Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • 6 J'aime
  • 0 Commentaire

Rencontre inattendue

Chapitre 1

Hétéro

Il vient de monter dans le TGV et regagne sa place en première classe, il s’assoit et ouvre son portable, il n’a même pas regardé les voyageurs qui sont assis aux autres places, il n’a pas le temps.

— Marc?

Il lève la tête et regarde vers la voix qui vient de prononcer son nom.

— Valérie? Bonjour comment vas tu, depuis…………..Le temps?

— Bien merci et toi?

Marc a eu une aventure avec Valérie pendant quelques mois, quand il était à la fac, il était amoureux, il y a de cela 5 ans, aventure qui c’est très mal terminée car Marc s’est réveillé un matin et a retrouvé Valérie dans un lit avec deux de ses copains et tout démontrait qu’ils avaient fait copieusement l’amour touts les trois. L’aventure s’est terminée là, entre Valérie et Marc.

— Bien merci!

La réponse de Marc est froide et distante.

— Toujours fâché, tu ne m’as pas pardonnée depuis le temps.

— J’ai oublié, si je ne peu pardonner!

— Je comprends, je ne savais pas que tu étais amoureux, si j’avais su, je n’aurais jamais fait ça.

— C’est du passé, n’en parlons plus, pour toi, je n’étais qu’un de plus, c’est moi qui me suis trompé. C’est le fait que tu l’ais fait avec les autres et pas avec moi qui m’a vexé.

— J’ai eu tort cette nuit la et aussi envers toi de ne pas avoir voulu faire ce que je faisais avec les autres avant toi, j’en ai conscience, je le regrette encore tu sais.

— Tu as tort, c’est oublié.

— Je vois bien que non, puisque tu veux à peine me parler et ne me regarde pas quand je te parle.

— Que veux tu Valérie? Que je te dise que je suis contant de te revoir, alors que tu m’as humilié devant tous, en couchant avec deux de mes potes, te faisant sodomiser et prendre et avalant leur sperme comme une truie toute une nuit, pendant que je dormais. Alors que tu voulais à peine que nous fassions l’amour depuis quelques jours me faisant croire que tu étais presque pucelle, quand je te touchais le cul tu me retirais la main!


Marc avait crié et les autres voyageurs s’étaient tous tourné vers Valérie et la dévisageaient, il y avait la une jeune femme de 20 ans pas plus, qui regardait Valérie puis Marc, les yeux horrifiés.

— Tu as fait ça Valérie? Mais tu es une véritable catin!

— Vu comme c’est dit, oui mais l’un des deux mecs était mon ancien petit ami et nous avions l’habitude de coucher ensemble avec d’autres mecs et ce soir la, je n’ai pas réalisée que j’étais avec Marc et qu’il n’était pas là, j’étais encore amoureuse de ce mec et il m’a chauffé toute la soirée, ce n’est que le lendemain matin que j’ai réalisé ma connerie, quand Marc ma trouvée dans ce lit.

— Ce n’est pas une excuse enfin, tu savais bien que tu baisais pas avec ton mec et tu vas baiser avec deux autres alors qu’il est à coté de toi!

— Marc je te présente ma sœur Audré, elle est à la fac et est un modèle de vertu, à l’entendre parler.

— Je ne suis pas un modèle de vertu peut être mais je ne me fait sauter par personne et surtout pas par deux gars à la fois quand mon copain dort.

— Comment faut il que je dise que je regrette cette nuit la et que je reconnais que j’ai déconné!

— C’est du passé Valérie et c’est toi qui en as parlé, oublions, je m’excuse mais j’ai du travail, mesdemoiselles merci de l’intermède, bon voyage.

— Je ne veux pas qu’on se quitte comme ça Marc, accepte au moins de dîner avec moi ce soir.

— Non, merci Valérie mais tu vois, j’ai mis deux ans à t’oublier et n’ai pas du tout envie de t’avoir en face de moi toute une soirée. Une heure de TGV me suffit amplement.

— C’est moi qui vous invite Marc, je n’ai rien à me faire pardonner moi et je resterais en face de vous si vous ne voulez pas voir ma sœur. Allons, dites oui!

— Pas ce soir, j’ai du travail en retard, voici ma carte appelez moi à l’occasion.

La discussion était finie et il se plongea dans son travail, il descendit sans un regard pour Valérie mais fit un sourire gentil à sa sœur.

