Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 19 435 fois
  • 155 J'aime
  • 0 Commentaire

Ma prof de piano

Chapitre 1

Hétéro

Je m’appelle Arnaud, j’ai 27 ans et je suis pianiste amateur, j’habite Paris dans le 13ème arrondissement.

J’ai commencé le piano vers 7 ans, j’avais un professeur près de chez moi, Melle Odette et elle avait environ 20 ans de plus que moi, elle exerçait aussi comme prof de musique dans un collège du 13ème.

Toutes les semaines, j’allais prendre mon cours de piano et travaillait mes exercices environ 2 heures par jours.

Vers 13 ans, elle me fit passer un concours au conservatoire du 13ème et j’y entrais en septembre. Je voyais mon ancienne prof au collège, mais je n’avais aucun cours avec elle. De temps en temps elle me demandait si je continuais le piano et comment ça allait.

Puis je suis entré au conservatoire national, mais je ne voulais pas en faire ma carrière, je me dirigeais vers des études scientifiques, néanmoins je continuais le piano pas passion.

Mes études terminées (il y a 1 ans), je suis revenu à Paris et dans mon quartier, je rencontre mon ancienne prof, qui contente de me voir, me demande des nouvelles et si je joue toujours du piano. Comme ma réponse fut affirmative, elle m’invita chez elle pour jouer ensemble.

Quelques jours après, je me rendis chez elle et elle me reçu dans le salon ou nous avons échangé quelques nouvelles avant de se mettre au piano. Nous jouâmes pendant 2 heures sans vraiment nous apercevoir du temps et nous nous promirent de jouer ensemble de temps à autres.

Pendant 2 ou 3 mois, nous nous rencontrons pour jouer soit à 2 ou à 4 mains. Elle me dit que de temps en temps, elle joue bénévolement pour des associations et est ce que ça me plairais de venir jouer avec elle, ce que j’accepte en fonction de mes disponibilités.

Donc régulièrement, nous jouons ensemble en public et s’était merveilleux. Un jour (il y a 1 mois), elle me dit « je dois aller à Brest, est ce que tu peux m’accompagner ». Comme le week-end en question, je n’avais rien de spécial à faire, j’acceptais son invitation. Elle me prévient que nous partirons le Vendredi soir et rentrerons le dimanche dans la journée et qu’elle s’occupait du voyage et du séjour.

Le vendredi en fin d’après midi, nous partîmes dans sa voiture et le parcours se passât sans problème, nous nous sommes relayé pour la conduite. Melle Odette avait retenu 2 chambres à l’hôtel Océania , dans le haut de la rue de Siam et nous nous installâmes puis nous nous sommes retrouvé pour dîner dans un restaurant de poisson sur le port du commerce ou évidemment je l’invitais.

Nous rentrâmes à l’hôtel et je la conduit à sa chambre, lui souhaitais bonne nuit et lui fit un baise main.

Le samedi, fut une journée studieuse, connaissance des pianos, répétition dernière mise au point. Puis nous rentrons à l’hôtel pour un peu de repos, prendre une douche, se changer et manger une petite collation.

A 20 heures nous nous retrouvons dans le hall de l’hôtel, moi dans mon smoking et elle dans une robe du soir noire très moulante, je ne m’étais jamais aperçût qu’elle était si sexy (vraiment une très belle femme).

La salle des fêtes est à 150 mètres de l’hôtel et nous faisons le chemin à pied, nous parlons de choses et d’autre surtout pour éviter le traque. Le récital commence vers 21 heures 15 et nous jouâmes notre répertoire pendant 2 heures.

Un peu fatigué, à la fin du récital nous allons, comme nous le faisons toujours, nous allons saluer nos auditeurs sous leurs applaudissements et comme elle ne l’avait jamais fait, elle me prit la main en la serrant très fort dans la sienne.

Nous regagnâmes les coulisses et elle ne lâchât pas la main et me fit une bise sur les joues en me disant que nous n’avions jamais si bien joué. Nous rentrons à l’hôtel bras dessus bras dessous et je lui demande si elle veut dîner quelque part, elle refuse mon invitation prétextant la fatigue et qu’elle veut dormir.

A la réception de l’hôtel, nous prenons nos clés en regagnâmes nos chambres, je la raccompagne à l’entrée de sa chambre, comme je l’ai fais la veille. La porte à peine ouverte, elle me tire à l’intérieur et met ses lèvres sur les miennes et échangeâmes notre premier baiser.

En moins de 5 minutes, nous nous retrouvâmes sur le lit à flirter, et sans attendre, nous nous déshabillâmes. Qu’elle ne fut pas ma surprise, en remontant sa robe, je m’aperçus qu’elle avait mis des bas Dim Up et qu’elle n’avait pas mit de culotte. Devant mon étonnement elle me dit: « C’est la première fois que je n’en mets pas et ce soir je veux que tu sois le premier, je n’ai jamais eu d’amant, quelques flirts au plus, je veux que tu sois à moi »

Malgré notre différence et sa méconnaissance du sexe, Odette se trouva être une superbe amante, notre fatigue s’estompa et nous fîmes l’amour toute la nuit. A l’aube, nous nous endormîmes dans les bras l’un de l’autre et vers 10 heures, nous ouvrons un œil et commandâmes nos petits déjeuners, que nous primes au lit. Avant de se lever, je la caresse à nouveau et m’aperçus que sa chatte était trempée et me dit fait moi encore l’amour, sans attendre j’embrasse tout son corps et ma langue s’introduit dans son minou et de son coté, elle prit ma queue toute raide dans sa bouche, nous restâmes dans cette position jusqu’à notre jouissance. Puis nous nous embrassâmes et elle me dit: « Maintenant il n’y a plus de mademoiselle et plus de vouvoiement, tu m’appelle Odette et tu me dis tu, comme tu l’as fais cette nuit en me faisant l’amour ». Nous déjeunâmes à la crêperie moderne (la plus vieille de Brest) et nous réprimes la route pour Paris.

Arrivé chez elle, et sans attendre, nous fîmes à nouveau l’amour et Odette me demande si je veux bien vivre avec elle et qu’elle se fiche complètement de la différence d’âge et des remarques du voisinage.

Depuis 1 mois, nous vivons un grand amour au grand jour, comme deux adolescents amoureux. Elle m’a même demandé de lui faire un bébé….


Je l’aime ma prof de piano.

Diffuse en direct !
Regarder son live