Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 16 867 fois
  • 18 J'aime
  • 0 Commentaire

Prof d'anglais et ma mere

Chapitre 1

Hétéro

La vie est parfois si drôle, si imprévue, si hasardeuse. Parfois elle est un long fleuve tranquille, dont on connaît le futur à longue échéance, quand parfois, un caillou vient la faire changer de direction et, de ce fait, nous rendre la vie plus imprévue. Certains diront qu?ils adorent ça, du piment de la vie quotidienne, d?autre, diront qu?ils avaient des projets et qu?ils ont dû effacer leur tableau et en refaire un autre. Moi, je me trouve entre les deux. Ces derniers temps, en réalité depuis deux mois, ma vie a totalement été bouleversée et je dois vous avouer que j?ai aimé ce changement mais, elle m?a rendu la vie plus difficile au jour le jour à vivre.

Maintenant que je vous ai fait la préface de la suite de mon histoire, je vais me présenter. Je m?appelle Valérie et actuellement j?ai 19 ans. Physiquement, aucun garçon ne peut me rejeter, avec ma taille de guêpe, ma poitrine de 90D et mon mètre septante-trois. Je ne dit pas ça pour faire la fière (bien que je peux le faire), mais tout simplement qu?avec des mensurations comme les miennes, il n?y a pas que des avantages. Je ne suis jamais sorti avec un garçon plus d?un mois et je n?ai réellement fait l?amour qu?il y a à peine un an. C?était un garçon moyen, mais qui m?attirait comme la foudre pour les cimes des arbres. La première fois qu?il m?a pénétré, j?ai senti cette douleur, mais qui est tout à fait supportable. Il faut dire que l?on avait fait les préliminaires depuis 30 minutes et je mouillais plus que je n?avais mouillé pendant mes heures de jeux solitaires.

Bref, j?ai été déflorée par un garçon qui, du jour au lendemain, du garçon super tendre et un rien timide, est passé au plus grand des machos qu?il puisse exister sur la terre. J?étais heureuse de la manière dont ma première fois s?était passé mais ensuite, je l?ai jeté comme un vieux mouchoir, tellement son caractère avait changé vis-à-vis de moi. Du jour au lendemain, mon rêve s?est évaporé dans la nature et j?ai du me remettre à la chasse à l?homme. J?ai eu quelques flirts mais rien d?aussi fort qu?avec Marc (mon ex). Le temps passait et je ne trouvais pas le mec qui me ferait jouir et m?envoler vers le septième ciel durant toute une nuit (au minimum).

On devait être mi-avril lorsqu?en classe il y eu un nouveau professeur d?anglais. Mme Durant, qui devait bientôt accoucher à laisser sa place à un jeune beau male qui, tout de suite, nous a toute séduite. Nous étions 4 filles dans la classe et au bout d?une semaine, on se tirait dans les pieds pour nous habiller d?une manière à faire flancher ce professeur. Pour une fois, ma très faible connaissance des langues m?a servi. Comme ça faisait pas très longtemps qu?il donnait cours, il fit sa publicité dans la classe que si l?un ou l?une de nous avait des problèmes d?anglais, il serait prêt à donner des cours en particulier. Dès que l?on a entendu ça, tous les filles se sont misent à rougir (moi aussi), rien qu?à penser, à fantasmer sur les heures qu?il pourrait passer chez nous, rien que pour nous. Quelques jours après, il nous donna à tous (garçon compris), un petit dépliant reprenant les qualifications qu?il avait. Au bout de la page, se trouvait son numéro de téléphone ainsi que les prix qu?il demandait par heures de cours. En voyant le montant final après un calcul, j?ai vite déchanté. Jamais je ne pourrais payer des sommes si importante pour un fantasme.

Toutes les filles eurent la même réaction que moi et d?un coup, il est devenu un simple prof parmis les autres. A la pause de midi, je suis rentrée chez moi et j?ai déposé le prospectus sur la table de salon, où se trouvait le courrier du matin que maman n?avait pas encore lu. Malgré ma déception, je n?ai pu retenir cette force d?aller dans ma chambre et d?aller me faire du bien tout en pensant à lui. J?étais à peine dans ma chambre que maman y toqua à la porte. Excitée mais devant rester simple, je lui ai ouvert. Elle entra dans ma chambre et m?embrassa sur la joue (comme tous les jours) et me demanda des nouvelles de l?école.

Soudain, un éclair de génie vint me foudroyer. Si je ne sais pas me payer ce prof avec mon propre argent, pourquoi pas le faire payer par mes parents, vu que c?est quand même une matière scolaire (c?est pas comme si je lui demandais de l?argent pour sortir ou m?acheter des vêtements horriblement trop cher pour moi). Je lui racontai l?histoire et je lui ai dis que j?avais laissé le prospectus parmis le courrier de ce matin. Comme réponse, elle me dit qu?elle en parlera ce soir avec papa, mais que c?était presque acquis. Sur ce, elle ouvrit mon armoire à sous-vêtements et y rangea mes culottes et soutient qu?y venaient d?être lavé. Nous discutions de tout et de rien et deux minutes plus tard, elle s?en alla, refermant bien la porte derrière elle et s?en alla au rez-de-chaussée.

A peine la porte fermée que mon imagination repris le dessus et une minute plus tard, j?étais couchée sur le lit, les jambes écartées et mes doigts commencèrent à jouer des plus merveilleuses mélodies qu?il puisse exister. Je me suis même, sans vraiment m?en rendre-compte, sodomiser avec mon index et mon majeur. Avec les doigts de la main gauche je me caressais les replis de ma petite chatte juteuse, tendis qu?avec ceux de ma main droite, et surtout avec l?index et le majeur, je les faisais coulisser dans ce trou que, seulement de temps en temps, j?allais découvrir (je n?y allais que lorsque j?étais vraiment excitée et que je voulais jouir si fort que mon corps se torde de plaisir).

C?est d?ailleurs ce qu?il se passa. La chaleur de mon entrejambe se fit soudain si chaude et si humide et l?orgasme arriva. Des spasmes me faisaient bondir le ventre et mes jambes repliées sur le ventre, j?ai joui comme si rarement je n?avais eu. J?ai même du me mordre si fort la lèvre que du sang en est venu gicler. Malgré ma forte jouissance, j?ai su garder toute cette puissance en moi, sans jamais ouvrir le canal de gémissement qui était en moi (surtout que maman était à l?étage en dessous). Le plaisir intense passé, j?ai joui de cet orgasme qui venait de me secouer. Quelques minutes après, j?ai repris complètement le contrôle de mon corps, mme si de temps en temps, un petit spasme me secouait encore les trips. Je me suis ainsi rendu-compte que je m?était sodomisée. L?index et le majeur rentrés à deux phalanges dans le cul et trois autres doigts rentrés entièrement dans le centre de mon plaisir qui était encore tout inonder de ma liqueur si gluante. Je ne me fit pas prier pour ramener ce jus vers la bouche et, ainsi, de me délecter de mes secrétions intimes. Ce goût, que j?adore, me fit encore rêver à ce prof qui serait bientôt mien.

Le bruit de grincement de porte venant d?en bas me sorti de mes rêves et me fit me remettre présentable lorsqu?un instant plus tard, maman rentra dans ma chambre, m?indiquant qu?il était l?heure de retourner à l?école. Maman me dit, tout en descendant l?escalier, qu?elle avait un peu lu le prospectus et qu?en effet, le montant pour seulement quelques heures de cours était assez élevé. Je n?en m?étais pas rendu-compte, mais tout d?un coup, la fatigue se fit pesante sur moi et me fit m?écrouler dans le divan du salon. Maman vint à côté de moi et me demanda si j?allais bien. Comme d?habitude, elle m?a saisi la main et me l?a tapoté en me demandant ce qui s?était passé.

