Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 569 fois
  • 58 J'aime
  • 1 Commentaire

Recueil d'une Catholique sans tabou

Chapitre 13

Un petit boulot pour étudiante.

Lesbienne

La jeune femme se met à doucement plier les draps du lit. Myriam avait trouvé lors de ses études un petit travail de bonne. Telle était la description du poste auquel Myriam avait postulé. Elle avait alors rencontré Madame T. une veuve cinquantenaire qui avait héritée de la fortune de son mari. Les deux femmes entretiennent des rapports cordiaux sans vraiment bien s’entendre. Ce qui allait bientôt changer de façon inattendue.


Madame T. entre alors dans la chambre, son air autoritaire et froid. Elle jette alors aux pieds de Myriam un couvert en argent.


— Myriam, regardez ceci, pensez-vous vraiment que vous avez bien fait votre travail ?

— Non, Madame, je suis désolée je vais m’y remettre tout de suite.

— Il y a intérêt !



Myriam garde les yeux baissés et attend doucement que Madame T. reparte. Tout en continuant son ménage tout proche du lit la jeune femme aperçoit une boite avec plusieurs bijoux de valeurs. Elle jette un regard en arrière, personne, sa main saisit un collier de pierres. La tentation est trop forte, un rapide coup d’œil en arrière et.... Son cœur s’accélère alors qu’elle glisse son butin sous son uniforme (une blouse bleu ciel). Une fois son larcin commis, Myriam relève une dernière fois la tête en finissant le lit.


La jeune étudiante descend le grand escalier comme si de rien n’était, trouve alors sa patronne dans le salon. Cette dernière dépose sur la table en face d’elle le verre de vin qu’elle buvait tranquillement tout en écoutant le compte rendu de Myriam sur son travail fait cette après-midi-là.

— Je viens de finir de nettoyer et de ranger votre chambre madame, je reviens demain pour continuer mon travail…

— Attends une minute, dit Madame T. en la rattrapant par le bras.


Sans crier gare, la patronne se glisse derrière elle et ouvre délicatement l’uniforme de Myriam dévoilant l’objet de son vol. Puis Madame T. tire doucement le bijoux hors de sa cachette.

— Je pourrais t’amener à la police pour ce vol, mais j’ai une autre idée : tu m’as pris quelque chose qui m’appartient, à moi de te prendre quelque chose, à toi !


Myriam se retrouve assise sur le canapé. Madame T. relève doucement sa robe noire dévoilant l’absence de culotte. La jeune fille comprend alors le jeu dans lequel elle est tombée, et elle est prête à y jouer. Ses lèvres se rapprochent du fruit défendu de sa patronne et, les yeux levés sur elle, Myriam se met à doucement jouer avec sa langue. Pendant ce temps-là Madame T. remonte sa robe jusqu’à dévoiler sa poitrine prisonnière d’un ultime habit noir. Myriam y met tout ce qu’elle connais, car oui, la jeune femme avait eu quelques expériences avec des amies de la fac.



Madame T. écarte la petite voleuse et l’invite à se relever. Passant derrière Myriam elle fait doucement descendre le soutien-gorge de la jeune femme. Puis Madame T. lui caresse doucement la poitrine. D’un geste doux, sans un mot, elle ordonne à Myriam de se retourner afin de goûter cette douce poitrine délicieusement chaude. Tantôt la léchant doucement, tantôt en l’aspirant ou mordillant. Myriam se laisse faire à son plus grand plaisir.

— Si Madame T. me dis qu’elle a l’habitude de ce style de relation cela ne m’étonnerai guère, se dit-elle intérieurement.

La patronne humidifie doucement sa main avant de relever son regard sur Myriam. Cette dernière sent alors les doigts habiles de Madame T. jouer avec son abricot.


La culotte de la jeune femme a vite rejoint le sol, désormais sa patronne collée à elle lui offrait une merveilleuse caresse tout en se collant contre son visage. Madame T. continue sans s’arrêter se délectant des gémissements de la jeune femme. La cinquantenaire l’installe assise sur l’accoudoir de son canapé et lui offre un doux ballet de langue. Myriam suit à la lettre toutes les instructions de sa patronne. Elle se met alors à quatre pattes pendant que Madame T. vient de glisser dans sa douce antre chaude son pouce. Elle continue sans s’arrêter, encouragée par les gémissements que pousse Myriam.


Madame T. remplace alors son pouce par sa langue, embrasse les fesses de son employée et lui demande de se retourner pour l’embrasser sur les lèvres. La patronne se relève pour retirer son soutien-gorge, sous les regards de Myriam qui se caresse sur le canapé. Madame T. s’installe alors sur le visage de Myriam et pendant que cette dernière continue de découvrir ce sanctuaire, sa patronne lui caresse son entre-jambes. La jeune femme semble dans un autre monde, sentir cette femme nue si proche d’elle, surtout qu’elle a surement l’âge de sa mère, la rend folle. La voilà désormais au pied du canapé, à quatre pattes, sa langue offrant sans répit une douce caresse amoureuse. Le regard de Myriam ne quitte pas le doux visage de Madame T. qui est tiré de plaisir. Les yeux clos, la patronne lâche de longs soupirs, se délectant de la langue de Myriam, qui alterne entre longues léchouilles tout du long de cette fleur offerte.


Madame T. glisse sa main sous le menton de sa jeune amante et l’invite à monter sur le canapé afin de coller leur deux intimités désireuses l’une de l’autre. C’est la plus expérimentée qui dicte le rythme, laissant Myriam se concentrer uniquement sur les petits coups qu’elle reçoit sur sa fleur. Enfin après quelques minutes Madame T. s’écarte un peu, prend la main de Myriam et la porte à sa bouche. Son regard dans le siens la patronne glisse les doigts de la jeune femme entre ses lèvres avant de faire la même chose avec les siens. Puis ce fut mutuellement qu’elles se caressent toutes les deux jusqu’à ressentir comme des décharges électriques dans tout leur corps. Elles sourient, reprenant doucement leurs souffles. Myriam se glisse alors sur le corps nu de Madame T., se colle contre elle et l’embrasse doucement.


Ainsi commence la nouvelle vie de Myriam, elle continue toujours à servir Madame T. qui n’hésite pas à lui demander de faire quelques extras, a plus grand plaisir de la jeune femme.

Diffuse en direct !
Regarder son live