Il entendit ces quelques mots « il est beau ce mec et à l’air hyper sympa, comment tu as pue faire ça ? »

— « J’étais encore amoureuse de l’autre et sous son emprise et n’ai pas réfléchi quand fait, je l’aimais lui, je m’en suis rendu compte le lendemain matin quand il m’a plaqué. J’en ai souffert pendant longtemps. »

Il s’éloigna et ne pensa plus qu’à son travail, Valérie était du passé, il avait souffert trop longtemps par sa faute et voulait oublier cette rencontre.

Il partit deux mois en Amérique et ne revint en France que vers les fêtes de fin d’année, plusieurs messages sur son répondeur dont un de Valérie et un D’Audré.


Celui de Valérie, était simple, elle lui donnait son numéro de portable et lui demandait de l’appeler.

Celui d’Audré était plus élaboré.

Bonjour, vous vous souvenez, je vous ai invité à dîner, appelez moi si vous avez une soirée de libre, merci.

Il effaça le message de Valérie mais appela Audré et tomba sur un répondeur.

— Bonsoir, vous m’avez invité à dîner, vous vous rappelez? Je suis libre vendredi soir Marc.

Audré le rappela le soir même et lui fixa rendez vous pour le vendredi soir à 20 h dans un restaurant bien connu de la ville.

Il entra dans le restaurant il était 20 h 10 et chercha Audré des yeux, un serveur vint le trouver et lui dit, je vous conduis à votre table, la demoiselle est déjà là.

Elle se leva à son arrivé, vêtue d’un chemisier en soie rouge ou sa petite poitrine faisait voir deux petits bouts pointus et d’une jupe courte noire, montée sur des talons aiguille, elle était ravissante. Ses cheveux bruns en chignons la vieillissaient un peu mais faisant ressortir ses grands yeux verts.

— Bonsoir Marc, j’ai eu peur que vous ayez renoncé à mon invitation! .

— Je m’excuse de mon retard mais il y a beaucoup de circulation, en ces veilles de fêtes.

— Ce n’est pas grave du moment que vous êtes là.

Le repas se passa à merveille Audré était charmante et avait une conversation agréable, après le repas Audré lui demanda s’il voulait faire un tour en boite et Marc accepta volontiers.

La boite était bondée et ils avaient du mal à tenir une conversation tant le bruit était infernal, vers deux heures du matin, ils eurent une surprise. L’arrivé dans la boite de Valérie et de deux autres copines, il ne put faire autrement que de les saluer et une demi-heure plus tard Audré lui dit.

— Nous allons dans un endroit plus calme, tu viens avec nous?

— Non, je vais renter, je suis fatigué et il est déjà tard.

— Alors je rentre aussi, tu me dépose?

— Oui bien sur.

Dans la voiture Audré lui demanda.

— C’est parce qu’il y avait ma sœur, que tu n’as pas voulu aller dans l’autre boite.

— Oui en partie, je n’ai pas envie de la voir.

— J’ai parlée avec elle, tu sais, elle a beaucoup regrettée ce qu’elle a fait et te comprend, tu pourrais être au moins ami avec elle.

— Non, je ne pense pas mais je ne lui en veux plus.

Ils arrivaient chez Audré et Marc la déposa, elle l’embrassa sur les deux joues et un troisième baisé sur le coin des lèvres, sortit de la voiture et s’engagea dans son immeuble.

Marc arriva chez lui un quart d’heure plus tard, pris une douche et se mit au lit. La sonnette du téléphone le réveilla, il était 4 heures du matin. Tout endormis, il répondit.

— Marc à l’appareil, qui c’est?

— C’est moi marc, Audré.

— Qui a t-il?

— Je suis en bas de chez toi, ouvre moi s’il te plaît, j’ai froid.

Il ouvrit la porte et attendit sur le palier l’arrivé d’Audré, celle ci portait un pull, sous un gros manteau et un jean avec des baskets.

— Ou est ta chambre?

— Au fond à droite!

Audré se dirigea vers la chambre et entra, quand il arriva, elle quittait son jean elle ne portait rien dessous, elle souleva son pull qui passa par dessus sa tête et se retrouva nue, regardant Marc elle lui dit, je n’arrivais pas à dormir et n’aurais pas dormi jusqu’à ce que je te revoie, c’est mieux comme ça.

Il la prit dans ses bras et l’embrassa sur la bouche dans un doux baiser qui se fit vite volcanique, il l’allongea sur son lit et quitta sa robe de chambre, il était nu dessous et se mit entre les jambes d’Audré, la jeune chatte sentait le savon et la mouille fraîche, il chercha de la langue et trouva le clitoris qu’il entreprit de lécher, sa langue ouvrit les grandes lèvres gonflées d’envie et trouva l’entrée du vagin ou elle s’enfonça, il suivait de sa langue toute la fente de la jeune fille et la sentit jouir dans un gémissement de plaisir, il remonta de sa bouche vers ses seins petit et ferme et en mordilla les bouts.