Un simple coup de sang dans la tête et un trou noir, voilà bien se qu?il s?était passé dans mon corps d?adolescente. Lorsque je repris cent pour cent le contrôle de mes sens, maman me tapotait toujours la main et se trouvait à côté de moi. Je lui ai dit que j?allais mieux et que je pouvais retourner à l?école. En me levant, elle me lâcha la main et d?un coup, son regard se tourna vers nos deux mains. Avec horreur et prise de panique, j?ai compris que j?avais oublié de me laver le pouce. Il était reluisant, encore rempli de mouille. Maman porta ma main à son nez et compris directement d?où pouvait venir ce liquide. Mon coeur battait si vite que je pensais retomber dans les pommes.

Prenant un mouchoir et me le jetant ? normalement ?, maman, avec un sourire complice, me dit : ? il doit être super mignon ton prof ! ? et s?en alla dans la cuisine. Je me suis sentie rougir si fort et heureusement pour moi, maman ne m?a rien dit d?autre. Je suis allée dans la salle de bain et je me suis lavé les mains comme il le faut. Je ne suis pas sale, oh non, pas du tout, mais comme tout à l?heure maman est rentrée si vite dans ma chambre, je n?avais pu que me laver les doigts sur un mouchoir que j?avais prit pour la nuit. Je me suis lavée le plus vite possible car je ne voulais pas croiser le regard de maman en partant à l?école. Savonnée, lavée, rincée et séchée, je suis partie sans demander mon reste, tout en claquant la porte, faisant comprendre à maman que j?étais partie pour l?école.

Dans le bus qui se rend à l?école, mon gsm sonna. C?était maman. Que devais-je faire ? Décrocher ? je pris une bonne respiration et j?appuyai sur le bouton vert. Avec une drôle de voix (une voix pas maternelle mais plutôt d?une copine à qui on a confié un secret très lourd), maman me dit que j?avais oublié un mouchoir sur mon lit et que l?on discutera de ça ce soir, dès qu?elle sera rentrée du boulot. Embêtée, je lui répondis d?un oui d?une voix d?une petite fille s?étant fait prendre sur le fait d?une mauvaise action. En arrivant à l?école, je vus Marc (mon ex). Je sais pourquoi il est là, à l?arrêt du bus mais je ne veux pas. En fait, depuis que l?on s?est quitté, il m?a fait un jour une proposition que j?ai toujours rejeté parce qu?elle n?était pas bien. Il m?a proposé que je lui fasse une petite gâterie (une pipe) en échange d?argent. Certes, la somme est assez belle, mais c?est de la prostitution. En réalité, je pensais à lui si mes parents n?auraient pas acceptés de payer le prof. En fait, je ne dirais pas non, mais c?est le fait qu?il me paie pour ça qui me fait dire non. Qui sait, si je couchais une fois avec lui, il me donnerait peut-être assez d?argent pour que je me paie moi-même le prof.

Comme d?habitude, je suis passée à côté de lui et je lui ai fait signe que non de la tête. Il me redit toujours la même chose ? tu verras, un jour tu accepteras ?. S?il savait les pensées que je viens d?avoir vis-à-vis de lui. A peine rentrée en classe que quelqu?un toque à la porte. Le professeur signifie à la personne d?entrer. C?est un employé du secrétariat qui vient nous apprendre qu?après ce cours, nous avons terminé car les profs suivants doivent se rendre chez le directeur. Nous sautons tous de joie, mais moi, un peu moins que les autres, sachant ce qu?il m?attend lorsque je rentre.

Le cours se termine et je reprends le bus qui m?amène à la maison. A l?arrêt du bus, je dois encore faire cinq minutes à pieds avant d?arriver chez moi. Je vois que la voiture de maman est encore garée devant la maison, ce qui veut dire que maman est encore à la maison. Plus je me rapproche, plus mon coeur se met à battre vite et fort. D?un coup, je me dit que si je rentrerais par derrière la maison et qu?ensuite, ne devant pas passer par le salon, je rentre tout de suite dans ma chambre, je ne devrais pas la croiser. Je fais quelques mètres en plus, passant au-dessus d?un petit muret, dans la pelouse du voisin, passant un petit grillage et finalement, j?arrive à la porte de la véranda. J?entre à pas de loup dans la maison. Etrange, il n?y a aucun bruit venant du salon, ni de la cuisine. Intriguée, je m?avance malgré tout vers le salon, au risque de me faire prendre. Arrivant près du salon, la télé est allumée et le son est à peine audible. Encore plus doucement, je risque de passer la tête. Là, je vois les chaussons de maman. Je continue à avancer, doucement.

Quelle surprise m?attendait lorsque j?ai posé le regard sur le canapé, juste dans le coin. J?ai été, pas choquée, mais disons très surprise de voir maman, complètement nue, les jambes écartées et ses bras dans la direction de son entrejambe. Déjà maman nue, s?est déjà très, très rare, mais dans cette position-là, c?était la première fois. Elle était endormie et des ronflements à peine audible sortaient de sa bouche. Encore une autre surprise. Le mouchoir, que j?avais employé pour me laver les doigts après m?être masturbée, se trouvait juste à la hauteur de sa joue droite. Sans faire de dessin, j?ai vite compris que maman s?était masturbée, elle-aussi, mais pas en pensant à mon prof, mais à moi. Là, je ne sais pas quoi penser. Est-ce le fait d?avoir compris que je me masturbais qui l?a frappé, le fait de sentir mon odeur intime sur le mouchoir ou simplement le fruit du hasard et qui sais qu?elle ne le fait pas tout les jours pendant que je suis à l?école.

J?avance dans le salon et je remarque qu?elle a encore deux doigts bien rentrés dans son tabernacle de plaisir. Je remarque ensuite que maman est presque complètement épilée au pubis. Seule une petite raie se distingue, pour terminer à la jointure de ses grandes lèvres et de son clitoris. Je peux détailler très facilement tous les replis de ce sexe maternel se trouvant devant moi. Je vois aussi tous ces vêtements l?un sur l?autres à terre. Je crois que maman a dû se masturber avec une grosse envie de le faire, vu l?état de ces vêtements. Elle n?a pas prit le temps de les mettre bien, l?un sur l?autre. D?un coup, mon cerveau me fit jaillire une idée, une idée diabolique. Tout simplement prendre une photo de maman ainsi, nue, avec ses doigts en pleins dans son sexe, signant son méfait.

Je me suis retournée doucement et je suis montée dans ma chambre, saisissant mon appareil photo de poche, je suis redescendue à pas de loup. Lorsque j?ouvris la porte, maman était dans la même position et n?avait pas bougé. Je me suis mise juste devant elle, ses doigts rentrant dans son sexe bien à l?avant plan et clic, clic. J?avais eu peur que le déclic de l?appareil la fasse se réveiller, mais elle n?a pas bougé. Deux photos qui vaudront de l?or lorsque le moment sera venu. Mais, même si j?en retire une grande satisfaction, je me sens quand même un peu responsable de son état. Si je ne m?étais pas masturbée ce midi, elle n?aurait, peut-être pas, été dans cette position. Tant pis pour elle.

