elle partit dans la cuisine pour nous préparer le café. Je me suis alors rendu compte que la préparation du café prenait pas mal de temps. Au bout de quelques minutes, elle revint avec les cafés mais elle s’était changée. Elle portait des bas avec un porte-jarretelles et une paire de petites sandales à talon… et c’est tout. Voyant mon épouse habillée ainsi, je me suis mis à bander tout de suite.


Elle vint s’installer à côté de moi et nous avons commencé à siroter nos cafés. De sa main libre, elle caressait doucement mon sexe à travers mon pantalon. Autant dire que mon excitation était de plus en plus grande. Nous venions de finir nos cafés quand mon épouse se tourna vers moi.


« Et maintenant, comme promis, ton cadeau surprise.

— Tu m’as déjà fait de belles surprises. Tu as dû le sentir, non ?

— Oui, mais j’ai encore une petite surprise pour toi. Enlève ton pantalon… et ferme les yeux. »


Bien entendu, j’obéis. Je sentis bouger à côté de moi puis une douce main sur mon sexe qui était déjà dur comme la pierre. C’est à ce moment-là qu’une nouvelle sensation s’empara de mon sexe.


« Je peux ouvrir les yeux maintenant ? Demandai-je envieux.

— Oui mon amour. »


En ouvrant les yeux, j’eus le plaisir de voir mon épouse à genoux devant moi avec mon sexe dans sa bouche. Cela faisait de nombreuses années que je lui disais que j’avais envie de cette caresse et elle refusait systématiquement. Ma surprise était donc celle-ci. Contre toute attente, elle m’accordait enfin cette fellation que j’appelais de mes vœux depuis tant de temps. Même si elle n’était pas très douée dans cette pratique (c’était sa première fois), la surprise, la tenue de mon épouse et l’excitation déjà emmagasinée suffisaient à maintenir une érection.


« Joyeux anniversaire mon chéri, me lança Carla avec un petit sourire. Ça te plaît ?

— Oh oui ma belle… J’adore... tes surprises. »


Tout en me tétant le gland, elle me branlait de plus en plus vigoureusement. Tout à mon plaisir et à l’excitation du moment, je ne me rendis pas compte que j’étais sur le point de jouir. Après une dernier mouvement, un puissant orgasme s’empara de moi et je sentis chaque spasme me terrasser un peu plus. En rouvrant les yeux, je m’aperçus que Carla n’avait pas lâché mon gland. Mon sperme s’était donc répandu dans sa bouche.


« Pardon ma chérie. Tu ne m’en veux pas trop ? Lui demandai-je, prêt à faire n’importe quoi pour me faire pardonner.

— Ce n’est rien. C’est plutôt bon en fait, me répondit-elle après avoir dégluti.

— Tu… Tu as tout…

— Avalé, oui. Et ce n’est pas comme je croyais. J’aime bien en fait. Il faudra qu’on le refasse. »


Et Carla se rassit à mes côté me faisant admirer de nouveau sa tenue d’une incroyable perversité. Elle se blottit dans mes bras, n’oubliant pas de prendre en main mon sexe repu de plaisir. Un petit baiser me fit sentir le goût de mon sexe sur ses lèvres. Je n’avais donc pas rêver, mon épouse venait de me faire une fellation.


La soirée se termina ainsi dans une grande douceur avant que l’envie de dormir nous prenne. Carla se mit nue pour dormir, ce qui est assez rare et nous nous endormîmes en très peu de temps.


Pendant les quelques jours qui suivirent, je n’osais mettre cette histoire sur le tapis. Pourtant, j’avais bien envie de savoir pourquoi elle avait fini par me faire cette caresse et si elle allait recommencer. Et c’est Carla qui mit fin à cette pesante attente.


« Ça fait 14 ans que nous sommes ensemble. Tu sais que tu peux tout me dire, me dit-elle.

— J’avoue que depuis notre anniversaire, je me demande…

— Je l’ai fait pour te faire plaisir. 10 ans de mariage ça se fête.

— Et, ce que tu m’as dit à la fin ? Demandais-je.

— Le refaire ?

— Oui.

— Ça m’a plu, j’ai trouvé ça pas si mauvais que je le pensais. Je sais que tu as toujours eu envie. Je ne te l’aurais pas dit si je ne le pensais pas… Mais pas tout de suite. »


Connaissant mon épouse, je compris cette réponse comme ‘J’espère que tu as profité mais c’était la seule et unique fois’. La suite me donna tort.


A peine quelques jours après, alors que je venais de me mettre au lit, fatigué de ma journée, je fus rejoint par mon épouse qui finissait de regarder une émission à la télévision. Elle éteignit la lumière et je sentis très vite une main douce sur mon sexe. Je pensais qu’elle avait envie de sexe mais elle débarrassa mon corps du drap. Je sentis alors qu’elle s’installait le long de ma jambe, ses seins de part et d’autre de ma cuisse et son sexe posé sur mon pied. Par la moiteur de son sexe sur mon pied, je compris qu’elle était bien excitée. Alors que je commençais à le bouger pour la caresser comme je pouvais, je sentis sa bouche s’emparer de mon sexe. Elle commença une douce fellation. Même si elle n’était toujours pas douée, elle s’était un peu améliorée depuis la première fois.


