Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 25 450 fois
  • 135 J'aime
  • 9 Commentaires

Ma relation secrete avec ma soeur

Chapitre 5

Inceste

Les jours suivants se passèrent sans grabuge. Nous faisions très attention à notre comportement maintenant. Un ami commençait même à nous trouver trop proches. Ce que je trouvais un peu stupide, comment deux frère et sœur peuvent être trop proche?

Mais c’était une vraie douleur pour moi de ne pas pouvoir faire certaines choses avec ma sœur en publique. J’aurais aimé l’embrasser ou la tenir dans mes bras. J’avais envie de crier au monde entier à quel point je l’aimais. Mais je ne pouvais pas, alors je me retenais.


Kelly et moi avons eu d’autres occasions de faire l’amour, mais celles-ci étaient plutôt rares, ou alors elles étaient courtes. Mais les vacances de noël arrivèrent et ma sœur eu une idée géniale. Un jour, elle arriva dans ma chambre et me dis:

— Dis moi… Tu fais quoi pendant ces vacances de Noël?

— Rien de spécial, je suppose. Pourquoi?

Elle me sourit et reprit:

— Ca te dirait de passer une petite semaine rien qu’à deux?

— Évidemment que ça me tente mais comment tu comptes t’y prendre?

— J’ai gagné un voyage pour deux à Madagascar!!

Je fus carrément surpris par l’annonce de ma sœur, c’était génial! J’imaginais déjà tout ce qu’on allait pouvoir faire mais ma sœur en rajouta une couche:

— Imagine: 7 jours sur une île où personne ne connaît notre lien de parenté…

Elle ajouta mais dans un ton plus bas et avec un large sourire:

— 7 jours où tu pourras me baiser jours et nuits…

J’avais envie de sauter de joie. Je n’ai pas pu m’empêcher de la prendre dans mes bras et l’embrasser.


Je vous passe les détails de l’organisation de ce voyage. Il a fallut convaincre nos parents de nous laisser partir et de nous donner un peu d’argent. Mais au final, ils ont accepté et nous sommes alors partis à Madagascar.

Là encore je vous passe les détails du vol, etc. Arrivés à l’hôtel, un employé nous a conduit jusqu’à notre chambre. C’était la chambre spéciale amoureux de l’établissement, chose qu’il nous a fallu cacher aux parents. Nous étions supers heureux d’être là. Je dois avouer qu’on l’était plus parce que nous étions enfin seul à seul, que parce que nous étions dans une destination de rêve.

Inutile de vous dire que nous avons fait l’amour dès la minute où nous étions seuls dans la chambre. En fait, nous sortions de celle-ci rarement. Mais c’était super de pouvoir se tenir main dans la main et de se balader le long de la plage. Pendant ces 7 jours, nous n’étions plus frère et sœur, mais amants.


Un jour, j’étais partis faire des petites courses (cartes pour les parents, souvenirs, etc). En rentrant dans la chambre, je fus surpris de trouver ma sœur sur le lit dans une petite tenue hyper sexy: soutien-gorge rose avec bretelles noirs, mini-jupe très courte, elle aussi rose et noir, et des hauts-talons noirs. Me laissant voir ainsi son superbe ventre et son piercing au nombril. Elle m’attendait en mangeant une glace. Elle me sourit parce qu’elle savait l’effet que ça me faisait.

— Tu as bien été long…

— Si j’avais su ce qui m’attendait à la maison, dis-je, j’aurais été bien plus vite!

Elle se mit sur ses genoux et grâce à la hauteur du lit, elle se retrouva à ma taille.

