Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 461 fois
  • 21 J'aime
  • 15 Commentaires

La Rando

Chapitre 24

FIN

Gay

Dernier petit-déjeuner en haute montagne. Julien est plus sexy que jamais. Il nous apporte notre pique-nique avec un grand sourire. Nous bavardons gentiment, sauf que je remarque qu’il bande dans son jean bleu ciel. Nous nous quittons, heureux d’avoir fait sa connaissance et du souvenir de sa grosse queue juteuse. La randonnée est moins difficile parce que nous redescendons dans la vallée. Nous profitons au maximum de la beauté des paysages comme si nous voulions les imprimer dans nos mémoires. En fin de journée, nous arrivons à notre hôtel. C’est toujours agréable après une randonnée en refuge de retrouver le confort d’un bon hôtel. La chambre donne accès au wifi. Je trouve un lien de téléchargement dans ma boîte email. Je récupère le fichier. C’est la vidéo que nous envoient nos amis du GIPN, celle d’hier où Eric m’offre son anus pour la première fois.


— Eric ?

— Oui ?

— j’ai la vidéo d’hier...

— montre.


Il vient s’asseoir sur le lit près de moi. Le film est sublime. Nous bandons à la première seconde avec cette impression indescriptible d’être excités par le spectacle de nos propres corps en pleine action. Enzo et son équipe n’ont rien raté de nos ébats. Eric a les yeux fixés sur l’écran.


— c’est dingue...ça donne envie de se masturber... sur notre image, sur nous, comme si c’était pas nous...ça te fait bizarre aussi ?

— Oui... exactement pareil.


Les images de mon cul et de mes cuisses qui se contractent au moment où j’éjacule dans l’anus si convoité me rendent dingue. Je ne sais même plus ce que je pense ni ce que je ressens vraiment.

La vidéo est accompagnée d’un message :


— Salut Eric et Paul... notre petit cadeau souvenir de cette belle rencontre. Nous détruirons le fichier dès que vous l’aurez téléchargé. Mais nous l’avons tous beaucoup aimé et vous imaginez le résultat...6 belles éjaculations de vos admirateurs. Prenez soin de vous. Enzo et toute l’équipe.


Je les imagine tous les six en train de se donner mutuellement du plaisir et de jouir dans une bouche, un anus ou sur une belle gueule de flic viril. Je pense à Fabien qui a trouvé toute sa place dans le groupe et qui n’a pas fini de les faire se vider dans sa bouche experte quand on connaît ses talents de suceur.


— Ils sont cool quand même.

— Oui. On fait quoi de la vidéo ?

— tu me l’envoies. Moi je l’adore. Comme la première...


Nous allons dîner dans un bon restaurant. Bonne bouteille pour marquer la fin de nos vacances. Je suis bien avec Eric et j’ai l’impression de ne plus reconnaître le garçon un peu déstabilisé à qui j’avais proposé de se joindre à moi pour lui venir en aide. Nuit calme dans une literie de rêve après avoir fait l’amour avec Eric. Nous nous sommes pris chacun à notre tour et j’ai adoré l’avoir en moi et m’enfoncer en lui comme si cette complicité était la plus naturelle des évidences. Les heures ont passé, nos queues enfoncées chacune à leur tour dans nos anus et nos bouches comblés.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Le lendemain matin, nous avons prévu un taxi pour retourner à Font Romeu et récupérer la voiture d’Eric. Journée de route en perspective. Je n’ai pas envie de quitter ces lieux magiques où j’ai l’impression que ma vie a changé.


Arrivés à l’hôtel de notre première nuit, nous décidons d’aller voir si Ben est là pour lui dire au revoir. Nous le trouvons dans son bureau du centre sportif, beau roux auburn toujours aussi irrésistible dans sa tenue de travail qui met en valeur les formes fermes de son corps velu. Polo qui laisse entrevoir sa toison touffue et short tendu sur ses cuisses puissantes et met en valeur le beau volume de son sexe qui n’a plus de secret pour nous.


— Salut Ben.

— OH ! salut les gars !


Il se lève de derrière son bureau et vient nous embrasser.


— Vous partez là ?

— Oui... on a la route à faire...

— vous restez pas pour le déjeuner ? On aurait pu demander à Alex de venir...


L’idée me tente, mais nous n’avons pas le temps. Ben respire le sexe comme jamais et je suis profondément troublé par le charisme étrange de ce garçon. Je comprends Alex et je me demande au fond ce que Thomas pense de lui et ressent en sa présence...


