Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 17 134 fois
  • 104 J'aime
  • 6 Commentaires

Priscilia, cette nympho...

Chapitre 1

Hétéro

Bonjour à toutes et à tous, je me présente je m’appelle Priscilia, jeune demoiselle d’un peu plus de vingt et un ans, brune avec des yeux vert, que mon copain qualifie de très beau. Je mesure environs un mètre cinquante-cinq, eh oui je suis un petit bout de femme. J’attire souvent l’œil des Hommes en général, sûrement dû à la façon dont je m’habille mais pas que. C’est vrai que j’aime porter des vêtements proche du corps, des talons/compensées et des beaux décolletés plongeants par la même occasion.


Mais je pense que même si l’on porte des habits sexy, si l’on n’a pas le corps qui va avec, l’effet n’est pas total auprès de la gente masculine. Je fais un mètre cinquante-cinq pour un peu près cinquante-trois kilos, tout est repartie comme il le faut, une poitrine avoisinant les 100C, un fessier de black, bien rebondie et bien ferme et des cuisses musclées. J’ai un petit ventre mais qui se mélange très bien avec le reste.


Je suis une jeune femme assez active dans la vie, je pratique plusieurs sports, j’entretiens ma ligne aussi sur des musiques qui bougent, du reggaeton, kizomba,... J’adore le shopping comme la majorité des filles sur cette terre.


Je suis en couple depuis un bon moment maintenant avec un homme âgé d’un an de plus que moi, un grand brun, un peu petit peu musclé mais c’est pas grave car je l’aime quand même. Il est très porté sur le sexe tout comme moi, on adore passé des moments au lit, ou ailleurs à revisiter nos corps. J’ai de la chance de ce côté-là, mon homme à ce qu’il faut, là où il faut.


Je vais vous raconter les plusieurs péripéties qui me sont arrivées dans ma très jeune et courte vie de jeune femme. J’ai eu plusieurs expériences dans ma vie, qui font qu’aujourd’hui je sois comme je suis, une jeune femme avec une envie au quotidien de sexe , ou devrais-je dire une NYMPHOMANE.


La première histoire que je vais vous narrer, s’est déroulée il y a quelques temps de ça maintenant, je dirais il y a environ quatre ans. Dans les années 2010, si je me rappel bien. Je devais partir en vacances cette année-là, dans le sud de la France, dans les coins d’Albi. J’avais à peine 18 ans, c’était mes premières vacances en tant que personne majeure.


Nous sommes partis ce matin très tôt de notre petit village de l’Est de la France, nous sommes toujours sur la route des vacances, sur l’autoroute du soleil. Arrive l’heure de midi, mes parents et moi, nous nous arrêtons sur une aire de repos. Bien-sûr, en été, ces aires sont bien souvent pleines à craquer. On ne reste pas plus de vingt minutes sur cette aire, nous achetons à manger, nous allons faire nos besoins puis nous recherchons un coin plus tranquille pour pouvoir piqueniquer.


On remonte dans la voiture, faisons le tour de cette aire et trouvons une table de piquenique, dans un coin assez calme ou seul des camions sont garés. Nous arrêtons la voiture à côtés de celle-ci. On mange tranquille quand soudain des routiers se dirigent en notre direction.


- Bonjour, excusez-nous de vous déranger mais vous ne pouvez pas rester à cette table, à moins que vous attendiez quelqu’un tous les trois.

- Bonjour, euh non on attend personne, nous nous sommes mis ici pour pouvoir manger tranquille, car il n’y a pas pu de place nul part.

- Bah vous allez devoir partir alors parce que cette table est, comment dire, réservée au routier...

- Ah bon ? Et c’est marqué ou ? Répondit mon père

- Ce n’est pas marqué mais tous les routiers le savent ainsi que le directeur de l’aire... je viens vous le dire amicalement mais d’autres routiers peuvent être plus méchant ou vulgaire dans leurs démarches.