Je soutint sa poitrine en lui disant qu’elle a là un très beau soutien-gorge. Je lui léchais alors le creux et le haut de ses seins. Quand je relevais la tête, elle me tendit sa glace. Je la goûtais, elle fit pareil et puis nous nous embrassâmes. Ses lèvres, qui ont maintenant un goût de fraise, furent délicieuses. Nos langues s’entremêlèrent.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Elle posa sa glace sur la table de chevet, décidant qu’il était temps de passer aux choses sérieuses. Elle enleva alors son soutien-gorge libérant sa poitrine. Je continuais à la lécher et à la couvrir de bisous. Je jouais maintenant avec ses mamelons, les aspirant ou les stimulant rapidement du bout de la langue. Et elle s’y mit aussi! Ses seins étaient assez gros pour qu’elle puisse les lécher elle-même. Nous étions alors là à deux à frotter nos langues sur son téton de gauche. Ma main glissa doucement sous sa jupe et je commençais à stimuler son petit bouton. Elle bascula sa tête en arrière et passa sa main dans ses cheveux, laissant ainsi quelques mèches lui tomber sur le visage, succombant au plaisir. Elle était sublime, on aurait dit un ange blond.

Ce qui était bien, c’est que comme la chambre était spécialement conçue pour les amoureux, les murs étaient fort épais. Nous pouvions alors nous laisser aller dans des cris et gémissements passionnés.

Ma sœur enleva alors ma ceinture et défit mon pantalon. Je décidais de m’allonger sur le lit pour être plus à l’aise. Elle se glissa alors entre mes jambes. Mais Kelly décida de faire durer le plaisir: elle ne sortit pas tout de suite mon sexe de mon pantalon, elle le massa d’abord un peu, lécha le tissu ou frotta son petit nez dessus. Elle posa son menton dessus et me dit:

— Tu veux que je te suce?

— Evidemment! Dis-je.

— Tu as été un gentil garçon?

Elle jouait avec moi.

— A toi de décider si j’ai été un bon frère…

Elle réfléchit une seconde puis me répondit:

— Vu comme ça, tu as été le meilleur frère au monde. Tu as gagné!

Elle enleva alors enfin mon pantalon, laissant apparaître mon sexe déjà en érection. Elle lécha alors à la base, juste au dessus de mes bijoux de famille et remonta jusqu’à mon frein. Elle s’occupa alors de mes testicules, les mis en bouche, les goba, les suça, tout doucement parce qu’elle savait à quel point elles étaient sensibles. Moi je restais là couché à profiter de ce que me faisais ma sœur. Et enfin, elle prit mon sexe entre ses doigts, passa son doux visage dessus, me sourit et commença une fellation dont elle a le secret. Au début, elle y allait lentement pour y aller de plus en plus vite, de plus en plus profondément. Elle s’arrêta une seconde, avala sa salive et me dit:

— T’aimes ça?

— S’il te plaît, continue. Lui dis-je.

Elle mit ses cheveux sur le côté, pour ne pas être gênée. Et elle reprit, toute contente. C’était vraiment formidable. Elle cracha alors sur ma verge et frotta avec sa main, s’aidant de la salive, de bas en haut, comme pour me branler. Puis elle joignit les deux: la masturbation à la main et la fellation en même temps. Puis elle s’amusa avec ma verge comme elle l’avait fait plutôt avec sa glace. J’avais envie maintenant de ses seins. Je me redressais alors, elle étant au bord du lit, mon sexe arrivait tout juste au niveau de sa poitrine. Elle comprit alors tout de suite ce que je voulais et plaça ses deux obus de par et d’autre de mon engin. Elle commença alors un mouvement vertical, tout en tenant ses seins. Sa langue dépassait de ses lèvres tellement ça l’amusait peut-être.

Puis c’était moi qui faisait le mouvement, elle, elle s’occupa de l’arrivée de mon gland avec sa bouche. Elle me suça encore un peu, mais elle voulut que je m’occupe à mon tour de son minou. Alors je proposais un 69. Dans cette position, je pouvais sentir encore plus sa langue râpeuse se frotter contre mon gland, elle s’occupa aussi de mes boules en les malaxant. Je la léchai à mon tour et la doigta. Comme ça, j’avais aussi une belle vue sur son anus. Je m’approcha alors de celui-ci et y planta mon doigt délicatement. Et contraire à l’autre fois, elle ne dit rien. Au contraire, elle gémit de plaisir! Après quelques minutes, elle se redressa, toujours dos à moi, et se mit juste au dessus de mon sexe et commença à l’utiliser comme gode. Elle utilisait en fait mon gland pour stimuler son clitoris. Elle eut un orgasme mais ce fut divin pour moi aussi.

