Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 9 507 fois
  • 166 J'aime
  • 7 Commentaires

Ma prof ( sur une suggestion de Nawelle)

Chapitre unique

Erotique

NDLA: Ce texte est le premier essai d’écriture à deux, avec une membre du forum, Nawelle. L’idée principale était qu’elle suggère un point de vue féminin, donne les bases du récit, et que je l’écrive. A vos avis constructifs, je renouvellerai peut-être ! ;-)


Ma Prof


— Manon ça suffit maintenant ! s’exclame ma prof excédée.


Bon OK c’est clair que j’ai un peu abusé avec Aïssa. C’est pas dans mes habitudes, en général je parle pas trop, à qui que se soit depuis que je suis en terminale.


Je l’aime bien cette prof. Elle est un peu stricte, c’est vrai mais elle discute avec nous, parfois après le cours.

Elle est toute petite, bon OK chuis pas non plus une géante avec mes 1m60. Mais à peine plus petite elle a quand même plus de seins et de fesses que  moi. Typée marocaine elle s’habille simple mais chic, quand d’autres profs ressemblent à des sacs.


— Tu viendras me voir après le cours, compris ? me dit-elle alors.


Whaaaa la chouma, et devant la classe entière qui rigole. Ils sont tous naze de toute façon.


*****


— Manon c’est quoi ton  problème ces derniers temps ?


Elle me regarde bien au fond des yeux. Tous les autres sont sortis en se foutant de moi, mais bon au final je m’en fous. Elle continue de me faire la morale.


— T’étais bien partie en début d’année, mais là entre tes notes et ton attitude un peu ... hmm, genre jemelapète, c’est assez moyen tu ne trouves pas ?

— Je sais pas Madame, je ...

— Tout va bien chez toi ? et ici au Lycée ?

— Ouais ça va Madame ! c’est bon, quoi ...


Elle se redresse un peu. J’ai dû aller trop loin encore, je crois.


— Bon Manon c’est pas parce que tu es majeure que tu peux faire n’importe quoi.Tu vas revenir me voir, mais avec tes parents.

— Non Madame siouplé !!

— Ça suffit !


*****


— C’est surtout son attitude et ses notes qui ne vont pas alors il va falloir qu’elle se ressaisisse, dit ma prof à mes parents qui sont blêmes.

— C’est une gentille fille, répond ma mère, mais avec ses frères à la maison c’est parfois compliqué.

— J’ai bien une idée mais il faut que ça vous convienne. Je pourrai la prendre chez moi, la deuxième semaine des vacances d’hiver, elle aurait des cours et un léger recadrage.

— Vous feriez ça pour elle ? s’exclament alors  mes parents.

— Mais non Maman steuplééé pas ça ! me suis-je écriée à mon tour !!

— MANON ÇA SUFFIT !


J’étais foutue.


*****


— Ta chambre est là, la salle de bain est ici, me dit-elle alors que je tire ma valise dans le couloir.

— Y’a ... qu’une salle de bain ? tenté-je de dire.

— Tu me prends pour une Kardashian ? Je suis prof, Manon, Alloooo quoi !

Bon j’ai quand même ri, je l’avoue. Elle n’est pas méchante, j’ai même l’impression qu’elle doit être sympa en fait.


— Madame, je ...

— Nawelle. A la maison on va se tutoyer et s’appeler par nos prénoms, ok ?


Waouh. Trop bizarre, mais j’acquiesce.


— Va t’installer tranquillement. Prends un bain si tu veux. Mon fiancé, Mohamed,  rentre de ses cours vers 21h, on dînera à ce moment là.

— OK, merci Mad... Nawelle.


Elle me fait un clin d’œil. Et je vais déballer ma valise.


*****


L’eau chaude me fait du bien. 