Je sentais que sa langue tournoyait autour de mon sexe avec douceur. Sa main caressait la hampe de mon sexe bien dur et mes couilles qui se remplissaient d’envie. Changeant de temps en temps, je sentais mes lèvres monter et descendre le long de mon sexe l’enfermant tendrement mais fermement entre sa langue et son palais. Elle se débrouillait vraiment bien mieux que la première fois.


Voulant profiter au mieux de cette caresse, je tentais par tous les moyens de retenir ma jouissance. Cet exercice était des plus compliqué surtout que je sentais le sexe de mon épouse trempé contre mon pied.


« Tu veux… que je te prévienne quand… je… viens ? Demandai-je.

— Non. Dans ma bouche, comme la dernière fois. »


Cette réponse eut très vite raison de mes dernières résistances. Ne retenant plus rien, je me vidais littéralement entre les lèvres de mon épouse. Des saccades de sperme s’échappaient de mon sexe pour aller à la rencontre de la langue de Carla.


Lorsque je repris mes esprits, je m’aperçus que mon épouse était toujours couchée sur ma jambe et que mon sexe était toujours dans la bouche de celle-ci. Tendrement, elle remonta le long de mon corps pour venir se coucher à mes côtés.


« De plus en plus délicieux, me susurra-t-elle à l’oreille. »


Je voulus lui donner autant de plaisir qu’elle venait de le faire et j’ai envoyé ma main vers son sexe.


« Non merci, c’est inutile, me coupa-t-elle.

— Tu m’as bien fait plaisir. C’est à mon tour de te faire décoller, non ?

— C’est inutile, c’est déjà fait. En même temps que toi, mon amour. »


Et le sommeil nous prit.


Quelques jours plus tard commencèrent les vacances d’été. Les enfants devaient partir en colonie pendant quelques jours puis finir les vacances chez ma mère et mes beaux-parents. Aussi, j’avais pensé et osais espérer que ces vacances seraient signe de sexe pour Carla et moi. Et je ne fus pas déçu. A peine rentrés après avoir mis les enfants dans le bus, Carla prétexta vouloir se mettre à l’aise à cause de la chaleur. Elle revint un tout petit peu plus tard nue comme un ver.


« Ma tenue te convient ? Me demanda-t-elle.

— Oui. Mais tu comptes rester ‘habillée’ comme ça toute la soirée ?

— Non, je te rassure. »


Et elle me quitta pour revenir quelques secondes plus tard avec une paire de sandales à talons.


« C’est mieux ? »


Je ne suis quoi répondre mais mon boxer commençait à me serrer sérieusement. Joyeusement, elle vint m’embrasser et sa main vint vérifier l’effet qu’elle pouvait me faire. J’étais aux anges. Puis elle me proposa un petit apéritif pour fêter ‘le retour de notre vie de jeune couple’. J’acceptai avec enthousiasme. Elle me servit un petit verre de blanc puis s’attaqua à mon jean. Les boutons s’ouvrirent un à un et la bouche de mon épouse s’empala sur mon sexe déjà bien tendu.


« Tu ne prends rien toi ?

— Je suis en train de déguster mon apéritif préféré. »


Elle continua de plus belle sa caresse qu’elle pratiquait de mieux en mieux. Ses lèvres me dégustait, sa langue me léchait, ses mains me masturbaient et palpaient mes boules. Je la sentais autour de mon sexe. Très vite, mon plaisir commença à monter.


« Je veux que tu jouisses dans ma bouche mon chéri. »


A ces mots, je ne pus me retenir et balançais tout mon sperme dans la bouche bien fermée de mon épouse. Tendrement et avec amour, elle dégusta mon plaisir et en avala un maximum. Avec quelques gouttes à la commissure des lèvres, elle me regarda en souriant :


« C’est meilleur à chaque fois. J’adore. »


Durant toutes les vacances de nos enfants, j’eus droit régulièrement à cette caresse. Et lorsque nous faisions l’amour, mon épouse demandait tout de même à avoir mon orgasme en bouche. Ainsi, elle avala mon plaisir un nombre incalculable de fois durant cette période.


Au retour des enfants, je pensais que cette période était terminée. Mais mon épouse continua à me prendre en bouche. Elle m’avoua qu’elle aimait de plus en plus ça.


Aujourd’hui, fêtant nos 20 ans de mariage, je ne me rappelle plus de la dernière fois où j’ai joui en dehors de la bouche de ma femme, ma Carla, mon accro au sperme.

Diffuse en direct !
Regarder son live