— T’aimes ça? Me demanda-t-elle encore une fois.

— Si tu continues, je vais jouir… Dis-je.

Elle stoppa alors, me laissant quelques secondes de repos. Puis vint s’empaler dessus. Ses doux cheveux tombaient sur ma poitrine. Moi je tenais son dos pour qu’elle ne tombe pas et je bougeais mes hanches pour y aller au plus profond. Les cris de plaisirs ne tardèrent pas. Nos mouvements étaient tellement amples que parfois mon sexe sortait de son vagin, mais elle s’empressait de le remettre. Mon pénis était tout mouillé. Un peu plus tard, ma sœur se crispa et atteignit l’orgasme encore une fois. Elle resta comme ça empalée sur moi, sans bouger, pendant quelques secondes, se laissant aller par la vague de plaisir qui parcourait son corps. Je pouvais sentir les muscles de son antre se contracter autour de ma bite. Elle se retira alors et reprit son souffle. Je me relevais moi aussi, j’en avais un peu marre d’être couché.

— Ca c’était ce que j’appelle un orgasme, dit-elle! Tu veux me prendre comment maintenant? Ah je sais!

Elle se retourna avant que je pus dire quoi que ce soit, se mit à quatre pattes et me tendit son petit cul.

— T’es sûre que tu veux que je…

— Oui, me répondit-elle, je pense qu’il n’y aura pas meilleure occasion pour essayer.

Je me penchais alors et commençais à lui lécher son petit trou pour le lubrifier. Je pense qu’elle fut surprise par la sensation que cela procurait. Elle gémit mais d’une autre manière que d’habitude. Je pense qu’elle ne savait pas que ce serait aussi bon!

Je lui mangeais maintenant en même temps le cul et la chatte. Elle avait l’air d’adorer ça, puisqu’elle me dit toute excitée:

— Je tiens plus, fous la moi dans le cul, s’il te plaît…

— Tu as été une gentille fille, dis-je avec un large sourire. C’était moi maintenant qui jouait avec elle.

— S’il te plaît! Dit-elle presque en suppliant.

J’approchais alors mon sexe de son trou et la pénétrais doucement. Je laissais son orifice s’habituer à la taille de mon gland. Elle était couchée sur le ventre et me regardait grâce au miroir posé à côté du lit. Moi aussi je pouvais voir dans ce miroir son visage, je pouvais alors savoir si j’allais trop vite ou si elle appréciait. Mon gland passa et je glissais alors, toujours délicatement, mon pénis dans son conduit. Elle se mordit les lèvres et me dit:

— C’est nettement meilleur que je ne l’espérais.

— Tu crois que je peux accélérer un peu?

Elle me fit signe que oui, et mon mouvement s’accéléra. J’allais de plus en plus vite, mais bien sûr dans la limite du raisonnable. Si je voulais le refaire, j’avais tout intérêt à ce que ma sœur apprécie. Puis soudain, j’entendis des gouttes tombés sur le sol. Je baissa la tête, et c’était en fait Kelly qui était en train d’avoir un autre orgasme et sa cyprine coulait à grand flot sur le sol de la chambre. Ses jambes se virent parcourues de spasmes.

— Pas la peine de te demander si tu as aimé, je pense…

— Oh ça va! Me dit-elle en rigolant. Je ne savais pas que ce serait aussi bon.

On s’assit alors sur le lit et elle me dit:

— Et toi, t’as même pas encore éjaculé en fait! Tu deviens un homme, un vrai!

