Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 872 fois
  • 86 J'aime
  • 1 Commentaire

Priscilia, cette nympho...

Chapitre 7

Hétéro

Je fais mine de regarder mon écran quand je m’aperçois que l’ami de mes parents fait du pied à ma mère sous la table. Qu’est ce que ça veut dire. Depuis quand un invité fait quelque chose de tel auprès d’un de ses hôtes. Je ne comprends pas. Mon regard ne bouge pas, je reste fixé sur cette scène qui ne cesse de se répéter, encore et encore. Cet ami n’a pas l’air satisfait des quelques secondes de contact avec ma mère, il continu son ascension. Son pied monte de plus en plus haut, au point de commencer à lever le bas de la robe de ma mère. Il est maintenant à hauteur de son genou qu’il passe assez facilement je dirais. Ma mère ne bronche pas, elle n’a même pas l’air gêné de cette situation, comme si elle était habituée à de telle pratique.


Je ne dis rien mais j’observe, je veux voir ou va s’arrêter cette mascarade. Le pied de cet homme s’arrête quand il arrive à hauteur des fesses. La partie gauche de la robe de ma mère est quasiment relevé maintenant laissant la partie externe de sa fesse à la vue du moindre voyeur arrivant de son côté. Mais pourquoi fait-elle ça alors que mon père est à côté d’elle. Ce petit jeu a duré quelques minutes avant de cesser quand elle alla à la cuisine chercher de quoi grignoter. En revenant, elle se remit à sa place et bu toute sa coupe de champagne. Ça donne soif de manger ou peut être bien autre chose.


« Et bah dis donc maman, tu as soif ce soir ! C’est les gâteaux apéros qui te donne autant soif ou tu as peut être chaud. »


« Oui j’ai chaud ma fille mais le champagne est très très bon également. Et puis, c’est les vacances, j’en profite !  Tu devrais faire de même, tu veux le goûter ? »


« Volontiers maman, je veux bien une coupe pour le goûter. »


Je me lève, me dirige vers ma mère pour récupérer la coupe qu’elle vient de me servir. En me levant, je ne prête pas attention tout de suite mais ma robe s’est décalée légèrement sur le côté laissant échapper une partie de ma poitrine. J’ai mon téton droit qui prend l’air sans que je ne m’en rende compte.


« Attention mademoiselle, même si je ne devrais pas le dire car c’est interdit maintenant, mais vous avez laissé échapper une partie de votre poitrine de votre jolie robe. » Me dit l’ami de mon père.


En effet, j’ai dû me lever trop vite ou faire un geste sans faire réellement attention mais pour le coup j’ai laissé une vue directe sur ma poitrine, sur mon téton. Je pose le verre sur la table et je remets ma robe correctement tout en m’excusant auprès de mes parents et des invités.


« Ce n’est rien, ne vous, ne t’inquiète pas. » Me dit la femme de cet homme.


« Oui ce n’est pas grave, ce n’est pas la première, ni la dernière poitrine que nous ayons vu. » Rétorqua son mari.


« Oui j’imagine... » Pourquoi ai-je répondu ça, je ne sais pas du tout mais oui je l’a bien dit.


La soirée continue après cette petite intrusion rapide de ma poitrine. Ils continuent de discuter, le champagne aidant, les bouteilles se vidant, ils parlent de plus en plus de leurs souvenirs un peu plus hot. C’est ce que je voulais, ça devient enfin intéressant. Je m’occupe de les servir, vidant une nouvelle fois la bouteille.


Je me glisse sur le côté assez proche de ma mère pour lui dire à l’oreille que je reviens d’ici quelques minutes, je vais me passer un coup d’eau sur le visage et je vais au wc. En faite, je vais à la cuisine, à nouveau, pour aller prendre une nouvelle bouteille de champagne mais avant de revenir sur la terrasse, j’éteins la lumière et je me glisse dans le coin de la fenêtre. Je commence à regarder les quatre compères quand je me rends compte qu’ils sont différents quand je ne suis pas là. Les deux couples qui se forment sous la table ne sont pas ceux auxquels j’aurais pensé. Ma mère continue avec cet ami et mon père avec sa compagne. Qu’est-ce que ça veut dire cette histoire. Pourquoi un tel procédé sous la table, pourquoi les couples s’échangent ainsi. Ils l’ont l’air de bien se connaître au final ces quatre là. Je reste là, près de ma fenêtre pour observer. Ma mère et son amie se lèvent, elles se dirigent toute les deux vers le mari de l’autre. Elles se positionnent derrière les deux hommes. Quand à eux, ils ne sont pas inactifs, les deux en attendant ont tirés leur chaise en arrière comme pour faire de la place devant eux.


