Le site de l'histoire érotique

La rencontre de ma vie

Chapitre 4

Trempée

15
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 3 475 fois

15

1

J’avais passé le reste du week-end à réfléchir à la meilleure façon de commencer mon projet. Le but était de trouver le moyen de l’exciter, tout en douceur pour ne pas la brusquer. Après quelques recherches, j’en concluais que le meilleur moyen était qu’elle se fasse plaisir toute seule la première fois. Tout ce que j’avais à faire c’était de la pousser un peu, et pour cela j’avais déjà ma petite idée. Il fallait que je la mette dans le même état qu’au moment de notre dernier baiser, je ne pouvais cesser de repenser au regard qu’elle avait. J’étais sûr que dans cet état-là, il se passerait quelque chose. Maintenant je n’attendais plus que Mindy, car pendant la semaine nous nous sommes mis d’accord pour qu’elle vienne chez moi, le samedi soir comme la dernière fois.

Je lui avais recommandé de mettre un pantalon plutôt large, pour qu’elle puisse facilement passer sa main dessous, juste au cas où... Elle arriva donc en jogging et T-shirt. Pour se mettre à l’aise nous visionnions un film. La fin du film approchait, c’était bientôt le moment de mettre mon plan à exécution. J’étais mort de peur, je n’arrêtais pas de me répéter « tout va bien se passer, il n’y a aucune raison pour que ça foire »

Enfin le film venait de finir, nous avons discuté quelques minutes sur celui-ci ; puis elle me demanda :


— Qu’est-ce qu’on fait maintenant ?


La dernière fois c’était en la complimentant que j’avais réussi à lui donner envie, il me fallait juste recommencer.


— Mindy, je voudrais que tu saches une chose. Tu ne t’imagines pas à quel point je tiens à toi, lui dis-je à voix basse.

— Greg tu...

— Tu sais Mindy, si je ne t’avais pas rencontrée, ma vie serait restée si ennuyante, mais avec toi tout est devenu tellement génial ...


Elle ne me laissa pas le temps de continuer. Elle se jeta sur moi et m’embrassa avec fougue. Comme je l’espérais ces mots eurent beaucoup d’effet sur elle. Profitant un peu de la situation je mis une main au niveau de sa hanche, puis je fermais les yeux pour me laisser guider. Son baiser était si excitant, je sentais sa langue caresser la mienne, elle cherchait à aller toujours plus loin. Mindy poussait des petits “Mmmm” de plaisir... C’était la première fois qu’elle m’embrassait si intensément. Le goût de sa salive, de ses lèvres et ses mains qui me caressaient le dos. Moi, je lui caressais les jambes en montant de plus en plus vers son intimité. Qu’est-ce que j’avais envie d’elle ! Je mourrais d’envie d’aller mettre ma main dans sa culotte. Mais je devais me calmer, car elle ne l’accepterait sans doute pas. Qu’est-ce que je pouvais faire maintenant ? Je ne pouvais pas me permettre de tenter quelque chose, de crainte qu’elle prenne peur, pourtant il fallait qu’il se passe un truc...

Au bout de ces quelques secondes très sensuelles, Mindy éloigna son visage du mien ; la lueur dans son regard était la même que celle de la dernière fois. Puis elle détourna son regard de moi pour aller vers l’écran de l’ordinateur, qui l’attirait manifestement ; et pour cause. Une vidéo tournait, j’avais, à la fin du film, juste éteint le son, et le lecteur vidéo était resté en mode lecture automatique. Sur l’écran... c’était moi en train de me masturber.

À ce moment-là, la solitude ! Je fus pris par un mélange de malaise, de frustration et de honte. Je venais potentiellement de détruire ce moment que j’avais tant attendu. Alors que je me précipitais vers la souris de l’ordinateur pour vite éteindre la vidéo, Mindy me bloqua le bras ; je ne pouvais rien faire.


— Attends ! me dit-elle


Cette fois j’étais en proie à la confusion, mon mal-être était palpable ; j’étais rouge de honte. Par contre, elle n’avait pas du tout l’air gênée, visiblement elle avait l’air d’apprécier. Malgré le sentiment de honte que j’éprouvais, je pris sur moi ; peut-être devais-je voir ça comme une aubaine ?


— Tu... tu aimes ça Mindy ?


Elle retourna son regard sur moi, comme si elle se rendait compte de la situation.


— Hein, quoi ! Qu’est-ce que tu racontes, je...

— Mais si ! Ne le nie pas, je sais que tu en as très envie n’est-ce pas ? lui rétorquais-je en lui passant ma main sur le visage.

— Je... je ne sais pas, peut-être que oui...

— Écoute, je sais que tu as peur parce que tu ne connais pas du tout cela, mais il faut bien se lancer, non ?


Elle continua à regarder la vidéo pendant les quelques minutes qu’il restait de l’enregistrement. Alors que je passais lentement ma main dans son dos pour la garder en confiance, elle me demanda;


— Tu n’en as pas d’autres ?

— Alors ça c’est inattendu ! Si tu veux j’ai des images sauvegardées dans un dossier, lui répondis-je en ouvrant le dossier “soft”.


Elle fit défiler les images pendant un petit moment, les dévorant du regard avant de dire :


— Je ne pensais pas que je pourrais aimer ça... Pourtant, je ressens comme une vague de chaleur en bas du ventre... c’est... agréable. Mais j’ai si peur, je ne sais pas du tout ce que je suis en train de faire. Dit-elle en se retournant vers moi.

— Tu ne dois pas avoir peur. Tu sais, et je sais que tu en as envie, alors fais-le ! Je ne te jugerais pas, ne t’inquiète pas.


Aussitôt dit, Mindy tourna son visage vers l’ordinateur et commença à se caresser l’entrejambe à travers son jogging. Sa main bougeait lentement de bas en haut au milieu de son pantalon. Je voyais bien qu’elle ne savait pas trop ce qu’elle faisait, mais ce qui était sûr c’est qu’elle y prenait beaucoup de plaisir.


— Mmmm, c’est si bon... dit-elle alors qu’elle continuait à se caresser.


Cette fois c’était sûr, elle était vraiment excitée, et elle n’était pas seule ; ses gémissements de plaisirs me rendaient fou. J’étais en train d’avoir une érection. C’était la première fois que je voyais une fille en train de se masturber, et je n’osais même plus bouger de peur de la déranger ; je voulais voir ce spectacle jusqu’au bout.

Mindy ne tarda pas à passer sa main sous son jogging, le léger filet de bave qui coulait de sa bouche grande ouverte témoignait de l’état dans lequel elle était. Tout à coup elle tomba sur une image, montrant un couple dont la fille était en train de se faire doigter tout en embrassant son mec. Mindy ôta sa main du clavier pour aller la glisser sous son T-shirt. Je pouvais constater que ses caresses se faisaient de plus en plus rapides, et qu’une petite tache était apparue sur son pantalon. C’en était trop pour moi, j’étais bien trop excité ; discrètement je commençais à me caresser à travers mes vêtements.

Mindy s’allongeait de plus en plus sur sa chaise, elle était maintenant jambes écartées, yeux fermés et tête en l’air.


— Aahhh, qu’est-ce qui m’arrive, je... je...


Je compris qu’elle était sur le point de faire l’expérience de son premier orgasme. Elle referma violemment ses jambes, son visage se crispa, elle se recroquevilla sur elle-même et tout à coup ; elle leva son visage vers le ciel avec un cri de plaisir. Tout son corps convulsait de spasmes de plaisir. La petite tache sur son pantalon devint très vite beaucoup plus grande, en quelques secondes tout son pantalon était devenu complètement trempé. Sous sa chaise, une flaque de je ne sais quoi apparue sur le sol.

Mindy redressa lentement la tête, elle respirait à grandes bouffées d’air et continuait à baver de plaisir, était-elle seulement consciente d’être toute mouillée ?


— Hé bien dis-donc, tu y es allée fort !


Ma voix la fit revenir à la réalité, mais elle avait l’air complètement désorientée.


— Allô, Mindy ? Tu es là ? Dis-je en agitant ma main devant son visage.

— Hein, quoi ? Qu’est-ce que... je, oui... Aahh ! Mais pourquoi est-ce que je suis toute mouillée !

— Ne t’inquiète pas, tout va bien Mindy, c’est normal, tu viens d’avoir un orgasme plutôt... fort j’ai l’impression.

— C’était si effrayant, mais si bon à la fois. J’ai cru que j’allais exploser, mais tu es sûr que c’est normal tout ce liquide, ça me fait un peu peur.

— Lors de l’orgasme toutes les filles produisent un peu de liquide qui s’apparente à de l’eau. Mais dans certains cas, comme toi peut-être, elles en produisent bien plus, on appelle ça une “femme fontaine” ; ou alors tu t’es fait pipi dessus ?

— Heu, et c’est bien ?

— Ben ? Je ne sais pas c’est à toi de voir ! En tout cas moi, ça m’a énormément excité.


Complètement exténuée, elle posa sa tête contre mon épaule, je mis alors mon bras sur son épaule.


— Ça va Mindy ? Tu as l’air un peu fatiguée.