Je suis remontée illico-presto dans ma chambre et j?ai plaqué l?appareil bien en place. Pour chasser l?idée que maman est nue en bas, je me suis mise à étudier mes cours pour demain. Je prends mon journal de classe et que vois-je ? demain, un test en anglais. Ah, enfin revoir cet apollon de mes rêves, pour qui je pourrais faire des choses que je n?oserais jamais faire. Malgré ça, je me suis mise à étudier ainsi durant près de cinq heures. C?est papa, toquant à la porte de ma chambre, qui m?a sorti de mes bouquins. Il m?appelait pour dire que le souper était prêt. J?étais tellement absorbée par le cours que je n?ai plus pensé à un seul moment à ce que j?avais fait et vu. Arrivant dans la cuisine, maman était debout, terminant de placer les couverts. On a commencé à manger lorsque papa dit :

P : maman m?a montré le prospectus pour le prof d?anglais. On a discuté tout à l?heure et on est tombé d?accord sur un compromis. Ta mère voulait absolument tout payer et moi, je voulais en payer qu?une partie. Si tu voulais vraiment ce cours d?anglais, tu devrais travailler en plus de l?école. Un simple gage pour que l?on soit sûr que tu ne fait pas ça pour une futilité. On est tombé d?accord pour que tu n?aies qu?une petite partie à payer.

M : et c?est combien ?

P : un dixième de la somme, c?est à dire 1000 francs (BEF). On ne te donne que 9000 et tu cherches à te procurer 1000 et ensuite on prend rendez-vous avec lui pour que tu puisses terminer ton année sans problème en anglais. Mais attention, si tu veux plus que 10 heures, c?est toi qui devra en mettre de ta poche, à moins que le prof nous dise que tu en as vraiment besoin. Qu?en dis-tu ?

M : de toute façon je n?ai pas le choix, donc, je plie et j?accepte.

F : (maman) tu as toujours le choix que ce prof d?anglais ne vienne pas ici et tu n?auras pas à travailler.

M : non, je veux qu?il vienne, j?en ai besoin pour qu?à la fin de l?année scolaire, je puisse passer en classe supérieur sans avoir de problème en anglais.

Je terminais ma phrase en regardant maman et en lui souriant. Maman en fit de même. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque maman sorti le mouchoir (que j?ai utilisé et qu?elle a senti pendant un certain temps) et la jeté à la poubelle en toute discrétion, parmis les autres déchets que l?on a fait durant le repas. Elle a vu que je l?avais vu et m?a fait un sourire. Elle ne sais certainement pas que je l?ai vu tout à l?heure, deux doigts dans la chatte et le mouchoir à son nez.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Le reste de la soirée s?est passé comme s?il n?y avait rien eu. La seule chose qui s?est passée, c?est lorsque je suis montée dormir. Maman m?a accompagné, prétextant d?un sujet super bidon, et est montée après moi. Elle m?a accompagnée jusqu?à la porte de ma chambre. On s?est embrassée (sur la joue) pour se dire bonsoir et elle m?a posé sa main sur mon épaule en me disant : ? demain matin, on essaiera de parler de ce notre petit secret ?. Elle a refermé la porte derrière moi et est descendue directement. A quoi dois-je m?attendre demain matin ? je ne sais pas pourquoi mais rien qu?a l?idée de parler avec elle de masturbation, ça me fait chaud et froid. Chaud car il va sûrement se passer quelque chose, mais froid car je ne sais pas quoi. Enfin, on verra ça demain matin. En rentrant dans mon lit, je regarde encore un peu mon cours d?anglais. Et plus j?étudie ce cours et plus je pense à ce male qui m?a fait jouir ce midi. A force d?y penser, il fallait que ça arrive. Le bas de mon ventre commence déjà à me montrer des signes d?envies clitoridiens.

Je dois vous avouer que je me suis masturbée au minimum trois fois durant la nuit. Deux fois en pensant à mon male que j?aurai bientôt à la maison, ainsi qu?une fois, mais je pense que c?est deux fois, à ce que maman et moi, nous pourrions faire demain matin. D?ailleurs, la dernière fois que mon orgasme m?a secoué, il était près de six heures du matin et, normalement, je me lève vers sept heures trente. J?ai réalisé que j?avais presque passé une nuit blanche à fantasmer. Finalement, j?ai réussi à calmer mes pulsions et je me suis endormie comme un bébé. D?un coup, j?ai entendu la voix de maman à côté de moi, à côté de ma fenêtre, qui ouvrait mes rideaux, tout en me disant qu?il était l?heure de me lever. Encore moyennement endormie, j?ai regardé mon radio-réveil qui indiquait huit heures vingt. J?ai ouvert les yeux et je lui ai demandé pourquoi elle m?avait laissé dormir si tard car j?avais déjà raté un cours et le second est dans une demi-heure, c?est à dire que je vais aussi le raté. Comme réponse, elle me dit qu?elle a téléphoné à l?école en leur disant que leur fille n?a pas été bien durant la nuit et que le docteur devait passer dans la matinée. Bref, elle me dit qu?aujourd?hui, toute la journée, j?étais en congé.

Puis, mon cerveau s?est réveillé et l?idée que maman et moi allions dans quelques instants parler de sexe suffit pour me réveiller totalement. Mon coeur s?est mit à battre vite et ma respiration est devenue irrégulière. Maman a remarqué ce changement de comportement, je l?ai vu dans son regard, mais n?a rien dit. Je me suis levée et suis allé dans la salle de bain pour y faire un pipi que mon corps devait faire depuis très longtemps mais que mon excitation ne voulait pas laisser passer. Lorsque j?ai eu fini, je ne tenais pas debout sur mes jambes, elles tremblaient tous les deux si fort que j?ai du m?asseoir sur la chaise qui se trouve à côté de l?évier pour ne pas tomber. Je ne savais plus me contrôler, ma respiration était haletante et mon coeur, ah, mon coeur, il battait si vite que je croyais que j?allais faire une crise. De toute façon, il faut que je remonte et on verra ce que me réserve la suite des événements. ?a se peut que maman disait ça hier soir pour simplement me troubler et qu?elle n?en dira pas un mots. Mais au contraire, si, lorsque je suis en haut, elle commence à me poser pleins de questions, que vais-je lui répondre ? la vérité ? tout en réfléchissant, je suis redevenue maître de mon corps et je me suis redirigée vers ma chambre.

Lorsque j?ai ouvert la porte de ma chambre, maman y était toujours et était assise sur ma chaise de bureau. Je suis rentrée et on s?est regardée dans les yeux. C?est elle qui prit la parole : f pour maman et m pour moi.

F : si on parlait de chose de femmes ? ok ?

M : si tu veux maman

F : peux-tu m?expliquer depuis quand et pourquoi tu te caresses intimement ?

M : (je me suis mise à rougir et j?ai attrapé chaud d?un coup, mais je ne voulais pas perdre la face devant maman et j?ai décidé de ne pas être dans le rôle de la victime, et donc, c?est moi qui vais essayer d?être l?inquisitrice) c?est quoi pour toi des caresses intimes ?

F : (elle a baissé les yeux car elle ne s?attendait pas à ma réponse), heu, pour moi, je, heu, je dirais que c?est ce qu?une femme fait pour se donner de plaisir physique.

M : mais que veux-tu dire par là ?

F : (reprenant confiance en soi, elle a relevé les yeux) tu sais bien ce que je veux dire, je veux savoir depuis quand et pourquoi tu te masturbes, voilà !