J’ai eu du mal à me dévêtir au début, surtout en voyant qu’il n’y avait pas de verrou. Mais au final ça va et je trempe dans la grande baignoire, en regardant les photos au mur de la salle de bain. Bizarre d’ailleurs des photos ici. Bon, chacun sa déco. Nawelle et son mari posent sur chacune d’elle en souriant.

Ils forment un joli couple. Elle, orientale petit modèle aux courbes généreuses. Lui, un grand Black très baraqué et ... très beau en fait.


Je continue de passer de cadre en cadre.

Oh ? Waouh ! Sur celle là ils sont tous les deux à la plage et ... en maillots. Il est vraiment bien foutu c’est vrai, dans son short dont le tissu cache à peine ... oups, une grosse bosse devant ! J’avoue qu’elle aussi est super bien gaullée. De superbes seins dans son deux pièces assez sexy, elle cartonne la prof ! Et elle me dit qu’elle n’est pas Kardashian, mais elle n’a rien à lui envier question cul. Moi j’ai deux pommes et de toutes petites fesses, super, me voilà en train de mater les formes de ma prof ...


Et tout à coup, la porte s’ouvre et elle entre dans la salle de bain !


— Ça va Manon ? ça te fait du bien ?  me demande-t-elle en s’asseyant sur le large rebord de la baignoire.

Je suis pétrifiée, une main sur les seins et l’autre sur mon intimité, mais ça ne semble pas la troubler, elle.

Vêtue seulement d’une serviette enroulée, elle passe sa main dans l’eau.


— Tu sais dans les hammams les femmes viennent parfois discuter entre elles comme ça, souvent nues, même. Ne soit pas gênée.


Avec un ton à la fois doux et un peu autoritaire, elle me regarde entièrement puis plonge ses yeux dans les miens.

— Tu sais que tu es très belle, n’est-ce pas ?

— Je ... non je...

— Allons pas de fausse modestie ici. Qu’est-ce que tu préfères chez toi ?


Excellente question !


— euh... je sais pas... mes jambes je crois.

— C’est vrai que tu as de longues jambes fines, dit-elle alors en passant sa main dans l’eau mais ... sur ma cuisse.


Je suis toujours pétrifiée mais je ne sais pas, sa douceur me mets en confiance.


— Laisse-moi te regarder, me dit-elle simplement.


Presque sans réfléchir, je tombe mes bras le long de mon corps et me retrouve entièrement exposée à son regard.


— Tu est vraiment superbe Manon, me dit-elle encore. J’aime beaucoup tes seins ils sont ... juste parfaits.


Elle passe alors le dos de sa main sous l’arrondi du premier. Mes mamelons me font frissonner et je sens mes tétons se dresser.

Elle déroule alors doucement la serviette qui l’entoure, et la fait tomber par terre.


— Moi les miens sont trop gros, tu ne trouves pas ? me demande-t-elle alors en les prenant en coupe dans ses mains.


Mes yeux se fixent sur les deux beaux et gros seins de ma prof. De larges aréoles brunes contrastent légèrement avec sa peau cuivrée, et assise les jambes croisées elle capte mon regard.


— Tu ... veux les toucher ?

— Je ... euh ... oui.

— Vas-y, ne sois pas gênée.


Mais main sort de l’eau et se pose sur le mamelon. Ils sont plus moelleux que les miens. A mon tour, je me lance et la questionne :


— Les garçons, ils ... doivent aimer des seins comme ça non ?

— Je vais te dire un secret Manon, les garçons aiment tous les nichons quels qu’ils soient.


On rit toutes les deux.


— Tu as ... déjà été avec un garçon Manon ?


J’hésite, je n’en ai parlé à personne encore.


— Oui, l’été dernier. En vacances.

— Il était beau ?

— Oui ... très.  Grand et bronzé comme vous ... euh, toi.

— Et ça c’est passé comment ta première fois ?

— Dans sa tente. Je suis sortie en cachette.


On se regarde à nouveau. Elle repasse sa main sur mes seins, mes mamelons me lancent et mes tétons sont très durs.