— Je ne sais pas... je me sens... bien, reposée.

— Alors dis-moi ; comment c’était ? Ça t’a plu ou dirait ?

— Au début c’était juste agréable, un peu bizarre aussi. Puis plus je me caressais, et plus j’avais envie d’en voir plus. Je me sentais devenir... autre chose. Et après je ne me contrôlais plus, c’était plus fort que moi. J’ai eu si peur quand l’orgasme est arrivé, je ne savais pas du tout ce qui se passait ; j’ai senti une vague de chaleur m’envahir tout le corps, c’était si bon que je ne pouvais plus m’arrêter. Après j’ai commencé à avoir du mal à bouger, tout mon corps était comme... possédé. En tout cas c’était vraiment très bon, j’ai hâte de recommencer, et d’ailleurs si tu veux aller plus loin je suis prête maintenant !

— Holà ! Calme-toi, je préfère qu’on y aille progressivement, ça ne sert à rien de brusquer les choses.

— D’accord je te fais confiance maintenant.


L’avoir contre moi alors qu’elle venait de jouir et qu’elle était encore toute trempée était quelque peu... Déroutant. Mais plus que jamais, je me sentais proche d’elle. Elle resta ainsi quelques minutes, reprenant lentement ses esprits. Puis elle me demanda ;


— Tu sais quelle heure il est ?


Regardant l’heure de mon ordinateur je lui répondis ;


— 19h42.

— J’ai dit à mes parents que je serais de retour pour 20h, il vaudrait mieux que j’y aille.

— Tu n’oublies pas un petit détail ?

— Ah oui c’est vrai que je ne peux pas rentrer comme ça...


En effet, son pantalon était toujours aussi trempé, et je préférais ne pas imaginer quelle tête feraient ses parents en la voyant dans cet état.

gdhvs


— Je peux te prêter mon jogging si tu veux.

— Tu ferais ça ? C’est vraiment gentil de ta part.


J’allai le chercher dans ma chambre et lui tendis.


— Va te changer dans ma chambre, tu n’as qu’à me laisser tes affaires, je m’occuperai de les laver ne t’inquiète pas.

— Ouiii, merci beaucoup tu es vraiment trop gentil, dit-elle en me serrant dans ses bras.


Heureusement nos deux joggings se ressemblaient plutôt bien donc pas de problème à ce niveau-là. Après s’être changée elle revint dans la pièce. J’ouvris la porte.


— Merci encore pour tout à l’heure, il me tarde de recommencer.

— Tant mieux alors, je suis content pour toi, allez bonne fin de week-end !

— Merci, à toi aussi.


Elle me donna un baiser sur la bouche et partit.

Du premier étage, je pouvais me mettre à la fenêtre pour la regarder partir. Je n’arrêtais pas de revoir les images d’elle en train de se masturber. Pendant tout ce temps j’avais dû me retenir pour ne pas finir mes caresses, et maintenant j’avais le sexe dur.

J’en oubliais presque qu’elle m’avait laissé ses affaires à laver, et le plus tôt étant le mieux ; j’entrais dans ma chambre. Telle ne fut pas ma stupéfaction quand je vis qu’elle m’avait aussi laissé sa culotte... L’idée même qu’elle soit sans rien en dessous m’excitait encore plus. J’en restais stupéfait, contemplant ce simple morceau de tissu. Il était rose, c’était mignon. Mais quelque chose me rendait vraiment fou, elle était encore toute mouillée, toute pleine des sécrétions de Mindy...

À ce moment-là mon côté pervers prit le dessus sur ma conscience. J’étais dans un état ou je ne me contrôlais même plus. Baissant mon pantalon, je pris mon sexe dans une main et la culotte de Mindy de l’autre pour la mettre devant mon nez. Je me caressais la pine en respirant ce qui était alors à mes yeux, ce divin nectar. Je voulais m’en imprégner le plus possible, allant même jusqu’à la lécher, j’avais la sensation de goûter Mindy, de goûter à son intimité. La stimulation était si forte qu’au bout de seulement quelques secondes j’étais arrivé à l’orgasme.

Je réalisais alors ce que je venais de faire, j’avais un peu honte de moi, mais au fond j’étais satisfait et heureux. Je m’empressais alors d’aller tout laver, ainsi que d’aller essuyer la chaise et la flaque sur le sol. La quantité de ce liquide était sidérante, j’avais dû mettre au moins cinq minutes pour tout essuyer !


Quelle soirée quand même ! Mindy n’arrêtait pas de me surprendre, tout ce dont j’avais rêvé toute ma vie se réalisait avec elle. Jusqu’où est-ce que tout cela allait me mener...