M : (oups, je n?avais pas envisagé ça, mais je me suis promis que j?allais être digne et je vais me défendre, quitte à dire la vérité.) ça fait deux ans que je me masturbe, maman. C?est à cause d?un garçon lorsqu?on est allé en vacance dans le sud de la France, il m?a dragué et avec des copines j?en ai parlé. Elles m?ont raconté plein de choses, dont le fait de se faire du bien en se masturbant.

F : et hier midi, à qui ou quoi tu pensais ?

M : hier midi je me suis masturbée en pensant à mon prof d?anglais et ....

F : et c?est pour ça que tu voudrais l?avoir comme prof privé, pour l?avoir rien qu?a toi ! ce n?est pas pour tes études alors ?

M : oui et non. J?ai besoin d?avoir un prof privé en anglais et s?il est mignon et que je peux en avoir plus pour l?argent, pourquoi ne pas mélanger le sérieux et le plaisir.

F : pourquoi te fait-il tellement flipper ?

M : parce qu?il est super mignon et son regard est vraiment ...

F : et c?est pour ça que tu te masturbes en pensant à lui ?

M : (là, j?ai senti que je devais réagir car elle venait de me porter un coup droit au but et je ne pouvais pas montrer qu?elle a raison) maman, tu ne t?es jamais masturbée en pensant à un prof ?

F : il y a des années, je l?ai fait aussi, c?était mon prof de français et..

M : et qu?est-ce qui te faisait flipper chez lui ?

F : (maman à de nouveau abaisser les yeux et regarde vers le sol) disons qu?il s?habillait assez serrant, malgré que la direction lui interdisait de le faire. Et c?es ainsi que l?on voyait bien son attribut masculin.

M : et alors, qu?est-ce qu?il s?est passé ?

F : durant une année scolaire, j?ai fait comme toi, tous les soirs je me caressais en pensant à lui.

M : et qu?est ce que tu lui faisait dans tes pensées ?

F : ça se sont des choses personnelles et ...

M : mais parler de masturbation, c?est parler de chose personnelle.

Maman s?est levée et est sortie de ma chambre. J?entendais qu?elle est descendue vers le salon. Je suis restée quelques minutes sans réactions, repensant à la conversation. Je pensais qu?elle aurait été plus dans les détails. Heureusement, car je ne savais plus quoi faire pour être sur l?offensive. Je crois que j?ai marqué un point et que maintenant, dans quelques temps, elle va revenir à la charge et là, je devrais faire attention à mes paroles, car elle aura certainement pensé à pleins de choses. Mais, je suis en congé aujourd?hui, j?ai le droit de faire ce que je veux. Je me remets dans les couvertures et, durant cinq minutes, je continue à penser à cette conversation. Le temps aidant, la chaleur du lit est venue m?envahir et de nouveau, le sommeil qui m?avait quitté, me guette à nouveau. Je sens mes yeux se fermer et je retombe endormie.

Je ne sais combien de temps je suis restée endormie, mais c?est la voix de maman à côté de moi qui m?a réveillé. Elle me disait de me réveiller car il était temps de dîner et que ce n?était pas l?heure pour une fille de mon âge d?encore dormir à cette heure. Je me suis retournée, toujours sous ma couette et j?ai regardé mon radio réveil. Il était près de treize heures. Je n?étais pas vraiment endormie mais j?avais quand même sombré dans le sommeil. Donc, mon réveil s?est passé beaucoup plus vite quand ce matin. J?avais à peine ouvert les yeux que maman est venue s?asseoir à côté de moi, mais sur le lit. Elle me caressa les cheveux, en faisant en sorte qu?ils soient directement bien mit, comme s?ils avaient été peignés. Elle me souriait si tendrement que je n?ai plus que lui rendre son sourire si fraternel. Elle fit cette caresse durant bien cinq minutes. Plus le temps passait, plus je sentais que mon entrejambe se réchauffait et que tous les instants qui se passaient me troublaient de plus en plus.

Ces cinq minutes m?ont paru longues et bonnes. Finalement, maman à ouvert la bouche en me demandant si je voulais que je lui raconte ce qu?elle pensait au sujet de son professeur de français. La regardant droit dans les yeux, je lui fit signe oui de la tête. Elle s?est couchée de tout son long sur mon lit, toujours au-dessus de ma couette. Ensuite, elle a fermé les yeux et à commencer son récit. (pour des raisons de mémoires et de places, je ne vous le dirai pas). J?écoutais maman me raconter son histoire et de plus en plus, je sentais que de mon sexe se concentrait une masse importe de ma liqueur intime qui ne demandait qu?à sortir et à inonder mes plis et recoins secrets. Au bout de dix minutes, maman me demanda mon avis. Je ne pouvais que lui dire la vérité et je lui ai dit que son histoire me troublait. Elle comprit tout de suite mon allusion et elle me dit, en refermant les yeux, que si je voulais, je pouvais me masturber en l?écoutant. Continuant à moitié à écouter son récit, j?ai doucement remonté ma robe de nuit et, par délice de la chose, je me suis mise à me caresser le clitoris. Plus maman racontait son histoire, plus je m?appliquais à essayer de me faire jouir le plus fort que je pouvais. ?a faisait maintenant une demi-heure que maman racontait son histoire, et aucune de nous ne voulait qu?elle s?arrête. A un moment, elle ouvrit les yeux et me demanda encore mon avis. J?avais justement trois doigts dans mon entrée intime et un dans ma grotte noire. C?est assez délicat comme position pour donner son idée. Maman se retourna et, après avoir prit un mouchoir dans le paquet sur ma commode, me dit de m?essuyer les doigts et de lui donner mon avis.

Je lui dis que son récit était très détaillée et qu?elle me faisait du bien à l?écouter la raconter. C?est alors que maman me posa une question que je ne pensais pas qu?elle allait me poser. Elle me demanda si elle pouvait, elle-aussi, se caressée à côté de moi, tout en continuant à raconter son histoire. Je lui fit signe oui de la tête. Mon coeur battait à nouveau la chamade, je ne savais pas vraiment quoi faire. Maman s?est levée et déboutonna son jeans. Ensuite, elle s?assit sur ma couette et par de petits gestes physiques, elle enleva sa culotte. D?après les tâches, maman devait tout autant mouiller que moi. Elle avait au pubis, qu?une petite touffe de rien du tout, mais qui avait son charme, malgré tout. Ensuite, maman recommença son histoire et nous nous sommes mise tous les deux à nous masturbée, les yeux fermés. Les yeux peut-être, mais maman se masturbait si vite et fort que j?entendais bien le frottements de ses doigts sur la peau humide. Cette audio me fit encore plus me masturber.

Nous sommes restées l?une à côté de l?autre durant près d?une demi-heure, écoutant l?une et l?autre gémir et en retirer du plaisir. Au bout d?un moment, le plaisir était si intense dans mon corps que, une fois de plus et seulement lorsque je suis vraiment excitée, je me suis rentré le majeur dans l?anus. Il m?a suffit d?une minute pour jouir. La violence de ma jouissance exerça sur maman une telle puissance de plaisir, qu?elle aussi arriva à l?orgasme. Les gémissements que nous émettions à ce moment-là étaient formidables. Le feu au corps, nous avons jouie tels deux femmes qui n?avaient plus jouies depuis des mois. Lorsque j?ai ouvert un oeil, j?ai remarqué que maman avait une main sous son pull et était encore occupée à se caresser ses tétons, qui devaient sûrement pointés fort et être bien dur.