— ça... te plaît d’en parler avec moi ?

— Je ... oui.

— Et ici aussi ça te plaît, non?


Elle glisse alors doucement sa main vers mon ventre, puis la pose sur ma toison blonde.


— Hnnn c’est ... 

— Tu aimes que je te touches Manon ? Sois honnête...

— Je ... ça me fait ... bizarre que ... vous le fassiez. 

— Mais tu apprécies ? Je ne veux pas que tu ... te sentes ... contrainte, dit-elle en relevant sa main.


J’ai envie qu’elle continue. C’est aussi bête que ça.


— Je te laisse. Et si tu as envie qu’on discute encore, la prochaine fois laisse la porte juste entrouverte d’accord ?

— D’accord.

— Ça voudra dire deux choses, continue-t-elle en se relevant. Premièrement, que tu as envie qu’on partage un moment à deux en discutant.

— D’accord et ... la deuxième ?

— Que tu as envie que je recommence ce que je viens de faire, ajoute-t-elle avec un clin d’oeil.


*****


Je me retrouve un peu conne dans mon bain. Qu’est ce qui vient de se passer ? J’ai l’impression d’avoir presque rêvé. Dans un bain chez ma prof, j’ai laissé celle-ci glisser sa main entre mes cuisses.


Ça n’était plus ma prof. Elle était un peu comme ... une copine délurée un peu plus âgée que moi.

J’avais envie qu’elle continue. J’ai chaud, et chaud partout.

Je termine de me laver et sort vers la chambre.

J’ai entendu la porte d’entrée se refermer mais je ne savais pas trop quoi faire. Du coup je me lève et vais dans le salon.


— Mo, voici notre invitée pour cette dernière semaine de vacances, Manon.

— Enchanté Manon, Nawelle m’a beaucoup parlé de toi.


Oh ? Ma prof parle de moi à son copain ? Et quel copain ! Il me paraît immense tant il est grand, et son regard planté dans mes yeux j’ai l’impression d’être nue ou quelque-chose comme ça.


— Allez, à table dit Nawelle.


*****


J’écoute presque en silence leur conversation depuis un moment. Mohamed me regarde de temps en temps du coin de l’œil. Et d’un coup il m’interpelle :


— Alors comme ça Nawelle va te remettre à niveau ?

— Euh... oui je ... crois.

Je la regarde, elle sourit.


— Uniquement les cours ou bien tu vas aussi mettre un peu de peps dans sa tenue ?


Limite vexée je regarde à nouveau ma prof, et lui continue :


— Non parce que t’es plutôt jolie mais bon le jean large et le gros pull ... t’as plus douze ans quoi.


Je regarde mes pieds de honte.


— Nawelle pourrait t’emmener faire un peu de shopping non ?

— Excellente idée Chéri ! répond‐elle.


Ces vacances vont être définitivement trop bizarre.


*****


J’ouvre les yeux et je regarde mon téléphone : merde il est 1h du matin. Je meurs de soif et me lève pour aller à la cuisine. Et en revenant! j’entends des bruits venant du fond du couloir. En fait de la chambre de Nawelle et de son copain.

J’ai toujours été curieuse, mais là j’hésite vraiment. Oh et puis mince... je vais jusqu’à leur porte qui est un peu entrouverte. Et en m’approchant les bruits ne prêtent plus à confusion : ce sont des gémissements.

Je penche un peu la tête et là dans la pénombre ... je vois Nawelle à quatre pattes et Mohamed qui la prend assez fougueusement par derrière. Elle gémit à chaque coup qu’il lui donne.


— Ahnnn oui mon coeur ... Ooooh oui comme ça ! halète Nawelle.


Je n’avais jamais vu un couple le faire et ... Waouh ça n’a rien à voir avec ce que Yacine m’a fait l’été dernier !


Il la tient par les hanches et pilonne vraiment fort pendant qu’elle essaye de ne pas crier ... Ils sont de dos à moi et j’ai du mal à quitter cette vision.


— Elle est jolie cette petite, tu l’as invitée exprès pour m’exciter non ? dit Mohamed.

— Ahnnn !! Oui mon coeur ... AHH ! Je ... je savais qu’elle te plairait.


Cachée dans l’encadrement je découvre ainsi que ma prof avait des vues plus osées sur moi que de simples cours. L’excitation de voir ces deux amants baiser et la révélation de leur but premier me fait encore plus chaud.


— Ahnnnn oui ... Oui vas-y encore !

— Tu crois qu’elle ... aimerait jouer un peu avec nous ?

— Hnnnn je ... je crois oui ... Ahnnnn , elle est timide mais ... je sens qu’elle n’a pas froid aux yeux !


Figée et émoustillée franchement, je n’ai pas l’impression d’avoir été piégée mais je me sens plutôt ... flattée d’être l’objet de leur ... désir.


— AAHHH oui encore ! encore !


Elle est si belle, ses seins balancent sous elle tandis qu’il accélère et quand ils jouissent ensemble, j’ai trop peur qu’ils ne se retournent vers moi. Alors je rejoins vite ma chambre.


*********


On a fait cours toute la matinée. C’est le troisième jour comme ça, et j’avoue que 8h de cours par jour pendant les vacances c’est la mort.

Ils sont très gentils tous les deux. Nawelle n’est plus revenue le soir dans la salle de bain, je n’ai pas osé laisser la porte entrouverte, bien que ... bon j’en mourrai d’envie, quoi.

Et même si je les ai entendus ... faire l’amour, je n’ai pas osé non plus retourner les épier.


— Allez Manon, finis moi ça et t’auras une surprise.


Je ne réponds pas mais souris, et quand j’ai terminé elle m’annonce simplement qu’il n’y aura pas de cours l’après-midi. On va faire du shopping !!


*****


—Et tu ne veux pas essayer ça ?


Je regarde l’ensemble de lingerie qu’elle me montre avec surprise.

Elle m’a déjà acheté deux robes et deux autres tenues très sympa, bien plus chic que ce que je mets. Et bien plus sexy aussi.

La seconde fois qu’elle est entrée dans la cabine d’essayage j’étais en soutif et culotte. Je crois que je commence à être habituée à sa façon d’être, sans pudeur.


— OK Nawelle, allons essayer ça...


Elle ne me laisse même pas le choix cette fois et elle entre dans la cabine avec moi.

Un peu hésitante, je quitte mes vêtements et me retrouve à nouveau en sous-vêtements.


— Je sais qu’on doit pas essayer la lingerie en étant nue, mais fais-le quand même, c’est mieux pour voir, si ça ne te gêne pas bien-sûr. Sinon je sors, ok ?


J’ai envie de relever le défi qu’elle semble me lancer.

Je quitte alors le reste et me retrouve à poil devant elle.


— Ça ne me gêne pas que tu restes, au contraire, dis-je en relevant le défi du regard.

— Regarde-toi dans la glace, me lance-t-elle en souriant alors.


Elle se mets alors juste derrière moi et me regarde dans le miroir. Elle pose ses mains sur mes hanches, ses yeux dans les miens.


— Tu nous as regardés l’autre soir n’est-ce-pas ?

— Je ... je ne ...

— Manon je te l’ai dit, sois honnête.

— Oui, je ... vous ai regardé, avoué-je en baissant les yeux.


Elle me relève la tête de sa main.


— Tu as aimé ce que tu as vu ?

— Hum... oui je ... oui.

— Bien. Tu sais ... Mo te trouve très jolie. Tu le trouves comment, toi ?

— Je ... je ne sais pas je ...

— Encore une fois sois honnête.

— Il est très beau Nawelle.


Elle empoigne soudainement  mes seins et pince légèrement mes tétons.


— Tu t’es caressée après nous avoir vus n’est-ce-pas ?

