Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Histoire vraie
  • Lue 37 817 fois
  • 174 J'aime
  • 4 Commentaires

Rencontre avec Christelle

Chapitre 1

Zoophilie

Il fait beau et chaud ce jour là. Je décide donc d’emmener mon chien, un setter, pour une promenade digestive. Il y a un parc magnifique pas loin de chez moi dans lequel nos amis à quatre pattes sont admis. Mon chien est très obéissant et je peux me passer de le tenir en laisse. Il va ainsi à droite et à gauche pendant que je continue de marcher.


Je croise d’autres promeneurs jusqu’à ce que ... : - Tiens, Christelle ! comment vas-tu ? - Et bien comme tu vois, je fais du jogging. Mon chien, me voyant arrêté, revient sur ses pas et s’approche de Christelle par derrière et, comme n’importe quel chien, lui flaire les fesses. Surprise, elle sursaute et pousse un petit cri. Je la rassure aussitôt, m’excuse et fais asseoir Rex. Nous ne discutons pas longtemps car elle doit finir son jogging, mais elle me propose de passer boire un verre d’ici une heure et demie, le temps de rentrer chez elle et de prendre une douche. N’ayant rien à faire de mon après-midi, et Patricia, ma femme, ne devant rentrer que tard ce soir, j’accepte l’invitation.


Je dois vous dire que Christelle n’est qu’une copine de notre couple. Nous la voyons de temps à autre sans jamais avoir essayé d’approfondir nos relations. Elle est sympa, sans plus. C’est une jeune femme d’une trentaine d’années, charmante blonde aux cheveux bouclés, mais des yeux d’un bleu profond et très souriants.


Ayant fini la promenade, nous nous dirigeons, Rex et moi, au 27 rue des églantiers. Christelle habite un petit immeuble de 2 étages ou elle occupe un appartement charmant. Je sonne et presque aussitôt la porte s’ouvre. Notre hôtesse a échangé sa tenue sportive contre une petite robe légère s’arrêtant juste au-dessus du genou. Une colonne de boutons la tient fermée. Je m’assois dans le canapé alors qu’elle choisit le fauteuil situé juste en face. Les rafraîchissements sont déjà sur la table et nous commençons à boire en discutant sur le fait que cela faisait un bon bout de temps que nous ne nous étions pas vus. Je lui expliquais que Patricia en moi avions une vie très dense, et que ce n’était pas facile de garder contact avec tout le monde. Pendant ce temps, Rex visitait l’appartement et flairait le moindre recoin.


— Si cela te gêne, je peux l’attacher sur le balcon ? - Mais non, ne t’inquiètes pas, j’ai l’habitude des animaux. Et, laissant faire toutou, nous continuons de parler de choses et d’autres. Les lieux ayant été inspectés, le chien vient maintenant quémander quelques caresses. Vers moi tout d’abord. Puis il se dirige vers elle, s’assoit, la regarde et attend la caresse. Christelle lui pose la main sur la tête, et le chien, satisfait, pose sa tête sur les genoux de la propriétaire de la main. Pour mieux profiter des caresses, Rex s’avance un peu plus et vient se placer tout contre le canapé, entre les jambes de la jeune femme. - Il a vraiment un poil soyeux, dit-elle en continuant de donner des caresses. Elle a vraiment l’air d’aimer les animaux, et le chien le sent bien et se love de plus en plus entre ses jambes.


Mais c’est un mâle, avec tous ses instincts de mâle. Je vois son museau plonger devant lui et sa truffe aller flairer le pubis de Christelle. Surprise par ce mouvement, elle tente de retenir Rex, mais n’osant lui faire mal, elle le laisse faire en continuant de le caresser. Je me lève, me préparant à le tirer par le collier. - Non, laisse-le ! il ne fait pas de mal ! me dit-elle d’une voix légère. - Tu es sure ? - Oui, il finira bien par s’arrêter ... Je me rassois donc, prêt à intervenir à nouveau, et je suis abasourdi par ce que je vois se dérouler devant moi. Christelle, tout en lissant les poils de l’animal, se laisse aller en arrière et ne semble pas gênée du tout par ce qu’entreprend Rex. Son museau est planté dans le haut des cuisses de la jeune femme, et je l’entend flairer sa découverte.