Maman tourna sa tête de mon côté et remarqua que je la regardais. D?un coup, elle se leva le tronc et passa son pull par-dessus la tête. Elle avait passé son soutien en-dessous de ses seins et, effectivement, ses tétons saillaient fortement. Elles se recoucha à côté de moi et continua, mécaniquement, à se les caresser. Nous sommes restées ainsi durant dix minutes. Nos coquillages baveux s?étaient finalement séchés et nous avions repris nos esprits lorsqu?un bruit venant de la rue nous fit sortir de notre demi-rêve-coma-sommeil. On s?est retourné l?une vers l?autre et on s?est sourie. Maman était si proche de moi que j?ai posé ma tête sur son épaule. Maman posa la sienne sur la mienne et me demanda comment j?avais trouvé ce petit exercice. Je lui ai répondu que jamais de ma vie, je n?ai été si excitée. Maman tourna sa tête vers moi et, par un geste lent, elle approcha sa bouche de la mienne et d?un coup, s?y accrocha. Nos lèvres se touchèrent, puis s?ouvrirent, pour laisser la place à nos langues de se toucher, s?enrouler,...

C?est la première fois que j?embrassais une personne du même sexe que moi. En plus c?était maman. Du fait de nos positions, lorsque j?ai voulu lui mettre ma main gauche dans son cou, j?ai heurté son sein droit. Je n?ai pas résisté à la tentation d?aller le caresser. Effectivement, il était très dur, comme de la pierre et au bout, un téton pointant vers le ciel. Je m?y suis attardé durant près de cinq minutes. Nos langues étaient toujours mélangées et nos salives coulaient sur nos poitrines. L?ambiance si sensuel de la pièce et de nos gestes nous firent chauffer à nouveau.

La chaleur de mon corps grimpa si fort que j?ai dû abaisser la couette qui me recouvrait. Maman sauta sur l?occasion et, mes seins à peine sortis, elle y plaça sa main gauche et me caressa comme je suis en train de le faire aux siens. Au bout de cinq minutes, nos bouches se séparèrent. Il faut croire que maman était vraiment très excitée, car à peine séparée, maman me demanda si je voulais lui sucer un sein, comme lorsque j?étais petite. J?ai regardé vers son sein gauche qui était qu?à seulement quelques centimètres de mes lèvres. D?un regard, je lui ai répondu par l?affirmative. On s?est bougé pour être chacun sur le côté. Je suis un peu descendue dans le lit et d?un coup, je lui ai attrapé, entre mes lèvres, ce téton qui me faisait face depuis longtemps. Qu?est ce qu?il était dur et long. Je le suçais, telle une mini-queue.

Soudain, j?ai senti sa main descendre mon dos, ensuite descendre vers mes reins, pour finir en descendant l?haine et toucher ma toison. D?un coup, maman s?infiltra dans la fente et rentra son majeur dans mon entre intime. Dès ce moment-là, je me suis laissée aller, n?hésitant plus à gémir à pleine voix. Sans m?en rendre-compte, tellement maman ne faisait chauffer, parfois, au lien de lui sucer son téton, je le lui mordais et parfois assez fort. J?ai voulu rendre à maman la même caresse qu?elle me faisait, mais elle m?y a empêché, me disant, entre deux gémissements, qu?elle ne voulait pas que je touche le sexe. Etant surexcitée et doigtée par maman, j?ai joui en étouffant mes plaintes de plaisir entre les seins de maman. C?est à peine si le son était couvert, tellement le plaisir qui s?évacuait de mon corps était puissant. Je ne sais combien de temps je suis restée ainsi, mais c?était trop bon. Je crois que jamais que n?ai joui de cette manière. Maman me caressait doucement les cheveux, de haut en bas, tout en respirant doucement. Je crois qu?elle a autant apprécié que moi ce moment de plaisir.

C?est ma montre, sonnant 14h, qui nous réveilla de notre sommeil érotique. Maman réalisa directement qu?elle devait se dépêcher si elle ne voulait pas arriver en retard au boulot. Debout, on s?est dirigée vers la salle de bain. Nous étions encore nues mais maman voulut prendre seule son bain. Elle accepta quand même que je la regarde se laver. Elle fit couler pendant quelques minutes l?eau, puis, d?un coup, s?y glissa, tel un savon. Pour ma part, je me suis assise sur une chaise qui était juste en face. Sans vraiment m?en rendre compte, je m?étais mise de manière que maman avait une vue imprenable de mon entrejambe. Durant son lavage, nos regards ne s?étaient presque jamais trouvés. De mon côté, c?est vrai que j?étais encore une demi-heure avant et mon esprit se perdait dans des émotions érotiques.

Depuis un certain temps, je n?entends plus les remous de l?eau que maman faisait lorsqu?elle se lave. Je reviens à la réalité et découvre que maman, les yeux rivés sur mon entrejambe, est occupée à se caresser doucement la vulve. Elle s?est rendu compte que j?ai compris ce qu?elle faisait et d?un coup, elle retira sa main. Directement, nos regards se croisèrent. Sans rien se dire, on s?est sourit. Maman me dit : ? si tu allais m?attendre dehors ?. Par un signe de la tête, je lui accordais sa demande. En me dirigeant vers la porte, maman me toucha du dos de main, ma fesse droite. Je ne me suis pas retournée, j?avais compris qu?elle voulait rester seule pour pouvoir se consacrer à une masturbation solitaire bien méritée.

Je sortis de la salle de bain et fit quelques pas vers la chambre. Ensuite, à pas de loup, j?y suis revenue et j?entendis ce que je pensais y entendre. D?après les gémissements et les bruits de remous d?eau, maman devait prendre un sacré pied. L?entendant, je n?ai pas résisté à me faire exactement la même chose. Je me suis couchée à terre, les jambes bien écartée, mes doigts, connaissant très bien l?endroit, me prodiguèrent ce plaisir si intense. Je ne voulais pas me faire jouir tout de suite, je voulais écouter les râles de maman, tout en me faisant du plaisir. Mais, maman jouissant plus vite que je ne le pensais, m?obligea à remballer mon instinct de masturbatrice, pour un instinct de repli. En effet, quelques minutes plus tard, maman sortit de la douche, enroulé dans sa serviette de bain. Moi, je m?étais couchée sur son lit, jambes bien fermées, tout en écoutant de la musique.

Je devais faire attention aux draps, car, ayant encore de la mouille, je risquais de lui faire comprendre ce que je venais de faire. Elle arriva devant sa garde-robe et se choisi des vêtements. Sans aucunes gênes, maman laissa tomber la serviette à ses pieds, se qui me fit voir ses formes encore bien généreuses. Je ne sais pas si elle le faisait exprès, mais de nombreuses fois, j?ai eu l?occasion d?admirer son coquillage intime. Tout beau, tout rose, tout boursouflé. Rien qu?en la regardant s?habiller devant moi, je me sentais fondre ... et dégouliner. A peine avait-elle mise sa culotte et son soutien que je lui ai dit : ? maman, j?ai envie de toi à nouveau ?. Elle se retourna et me sourit tout en me disant : ? une autre fois, maintenant je dois partir, sinon je serai encore plus en retard que je ne le suis déjà ?.