— je me doutais que vous passeriez quand j’ai vu votre voiture dans le parking.

— Ah ?

— On vous a préparé un petit cadeau. Vous savez que Thomas est photographe quand il n’est pas là-haut ?

— Non... il ne nous en a pas parlé...

— vous aviez d’autres sujets...


La lubricité joyeuse de son regard me fait bander.


— Tenez.


Il me tend un paquet de la forme d’un album. Je le déballe et c’est effectivement un album photo. Ben regarde derrière nous si nous sommes tranquilles. Personne n’approche. J’ouvre l’album et je découvre une première photo d’Alex et Thomas qui encadrent Ben. Les trois garçons sont nus, assis sur un rocher, les jambes écartées avec leurs belles queues pendantes entre leurs cuisses poilues. Les deux jumeaux roux couleur de feu sont à tomber et Ben plus foncé n’est pas moins bandant.


— OHHHHH, P.......!


Eric n’est pas moins estomaqué par la force de l’image.


— Ca vous plaît ?

— Mais..... c’est du délire... c’est génial... c’est...

— dingue. Eric finit ma phrase.

— Il y en a d’autres.


La suivante est la même, mais cette fois-ci, les trois bandent à la verticale. Ma queue est écrasée dans mon short et j’ai du mal à avaler ma salive. Je sens que ma température monte. Les trois mecs ont l’air habités par le désir et en même temps totalement innocents d’afficher ainsi leur virilité dans une nature sublime.


— OHHHH NON !!!!!!!!!

— Siiiiiii.


Ben s’amuse de l’effet produit.

La page suivante est du même acabit. Cette fois, c’est Alex face à l’objectif et Ben de dos, à genoux, penché sur la queue de son ami et qui offre une vue troublante sur sa raie velue. Tout le monde comprend que le sexe d’Alex est enfoncé dans la bouche de son amant et son regard laisse comprendre qu’il n’est pas loin de jouir.


Puis la prochaine photo montre la scène inverse, Alex entre les cuisses poilues qui suce son ami lui aussi aux marges de l’extase.

La dernière photo montre Thomas debout contre un arbre, une jambe repliée et un pied appuyé contre le tronc. Au premier regard, c’est un homme nu en érection dans une scène de nature... mais avec un peu d’attention, l’œil du spectateur découvre les traces d’une éjaculation puissante sur le torse et le ventre du beau poilu roux.


Je regarde Ben... heureux de son cadeau... et je comprends que ce mec est totalement libre dans sa tête et totalement amoureux d’Alex.

J’ai la gorge sèche. Admiratif, parce que les photos, au-delà de quasiment provoquer l’éjaculation immédiate de celui qui pose les yeux dessus, sont d’une beauté et d’une vérité étonnantes et presque violentes. Thomas a un talent fou.


— C’est... je sais pas..... je sais pas quoi dire...


Eric a d’autres mots.


— moi je trouve ça totalement fou... de beauté... de sexe... d’amitié pour nous...ça me...


Il est ému en réalité.


— Allez les mecs... on s’est vraiment amusés à faire ça pour vous... pour que vous pensiez un peu à nous quand vous serez loin.


Ben est ému et émouvant. Je regarde Eric et nous nous comprenons. Je sors mon MacBook et une clé USB promotionnelle de notre start-up. Rapidement, je copie les deux vidéos de nos amis du GIPN sur la clé et la donne à Ben.


— Non ? C’est pas vos vidéos quand même ?

— Si.

— oh, mais c’est...... c’est juste..... trop..... génial quoi !


Je suis heureux qu’il apprécie notre cadeau.


— le 15 juin prochain, Alex et moi on se marie.

— C’est vrai ? Génial !

— Thomas et Enzo seront les témoins d’Alex. Est-ce que vous voulez bien être les miens ?


Nous sommes pris de court, mais comblés.


— bien sûr ! Merci Ben !


Éric a les mêmes mots que moi.

Nous nous embrassons et échangeons des accolades qui doivent remplacer les mots que nous ne trouvons plus.

Eric donne le signal du départ.


— Allez, on y va.


Nous quittons Ben et chargeons la voiture. Puis Eric prend le volant. Je m’assieds à côté de lui. Nous fermons les portières. Avant de démarrer, Eric se tourne vers moi.


— Paul... je t’aime... je veux vivre avec toi maintenant.

— Moi aussi. Je t’aime Eric.


Il démarre et nous prenons la direction de Paris.


FIN

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder