Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Histoire vraie
  • Lue 30 400 fois
  • 77 J'aime
  • 0 Commentaire

Randonnée sensuelle

Chapitre 1

Divers

Ce matin vers 10 heures nous sommes partis de chez elle, un petit village français a la frontière Franco-Belge. Après avoir marche pendant toute la journée, il était à peut près 17 heures quand nous sommes arrive au camping la ou nous allions passer la nuit. Une fois les tentes installées et le repas expédier, j’étais bien excite comme quand on se retrouve seul avec une gonzes dans un camping presque désert, a vrai dire s’était exactement le cas, elle, elle ne le semblait pas particulièrement. Puisque nous avions encore beaucoup de route le lendemain je lui proposa d’aller prendre une douche ensemble, elle me dit d’y aller et qu’elle allait me rejoindre, je ne ferma pas la porte pour elle, une fois dans la douche (bitte en pleine érection) je commençai à faire couler l’eau en l’attendant, au bout de dix minutes elle ne venait toujours pas alors je décida commencer à me laver. Soudain alors que je me rinçais les cheveux (yeux fermes), je ne l’avais pas entendu arriver, elle me pris la bitte et commença immédiatement a me tailler une pipe. Sur le coup j’ai été un peut surpris je l’avoue surtout car nous n’avions plus eu de relations depuis prés de deux ans. Je commença alors a lui caresser les cheveux, je ne savais trop que faire pour lui rendre ce plaisir intense qu’elle me donnait, j’ouvris les yeux, je la découvrit encore plus belle que j’avais imagine quelle serai depuis nos dernières relations (voir Régate en Bretagne), ses seins qui étaient devenus beau et toujours aussi raide néanmoins l’épilage de sa chatte était oublie. Je la coucha dans la douche et commença à la pénétrer de ma langue ce qui la fit jouir mais pas encore suffisamment a mon goût, je me mis alors a lui masser les seins, et lui gratter le clitoris de la langue a chaque passage je sentais que des spasmes lui traversaient son corps. Ne sachant plus me retenir de la voir jouir et trembler de plaisir je lui écartais les lèvres de la chatte des doigts et lui enfonça ma bitte auplus profond de son corps chaud et humide, elle eu alors un orgasme qui m’anqua de peut de l’évanouir, j’eus alors juste le temps de me retirer et lui éjaculer sur le ventre et sur les seins, je lui massa pendant un bon quart d’heure les seins et la chatte avec ce gèle de massage entièrement naturel. Apres cette séance de plaisir intense nous nous lavâmes mutuellement avant d’aller nous coucher vides bien descendus.


Le lendemain matin nous partîmes très tôt car nous avions encore du chemin a parcourir. Au soir nous arrivâmes comme prévu dans une petite auberge de village, ou nous avions déjà réservé une chambre ce qui nous laissa plus de temps de tranquillité dans la chambre durant le quelle je lui avais sauter dessus, et immobilisée couchée dans son lit, j’eus alors a ce moment la une forte envie de lui ravire sa petite jupe qui lui allais à lui ravire, mais n’étant pas sur de ne pas être entendus je m’en abstins. Je me contenta alors de lui glisser une main sous le tee-shirt pour lui caresser les seins tendus sous son soutien gorge ou de glisser ma main sous sa jupe et sous son slip pour discrètement lui introduire un doigt dans la chatte. Je voulais lui faire plaisir pour calmer son excitation mais, sa n’avait eu pour effet que d’augmenter la mienne, Nous aillâmes donc pantalon tendu et culotte humide manger.


En attendant d’être servi je lui dévorer les seins du regard (ce qui ne combla pas ma fin) en imaginant dans quelle position j’allais me la taper après le repas, durant le repas je senti qu’elle me caressait l’entre jambes en remontant doucement vers ma brayette qu’elle ouvrit doucement. Imaginez ma réaction quand en plein repas dans un restaurant une main se met à me masturber lentement, nous ne commandâmes d’ailleurs pas de dessert tellement notre excitation était intense, nous courûmes presque pour atteindre la chambre et vite se déshabiller et passer à l’acte que nous préméditions déjà durant le repas. Une fois arrivent dans la chambre, nous nous engouffrâmes dans la sale de bain, il ne fallût pas plus de quelques secondes pour êtres nus, alors que je commençai à me masturber elle quitta la sale de bain pour revenir avec un rasoir elle me demanda si j’avais l’amabilité de lui épiler la chatte. Se fut avec plaisir que je commençai à la pénétrer la chatte de ma langue avant de me retirer et la raser, j’attaquai tout d’abord par le de petits coups en descendant pour l’approcher de sa chatte, c’est alors que je lui demanda de se coucher parterre les jambes en l’air, je continua donc a lui raser l’entrejambes, après cela je ne sus m’abstenir d’admirer mon travail de la langue, je lui mis deux doigts dans le vagin et je la léchas en remontant pour atteindre ses seins. Je lui mordillais les tétons en même temps que je faisais des aller-retour avec mes doigts dans sa chatte, elle transpirait de tout son corps a un tel point que lorsque je retirai mes doigts ma bitte, que je n’avais jamais vu aussi grosse, n’eu aucune difficulté a rentrer. Chose dont j’avais perdu l’habitude de faire depuis Naomie (voir une soirée d’enfer), je me mis alors a l’embrasser à pleine bouche, je le reconnais on trouve bien plus de plaisir si on y est de la bouche aussi. Et c’est ainsi qu’au bout d’une demi-heure de lente pénétration pour faire durer le plaisir je lui éjacula au plus profond de son corps chaud et humide quelques jets se liquide brulant.


Apres une bonne nuit de sommeil et encore une journée de marche durant la quelle nous avions perdu stupidement du temps par une erreur de navigation nous dûmes nous arrêter nuit tombante dans un bois. Pour nous réchauffer avant de nous coucher nous allumâmes un petit feu. Alors que je la serrais contre moi elle se leva, alla s’asseoir de l’autre côté du feu et ce rassit. Elle me dit alors de me déshabiller, après une rapide vérification que nous étions bien seuls dans le bois je ne me fis pas prier plus longtemps. Une fois nue elle se mit à en faire au temps, nous nous retrouvâmes donc chacun un de son côte du feu nu. Elle commença alors a se lécher les doigts ce les mettre dans la chatte ou dans le cul, a se masser les seins. Je m’aventura à lui demander si elle voulait de l’aide mais elle me répondit que dans les règles de son jeu non. Je n’en pouvais plus de la voir se masturber, se chiffonner la chatte, elle en baver même sur ses seins. Moi par contre j’en avais des douleurs a la queue, mon gland tourner au violet, j’avais beau la masser ou la branler je ne pouvais pas m’abstenir de regarder Emilie mais j’en avais horriblement mal, une douleur déchirante. Quant je lui dis que je n’en pouvais vraiment plus elle sauta presque au-dessus du feu pour ce jeter sur ma bitte et la branler vivement. Elle se mis alors après peut de temps a quatre pattes et me demanda de la pénétrer. Je ne me fit pas prier plus longtemps, tellement exciter que j’étais je la pénétra immédiatement, il ne fallut pas plus de cinq minutes pour lui remplire le vagin de sperme. Apres qu’elle ne m’ai jamais donner au temps de plaisir nous allâmes nous coucher.


Lendemain nous repartîmes très tôt pour malheureusement déjà retourner chez nous.

Diffuse en direct !
Regarder son live