— Je ... oui. Pas le soir même, le lendemain dans ... le bain.


Nawelle prends alors mes mains et les pose contre le miroir, bras tendu je me retrouve comme un délinquant que les flics collent au mur.


— Je veux que tu m’écoutes très attentivement OK ?

— Oui Nawelle, osé-je à peine dire.

— Mon futur mari te trouve très jolie comme je te disais.


Elle passe ses mains sur mes flancs et descend jusqu’à mes hanches.


— Il ... aime les jeunes filles comme toi, et ... j’aime lui faire plaisir. Donc j’ai une proposition à te faire.


Elle prend un sein dans sa main tandis que l’autre viens  caresser une de mes fesses.


— Tu as le choix, rien n’est obligé, ok ?


Je hoche la tête en la regardant dans le miroir.


— Si tu le souhaites tu pourrais rester vivre à la maison jusqu’à la fin de l’année scolaire, tu auras ta chambre, mon aide pour les cours bien-sûr aussi. Mais si tu acceptes , je veux que tu fasses ce que Mohamed te demandera.

— Je ... qu’est-ce-qu’il me ...

— Allons Manon... tu sais très bien ce qu’il veut non ?

— Je ...

— Dis-le.

— Il veut ... coucher avec moi.

— C’est ça. Et tu ... en as envie aussi, est-ce que je me trompe?


Sa main quitte mon sein et vient se glisser entre mes cuisses. Je sens bien que je suis trempée, et désormais elle le sait aussi. Il ne sert à rien de le cacher, à elle ou même à moi.


— Je ... oui, j’en ai envie.

— Alors ma proposition te tente ?


Prise en tenaille entre ses deux mains, une sur mes fesses et l’autre entre mes cuisses, je sens qu’elle glisse alors un doigt entre mes lèvres, devant, et ... un autre dans ma raie ...


— Hnnn je ... oui j’aimerais assez ça ...

— Bien. Si tu ne veux pas faire ce qu’il te demande, tout s’arrête et rien ne te seras imposé, tu rentres simplement chez toi, est-ce que ça te va ?

— oui je ...


Je son doigt s’immiscer alors en moi dans ...


— Tu es serrée mmhhh... c’est bien ... Tu sais, Mo  est ... assez bien pourvu. Est-ce que ça te fait peur ?

— Je ... non je ne ... je n’ai pas peur. C’est juste que ... je ne sais pas trop faire.

— On te guidera si tu en as envie. C’est le cas ?


Son doigt s’enfonce un peu plus...


— Oui...Hannn... j’en ... j’en ai envie.

— Tu aimerais être ... hum... disons notre petit jouet à tous les deux ?

— Ahnnnn... oui je ... Aaahh... j’aimerai ça !

— Il ... te donnera beaucoup de plaisir tu verras. Tu as eu un orgasme à ta première fois ?


Elle glisse un deuxième doigt dans mon intimité trempée, et j’écarte légèrement plus mes pieds sans réfléchir.


— Je ... je crois, essayé-je de me rappeler.

— Hmm tu le saurais si ça avait été le cas.


Ses doigts vont et vienne doucement en moi, la sensation est delicieuse... Quand l’autre, derrière, vient doucement appuyer sur mon anus.


— Il voudra aussi te prendre par là... tu l’as déjà fait ?

— Hnnn non je ...

— Tu verras il sera très doux d’abord, et ensuite il te fera beaucoup jouir. C’est ce qu’il me faisait quand tu nous a regardé...

— Hnnn, il ... il y allait fort ...


Nawelle se penche alors vers mon oreille et murmure :


— Oui et j’adore ça tu vois...


Elle enfonce doucement son doigt dans mon cul, en même temps que les deux devant...


— Et toi aussi tu vas adorer ça je crois.


Et d’un coup elle arrête, me laissant ainsi excitée, devêtue et ... très frustrée !