- Comment ça ?

- Bah voilà je vais être clair avec vous, cette table est réservée aux routiers ou commerciales qui veulent se faire plaisir avec des filles ou des couples qu’ils trouvent sur l’aire de repos ou site de rencontre, ils se donnent rendez-vous sur cette table et font leur petite affaire dessus. Ils sont cachés derrière le camion du routier. Et souvent des couples dans votre genre, finissent avec des routiers derrières leurs culs...


Mon père, ma mère et moi nous restions silencieux de ce que nous entendions. Mon père sous le choc, commence à rassembler nos affaires et nous dit de partir. Ma mère le suit. Moi, je reste encore assise quand le routier me regarde et me dit que je suis le genre de filles, assez bonnes que les routiers recherchent pour se faire plaisir. Et que lui aimerait bien se faire plaisir sur cette table avec moi, que j’ai un cul dans lequel il aimerait bien taper dedans. Il me fait un clin d’œil pour finir et s’en va.


Je me lève, perdu de ce que je viens d’entendre de la part de ce routier. Je rejoins mes parents qui sont déjà prêt, dans la voiture, à partir. Je remonte dans la voiture et nous prenons la route assez rapidement.


Dans la voiture, je repense à ce que le routier m’a dit. « Une fille bonne, qu’il aimerait se faire plaisir avec moi, que j’ai un cul dans lequel il aimerait bien taper ». Ces propos me laissent pas indifférente, sa façon de dire les choses, des mots crus,... font que ça me titille d’en mon bas ventre. C’est la première fois que je ressens ça, c’est assez étrange.


Tout le restant du voyage, je pense à cet homme, je ne cesse de revoir ce moment dans ma tête... Quelques heures plus tard, on arrive dans notre maison que mon père a réservée.

Il doit être un peu après dix-huit heures, on décharge les bagages, range nos affaires dans nos chambres puis nous décidons d’aller manger en ville.


Nous voilà dans le centre-ville, on tourne un peu pour chercher un restaurant qui plaît à chacun, un italien. On nous installe à une table sur la terrasse privée. On commande très vite et nous voilà déjà servit. De belles assiettes de pâtes et une pizza pour moi, miel chèvres fromages et crème. Un délice. Tout le long de la soirée, on discute de tout et de rien, on regarde les passants dans la rue, je vois certains garçons que je trouve mignons passer dans la rue, devant notre table.


On finit le repas, on se promène un peu en vieille ville ou se trouve un marché nocturne. Quelques minutes plus tard, on prend la direction de la maison. On arrive là-bas, je monte dans ma chambre, mes parents font de même.


Les minutes passent, je me change, je mets un shorty puis un débardeur pour dormir. Je me couche dans la chambre et je discute sur les réseaux sociaux avec des amis. Quand j’entends au bout d’une vingtaine de minutes, des bruits venant de la chambre d’à côté. Sur le coup je ne fais pas attention. Mais au fil des minutes, le bruit s’accentue. Je me lève, ouvre la porte de ma chambre. Le bruit vient bien de la chambre de mes parents mais je connais ce bruit. Je m’approche au plus près et je vois que la porte est entre ouverte.


Je regarde discrètement quand je vois que mes parents sont entre un de baiser ! Mon père porte ma mère avec ses bras, il la colle sur le mur. Il lui donne des coups de bassins qui lui fond donner des coups contre le murs et en plus de ça ma mère crie. Que leurs arrive-t-il... Je les regarde quand je vois mon père se bloquer dans ma mère et lâcher prise. Il a dû se vider en elle. Il la repose sur le lit et s’écroule à côté d’elle.


Je retourne dans ma chambre, me met sur mon lit. Je vois encore mon père prendre ma mère contre ce mur et je sens dans mon bas ventre que ça devient très vite humide. Je commence à mouiller suite aux événements de la journée. Je ferme les yeux et commence à m’endormir...

Diffuse en direct !
Regarder son live