Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 33 677 fois
  • 39 J'aime
  • 1 Commentaire

Rencontre luxembourgeoise!

Chapitre 1

Lesbienne

Souvenir d’une rencontre avec une femme allemande bourgeoise et rousse. Elle travaillait à l’époque pour une société d’audit en tant responsable d’une équipe d’une vingtaine de personnes. Bref elle était bien située et manquait à première vue de rien.

Nous nous sommes rencontré dans un pub irlandais situé à Luxembourg-Ville, connu pour son ambiance chaleureuse et décontractée. Un bref entretien a fait apparaître qu’elle ne connaissait pas grand chose au sujet de la psychologie humaine et notamment masculine. Elle trouvait absurde qu’elle serait capable de se jeter dans les bras d’un inconnu ou même d’avoir une relation sexuelle avec une telle personne.

’ Ce n’est pas logique et les femmes pensent avec leur tête et non pas avec leur chatte. ’ Tel était son discours.

Pour lui démontrer qu’elle n’avait pas raison, je lui ai proposé de passer aux toilettes afin d’enlever ses sous-vêtements. Rien ne s’y opposait puisqu’elle portait un tailleur avec une longue jupe en laine d’Ecosse dont le pli était boutonné jusqu’à une hauteur de 10 cm en dessous des genoux. A mon grand étonnement elle acceptait ma proposition et se réinstallait à table.

Après avoir terminé nos verres nous avons quitté les lieux pour se promener sur les remparts de la forteresse illuminée. Au courant de la promenade elle se plaignait du fait qu’elle aurait froid aux fesses et que mon idée d’enlever ses sous-vêtements n’aurait changé en rien sa façon de penser.

Au passage devant un grand projecteur, je lui ai proposé se mettre devant et de se faire réchauffer. Illuminée comme un lampion et subitement transparente, sa jupe m’a permis de voir ses fesses bien rondes que j’ai alors hâtivement et discrètement caressées. Ce geste lui était agréable puisqu’elle prenait ma main pour la guider vers ses seins.

Etant penchée sur la balustrade du rempart, elle se laissait faire. Je suis alors descendu à genoux et j’ai mis ma tête dans cette tente illuminée discrètement. Son parfum était perceptible et ses jambes vibraient légèrement. J’ai mis mes mains sur ses fesses afin de pouvoir faire glisser ma langue à travers son vagin et son anus. A chaque passage ses jambes s’écartaient un peu plus et son souffle devenait plus intense.

Un soupire discret m’annonçait qu’elle avait atteint le sommet et nous avons continué notre visite de la ville. Arrivés au quartier de la Gare, elle avait soudainement un drôle d’envie d’entrer dans une boutique érotique, chose qu’elle n’avait jamais fait avant. Le choix énorme de vibrateur lui faisait tourner la tête. Indécise, je lui proposai des boules d’Amour.

Dans un café tranquille, elle étudia le mode d’emploi pour se glisser une des deux boules dans son vagin tandis que l’autre pendait dehors et faisait un drôle de bruit à chaque mouvement de son corps. Sur les 500 m qui nous séparaient de ma voiture, elle marchait comme sur des plumes ; quelques pas, un soupire, quelques pas un soupir ?

Dans sa chambre d’hôtel un bouquet de plumes de paon qu’elle s’était offerte dans un magasin de souvenirs était installé sur un dressoir long de 2 m. Pendant le temps qu’elle se rafraîchisse, j’ai couvert le meuble du duvet de lit et repoussé du mur. Recouvert d’un drap de bain blanc son corps pâle avait une lueur de pleine lune. Sans le moindre mot, elle s’est allongée, sur ce banc de massage improvisé. Avec une plume de paon j’ai commencé à retracer les formes de ses seins tout en évitant soigneusement les parties intimes.

Diffuse en direct !
Regarder son live