Elle continua à s?habiller pendant que moi, je m?étais rapprochée d?elle, humant l?odeur parfumée de sa peau. Elle dû s?asseoir pour enfiler ses bas. J?en ai profité pour la ceinturé le cou et y lui faire de petits baisers, tout en me collant bien contre elle (surtout mon pubis). A la fin, ce n?était de petits baisers, mais une véritable ruade sur son corps, une véritable masturbation que son corps m?offrait. Au bout d?un moment, maman me décrocha d?elle et se leva. Elle me regarda, le regard fixe sur mon entrejambe. Puis, elle s?accroupie devant moi, me faisant signe de me coucher sur le lit. Là, j?ai compris. Je m?y suis couchée et ai rapproché mes jambes de sa tête. lorsqu?elle toucha du bout de sa langue ma vulve en ébullition, je me suis mise à me tordre de plaisir, telle une anguille. S?était la première fois qu?une femme me faisait un cuni. Je dois avouer qu?il n?y a rien à comparer avec le même acte, mais fait par un mec. Maman faisait ça avec douceur, tendresse, amour. Au bout d?un moment, j?ai senti sa langue venir toucher mon petit trou. Puis, c?est sa langue entière qui essayait d?y entrer. Sentant mon clitoris délaisser, j?y dirigea mon majeur pour m?y faire du bien.

Après quelques minutes ainsi, maman essaya d?entrer un doigt dans mon fondement. Avec ses lèches, elle y arriva facilement. A partir de ce moment-là, je ne me suis plus retenue et j?ai gémi autant que mon plaisir me le permettait de faire. Par le reflet du miroir, j?ai vu que maman avait, elle-aussi, prit son rôle plutôt au sérieux et avait, pour se faire, sa main dans sa culotte. Vu la vitesse de son action, je pouvais en déduire, qu?elle adorait, autant que moi, le superbe cunnilingus qu?elle me prodiguait.

Je ne mis pas très longtemps à sentir cette sensation qui vous secoue le corps si fort qu?elle vous étourdie. Je parle bien sûr de l?orgasme. Bon dieu, mais quel orgasme j?ai ressenti. Mon corps était pris si fort de spasmes, que maman s?en étonna et arrêta net sa propre masturbation. Maman se retira de mes jambes et parti vers la salle de bain. Elle en ressorti quelques secondes plus tard, finissant de réajuster sa robe. Moi, je n?avais pas bougé de place, toujours jambes écartées, demi-somnolante, demi-étourndie encore par l?orgasme. Maman me dit : ? je ne pensais pas que tu étais si chaude, ma fille, mais maintenant, je dois partir, sinon je fais me faire taper sur les doigts ?. Comme réponse, je lui dis : ? qui sais, tu aimes peut-être te faire taper sur les doigts ? ?. Elle sorti de sa chambre en me faisant un baiser dans ma direction.

Je l?entendis bouger un instant dans le salon, puis, claquant la porte assez fort, elle s?en alla dans l?auto et parti au boulot. Je ne devais pas trop rester longtemps dans cette position, car papa devait bientôt arriver du boulot. Espérons qu?il ne croise pas maman sur le chemin, sinon, je vais devoir encore lui mentir. Prenant mon courage à deux mains, je me suis levée et dirigée vers la salle de bain. Je ne vous dirai pas l?odeur qui se dégageait de mon antre d?amour. Une bonne douche et je serai à nouveau bien propre. Ensuite, je suis allée dans ma chambre, pour moi-aussi, m?habiller. En descendant dans le salon, j?ai remarqué un petit mot que maman m?avait sûrement laissé. Effectivement, le mot disait : ’je te remercie ma fille pour ce moment si intense. En cadeau, je t?offre ce joli billet de 500f, une petite récompense pour m?avoir fait du bien ?. Je n?en crois pas mes yeux. Maman m?a refilé du fric pour ce que l?on s?est fait tout à l?heure. Là, je suis entre deux feux. Soit, je m?en fou ou soit, je me rebelle, je ne suis tout de même pas une pute, je suis sa fille.

Après cet après-midi là, pendant deux semaines, rien ne s?est passé entre maman et moi. De temps en temps, on se souriait, un peu gênée. La seule chose qu?il s?est passé, c?est à l?école. Je devais encore trouver 500f pour que je me paye ce prof d?anglais. Vous vous souvenez lorsque je vous disais que mon ex m?attendait toujours à la sortie du bus pour me demander si je voulais lui faire des choses. Et bien, comme il me fallait absolument cet argent, pour une fois et dernière fois, j?ai accepté. Comme tous les matins, il m?attendait et, à peine sorti du bus, il s?approcha de moi et me lança se regard inquisiteur. Je lui souri et lui fit un clin d?oeil. Son visage se figea d?un trait et son regard se troubla. Je me suis dirigé vers lui et je lui dit de me suivre. Il me suivi sans prendre une fois la parole. Je savais que la classe 4c était ouverte au matin et que personne n?y va ; et pour cause, elle se trouve au quatrième étage. Heureusement pour moi, j?ai le code qui permet d?utiliser l?ascenseur. Il essaya tout de suite de m?embrasser dedans, mais, jouant le jeu, je lui ai fait comprendre qu?il devrait attendre en lui tapant doucement sur ses mains. Il n?avait d?yeux que pour ma chute de reins, ma crinière ou, et je l?avais fait exprès, mon décolleté. Je le sentais qu?il se collait contre moi et je sentais, tout aussi bien, qu?il bandait comme un taureau. Il me disait des petits mots dans les oreilles, me disant des mots tels que ? tu n?est qu?une petite salope, comme les autres, tu baiserais avec n?importe qui pour du fric ? et des autres choses de ce genre-là. Finalement, lorsque la porte de l?ascenseur s?ouvrit, il avait déjà posé ses mains sur mon ventre.

Lorsque nous sommes arrivés dans la classe, il m?a quasi sauté dessus. Je l?ai repoussé en lui disant mes conditions. J?accepte de le sucer jusqu’à ce qu?il éjacule, je l?avale et tout ça pour 1000f. Tout d?abord, il refusa net mais je lui ai répondu que c?était ma seule et unique offre. Il tenta d?autre approche, mais je n?ai pas cédé. Finalement, il accepta, après quand même près de cinq minutes de discussion. On a même eu de la chance, car un prof est justement passé et, heureusement pour nous, il ne nous a pas entendus. Il sortit le billet et le posa sur la table. Je lui ai proposé un moyen pour qu?un de nous deux ne soit perdant. Je lui prit le déchira en deux. Il m?insulta mais le mal était fait. Comme ça, chacun est sûr que l?autre va faire sa part du boulot.

Ensuite, il se plaça derrière moi et me colla comme au bon vieux temps, lorsqu?on sortait ensemble. Je sentais son sexe bandé contre mes fesses. Je sais que la seule chose qu?il veux faire, c?est me baiser. Je sentais ses mains me caresser les seins, qui, sous la caresse, se mirent à pointer. Je sentais cette chaleur intense venir chauffer mon entrejambe, mais je devais lui résister et ne faire que ce que j?avais décidé de faire. Sans le vouloir, je lui dis : ? pour 4000, tu peux me baiser ?. Tout mon corps espérait qu?il dise oui. Il rapprocha sa bouche de mon oreille droite et me dit : ? je n?ai sur moi que 3500, c?est bon ? ?. ? pour 3500, j?accepte que tu me baises seulement, laisse tomber la pipe, ok ? ?. Comme seule réponse, il dirigea ses mains vers les boutons que retenait mon jeans de tomber. Il faut croire qu?il était sérieusement en manque, car, il m?enleva le jeans et ma culotte en deux secondes. Il me poussa en avant et directement, il s?enfuit dans mon antre intime.

