Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 24 086 fois
  • 56 J'aime
  • 5 Commentaires

J'ai raté mon bac

Chapitre 1

Inceste

C’était la fin du mois de Juin, le soleil avait repris ces droits et la chaleur me montait au visage surtout la nuit, elle envahissait mon corps, mon esprit, mon sexe et j’étais toujours mouillée entre les cuisses, je ne pense qu’à ça du matin au soir et je veux tout faire.....

Mais ce soir là je ne pensais pas au sexe, j’étais allongée sur mon lit, en culotte et soutien gorge et je pleurais toutes les larmes de mon corps, je venais de rater le bac.

Quand je le dis à mes parents ce soir là ce fut un cataclysme, je n’avais pas beaucoup travaillé c’est vrai mais bonne élève je pensais l’avoir eu de justesse, mais non même pas le rattrapage.

Nous n’étions pas très riche et vivions dans un petit appartement, avec ma sœur aîné et mes parents, elle était brillante, avait leurs faveurs surtout celle de maman, je passais toujours après elle, mais papa avait toujours un regard bienveillant sur moi, et je voyais dans ces yeux comme une expression : laisse les dire et faire je suis prêt de toi ma fille, mais quelque fois ce regard me troublait sans que je comprenne pourquoi.


Après les engueulades nous passâmes quand même à table,le repas fut vite expédié dans un lourd silence, je n’osais pas lever la tête de mon assiette.


Papa pris la parole : tu as fait n’importe quoi cette année et ça va nous coûter de l’argent pour refaire cette classe, alors d’abord tu es punie tu n’auras pas de vacances et tu vas travaillée pour

gagner de l’argent jusqu’à la rentrée. On devait te faire une surprise et vous deviez partir ce soir, mais toi tu restes là ta mère et ta sœur s’en vont au bord de la plage chez tes grands parents et va dans ta chambre maintenant.


Je sanglotais de tout mon corps, j’entendis ma mère et ma sœur prendre les affaires qu’elles avaient préparés, des claquement de porte et puis plus rien, je n’osais bougée je pensais que mon père était toujours là, le soir beaucoup de ses amis, il était président d’un club de sport plutôt d’un club de buveur d’ailleurs ils connaissaient énormément d’hommes de son age et plus âgé, ils venaient à la maison, ils buvaient des bières en parlant de je ne sais quoi, maman allait dans sa chambre et nous aussi.


Mes sanglots se calmèrent, je repris mon calme la maison était silencieuse, la chaleur étouffante,

je réfléchis en pensant que tant pis après tout pourquoi pas travailler,ça pouvait être bien, et puis il y aurait sûrement des hommes à ce travail et si j’avais pas beaucoup travaillé cette année c’était à cause d’eux, non pas d’une amourette ou d’un flirt à la va vite, mais de rencontre fortuite, les après midi ou je n’allais pas en cours et je finissais souvent dans une chambre d’hôtel ou dans un parking la tête entre les cuisses du chauffeur.


J’avais découvert le sexe cette année, il était devenue une drogue une passion j’aurai aimé ne faire plus que ça mais à mon age....surprenant non ?

Je m’assieds sur le bord du lit enlevais culotte et soutien gorge, et je me caressais la poitrine lourde et ferme qu’ils aimaient tant toucher caresser regarder, j’avais même surpris plusieurs fois le regard de papa, mais bon elle était tellement attirante que cela me fit sourire  papa pouvait il avoir envie de moi, non c’est des bêtises pas un père, mais ils ont tous envie de moi, je souris à ces pensées je me sentis excitée hum mon père pourquoi pas ? Ma main était entre mes cuisses et déjà je touchais l’humidité de ma chatte qui s’ouvrait comme une invitation à se faire pénétrer.

Le Bruit violent de la porte qui s’ouvre me sortie de mes rêveries sexuelles, j’entendis des voix des pas des chaises qu’on tire, des bruits de bouteilles, je me blottis au fond du lit et je restais la prostrée ne sachant quoi faire.

