Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 369 fois
  • 145 J'aime
  • 3 Commentaires

Pucelle promise aux Dieux au temps des Incas.

Chapitre 1

Le premier acte sexuel d'Entac

Hétéro

Dans un lointain passé où la vie et la mort n’avaient que peu d’importance…

 

Nous sommes au Pérou quelques siècles en arrière. Les Aztèques et les Olmèques s’opposent dans des combats insensés et perpétuels. Les prisonniers sont sacrifiés aux Dieux. Les hommes qui en réchappent servent d’esclaves pour toutes tâches pendant que les femmes servent d’objet sexuel. Mais les jeunes vierges sont réservées aux Dieux, ou à leurs représentants sur terre ; les prêtres, la caste des nobles richissimes et surtout les dirigeants cruels de ces dizaines de petits royaumes avec ces pyramides innombrables pour les sacrifices rituels.

Dans ce monde où la vie est courte, les interdits sont nombreux et les jeunes amants ne peuvent, sans passer devant un prêtre, assouvir leurs désirs sous peine d’être immédiatement sacrifiés sur l’hôtel d’un de ces Dieux assoiffés de sang.

 

Entac, fils Aztèque du chef de la vallée ne peut se soustraire à la loi et doit réfréner ses ardeurs avec Xalla. Bien sûr, comme tout fils de roi, il a vécu avec l’aide d’une prêtresse, sa première montée de sève offerte aux Dieux de l’amour. 

Les jeunes tourtereaux devaient passer devant le prêtre dans les prochains jours mais la vie leur a joué un tour pendable.

Les deux jeunes amoureux sont dans la grotte sacrée où s’entassent les trésors du village pour être hors de portée des rapines des brigands et des ennemis Olmèques toujours à la recherche de nouveaux esclaves et d’offrandes rituelles pour leurs Dieux.

Ils sont accroupis devant un feu après une partie de chasse. Xalla a retiré son corsage trempée de sueur mais c’est si naturel en ces temps reculés qu’Entac ne semble voir ni les très jeunes seins ni même la fente délicate du sexe entre les cuisses découvertes par l’exiguïté du pagne qui ne cache pas grand chose. Il réalise enfin qu’il planterait avec plaisir son sexe de chair dans le puits moelleux de la jeune Xalla.

Elle voit son émoi et sans même penser au sens hérétiques de ses paroles, elle lui avoue :

-Je m’ouvrirai bientôt à toi comme la papaye mûre s’ouvre au couteau de ton corps.

— Tu es belle Xalla, désirable, tes seins ressemblent à de petits fruits à peine mûrs. Ton ventre est source de toutes les joies, de tous les bonheurs et son miel se mêlera au mien dans quelques jours.

 

Entre ses jambes jointes, sous son pagne, le secret de son corps la brûle. Son regard s’attarde sur les doigts agiles d’Entac qui suivent la courbe de ses épaules puis la naissance de ses seins, effleurant les aréoles brunes d’une poitrine à peine formée mais dure comme le bois de fer, elle aperçoit l’ombre émouvante sous le pagne trop court aussi du garçon et qui transmet ces informations au cerveau. Une bosse prometteuse déforme le bout de tissu qui retient avec peine le désir du jeune mâle.

Mais la terre se met à trembler comme souvent dans la vallée sous la colère des Dieux. La roche liquide va encore jaillir de la terre, mère nourricière mais toujours affamée de proies. Les jeunes se précipitent hors de la grotte et assistent, horrifiés, à la destruction totale du village au fond de la vallée par l’éboulement de la montagne. Ils ne sont plus que les deux seuls survivants de leur tribu. Ils vont devoir aller voir si les autres villages de la vallée dépendant de ce petit royaume ont survécus. Ils font chacun un ballot de quelques nourritures, vêtements, armes et quelques richesses pour le troc et quittent avec appréhension ce havre de paix.

 

Au camp Olmèque du cruel Thépère, deux jeunes esclaves comme chaque soir s’occupent de sa toilette. Invariablement, elles terminent en lui vidant ses bourses du trop-plein de la journée pour qu’il ait une nuit apaisée. Elles sont de jeunes vierges qu’il va offrir au roi et il n’a pas le droit de les dépuceler.

