Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 6 436 fois
  • 166 J'aime
  • 17 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Présentation et 1ère aventure publiée

Chapitre 1

Valérie et sa découverte du lesbianisme

Lesbienne

Bonjour à tous et toutes,

Je me présente: Clarisse, jeune femme mariée, mais libre sexuellement. J’aime le sexe sous toutes ses formes, mais uniquement avec des hommes ou des femmes que j’ai choisis. Je déteste me faire draguer ou accoster. Mes "relations" n’ont pas d’âge précis, juste ils (elles) doivent m’émoustiller.

J’ai découvert ce site il y a peu et, même s’il y a de belles histoires, je suis déçue par le nombre d’histoires relevant simplement de fantasmes. Je vais partager avec vous mes aventures réelles.

Une de celles-ci s’est faite avec une démonstratrice de célèbres boîtes où conserver les aliments.

La démonstratrice:


—----------------------


Ayant participé à une soirée démonstration chez une amie, j’avais accepté d’en faire une chez moi. En dispute avec mon mari, il y avait une semaine qu’il était retourné chez ses parents (depuis il est revenu, hihi). Lorsque Valérie (la démonstratrice) est arrivée, j’ai trouvé qu’elle était habillée plutôt très sexy pour l’occasion, sa robe était toute courte et le décolleté très prononcé. Attention, j’ai apprécié, l’autre fois, j’avais déjà eu un petit coup de cœur pour elle. Rousse, poitrine moyenne et jambes très effilées, un régal pour les yeux. Ensemble, nous avons apprêté toute sa marchandise sur la table, devant même en déposer sur le plan de travail. Juste nous avons gardé un peu de place, car elle allait également cuisiner devant les invité(e)s afin de les motiver à acheter.


Tout du long où nous avons disposé les articles, je n’ai pas raté un seul instant où je pouvais me régaler de ses seins lorsqu’elle se penchait, mais également de ses jambes lorsqu’elle s’accroupissait. Le faisait-elle exprès ou pas, mais régulièrement, elle passait derrière moi en me frôlant, ce qui ne manqua pas d’éveiller mes sens. Bref, mes ami (e)s sont arrivé(e)s et la soirée s’est très bien déroulée, car elle a vendu pour presque 2000 €. Quand tout le monde fut parti, je l’ai aidée à ranger tout dans ses sacs puis nous avons bavardé un peu en buvant du vin. Un verre, un second, un troisième..., nous avons vidé 3 bouteilles de Médoc à nous deux. Si je n’ai aucun problème avec l’alcool, Valérie quant à elle n’en menait pas large et j’ai hésité à la laisser reprendre sa voiture.


La questionnant, j’ai appris qu’elle vivait seule, que personne ne l’attendait, c’est à ce moment que j’ai décidé de tenter quelque chose avec elle et lui ai suggéré d’attendre que les effets de l’alcool s’estompent. Elle n’était pas totalement ivre, mais fort "joyeuse", allait-elle succomber à mes tentatives ? Moi, j’en avais fort envie, la vue de son corps tout au long de la soirée, ainsi que l’alcool, j’avais le feu dans ma petite culotte ! Mais comment savoir si elle serait partante pour un doux moment entre filles ?


Sans s’en rendre compte, vu son état, elle était à moitié affalée dans le canapé et les jambes légèrement écartées, d’où j’étais, je pouvais apercevoir qu’elle portait une petite culotte rouge sous sa robe. Soit je lui faisais l’amour, soit je la mettais dehors et allais me calmer avec mes godes ! Mais j’étais aussi excitée qu’une chatte voyant une souris !


N’y tenant plus, je me suis levée afin d’aller m’asseoir à côté d’elle qui riait à gorge déployée sans aucune raison si ce n’est son ivresse. Directement, je l’ai complimentée sur sa robe, tout en déposant une main dessus comme pour en apprécier le tissu. Sa seule réaction fut de rire encore plus fort en me disant qu’elle l’avait pécho chez "Zara" 3 semaines plus tôt. Je tentai alors une approche plus osée, relevant le bord comme pour en voir l’ourlet. Pas de réaction négative de sa part, alors j’ai demandé (alors que je l’avais constaté plus tôt) si dessous elle avait un collant ou des bas nylon.


— Je ne mets jamais de collant, toujours des bas

— Je peux les voir ?


Et tout en parlant, j’ai remonté sa robe jusqu’à son ventre. C’était maintenant que tout allait se jouer, soit elle s’offrait soit elle partait.

Sa robe remontée, j’ai commencé à la caresser très doucement, partant du genou pour terminer tout en haut à la limite du tissu cachant sa petite chatte. Même si c’était plus modéré, elle gloussait encore fortement et ça commençait à m’agacer, car ça n’avait rien de sensuel. Une seule manière de la faire taire, je me suis penchée et l’ai embrassée. Elle me rendit la pareille, sa langue bougeait bien et de temps en temps elle suçait la mienne avec ses lèvres chaudes. Lesbienne ? Bi ? Effet du vin ? Toujours est-il qu’elle répondait à mes avances et que j’en ai profité pour m’inviter à l’intérieur de sa culotte et titiller son clito. J’ai senti ses cuisses s’écarter plus fort, la coquine appréciait mes doigts et se soumettait à mes désirs.


J’avais la main inondée de sa mouille, il y en avait tellement qu’on aurait cru qu’elle avait uriné (mais peut-être un peu, je crois). J’ai retiré ma main et ai commencé à déboutonner sa robe ; comme je l’avais deviné, elle ne portait pas de soutien-gorge et je me suis régalée à la vue de sa superbe poitrine hyper-ferme et dont les tétons pointaient d’au moins 1,5 centimètre. Aussitôt, je les ai léchés, les mordant quelques fois et réprimant mon envie de les croquer. Elle, elle restait placide, les bras le long de son corps et émettant de petits gémissements. Je me suis saisi d’une de ses mains et l’ai amenée entre mes cuisses, j’avais moi aussi envie d’être caressée. Mais ses caresses étaient timides, pas de quoi me faire jouir.


Alors je me suis levée, l’ai prise par la main et nous sommes allées dans ma chambre.

A suivre, si vous me le demandez en commentaires.

Diffuse en direct !
Regarder son live