— Maintenant essaye donc cet ensemble et rejoins moi après.


*****


On est revenues chargées de paquets et, assise sur mon lit, je réfléchis à sa ... proposition. Et c’est très simple : j’en ai envie.


À table le dîner est presque silencieux mais souriant. C’est au dessert que Nawelle décide de lancer une idée.


—Tiens Manon, si tu faisais un petit défilé à Mo pour lui montrer ce qu’on a acheté ?


Je souris, et hoche rapidement la tête pour acquiescer.

Quand je me lève, je vois surtout qu’il a l’air très intéressé.

Nawelle met un peu de musique, et tandis que je vais enfiler la première tenue, elle s’assoit à côté de Mohamed dans le canapé.


Quand je reviens quelques minutes plus tard, ils applaudissent en rythme mes pas de "mannequin"

Je passe la deuxième robe et reviens dans le salon, Nawelle est contre son fiancé et ils applaudissent encore en souriant.

Mais quand j’arrive avec la troisième, un changement a eu lieu : Nawelle tient désormais dans sa main le sexe énorme de Mohamed et le masturbe pendant qu’ils s’embrassent.


— Continue ton défilé ma puce si tu veux, me dit-elle alors.


La dernière tenue est l’ensemble de lingerie, et troublée par ce que je viens de voir, je retourne le passer. Quand je reviens, Nawelle est dans la même position, mais a enlevé sa robe et ses bas ne cachent rien du fait qu’elle n’a pas de string. Sa main monte et descend lentement sur le gros sexe que j’ai du mal à ne pas regarder.


— C’est très joli ce que tu portes Manon, dit Mohamed.

— En effet, ajoute Nawelle. Demain c’est la rentrée, peut-être devrais-tu t’habiller comme ça, qu’est-ce que tu en dis ?


J’hésites, leur lueur de défi dans leurs yeux me tente autant que le sexe qu’elle caresse.


— Si tu oses mettre cette robe, demain soir tu pourras toucher ceci, me dit alors Nawelle en jouant avec la tige dure et droite dressée devant moi.

— J’accepte alors, répondé-je en prenant mon courage à deux mains.



*****



La rentrée s’est passé sans encombre, et personne n’est au courant que je vis désormais chez ma prof. 


Mes parents ont presque été heureux de la proposition d’hébergement de Nawelle. 

Sympa !

On est retourné plusieurs fois faire du shopping et j’avoue que mon nouveau style, bien que plus sexy et chic qu’avant, me plaît beaucoup. Aujourd’hui je porte un immense pull-robe, assez moulant, et de longues chaussettes qui m’arrivent sous la robe à mi-cuisses.

Ce que personne ne sait par contre, c’est que je n’ai ni string si soutif ... j’adore cette sensation. Les regards des autres élèves me font remarquer qu’ils ont noté le changement de ma garde-robe assez soudain. Et j’aime assez ça. Quelques garçons m’ont souri, d’autres filles m’ont regardée avec dédain.


Nawelle et moi sommes allées à pied en cours ce matin, et elle était assez fière je pense de m’avoir ... hmm disons "upgradée".


— Tu es superbe Manon, ça te change c’est dingue.

— Merci Nawelle. J’aime beaucoup aussi !

— J’ai une petite idée rigolote, si ça te tente ...

— Vas-y.

— Par contre, n’oublie pas de me vouvoyer quand on sort de la maison, ok ?

— Oui Madame, pardon, fais-je avec un clin d’oeil.


Elle me sourit à son tour.


— Tu as cours avec Marcellan, en fin de mâtinée, non ?

— Oui, pourquoi ?

— Tu vas l’allumer. Ce gros dégueu me fait de l’oeil tout le temps, ça me fait plaisir qu’il soit un peu chauffé. Ça te dit ?

— Hi hi ! Moi aussi je trouve qu’il mate les filles ! Mais je dois faire quoi ?