Avec délicatesse et précision elles dégagent le membre pas encore en érection pour l’enduire de crème adoucissante et aphrodisiaque avant que l’une d’elles ne se dévoue, enfourche le ventre énorme du maître et recule jusqu’à ce que sa sœur ait guidé le pénis à l’endroit voulu sous les grognements de plaisir de Thépère.

La pénétration par l’orifice anal étroit lui cause une légère douleur mais elle doit faire attention de ne pas blesser le pénis du Maître car il serait capable de se venger et se débarrassant d’elles en les donnant à la vindicte de ses soldats, trop heureux d’un tel cadeau.

 Il grogne et la fille bande les muscles de son sphincter pour ralentir la montée trop rapide de la sève. Thépère  profite en connaisseur de ce don remarquable de son esclave, tirant la meilleure part de ce plaisir animal. Mais il ne peut se retenir plus longtemps et se vide en elle, se libérant de la tension sexuelle accumulée. Il la flatte de petites claques sur les fesses musclés de la fille.

-Ah ! Tes petites fesses ont une force de persuasion incroyable. J’ai cru que j’allais perdre ma virilité dans la mâchoire de ton arrière-train.

Il la rejette comme un jouet dont il n’a plus besoin et les congédie avant de s’étendre sur sa couche et s’endormir.

 

Entac et Xalla se sont fait surprendre par les hommes de Thépère et se retrouvent prisonniers, à la merci de leur pire ennemi. Le chef des soldats de Thépère a trouvé sur Entac des bijoux de jade, une denrée qui en ces temps a plus de valeur que l’or. L’Olmèque veut que le jeune Aztèque lui révèle où se trouve l’endroit renfermant un tel trésor mais Entac préfèrerait mourir que de lui céder. Mais la boisson offerte par une servante qu’il vient de boire le plonge dans un état second mélangeant la vie réelle et le monde des Dieux et des déesses où l’une d’elle vient éveiller le désir du jeune homme par des caresses subtiles. 

Par un subterfuge déjà éprouvé, Thépère fait un signe à une de ses esclaves près du feu qui approche, s’ouvrant par le milieu pour présenter le gouffre entre ses fesses qui engloutit le membre monstrueusement bandé issu du ventre du jeune homme par cet aphrodisiaque hyper puissant.  Pour lui dans son délire, son membre est devenu plus massif que l’arbre le plus haut et qui pourtant ne parvient pas à emplir ce puits insondable. Il se retrouve au sol, ses mains tournoyant hors de portée des mamelles qui s’allongent vers lui. Le sphincter parvient à capturer sa virilité et l’attire au cœur d’un foyer brûlant qui l’absorbe entièrement.

Il se livre à la femme. En quelques instants sublimes il connait vertige, crise, extase, langueur, puis comme une impossibilité absolue de bouger bras ou jambes. Il ouvre les yeux et les referme, les rouvres. Il est comme un animal capturé dans un piège sans combattre, prenant à peine conscience de la lourdeur de sa verge qui laboure le cul de la jeune esclave, basculant du rêve à la réalité, ressentant à peine la tension qui se libère dans ses bourses et emplit de sa liqueur séminale la grotte offerte de la fille, une fois… Deux fois… Plus ?

 

Mais malgré cette torture si particulière, il arrive à résister et ne révèle rien à l’Olmèque qui, furieux, le fait jeter de sa tente et entraver comme un vulgaire esclave. Que devient Xalla ? Est-elle encore vivante ? Et lui, va-t-il passer la nuit sans se faire égorger ? 

En plein milieu de la nuit, à peine a-t-il réussi à s’endormir qu’il sent une main sur sa bouche et une petite voix qui susurre :

-Chut ! Je suis l’une des deux jumelles que vous avez vues sous la tente de Thépère. On vous a bien observé et si vous le voulez, on a décidé de fuir avec vous. Thépère est un être ignoble, il y a longtemps qu’on se serait débarrassé de lui mais nous n’aurions pas tenu deux jours avant d’être reprises et exécutées après d’horribles tortures. Avec vous, nous avons enfin une chance de nous en sortir.

-Et pour Xalla ? demande Entac.

-On ne peut rien faire pour elle pour le moment mais elle ne risque rien tant que la caravane n’est pas arrivée à destination. Thépère veut l’offrir aux Dieux et elle doit rester vierge.

 

A suivre…

Diffuse en direct !
Regarder son live