Il entra avec violence, me chercha du regard dans l’obscurité et dis ;

Petite salope le lycée m’a prévenue de tes absences et je t’ai suivie plusieurs fois ces derniers jours pour te voir draguer à la terrasse des cafés et allez te faire baiser dans les hôtels ma fille

tu es comme ton père tu pense qu’à ça aussi j’ai décidé de m’occuper de toi sérieusement !!!!

Va dans la salle de bains oui nue comme ça

Ce fut comme dans un rêve je n’osais m’opposer à lui et en plus je n’en avais pas envie, je me dirigeais dans la salle de bains nue ses copains faisaient un bruit d’enfer dans le salon, mon père derrière moi, je rentrais il me dit assieds toi là sur la cuvette des WC, sans comprendre je m’exécutais, il me dit d’écarter les jambes j’étais complètement impudique nue appuyer sur le réservoir d’eau derrière moi, jambes écartés ma chatte apparente mes gros seins lourd, il me dit tu veux du sexe tu vas en avoir petite chérie, il sortit sa bite s’approcha de moi et me pissa d’abord sur le corps puis sur le visage puis dans la bouche, ce fut terriblement..... bon j’acceptais son urine je la bus avec avidité il rentra son sexe dans ma bouche et à coup de va et vient me l’enfonça au fond de la gorge, le plaisir était d’un force inouïe mon pére là devant moi avec sa bite dans ma bouche, il se raidit très fort et son sperme arrosa mes lèvres mon visage, je léchais avec avidité pour tout avaler et le satisfaire, il se recula me regarda dit : c ’est vrai que t’es bonne, je comprend tous ces mecs, maintenant fais toi propre, belle, mets tes talons et rejoins moi au salon.

Sans plus rien contrôler, je me douchais rapidement, me maquillais style plutôt pute, je choisis dans mes affaires mes talons les plus hauts, traversais le couloir qui mène au salon, je me vis dans la glace et je me trouvais terriblement excitante et je l’étais: excitée, quand j’arrivais devant la porte du salon, il y avait moins de bruit je crois qu’on m’attendait, je frappais doucement, et mon père dit entre ma fille.

La pièce était plein de fumée ils étaient 5 assis là autour de la table une bière à la main me dévorant des yeux, il me dit approche ma fille, tu vois cet argent sur la table, effectivement beaucoup de billet était en vrac au centre, et bien je t’ai vendu aux enchères mais il y a pas un seul gagnant, non celui qui a mis le plus cher va t’avoir le premier alors t’en dis quoi,,,,


J’en disais rien aucun son ne sortait de ma bouche, mais être la nue au milieu d’eux devant mon père même dans mes rêves les plus fous je n’avais pu imaginer une situation aussi forte c’était le paradis mon paradis du sexe offerte à tous ces mecs devant mon père une pure folie qui me transportait d’émotion sexuelle.

Je me repris tout le monde avait les yeux braqués sur mon corps sur mes splendides fesses rebondies, je dis :

Alors par qui je commence ? Je me sentais la reine des putes et j’étais fiére.

Il me répondit c’est André qui a mis le plus, tu connais André me dit il en le désignant du doigt

c’est vrai qu’il vient d’avoir 75 ans mais il a droit lui aussi non ?

Bien sur papa chérie, je me dirigeais vers André l ’aidait a reculer sa chaise m’accroupis devant lui j ouvris son pantalon sortis sa bite, que je trouvais un peu molle mais je les aime toute, et le suçais avec volupté, mon père était juste à ma gauche, il caressa mes reins et je me cambrais très fort, je sentis qu’il prenait quelques chose sur la table c’était une bouteille il dit à ses copains on va la préparer la petite, et il m’enfonça la bouteille dans la chatte, je m’écartais pour qu’il puisse la mettre bien au fond, il me branla comme ça un moment je jouissais en continue sous le regard des autres, il la retira d’un coup et dit oui mais on a besoin du cul aussi, il m’écarta les cuisses chercha mon anus déjà offert si souvent et dilaté par le plaisir et m’encula.

Je me suis couché très tard ce soir là et les autres soirs aussi fourbue, mais comblée au delà de tout.

Diffuse en direct !
Regarder son live