Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 16 698 fois
  • 94 J'aime
  • 0 Commentaire

Priscilia, cette nympho...

Chapitre 2

Hétéro

Les minutes passent, le son de l’horloge accrochée au-dessus de la porte rythme mes pensées. Je n’arrive pas à m’endormir, la cause ? Les situations que j’ai vécues aujourd’hui. Je ne pensais pas que ce soit possible de vivre autant de choses en une journée. J’avais déjà entendu mes parents faire du bruit pendant qu’ils faisaient leur devoir conjugal mais je ne les avais jamais vus et surtout jamais autant excités que ce soir !! Est-ce le fait qu’on soit en vacances ? Ils se sentent plus libres dans leurs gestes... je ne sais pas mais c’est assez étrange !


Mais ce qui me surprend le plus dans cette journée, c’est la pause de ce midi avec la rencontre de ce routier. Il est sorti de nulle part, on ne l’a pas entendu mais lui devait nous regarder depuis longtemps. Qui est-il ? Voulait-il vraiment juste nous prévenir gentiment ? Ou voulait-il autre chose, une chose dont il m’a fait part quand mes parents m’ont devancé... il me la bien fait comprendre avec ses mots.

« Une fille bonne, qu’il aimerait se faire plaisir avec moi, que j’ai un cul dans lequel il aimerait bien taper ».


Ses mots sur le moment m’ont fait beaucoup d’effets mais encore maintenant, rien qu’en y repensant, je sens mon bas du ventre se réveiller. Il n’était pas très beau, du moins ce n’était pas le type d’hommes vers lequel j’allais pour tirer mon coup. Lui était plutôt de taille moyenne, 1m75 pour 100 kg à vue d’œil. Un peu de ventre, une grosse barbe mal rasée et surtout l’air un peu bourré... pas le gars qui tape dans l’œil au premier regard. Je suis plus attiré par les grands, 1m90, tatoué, sportif avec une barbe de quelques jours bien rasée et bien coiffée. Un homme qui fait propre et classe sur lui ! Mais surtout le plus important, qu’il est quelque chose entre les jambes de grand et de gros !


Le dernier avec qui je l’ai fait a été un sex friend pendant quelques semaines. Le genre de gars que l’on souhaite garder dans ses contacts pour faire son affaire les soirs de manque. On s’envoyait juste un message pour savoir si l’autre était disponible le soir ou le matin dès qu’on en avait envie ! C’est-à-dire assez souvent durant cette période. J’en ai bien profité de son corps et de sa bite. Il avait tout le matériel que j’aimais et surtout une expérience pour me satisfaire dans tout ce qu’il faisait !


La seule chose qu’il me demandait c’était de ne pas parler, je rentrais chez lui, je filais dans sa chambre et je me m’étais nue pour pouvoir passer à l’action directement. J’étais sa soumise, il faisait ce qu’il voulait de moi dès que je passais le seuil de la chambre. Généralement, il me mettait à quatre pattes dès qu’il me voyait et se mettait à genou devant moi pour que je le prenne en bouche. Il me tenait par les cheveux et me l’enfonçait bien au fond de la gorge. Après quelques minutes, il se vidait au plus profond de ma gorge, je sentais le liquide chaud coulait tous le long de ma gorge.


Je n’avais pas besoin de plus pour être trempée. J’étais à deux doigts d’être une femme fontaine lorsqu’il sortait son sexe de ma bouche. Après ça, généralement, il me tenait par la gorge et me couchait sur le dos. Je le sentais venir, se rapprocher de mon sexe mais surtout de mon cul ! C’est grâce à lui que maintenant j’accepte qui que ce soit dans mon cul. Il m’a ouverte à ça et surtout il m’a appris à aimer ça !!

Tout en descendant vers mes deux trous, ses mains se posaient sur mes seins. Il s’amusait avec mes tétons, il les pinçait assez fort mais je ne ressentais pu la douleur, le plaisir prenait le pas. Ses mains descendaient vers mes cuisses, il soulevait mon bassin pour avoir un accès plus libre et plus pratique vers mon petit trou. Je le laissais faire et je profitais pleinement. J’étais venue exprès pour ça, pour me faire prendre le cul par lui. Je l’aidais même à ce que mon bassin soit surélevé, je glissais des coussins sous mes hanches.