Il fut étonné lorsqu?il commença à me ramoner, qu?il rentrait et sortait très facilement. Puis, il comprit et me dit : ? tu avais envie que je te baise, c?est ça !, voilà pourquoi tu as changé d?avis, petite pute ! ?. Je ne tint pas compte de ses paroles. La seule chose qui comptait pour moi, à cet instant précis, s?était de me faire prendre et de jouir tout autant que je pouvais. Je sentais son sexe aller et venir entre mes lèvres, et ça me rendait folle. Soudain, je me suis mise à gémir doucement, mais il l?entendit. A ce moment-là, il accéléra son mouvement et me fit encore gémir plus fort, faisant monter en moi la sensation unique de ce pieu glissant. Quitte à me faire insulter, mais je ne peux pas le laisser seul à jouir. Je me suis mise un peu mieux, écartant un peu plus mes jambes et j?y ai glissé mon majeur et mon index, venir caresser mon bouton rose, hyper humide et bien gros.

J?entendais à sa respiration qu?il allait bientôt jouir. Il savait qu?il devait se retirer mais je lui ai rappeler. Durant quelques instants, je me serais retrouvée quelques temps en arrière, lorsqu?il me faisait l?amour en vitesse, pendant que mes parents faisaient les courses. Je me suis même mise à penser un instant que l?on pourrait reprendre une vie commune, et recommencer comme avant. Soudain, ces mouvements me sortirent de ces pensées. Il était occupé à jouir en moi. Je sentais ces giclées venir me taper l?intérieur, venir me remplir. Je sentais ses coups venir me pénétrer si fort que j?en ai tout de suite, joui. Nous étions tous les deux occupé à jouir en même temps. J?avançais mes reins pour qu?il puisse me prendre du mieux qu?il pouvait.

Notre étreinte s?arrêta assez brusquement. La sonnerie de l?école retenti et nous tira de nos vagues de bonheur. La réalité nous frappa et nous comprîmes tous les deux le drame qu?il venait de faire. Il savait que je prenais la pilule lorsqu?on sortait ensemble, mais depuis, il s?en foutait de moi. Avec des mouchoirs qu?il me présentait, je m?essuya la vulve, récoltant le mélange de nos flux sexuels. A un moment, il eu le dos tourné et j?en ai profité pour goutter ce mélange que longtemps j?avais envié d?avoir. Lorsque nous fûmes réajustés, on sorti de la classe et prirent l?ascenseur. Dedans, il me prit dans ses bras et on s?embrassa comme avant. ?a faisait longtemps que, dans mes rêves très cachés, j?avais envie de reprendre la vie avec lui.

Finalement, il me posa la question si je prenais encore la pilule. Je le fit un peu marché, mais je lui ai vite répondu qu?oui, avant qu?il tombe dans les pommes. J?avais peur de sa réaction, qu?il me jette à nouveau, telle une chaussette sale. Est-ce que quelqu?un m?avait entendu dans mes rêves, mais il me dit : ? et si on repartait comme avant, je te promets d?être à nouveau celui que tu as aimé ?. Comme réponse, je lui dit : ? Donne-moi d?abord l?argent, et je vais réfléchir durant les cours. Je te répondrai ce soir à l?arrêt du bus ?. Nous sortions de l?ascenseur lorsqu?il me donna les billets correspondant à la somme. Il n?y a pas une semaine, je le détestais à tout jamais, et maintenant, j?ai envie que l?on sorte à nouveau ensemble. Mon prof d?anglais a disparu de mon esprit, quand à maman, s?est du passé, enfin, pour l?instant.

Durant la journée, on se croisa dans le couloir, on discuta l?un à côté de l?autre, sans aucuns gestes. La seule chose qui aurait pu nous avoir, c?est nos regards pour l?autre. Notre complicité d?antan était revenue, comme par magie. La fin des cours arrivée, je me suis dirigée vers l?arrêt du bus. Il était là, à m?attendre. D?habitude, il était avec ses copains à m?attendre et à me demander toujours la même chose. Maintenant, il était là, seul, le long de la route. Ses copains étaient quelques mètres de lui et discutaient. Lorsqu?il me vit arriver, nos regards se croisèrent et on se rapprocha l?un de l?autre. Je n?avais pas vraiment réfléchi à la question de ressortir avec lui, vu que s?était ma volonté secrète. Nous étions à un mètre l?un de l?autre et il m?interrogea du regard. Pour réponse, je me suis rapprochée de lui et on s?embrassa tendrement, délicieusement. Je sentais sa langue flirter avec la mienne, tantôt de sa bouche, tantôt de la mienne. Nous étions à nouveau deux amants. Ces copains arrivèrent et nous sifflèrent. Des insultes m?arrivèrent en pleine face, mais, à mon grand étonnement, Marc me défendit. Les autres n?insistèrent pas et nous sommes retournés chez moi à pied, mains dans la mains. Le long du trajet, on discuta de ce qu?on allait faire maintenant que l?on ressortait ensemble. Bien évidemment, le sujet principal fut, comme avant, le sexe. Nous discutions quand et comment faire l?amour. Tout en discutant, on s?embrassait de temps en temps et je sentais que notre conversation ne le laissait pas de marbre... enfin, il était plus dur que du marbre. Lorsqu?on arriva devant chez moi, maman nous regardait par delà la fenêtre et compris directement en nous voyant nous enlacer devant elle. Marc et maman étaient de bons amis et de temps en temps, maman me disait qu?elle discutait avec lui lorsqu?elle attendait le bus près de l?école. D?ailleurs, un jour que l?on sortait encore ensemble, je me suis réellement posé la question, si maman n?avait pas, un jour, été infidèle à papa et Marc vis-à-vis de moi.

Comme par le passé, Marc et moi, nous rentions dans la cave et nous nous tripotions un peu, avant de nous embrasser et que Marc s?en aille chez lui. Ce soir, il me demanda si je voulais lui faire une pipe, la pipe de ce matin. Sans aucune hésitation, je me suis mise à genoux pendant qu?il défaisait sa ceinture. Lorsque j?ai relevé la tête, son sexe se dressait devant moi, fier et dur. Je le happa entre les lèvres, jouant de mes meilleures habiletés. Il posa ses mains sur ma nuque et m?imprima le rythme de ses mouvements. Malgré une certaine perte d?habitude de grosse chose dans ma bouche, je lui prodiguais une fellation comme peu souvent je lui ai offert. Pas très longtemps après, il me dit qu?il allait arriver. Sans complexe, je lui caressa les testicules et d?un coup, il m?éjacula dans la bouche. Le flot de sperme m?arriva en saccade, gluant et peu appétissant. Les râles qu?il fit me firent certainement mouiller le plus vite possible que jamais je n?avais mouillé.

Lorsqu?il en eut fini, il sortit son petit ver de mes lèvres et me badigeonna les lèvres avec le reste de sperme qui lui restait. ?a faisait longtemps que je n?avais plus eu de sperme en bouche et j?ai vraiment, vraiment adoré. Je me suis essuyée les lèvres, pour ensuite l?embrasser. Puis, il s?en alla, me disant qu?il viendrait me chercher demain matin en voiture. Etant dans un lieu sûr (la cave n?est accessible que d?un côté et on voit de loin si quelqu?un approche), je n?ai pas su résister à abaisser mon jeans et ma culotte. Effectivement, ma culotte témoignait de la quantité de mouille que j?ai émis. Accroupie, j?entrais mon index et mon majeur entre mes lèvres intimes, tendis que de mon autre main, je me titille l?anus. J?ai les yeux fermés et je savoure du mieux que je peux, les moments présents.

