Le site de l'histoire érotique

Prise en main par mon voisin

Chapitre 2

61
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 16 404 fois

61

3

Je me retrouve en lingerie devant mon voisin que je connais à peine, debout les mains dans le dos, le regard baissé dans son salon. Il a une vue dégagée sur mon soutif en dentelle rouge qui serre mes gros seins ronds et sur mon string assorti et humide qui cache à peine mes lèvres intimes et dévoile mon ticket de métro à travers la dentelle rouge.


— Et bien Jennifer je te pensais sexy mais là j’avoue être agréablement surpris. Tu es une femme très attirante, très belle.


Je dis un « merci » presque inaudible tellement j’ai honte de moi.


— Tu sembles très innocente, j’aime guider et initier. Rassure-toi je ne te ferais aucun mal, uniquement du plaisir. Je suis un dominateur expérimenté, je cherche une soumise à prendre en main et je pense que tu pourrais être celle-là. Je te propose une initiation, un dressage, en douceur mais autoritaire, je saurais t’aider à repousser tes limites à ton rythme pour te faire jouir comme jamais. Je suis un homme calme, respectueux des femmes. Dès le premier jour je t’ai repéré et j’ai senti ton potentiel, tu me plais beaucoup. Je comprends que tu puisses avoir peur mais tu as fait une première étape en te montrant ainsi. Si tu souhaites aller plus loin je veux que tu te mettes à genoux et que tu me demandes de te prendre en main. Si tu veux arrêter la alors rhabille-toi et pars, je ne t’en voudrais pas et je ne t’en reparlerais jamais, tu as ma parole.


Ses mots raisonnent dans ma tête, je l’ai écoutée, il parle calmement, son discours me rassure et me perturbe en même temps. Je suis perdu entre ma pudeur, mon éducation chaste et mon excitation qui mouille mon string. Romain à un regard devenu bienveillant, je suis apaisée par ses paroles. Ma honte est toujours là, mais je sens que j’ai envie d’essayer, après tout au pire ce ne sera juste pas jouissif et tant pis. Je me mets à genoux en gardant mes mains dans le dos...


— Romain, prends-moi en main s’il te plait...

— Très bien, j’espérais que tu dirais ça. On va tester tes talents de suceuse. Tu gardes les mains dans le dos, je ne veux pas que tu les utilises. Montre-moi comment tu t’occupes d‘un homme.


Romain se met nu, je constate que même s’il est mince, il est musclé, un homme au physique agréable, peu poilu... Mais je vois surtout son sexe lorsqu’il retire son short... Et là je manque de partir, je n’ai connu que mon copain qui avait un sexe normal. La bite de Romain est déjà bien dure et toute droite, dressée devant son bas ventre, elle est très très (trop) large ! Pas très longue heureusement mais jamais je n’ai vu un diamètre comme ça


— Je vois ton regard effrayé, tu trouves que mon sexe est large ? En effet il est large mais rassure toi mes anciennes partenaires s’y sont habituées. Maintenant occupe-toi de moi soumise.


Malgré mon appréhension je commence à embrasser et lécher son gland déjà décalotté, il est doux, humide et épais. Je ne suis pas une pro de la pipe mais je m’applique, je joue avec ma langue. Romain soupire de satisfaction et sa queue durcit encore, je n’ose pas le prendre en bouche. Mais il place ses mains sur ma tête et me dirige pour que je le prenne en bouche. J’ouvre grand et je commence une fellation douce comme je sais faire. Je n’ai sucé que mon ex et je m’applique à gober son gros gland et à descendre comme je peux sur sa queue avec ma bouche mais il est très large. Romain appuie sur ma tête pour aller plus loin. Il élargit ma bouche, ma mâchoire me fait mal mais je fais l’effort.


— C’est bien tu es une bonne suceuse, tu aimes ça se voit. Tu apprendras à me prendre en entier avec le temps.


Il est fou jamais je ne pourrais, je suis à peine à la moitié. Il tient ma tête et imprime le rythme, je m’applique comme je peux, je bave sur sa queue, je me sens salope de faire ça alors que je suis habituée aux fellations douces et simples. Mais Romain continue d’imprimer le rythme, il me baise la bouche sans se retenir, il me traite de salope, de suceuse de bite... Jamais on ne m’a parlé comme ça et jamais je n’ai sucée comme ça, mais au lieu de me choquer ça m’excite, ma chatte est en feu, je coule, mon string est maintenant vraiment trempé, il colle sur mes lèvres intimes... Romain me baise la bouche pendant 10 bonnes minutes, je ne sens plus ma mâchoire, sa queue est pleine de ma salive, elle est énorme. Mon maquillage à couler sur mes yeux et mon rouge à lèvres n’a pas résisté au traitement que j’ai subi.

Romain attrape mes cheveux et me fait arrêter de le sucer.


— Lève-toi, retire ton string et ton soutif. Tu es sublime, je vois que ta chatte est trempée, tu aimes te faire dominer, parfait. Mets-toi à genoux sur le sol, je vais te prendre.


Je ne réfléchis pas et ne réponds pas, j’obéis, la fellation m’a mis dans un état second que je ne connais pas. Je me mets nue et à genoux, jambes écartées comme une vraie salope.

Romain présente son gland à l’entrée de ma chatte et entre d’un seul coup.


— AAAAAHHHHH

— Tu apprendras à aimer te faire prendre sans retenue, je vais défoncer ta chatte et me vider dedans. Jouis si tu veux.


Je ne peux pas répondre, j’ai mal, il vient de me déchirer la chatte avec sa queue très large. Il me lime sans se retenir, il élargit ma chatte, j’ai mal mais je sens aussi que ma mouille continuer de couler... Ses couilles tapent contre mon pubis, il me ramone pendant de longues minutes, mon plaisir monte malgré la dilatation que je subis. Je ne tiens plus, je me laisse aller, je jouis en criant mon plaisir, mon périnée se contracte autour de son gourdin qui me défonce encore.


— C’est trop bon Maitre, jamais je n’ai joui comme ça, continue, tape dans ma chatte ! OH ouiiiii !

— Je vais te remplir de sperme, tu es trop bonne ma salope, trop étroite. AHH Je viens !


Je sens les jets chauds qui me remplissent et frappent le fond de mon vagin, jamais ça n’a été aussi bon, il se vide en moi comme dans une vulgaire salope.

Je tremble de jouissance, il se retire, laissant un grand vide en moi. Je reste de longues secondes en levrette au sol, la chatte pleine de sperme, exposée sans gêne à mon voisin et donc nouveau maitre.


— Tu peux te rhabiller et rentrer chez toi... Si cela t’a plus et que tu veux être ma soumise, revient demain à 20h, sois sexy et je commencerais ton dressage, là ce n’était qu’un aperçu.

— D’accord.


Je suis épuisée, je ne sais pas quoi répondre, je suis sur un nuage. Je m’habille et pars chez moi comme un fantôme en jetant un dernier regard à sa queue qui a débandé mais reste large.

Je sais déjà que je reviendrai...