Christelle me sourit en remarquant que mon chien est un coquin, mais elle ne fait rien pour échapper à la truffe inquisitrice. Je vois ses mains se déplacer sur l’ouverture de sa robe et défaire le bouton situé au niveau de sa petite culotte. Le museau s’engouffre alors dans la brèche et commence à donner de petits coup de langue, comme pour déguster. Elle laisse aller sa tête en arrière et, un sourire béat sur les lèvres, s’abandonne totalement. Je n’en reviens pas, je n’ai jamais assisté à une scène pareille. Les mains posées sur le crane du chien, elle émet de petits gémissements de plaisir.


Le spectacle est vraiment étrange, mais il me trouble un peu. Je rêve, ce n’est pas vrai, je vais me réveiller. Mais non, les images continuent de défiler sous mes yeux. Un érection naissante se fait ressentir et je pose ma main sur mon pantalon pour tenter de la contenir. Le chien, lui, continue son exploration et je vois sa langue fureter sur la petite culotte. Puis, soudain, une main se fraye un passage et vient tirer sur le côté cet obstacle de tissu. Le chien se met à trembler et son museau s’agite. Sa truffe poursuit l’exploration et se met à frotter la toison blonde de la demoiselle qui, le regard dans le vague, écarte le plus possible son slip en coton. Je vois ses cuisses continuer de s’ouvrir lentement, laissant ainsi plus de place au fouineur.


Je m’imagine à la place de mon compagnon, et l’érection se fait plus violente. Ma main pénètre par ma braguette ouverte et masse mon sexe qui durcit de plus en plus. La truffe de Rex a maintenant trouvé l’ouverture secrète et commence à s’insinuer entre les grandes lèvres du magnifique sexe féminin qui s’offre à lui. Sa langue continuant de laper à petits coups. Christelle est aux anges, elle ferme les yeux et passe sa langue sur ses lèvres d’un air réjoui.


Moi, je suis dans un état second, et sans m’en rendre trop compte, je me lève et sors ma queue que je commence à branler. Puis, je vais me placer à côté du fauteuil ou se trouve Christelle. Ma main libre se pose sur sa poitrine. Aucune réaction de sa part, comme si elle s’attendait logiquement à cette suite. Juste son sourire qui se fait plus radieux. Je commence à masser la petite poitrine à travers la robe, puis mes doigts se glissent entre deux boutons et vont au contact direct de la peau soyeuse de ses seins. Le bout de mon index entre en contact avec un mamelon qui se tend encore plus. Il se met à jouer avec, le fait rouler sur lui même, ce qui a pour effet de tirer des gémissements plus forts de la gorge de notre partenaire. Christelle, écartant toujours sa culotte de la main gauche, vient saisir mon sexe de la main droite et le presse doucement comme pour en tester la consistance. Je vois Rex s’exciter de plus en plus, son museau fait des mouvements de plus en plus désordonnés et sa tête donne l’impression de vouloir entrer de force dans cette grotte humide et odorante. La tête de Christelle balance de droite à gauche et elle gémit de plus en plus.


Puis, soudain, elle repousse le chien, se met à genoux devant le canapé, relève sa robe, dévoilant ainsi une magnifique paire de fesses, et s’accoude sur le canapé. Aussitôt, Rex revient à l’assaut, et pointe sa truffe sur la zone sensible de Christelle qui sursaute de plaisir au contact. Le chien, totalement excité, jette ses pattes avant sur le dos de la jeune femme, et enserre sa taille, son sexe venant se placer entre ses cuisses. En appui sur un coude, Christelle le guide en elle avec un soupir de plaisir. Rex entame aussitôt ’ la danse du mâle sur la femelle ’. Christelle gémit de plus en plus et, de sa main libre, saisit mon sexe et le porte à ses lèvres. Sa langue se lance alors dans une farandole endiablée autour de mon pieu qui, me semble-t-il, va éclater. Rex s’active vivement dans le sexe de la jeune femme ; ses yeux sont exorbités. Pendant ce temps, ma main s’est glissée dans ses cheveux et je la plaque contre mon bas-ventre avec l’envie d’être aspiré totalement par cette bouche pulpeuse. Le chien, lui, se crispe et se répand dans la chatte de Christelle. Il se retire, et se met à la lécher, puis va se coucher dans un coin.


La jouissance n’est pas loin de nous gagner et c’est à longues saccades que j’éjacule au fond de la gorge de ma partenaire, pendant qu’elle se crispe et se met à pousser un long feulement et s’écroule sur le canapé. Après quelques minutes de repos, elle se dirige vers la douche pendant que Rex et moi-même, reprenons le chemin de la maison.


Diffuse en direct !
Regarder son live