Evidemment, je n?étais pas sûr mes gardes et, sans que je m?en rende-compte, maman me regardait, à trois-quatre mètres de moi. J?eu un choc lorsque j?ouvris durant un instant les yeux. Mais le plaisir qui se dégageait sous mes caresses ne me firent pas arrêter. Maman saisi une chaise qui traînait et s?y assit, les jambes ouvertes. Je retirais mes doigts de mes entrailles pour enlever mon jeans et ma culotte et me coucher à terre, juste devant maman. Je suppose que de me voir ainsi lui donnera des idées et qui sais, peut-être aller plus loin. Doucement, ses mains se dirigèrent vers les boutons de son chemisier, qui, deux minutes plus tard furent tous ouvert, me montrant ses seins, qui n?étaient pas tenu dans un soutien. Ils pointaient fortement. Maman se les caressait doucement, passant de l?un à l?autre. De mon côté, je m?étais rapproché d?elle, de fait qu?elle puisse voir mieux mes actes porno.

Au bout de dix minutes, maman se leva et fit ce que j?attendais. Elle passa ses mains dans son dos, descendit, bougea un moment, puis, sa jupe tomba à ses mollets. Sa culotte fut tout aussi vite à terre, puis, elle se rassit. Mais pas d?une manière habituelle. Pendant un instant, j?aurais pensé revivre le moment où, dans Basic Instinct, Sharon Stone est interrogée par les policiers. Elle avait croisé les jambes et, tout en discutant, elle les décroisait et les re-croisait, mais en les serrant. À un moment, où j?avais encore une fois, les deux entrées de mon corps remplis de deux doigts chacun, maman décida d?exécuter se décroisement de jambes, qui me montra, en plus de son intimité totalement épilée, mais aussi sa mouille qui souillait ses chairs.

Bref, en un instant, maman écarta ses jambes, se coucha un peu sur sa chaise, et débuta la même action que moi. Pour la première fois, je pouvais détailler, pas en détails mais assez bien, tous les recoins de son sexe. Mais, je n?ai pas profiter de cette occasion. La seule chose qui était important pour moi à cet instant, c?était de voir ma propre mère, sous mes yeux, se masturber. Je vous souhaite à tous ce moment magique. Lorsqu?elle s?est bien mise, après deux ou trois minutes, les soupirs de plaisirs sont apparut. Dès ce moment, j?ai posé la tête sur le sol et j?ai fermé les yeux. Cette position m?incita à faire beaucoup plus attention aux sons de l?endroit.

Il eu un son qui se faisait entendre assez difficilement à travers nos soupirs et gémissements. Au début, je pensais que c?était moi qui l?émettait, mais le mien était d?une autre qualité. Ce son, c?est tout simplement le bruit de frottement de la peau mélangé à la mouille. Vous voyez ce que je veux dire? (heu..., vous entendez ?...). Ce bruit que maman émettait, était plus fort et plus rapide que le mien. Au bout de cinq minutes d?écoute intense de ce petit bruit si expressif de la vitesse que maman emploi, j?ai quand même regardé de son côté. Je fus ébahie de voir ce que je voyais. Je sais que maman n?est pas une sainte au niveau sexuel, mais à se point-là !!. Je vous jure que j?en ai été tellement surprise que je me suis arrêtée pour la regarder faire. Moi, avec deux doigts dans mon entrée sombre, je me prenais déjà pour une fille spéciale, mais maman, elle, elle y était avec la main entière, le poignet quasi tout entier dedans. Mais mon étonnement ne s?arrêta pas là. De même que pour son entrée noire, maman s?était rentrée l?autre main dans le sexe, le poignet bien enfoncé.

Je la regardais, les yeux ébahis, je sentais d?un coup, une petite fille, devant une maîtresse de ces actions que l?on appelle fist. Entendant que je m?étais arrêtée, maman ouvrit un oeil et remarqua mon étonnement. Elle me dit : ? ne t?effraye pas, moi, en tout cas, je n?ai pas mal, que du contraire, je prends un plaisir fou à faire ça, allez, allonge toi et faisons-nous du bien ?. De sa voix maternelle, maman réussi à me remettre de mes émotions pour m?en aller vers d?autres. Je me suis à nouveau couchée sur le dos, entendant toujours les mouvements glauques des mouvements que maman faisait. Il faut croire que ces vues m?ont redonnés de l?énergie car mes caresses étaient plus appuyées qu?avant. Rentrant, presque instinctivement deux doigts dans l?anus, je me suis surprise à essayer d?y entrer un troisième ainsi qu?un quatrième dans mon sexe. À mon étonnement, mon sexe accepta ce quatrième doigt, qui était le petit doigts. Mais, en ce qui concerne l?anus, je n?ai pas très insisté, comprenant qu?il n?était pas, pour l?instant, distendu pour y accueillir un supplément.

Mais, rien qu?avec un doigt supplémentaire dans ma vulve, j?ai senti la différence. L?énergie que j?y mis pour me faire du plaisir me fut rendu au centuple. Au bout d?un moment, je frottais si fort mon clitoris que l?orgasme qui me secoua me fit m?évanouir. Je ne sais combien de temps je suis restée inconsciente, mais lorsque je me suis réveillée, j?étais dans mon lit, j?étais en robe de nuit, rideaux fermés, draps jusqu?au cou, bref, comme si j?allais aller dormir. La première chose que j?ai fait, c?est de sentir mon sexe. Curieusement, il sentais le savon et, comme par miracle, j?étais tout à fait rasée, mon pubis était découvert telle une petite fille. Bizarre !

Je me suis habillée et suis descendue. Il n?y avait personne dans le salon, ni dans la cuisine, personne dans la maison. Par acquit de conscience, je me suis dirigée vers la chambre de mes parents. Et plus je me rapprochais, plus des bruits significatifs se faisaient entendre. A quelques pas de leur porte, j?entendais clairement mes parents faire l?amour. Maman gémissait un peu, tandis que papa respirait très fort, disant parfois des mots pas très chaleureux à maman. Puis, papa arriva à la fin. Par la serrure de la porte, j?ai pu voir qu?il éjaculait sur la figure de maman, la traitant de salope. Je ne voyais pas bien ce qu?il se passait mais, à un moment, maman s?est mise autrement et j?ai pu voir qu?il venait de la sodomiser car son anus était encore très dilaté. Pour ma part, je m?étais mise la main dans la culotte mais je ne me branlais que doucement, pas à me faire jouir en deux secondes.

Ensuite, c?est couché sur le dos et maman est venue le sucer pendant quelques minutes, juste assez pour qu?il puisse rebander. Ensuite, maman s?est empaler sur lui et elle s?est mise à faire du rodéo, comme dans des films X. Maman se mit à gémir d?une manière qu?aucunes personnes n?auraient pu résister. L?entendant ainsi, je me suis couchée à terre et, les jambes ouvertes et repliées, je me suis branlée comme aux heures des grandes masturbations adolescentes (avec mon pubis découvert, ça faisait une drôle d?impression). Un film de cul se déroulait presque à mes côtés et je ne pouvais que les entendre. Le bruit du lit indiquait très nettement la vitesse des coups de butoirs que maman recevaient. Au bout de quelques minutes, le bruit cessa. Malgré tout, j?ai quand même c

Diffuse en direct !
Regarder son live