Elle gémissait, sa main cherchait son sexe, qu’elle trouva et le caressa sur toute la longueur, elle se pencha vers lui et comme si elle était une experte, elle le prit dans sa bouche et enroula sa langue autour du gland de Marc, elle l’entra au fond de sa gorge pour lui donner tout le plaisir qu’elle venait de prendre avec sa bouche à lui.

Elle ne voulait pas le décevoir et lui montrer qu’elle n’était pas une experte, que pour sa première fellation et sa première fois elle avait envie de lui et voulait faire l’amour avec cet homme, elle était vierge mais ne voulait pas qu’il le sache, il fallait qu’il la prenne croyant avoir à faire à une femme, du haut de ses 19 ans elle voulait se donner à lui et faire pardonner le mal, que lui avait fait sa sœur.

Elle l’aimait et avait peur qu’il voie sa sœur en elle, alors son pucelage, lui ferait comprendre qu’elle, elle l’aimait.

Marc était doux et lui passait la langue sur son abricot, pendant qu’elle s’évertuait à le sucer, il savait lui qu’elle était vierge, pas besoin de regarder une fille bien longtemps pour le savoir, l’orée de son abricot parlait pour elle, il la laissa jouir encore sous sa bouche.

Puis avant de lui prendre les lèvres il lui demanda.

— Tu es sure que c’est ce que tu veux, il n’y aura pas de retour en arrière, si je rentre en toi, tu perdras ta virginité.

— Oui Marc je le veux, je t’aime et je veux que tu sois le premier.

Marc guida sa verge à l’entrée du petit vagin d’Audré et s’enfonça en elle le plus lentement possible, elle sentit à peine le passage de l’hymen et une toute petite douleur la fit sursauter mais c’était tellement bon d’avoir Marc en elle.

Audré jouissait, elle tremblait de tout son corps, son ventre se contractait à chaque monté du plaisir et elle hurlait sa jouissance, marc sentait que la jouissance montait et voulu sortir d’Audré, elle n’avait pas voulu qu’il mette une capote, lui disant que la première fois elle voulait sentir sa chair en elle et pas du plastic.

Marc fut surpris car elle entoura ses jambes dans son dos et au moment ou il jouit, elle plaqua son pubis au sien, et le fit jouir au fond d’elle.

Il jouit longuement en de long jet de sperme et resta longtemps après en elle, la caressant et l’embrassant sur la bouche.

Il lui refit encore l’amour deux fois avant de tomber épuisé sur le dos et de s’endormir dans ses bras.

Il lui fit l’amour encore et encore au réveil, elle resta dans son lit tout le week-end n’en sortant que pour prendre une douche et manger.

Le dimanche soir elle s’habilla et se prépara pour partir, enfila son jean son pull et mis ses baskets et son manteau.

— Tu m’appelle?

— Non, je n’en vois pas l’utilité!

— Ha, bien, on se reverra?

— Tous les jours, jusqu’à ma mort!

— Que veux-tu dire?

— Tu ne pense tout de même pas que tu vas partir d’ici, je t’ai et je te garde avec moi, enfin si tu veux.

— Tu veux dire que tu veux que je reste ici avec toi.

— Oui et que tu deviennes ma femme, je t’aime Audré.

— Tu ne m’as pas demandée en mariage?

— Si je viens de le faire et je le refais. Audré mon amour, veux tu devenir ma femme et me faire des enfants?

— Oui mon amour, je pense que le premier est déjà fait mais je te promets que l’on en fera d’autre bientôt si tu veux.

— Si l’on en a déjà un, on attendra pour l’autre ma chérie. Je ne veux pas gâcher tes études.

— Tu sais, je peu très bien étudier de la maison.

Audré est aujourd’hui Médecin et à une petite fille de 9 ans qui s’appelle Fanchon, Marc est un papa très fier de sa fille et de sa femme.

Mais une hombre pointe au tableau de cette famille, la sœur d’Audré, si elle s’est fait oublier pendant neuf ans c’est quelle à toujours l’espoir de reconquérir Marc, elle en veut toujours à sa sœur de l’avoir épousé.

Elle va échafauder un plan machiavélique, pour qu’ils se séparent mais cela va-t-il marcher?


Nous le seront dans le prochain épisode.


Merci de me lire

Diffuse en direct !
Regarder son live