— Et bien entrouvre tes cuisses sous le bureau, quand il est dans l’axe de vue, dit-elle avec un autre clin d’oeil. Mais gaffe que les autres élèves ne te voient pas, hein ?

— whaaaa ... j’adore ! Tu ... euh... vous voulez que je lui montre ma ...

— Tu lui montres ce que tu veux ma belle !


*****


Il ne m’a pas lâchée des yeux de tout le cours.

Enfin, il n’a pas quitté des yeux le dessous de mon bureau ou j’ai passé quasiment l’heure à ouvrir et refermer mes cuisses, lui dévoilant ma toison blonde en lui faisant écarquiller les yeux et même s’étouffer, deux fois.

Cette sensation de pouvoir visuel était purement dingue.

Et quand je suis sortie de la salle, en l’ignorant magnifiquement, j’avais l’impression d’être la reine du jour.


*****



— Tu t’es sentie comment aujourd’hui ma belle, me demande Nawelle.


Je la regarde et rigole.


— Tes notes s’améliorent, ça c’est cool. Et je crois que tu prends de l’assurance, non ?

— Ouaip. Vos petits ... défis me plaisent assez je dois dire !

— Tant mieux. Est-ce que tu as ... Hmm, vu ce garçon ce matin ?

— Oui, dis-je en rougissant un peu.


Quelques semaines après la rentrée et le début de mes défis quotidiens, Nawelle m’en avait lancé un nouveau, et de taille cette fois.

Quand j’étais rentrée vainqueur de mon premier défi, elle et Mo avaient tenu parole, et le soir même sur le canapé du salon je m’étais jointe à eux pour ... caresser le sexe de Mo.

C’était doux et excitant à la fois comme moment. Et quand il avait joui dans nos deux mains, une complicité à trois était définitivement née.


Et donc quelques jours et quelques exhibitions devant Monsieur Marcellan après, Nawelle m’avait donné un nouveau gage à réaliser. Et j’avoue que celui là m’avait encore plus excitée.


Elle m’avait dit d’emmener un garçon dans les toilettes de la grande cours, et de le sucer.

Au début je ne savais pas comment m’y prendre, que ce soit pour l’acte en lui-meme où pour attirer dans mes filets un garçon.

Mais elle m’avait dit de cibler Yanis, un terminale comme moi de 18 ans qui était connu pour ... disons avoir du succès.


— Yanis ! viens voir steuplé j’ai un service à te demander.

— Euh ouais, t’es Manon c’est ça ?

— Ouaip.


Je l’avais chopé entre deux cours, sur l’escalier extérieur qui servait de raccourci.


— J’ai un copain et ... Hmm voilà il est plus expérimenté que moi. Je vais être cash, apparemment je suis pas douée pour la fellation. Tu veux bien m’apprendre?


Le Yanis avait écarquillé les yeux de surprise. Tu m’étonnes !


— Ah oui t’es comme ça en fait, toi ! 

— Eh, calme toi, et t’en parles à personne ok ? Sinon je dis à tout le monde que t’as pas bandé à la soirée de Mélissa , OK ?


Tout penaud, il avait acquiescé timidement. Ahhh les grandes gueules !


— Bah oui bien-sûr que je vais t’apprendre, t’es canon et t’es chaude !

— Super. Rendez-vous à treize heures au cagibi à ballons du fond de la cour.


Bien mieux que les chiottes, moins crade et plus discret.


— Ok !


Trois heures après, j’étais assise sur des tapis de gym empilés, devant le pantalon de Yanis baissé et sa queue dans ma bouche. 



*****


Es-tu toujours ... heureuse de vivre chez nous ?


Je la regarde en souriant.


— Oh ça oui Nawelle !

— Aujourd’hui Mohamed n’a pas de cours alors il sera là en arrivant.

— Super.

— Tu te doucheras après moi OK ?

— Pas de soucis.


On arrive à la maison, et Nawelle embrasse son homme assis dans le canapé devant la télé.