Ma mère et son amie sont passées devant eux, prenant les mains de chacun pour les positionner sur leurs seins ! Mon père a ses mains sur les seins d’une autre femme que ma mère tandis qu’elle a les mains d’un autre homme sur elle. Les deux hommes prennent plaisir à toucher les poitrines de ces deux femmes devant eux. Ils les malaxent, ils les pincent, les touchent, les sortent des habits de chacune. Les deux femmes les regardent, elles s’approchent d’eux, elles posent leurs lèvres pour commencer des bisous fougueux me laissant apercevoir les langues de chacun sortir et entrer dans le bouche de l’autre. La main de ma mère est posée sur l’entre jambe de son nouvel amant coulissant le long de son sexe. Mon père n’a pas à être jaloux car il subit la même chose. Ce manège durs quelques secondes, voir quelques minutes quand ma mère se relève et dit stop.


« Arrêtons nous là car ça commence à être durs de ne passer à l’étape suivante. Elle va revenir d’ici peu de temps et je ne veux pas qu’elle nous voit avec un sexe en bouche ou les seins à l’air. Elle ne pourrait pas comprendre. »


« Et si on lui expliquait la situation ou du moins qui sont vraiment nos amis » répond mon père.


« Oui c’est une bonne idée, nous serions plus libre pour la suite de la soirée et des vacances je pense. » Compléta l’ami de mon père.


« D’accord, pourquoi pas mais on le fait tous ensemble et tranquillement sans la choquer. Et on ne fait rien devant elle si les choses se passent bien ! Pas besoin qu’elle nous voit. »


J’en croyais pas mes yeux mais là je n’en crois pas mes oreilles. Qu’est ce que je vais apprendre grâce à cette discussion. Qui sont vraiment ces amis de mes parents, pourquoi se passe t-il tout ça ce soir chez moi. Trop de questions pour aussi peu de réponses. J’attends encore quelques instants dans la cuisine, je fais mine de rallume la lampe et de faire du bruit pour revenir sur la terrasse quelques instant après avec une bouteille de champagne. La soirée reprit là ou je l’avais laissé sauf que je vois très bien qu’ils sont encore plus complices qu’avant. Ils sont tous « gaga », ça rigole bien, ça se cherche du regard. Ils discutent tous de leurs souvenirs respectifs, des moments chauds qu’ils ont eu pendant certaines vacances. J’apprends sur le coup que les amis de mes parents du moins la femme a déjà eu des pratiques avec plusieurs hommes en vacances. Dans un hôtel ou le service en chambre était de très bon goût et très satisfaisant. Soit avec son mari, soit devant lui ou même sans lui. Il se faisait également plaisir avec des vacancières de passage, avec des serveuses, des femmes de ménages ou directement chez l’habitant également.

Mes parents sont de sacrés cachottiers car j’apprends également que mes parents ont vécu des expériences similaires. Ils l’ont déjà fait également en vacances avec un autre couple rencontré lors d’une soirée en club de vacances, avec un autre homme un soir d’anniversaire,… Incroyable mais ça répond à beaucoup de mes questions sur ma sexualité débordante. Je me demandais si j’étais normale et d’où ça pouvait venir, je le sais maintenant. Mes parents indirectement ont du m’inculquer cette philosophie de profiter à fond de la vie et de ces bien faits. L’expérience la plus chaude que l’amie de mes parents ait pu réaliser c’était un soir en club au Cap d’Agde. Il y avait une pièce dans ce club, éclairée que par des néons laissant apercevoir des trous dans les murs. Ce n’est que la pièce soit en mauvaise en état, nous a t-elle dit. C’est que, c’est une pièce ou toute personne voulant se faire plaisir à sucer, ou autre si la taille le permet, pouvait le faire. Elle s’est donc mise dans cette pièce seule pendant quasiment une heure pour satisfaire tout sexe se présentant à elle, soit avec ses mains, soit avec la bouche pour les plus grosses.


Je l’ai écouté raconter cette anecdote de A à Z, cette histoire m’a intrigué car j’en avais déjà entendu parler mais jamais par quelqu’un se situant en face de moi et qui l’a déjà fait. Ça doit être quelque chose d’assez surprenant mais pour une personne aimant sucer (comme moi), ça doit être tellement satisfaisant et tellement bon ! Je l’ai écouté attentivement jusqu’au moment ou ma mère me sorti de mes pensées.


« Chérie ? Tout va bien ? Tu as l’air ailleurs… »


« Oui oui tout va bien, j’écoute juste ce que vous dîtes... »


« Et ? Je suis désolé si ça te choque mais tu es grande maintenant et je pense que toi également tu as déjà vécu des choses. Nous savons avec ton père que tu n’es plus la petite fille que tu étais avant. »


« Et… je ne pensais que vous aviez vécu autant de choses comme ça mais ça ne me choque pas. Tant mieux pour vous, vous profitez pleinement de la vie et de ce qu’elle vous donne. Oui c’est vrai, je ne suis plus une petite fille. »


« Dans ce cas, je pense que c’est le moment. Nous devons te parler ma chérie ».

Diffuse en direct !
Regarder son live