J’avais un peu mal pris ce qu’elle dit alors j’ai répondu du tac au tac:

— Je peux m’en aller et te laisser avec un vrai homme si tu veux…

— Oh, mais je rigolais, voyons! Viens là!

Elle s’approcha et m’embrassa avec sa langue.

— Je ne veux que toi, souviens-t-en pour toujours.

Je la basculais sur le dos et je me levais du lit. Elle écarta les jambes tout de suite car elle comprit que je voulais la prendre en missionnaire. J’entrais alors en elle, elle était encore toute trempée. Je n’avais aucun mal à glisser. Je pouvais ainsi y aller assez rapidement. Elle, elle stimula son clitoris avec sa main. Je pouvais y aller profondément. J’adorais sentir mes couilles se presser contre les petites fesses de Kelly. Puis elle se mit sur le côté et referma les jambes alors que j’étais toujours en train de la bourrer. La sensation se fit plus serrée, ce qui était encore meilleur. Je ne tardais pas à sentir la sève monter. Et je pense que ça se lut sur mon visage, car ma sœur me dit:

— hum oui, vas-y, envoie tout, donne moi tout, je veux sentir ton sperme chaud sur mon visage.

Je continua mes mouvements de hanches de plus en plus rapidement jusqu’à atteindre le point de non retour, je me précipitais alors à sortir mon sexe de son vagin, elle eut à peine le temps de se redresser que je lâchais déjà toute la purée.

Un premier jet épais vint s’éclater sur sa poitrine, un deuxième tout aussi épais et blanc atterrit sur son doux visage. Puis il y eut quelques autres jets mais à faible intensité. Ma sœur passa sa langue sur les lèvres tout le long de mon orgasme. Et me suça encore un peu comme pour me vider complètement.

— Tu n’es plus fâché contre moi?

Elle passa sa langue sur mon gland pendant que je disais:

— Comme être fâché contre toi, c’est impossible.

Elle me sourit et on s’embrassa.


Le reste des vacances se passa à merveille, nous avons fait l’effort de sortir de notre chambre pour découvrir la région. Mais il n’y a pas une nuit où nous n’avons pas couché ensemble. Mais malheureusement, les vacances avaient été très courtes. Et il était déjà temps de rentrer. Ca nous faisait un peu déprimer ma sœur et moi que tout allait redevenir comme avant, qu’il allait falloir se cacher de notre entourage à nouveau.

— On est pas obligé de renter! Dit Kelly.

— Comment ça? Demandai-je.

— On peut fuir ou même rester ici et ne plus jamais revenir à la situation d’avant!

— Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, dis-je en lui souriant.

— Mais pourquoi? J’en ai marre de cacher notre relation, moi! Je te veux toi et pour toujours.

Elle avait les larmes aux yeux.

— Allez, ne t’inquiète pas, c’est juste passager. Si notre amour est aussi fort que tu le prétends, il résistera bien à se cacher pendant quelques années, non?

— C’est moi qui ne tiendrait pas! Dit elle en décrochant un sourire.

Je l’embrassais sur le front.

— Ne t’inquiète, je te promets qu’un jour on pourra vivre notre amour pleinement. On sera alors un vrai couple, et qui sait on aura peut-être aussi des enfants?

Ses yeux brillaient et je pense avoir réussi à la rassurer.

— Tu promets?

Nous nous sommes encore embrassés passionnément et c’est là que j’ai compris que la relation que j’entretenais avec ma sœur était très sérieuse. Cela avait dépassé le stade des petits jeux sexuels.


Cette histoire avec ma sœur dure depuis des années maintenant et je n’ai pas honte de dire que nous avons deux enfants. Et nous nous aimons toujours aussi intensément.

C’est ici que s’arrête mon récit, j’espère qu’il vous a plu. Si vous avez des commentaires, n’hésitez pas à m’envoyer un mail ou message sur le forum !

Diffuse en direct !
Regarder son live