Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 14 491 fois
  • 165 J'aime
  • 6 Commentaires

Ma prof de musique

Chapitre 1

Lesbienne

J’ai 26 ans, il y a un an et demi, après des années de galères, j’ai eu besoin de faire une pause dans ma vie pour faire le point et me ressourcer. J’ai eu l’envie de faire de la musique, un désire qui me titillait depuis le collège car en plus j’étais très douée. C’est grâce à une de mes voisines qui chante dans une chorale et qui joue du saxo, que tout a démarré : un jour elle m’a emmené avec elle à la chorale, ce qui m’a beaucoup plu. Je lui ai parlé de mon désir de jouer de la clarinette qui était celle de mon père, elle ne servait plus depuis plus de 30 ans. Elle m’a tout de suite parlé d’une prof qui cherchait des élèves, et avec mon accord, elle est allée la voir en parlant un peu de ma situation. Suite à cela, elle m’avait conseillé d’aller la rencontrer la semaine suivante car une audition était organisée.


C’était un samedi après-midi au mois de juin, je me suis rendue à l’école de musique et je suis entrée dans la salle prévue pour cette audition. En entrant dans la pièce, des bancs et des chaises étaient installées, quelques personnes étaient assises, et les élèves se préparaient. Une petite dame d’une cinquantaine d’années, les cheveux bruns, courts et bouclés, m’a accueilli avec un sourire et m’a invité à prendre place. A cet instant, j’ai su que c’était elle mon futur professeur et je pense que de son côté, elle a eu le même raisonnement à mon sujet.

Après une présentation de l’instrument et les différentes prestations des élèves, l’audition se termine. Je me décide d’aller la voir pour me présenter officiellement. Et là, le courant passe extrêmement bien entre nous, comme si nous nous connaissions depuis toujours ! On discute de tout et de rien, de moi, de ma situation du moment, de musique, etc. Elle me donne son numéro de téléphone pour que je la rappelle avant la date de la rentrée.


La rentrée de septembre arrive à grands pas et mes activités musicales s’enchainent dans la semaine : chorale le lundi soir, solfège le mercredi et cours particuliers de clarinette le vendredi. Comme elle s’occupe du cours de solfège également, j’ai le plaisir de la retrouver deux fois dans la semaine.


Au fur et à mesure que les mois passent, je commence à ressentir une grande affection pour elle mais je ne m’en préoccupe pas à ce moment-là. Puis, juste avant Noël, je tombe éperdument amoureuse d’une jeune femme de 35 ans faisant partie de mon groupe de choral et de solfège. Elle avait eu une attitude ambigüe avec moi, mais malheureusement elle m’annonce un soir qu’elle est hétéro et que je ne dois rien attendre d’elle. Donc douche froide et moral dans les chaussettes car j’aimais vraiment cette fille, de plus elle l’avait très bien pris.


Cet évènement me poussa à révéler mon orientation sexuelle à ma prof de musique : je suis arrivée en cours tellement mal dans ma peau que je n’arrivais plus à jouer. Elle savait que je n’allais pas bien car je l’avais prévenue en début de cours mais j’étais restée évasive sur la cause. Elle interrompit le cours :


« Tu es sûre que tu ne veux pas m’en parler ?

« C’est très personnel

« Tu sais, moi, tu peux me parler sans soucis, je ne vais aller le répéter, et je peux peut-être t’aider ?

« C’est gentil, mais vous ne pouvez rien faire.

« Ok, alors essaie de mettre toute ta concentration dans ta partition même si ce n’est pas facile.

« Le problème c’est que, ça a aussi un lien avec la musique…

« Ah… avec moi ? me dit-elle avec un petit sourire

« Non...

« Quelqu’un du groupe ?

« Vous savez, j’aimerais beaucoup vous le dire, mais… ça dépend de votre ouverture d’esprit !…

« Bah, tu sais, je suis quelqu’un de très ouvert… Ben regarde, en ce moment avec la loi sur le mariage gay, je trouve normal qu’ils aient le même droit qu’un couple classique.

« Eh bien c’est justement le sujet…


Je l’ai donc informé de mon homosexualité en lui expliquant ce qu’il m’arrivait avec cette jeune femme car elle la connaissait aussi. Elle m’a écouté tendrement et réconforté comme elle a pu, en me donnant des conseils pour aller mieux. Ce jour-là, elle m’a appris qu’elle avait eu un ami gay, qu’elle considérait comme son frère et qui malheureusement, était décédé du sida.