Il s’arrêtait quelques secondes sur mon clitoris mais il repartait assez vite à l’assaut de mon cul, son plaisir à lui était également de me détruire le cul. Il me le disait assez par message après nos ébats.


« Ton cul est trop bon, je ne veux que ton cul ! Je vais t’explorer au petit déjeuner demain matin,... » Et j’en passe !


Au moment de poser sa langue sur mon petit trou, je savais que d’ici quelques minutes voir des fois quelques secondes, j’allais prendre la même bite que j’avais en bouche. Une bonne bite bien dure, grande mais surtout imposante par sa largeur ! Un joli calibre.

Il venait de me lécher le trou pendant une dizaine de secondes, il l’avait bien humidifié quand je ne sentis pas un mais deux doigts directement franchir l’entrée de mon cul ! Je vous l’ai dit, je pouvais accepter n’importe qui maintenant ! Il m’a ouverte du cul !! Après avoir accepté ses deux doigts, après avoir reçu de nombreux va-et-vient, il les enleva et les remplaça par sa bite que j’attendais tant !! Mais pour lui, une bonne sodomie ne se faisait pas dans cette position, il fallait que je me mette à quatre pattes comme une chienne. Il aimait ce côté sauvage, ce côté soumise où il gère tout de A à Z et à vrai dire, j’aimais ça aussi ! Je me laissais faire à 1000 %.


Une fois en position de chienne, je savais que j’allais en prendre plein mon cul, que les coups de bassins de ce gars allaient me faire mouiller, réveiller la femme fontaine qui dort en moi. Il n’y allait pas par quatre chemins, il posait son sexe à l’entrée de mon cul, craché sur son gland et me pénétrer ! Les premières fois j’ai crié de douleurs mais maintenant je crie de plaisir, de jouissance ! Il dit de moi que je suis une femme crieuse, je partage grandement mon ressenti pendant l’acte ! Ce qui m’a valu une autre histoire, que je vous raconterais...


Les coups de butoir pleuvent, je prends pour mon cul. Il remplit pleinement mes attentes mais surtout il remplit pleinement mon cul ! ! Ses couilles tapent mes fessent, il me tient les hanches pour mon plus grand plaisir et surtout pour pouvoir me prendre plus fort. Mes cheveux y passent aussi, je suis explicitement « SA CHIENNE QU’IL SODOMISE » ! !


Les minutes défilent quand je le sens se contracter au fond de mon cul. Il ne bouge pu, je sens sa chaleur me remplir de l’intérieur. Il se vide en moi, il lâche tout son jus et se retire. Il n’attend que de moi que je pose mon doigt à l’entrée de mon cul pour récupérer son jus qui coule et que je le porte à ma bouche pour le goûter ! Je vous l’ai dit, je suis sa soumise, sa chienne et j’aime ça...

Une fois que mon regard l’a croisé pendant que j’étais en train de le goûter, je sais que je dois partir de chez lui, de son lit sans un mot. Le plus souvent je m’habillais et je partais. Les premières fois, ce fût dur mais avec le temps on s’y fait. Une amie à moi, me dit qu’au moins il n’y a pas de sentiments mais que les centimètres. Elle n’avait pas tort.


Tout ça pour vous dire, que le chauffeur de poids lourds que l’on a croisé aujourd’hui n’est pas mon type d’hommes mais il m’a procuré quelque chose avec ses propos... Aurais-je eu le courage de faire quelque chose avec lui ? Du moins le laisser faire ce qu’il m’a dit ? Je ne sais pas...

Je regarde mon téléphone, il est déjà 4 h 17... Il est vraiment temps de dormir sinon demain je ne pourrais pas profiter de mes vacances, de la piscine...

Diffuse en direct !
Regarder son live