— Salut mes jolies, dit-il simplement.


Nawelle va aussitôt à la salle de bain et je m’agenouille alors entre les pieds de Mohamed, comme j’ai maintenant l’habitude de le faire à chaque fois qu’il rentre.


Je fais glisser son short le long de ses jambes, et libère ainsi ce sexe dont je suis devenue accroc ces dernières semaines.


Tout est allé doucement et en même temps de plus en plus ... délicieux.


Les cours de Yanis étaient devenus habituels, deux fois par semaine.

Le soir je racontait tout à Nawelle et ... à Mohamed parfois, en lui faisant sa branlette à deux devenue quasi quotidienne.

Et un jour, Nawelle m’a montré comment ... sucer son homme. 


Prendre entre mes lèvres un sexe si dur et si gros m’a un peu impressionné au début mais avec leurs attentions j’ai rapidement compris ce qu’il aime et ... ce que j’aime lui faire, faisant glisser sa tige doucement dans ma bouche, puis plus loin quand j’y arrive.


Synchroniser ma main sur ce pieu en même temps que ma bouche m’est venu naturellement, et quand il a joui de longues saccades sur ma langue et mon palais j’ai tout avalé devant une Nawelle fière de son élève.


Le soir suivant, c’est dans leur lit conjugal qu’ils m’ont invitée, et dans une douceur érotique parfaite Mohamed m’a prise pour la première fois. Lentement mais très profondément planté en moi, entre mes jambes grandes ouvertes il m’a faite jouir deux fois, et une troisième ensuite quand Nawelle est venue s’assoir sur ma bouche. Sa chatte toute rasée collée à mes lèvres, je l’ai dévorée et léchée jusqu’à ce que nous jouissions tous les trois ensemble.


Et les jours suivants j’ai définitivement rejoint le couple dans leur chambre et j’y dors avec eux depuis chaque soir. Nos jeux sont devenus chaque fois plus intense, plus ... pervers. Et j’adore ça.


Mohamed se régale de nous voir nous lécher en 69 longuement, puis ensuite nous prendre l’une ou l’autre.


Nawelle aime aussi le voir me ... baiser par derrière pendant qu’elle écarte largement les cuisses pour accueillir ma bouche et ma langue. La lécher m’excite énormément, surtout quand ils se mettent à parler...

Elle aime dire à son homme de baiser sa petite blanche, et ça le rend dingue c’est vrai.

Quand elle me tient les bras au dessus de ma tête, ou qu’elle relève mes jambes pour qu’au dessus de moi il puisse enfoncer son énorme sexe plus profond encore en moi, le contraste entre cette verge noire qui entre et sort de mon intimité si blanche est fabuleux.


La semaine dernière c’est encore une étape de plus qui a été franchie quand après m’avoir longuement léchée et ... préparée, Nawelle a fait doucement entrer le sexe magnifique de son futur mari dans mon fondement. Si au début j’ai eu un peu mal, un plaisir inconnu est peu à peu venu remplacer la douleur et c’est sous des coups de pistons intenses qu’il a finit par jouir dans mes entrailles tandis que je hurlais mon plaisir.


C’était tellement délicieux que le lendemain soir c’est moi-même qui me suis empallée sur lui par le cul, et tandis que Nawelle me léchait le clito frénétiquement je me suis sodomisée sur l’énorme queue de son homme.


Quand j’entends maintenant Nawelle sortir de la douche, je suce avidement le sexe dur et si gros de Mohamed qui je le sais, va encore me faire crier de plaisir ce soir.


J’ai eu 15 de moyenne au bac blanc. Et j’adore ma nouvelle vie.



Mesdames (et seulement mesdames, les faux profils seront vite détectés ...) si l’expérience de raconter votre histoire vous tente, écrivez-moi. Je ne mords pas ... sauf si c’est demandé gentiment ;-)

Diffuse en direct !
Regarder son live