A partir de ce jour, notre relation changea ! Une complicité particulière est née, elle devenait de plus en plus attentionnée, protectrice. Elle se préoccupait de mon bien être, pendant les cours de solfèges, elle observait toutes mes réactions et me demandait si j’allais bien. Puis pendant les cours d’instrument, elle a commencé à me faire des sous-entendus plutôt coquins. Plus les mois passaient et plus elle me complimentait, devenait tactile, je trouvais ce comportement étrange car elle était mariée, et avait deux filles à peine plus âgées que moi. De plus, elle ne m’attirait pas physiquement parlant, j’avais juste beaucoup d’amitié et d’affection envers elle.


Bref, les vacances d’été arrivent, et fin août, j’apprends le décès brutal de son mari. Une grande tristesse m’envahie, je pense à elle constamment, je n’ai qu’une envie : être auprès d’elle pour la consoler dans mes bras !


Le jour de la rentrée en septembre, je suis la première élève qu’elle rencontre. Je montais l’escalier et elle, en descendait, elle me demanda si j’allais bien puis lorsque nous nous sommes retrouvée à la même hauteur, il y eut un grand silence, un jeu de regards, puis elle me prit l’épaule pour m’embrasser tendrement sur les joues. De ma main libre je me suis mise à lui caresser le bras, à ce contact elle s’effondra dans mes bras, la tête dans le creux de mon épaule. Ce jour-là, je lui dis qu’elle peut compter sur moi en cas de besoin.


Puis de semaines en semaines, je me rends compte que mes sentiments se modifient et que je tombe bien malgré moi, amoureuse de cette charmante dame : mes pensées deviennent de plus en plus érotiques.

Je me montre très présente avec elle et très attentionnée. En plus, tout ce que je lui dis et fais lui vont droit au cœur, elle m’invite même chez elle de temps en temps.

J’ai droit à des pluies de compliments à chaque cours sur ma façon de jouer, sur mon physique, ma façon d’être et chose nouvelle, elle a pris l’habitude de m’embrasser chaque fois qu’on se rencontre. Et puis, depuis quelques mois, je reste avec elle après chacun de mes cours. La première fois, c’est moi qui lui avais demandé pour rester et assister aux cours suivant, puis ensuite, c’est elle qui trouvait des excuses pour me faire rester !



    ****************************************


Un soir après mon cours.


Sur le chemin pour rejoindre nos voitures respectives, timidement elle me demande :

« Tu as prévu quelque chose ce soir ?

« Non, rien de spéciale.

« …


Je brise le silence et lui pose la question qu’elle a sur le bout de la langue mais qu’elle n’ose pas me demander :


« Vous voulez que je passe la soirée avec vous ?

« Ça ne t’ennuie pas ?

« Bien sûre que non. En fait ça me ferait très plaisir.

« D’accord, alors on fait ça. Tu viens directement ? Comme ça on mange ensemble.

« Oui, y a pas de souci.


Nous rentrons dans nos voitures respectives, puis direction l’autoroute. Sur le trajet, je suis toute contente, mais je ne m’emballe pas trop, j’essaie de me raisonner en me disant qu’elle a juste besoin de compagnie en ce moment car son mari lui manque…


Une fois chez elle, on décide de commander une pizza et 20 min après nous sommes en train de la déguster dans sa cuisine. Le repas englouti, elle propose de nous délacer dans son canapé en cuire blanc et moelleux comme je les aime. Pendant nos discussions, je me surprends à plonger dans yeux verts magnifiques, elle remarque également mon regard qui s’égare parfois sur ses jolies jambes. Elle porte une jupe légère lui arrivant en haut des genoux et qui n’arrête pas de glisser avec ses mouvements, me dévoilant un peu plus de cuisses à chaque fois. Elle le remarque et du coup remet sa jupe en place discrètement.


Au bout d’un moment, elle me dit :


« En tous cas, j’ai passé une bonne après-midi avec toi, j’ai beaucoup de plaisir à te donner cours, tu es vraiment très douée. Et puis là, je suis en train de passer une soirée très agréable.

« Merci, c’est réciproque. J’aime beaucoup passer du temps avec vous, quoi que nous fassions, je ne vois jamais les heures passer.

« C’est gentil. Ça me touche ce que tu dis. Mais, dis-moi, tu ne préférerais pas passer du temps avec des jeunes femmes de ton âge ?

« Non. Vous savez, depuis que je suis enfant, j’ai toujours été vers des personnes plus âgées que moi. Bizarrement, j’ai plus d’affinité et de points communs avec des personnes qui ont le double de mon âge, qu’avec des jeunes de ma génération. D’ailleurs, je sais depuis toujours que la personne qui partagera ma vie sera plus vielle que moi. Et une femme de votre âge, ça ne m’effraierais pas.


Je lui prends délicatement la main, elle se met à me sourire et à me regarder avec tendresse. Nos mains se caressent, les doigts s’entrelacent, se séparent puis se joignent à nouveau. Je me penche vers elle et l’embrasse sur la joue ; elle a une peau extrêmement douce, je recommence avec un baiser à la commissure des lèvres. Au moment où je recule la tête, elle tourne la sienne vers moi, et à ma grande surprise, me prend la nuque pour m’embrasser à pleine bouche. Je lui rends son baiser, nous nous embrassons longuement, nos langues se cherchent, se trouvent et dansent ensemble dans notre bouche. Pendant ce temps, nos mains partent timidement à la découverte du corps de l’autre. Une des miennes passe sous son pull, mon pouce trouve et caresse un téton protégé par le soutien-gorge, un petit frisson la traverse à ce moment-là. Je descends cette main jusqu’à ses genoux, la remonte lentement vers son entre-jambe en lui caressant l’intérieur de la cuisse. Je quitte ses lèvres pour m’occuper de son cou. Un petit couinement de surprise se fait entendre lorsque mes doigts, toujours sous sa jupe, effleurent son intimité cachée par le fin tissu du slip.


« Marie, j’ai envie de vous…

« Moi aussi, mais je…

« Ne vous inquiétez pas … je sais que c’est nouveau pour vous. Faites-moi confiance et laissez-vous aller.

« D’accord, viens avec moi…


Elle me prend par la main et m’entraine jusque dans sa chambre au premier étage. Une fois sur le lit, je lui enlève le pull, j’embrasse son cou et ses épaules alors que mes mains caressent chaque partie de peau. Je dégrafe le soutien-gorge, lui retire, et la fais s’allonger sur le dos. Ma bouche se jette sur sa poitrine (encore bien ferme pour son âge), la langue prenant le temps de titiller chaque téton, lui provoquant de légers frissons et soupirs de plaisir.

Pendant ce temps, je sens ses mains qui me caressent la nuque, le dos et les épaules toujours recouverts de mon T-shirt qu’elle réussit à enlever. Je m’attaque à son ventre, elle m’aide à retirer sa jupe, je continue mes caresses buccales et m’occupe à présent de chacune de ses cuisses.

Je reviens à sa hauteur pour échanger à nouveau un baiser passionné. Une de mes mains se dirige vers son intimité et la caresse lentement au-dessus du slip pour commencer, puis cette main devient curieuse et passe sous le tissu. A cet instant, elle écarte instinctivement les cuisses, me facilitant mon exploration, je commence alors, un petit massage coquin… Mes doigts glissent entre ses lèvres intimes, font de longs va et vient du clitoris qui commence à gonfler sous les doigts en action, jusqu’à l’entrée du vagin. Mon majeur y coulisse délicatement et entame des allers-retours.


De son côté, elle a les yeux fermés, se met à gémir de plus en plus, sa respiration s’accélère au rythme des mouvements de mon doigt. Un orgasme la surprend, son corps se tend d’un coup et je sens ses spasmes vaginaux autour de mon doigt. Je le récupère, la libère enfin de son slip, plonge ma tête entre ses cuisses, ma bouche prend possession de son abricot, ma langue s’active et le fouille comme il se doit en insistant sur le clitoris. En même temps, je décide de la doigter avec 2 doigts, qui glissent facilement grâce à la cyprine produite par le premier orgasme. Ses gémissement reprennent de plus belles et augmentent en intensité sonore, elle est soudain secouée par une vague de spasmes bien plus violents que tout à l’heure, elle m’attrape la main libre que j’avais posée sur son ventre, la serre très fort et pousse un grand cri de jouissance.

Je la laisse récupérer en me blottissant contre elle.


Ses esprits enfin retrouvés, elle prend l’initiative de s’occuper de moi :


« Merci beaucoup, ça faisait longtemps que je n’avais pas ressenti ces émotions… A mon tour de te faire ce cadeau !


Elle se débrouille très bien, reproduisant les gestes que j’avais exercés sur elle un peu plus tôt. Je suis tellement excitée que ma peau est devenue hyper réactive à ses différentes caresses et baisers parcourant tout mon corps. Je suis si mouillée qu’elle n’a aucun mal à me pénétrer directement avec 2 doigts. Le fait de les sentir bouger en moi, me fait un bien fou et je sens l’orgasme monter à une vitesse fulgurante que je tente de contenir avec ma respiration. Mais c’est peine perdue car elle s’en rend compte, et prend un malin plaisir en les activant de plus en plus vite et de plus en plus fort ! Quelques secondes suffisent pour me provoquer un orgasme puissant.

Je la remercie en l’embrassant amoureusement sur les lèvres, nous nous câlinons et tombons endormies dans les bras l’une de l’autre.

Diffuse en direct !
Regarder son live