Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 543 fois
  • 207 J'aime
  • 12 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Rencontres du 3ème sexe,

Chapitre 1

à la plage.

Orgie / Partouze

Une longue histoire précède cette après-midi qui probablement va changer le cours de ma vie.


Il y a un an, lors de mes 18 ans, mon cousin Dom de 28 ans m’a déniaisé. Depuis, nous nous sommes rencontrés régulièrement et nos relations sont devenues de plus en plus intimes.


Nous venons de passer quelques jours de vacances en Bretagne au cours desquelles il est devenu mon amant et m’a partagé avec un inconnu sur une plage. A présent depuis bientôt 15 jours, je suis en vacances chez ses parents près de Montpellier. Tante Jade et oncle Théo sont deux libertins qui poursuivent mon éducation sexuelle et me font découvrir la sexualité de groupe.


Depuis ce matin avec Théo et Polo, le futur beau-père de mon cousin, tous deux proches de 60 ans, nous sommes sur une plage sauvage entre Palavas et Frontignan où le naturisme est pratiqué. C’est un paradis sur terre, devant la mer bleue s’étale sur un sable blond, derrière les étangs sont le domaine des flamants, hérons, aigrettes, entre les deux, une bande de sable à la végétation sauvage avec chardons bleus, saladelles et bosquets d’arbustes.


Nous sommes installés nus, à l’ombre d’un bosquet, un peu éloignés de la mer et du passage des promeneurs. Un couple d’amis avec qui nous avons passé un moment agréable vient de nous quitter (voir Ma tante, mon oncle et tous les autres - chap. 13).


Maintenant, c’est pique-nique, farniente et baignade qui imposent de traverser la plage en croisant quelques promeneurs. Leur présence n’empêche en rien mon oncle de me tenir par la taille et Polo de me mettre carrément la main aux fesses. J’avoue qu’aujourd’hui, ce type d’exhibitionnisme ne me dérange plus vraiment et même, m’excite !


Dans l’eau pour notre trio ce sont frottements et caresses, nager est presque impossible. Le bain est délicieusement rafraîchissant et relaxant. Après une bonne demi-heure à batifoler, nous regagnons nos serviettes et l’ombre des buissons.


Plus tard dans l’après-midi, un peu comme à l’habitude, les applications de crème solaire sont l’objet de massages érotiques qui ne font que rallumer les tensions et les désirs.


Ainsi protégé du soleil suite à mes soins, Polo allongé sur le dos se paluche tranquillement tout en nous racontant une de ses dernières soirées. Mon oncle, le roi de la fellation, commence à me sucer, ce qui me met dans un état d’excitation extrême, le sexe du copain bien raide, bien gros, au gland violacé m’attire !


Je ne résiste pas longtemps avant de remplacer la main de Polo et de le prendre en bouche. Appuyé de côté sur un coude, je le masse et le suce, lui donnant une belle érection. La position ne m’est pas très confortable, aussi je vais à quatre pattes entre ses cuisses pour continuer et tenter une gorge profonde, je manque d’expérience, mais son sexe épais n’est pas très long.


Mon oncle suit le mouvement et vient coller sa bouche à mon anus bien préparé après la visite de Trespatas ce matin. Il me trouve particulièrement disponible, et me pénètre de sa langue tout en caressant mon sexe. Satisfait de sa léchouille, il se positionne à genoux, à mon arrière-train, il pointe son gland, me prend par les hanches et m’attire à lui, je l’accompagne et m’enfonce sa queue d’un coup jusqu’aux burnes. Il est gros et long, depuis quelques jours, je suis habitué à lui, même si à chaque fois, il distend mes chairs. Sans précaution, il me baise et impose son rythme à ma fellation sur Polo.


Il me besogne depuis cinq bonnes minutes lorsque je vois un couple venir tranquillement vers nous.


Elle en maillot, est une jolie blonde de moins de 30 ans. Tout est finesse en elle, son mini-bikini noir cache à peine ses petits seins et sa vulve tellement le pubis épilé est découvert, sa taille est peu marquée au-dessus d’un superbe fessier nu et un sourire malicieux illumine son visage d’ange.


Lui nu, est un Antillais de 40 ans environ, sombre de peau, des yeux noirs, une chevelure épaisse et bouclée comme un mouton, des traits fins, tout en muscle. Il est bien membré et fier de l’être, de la manière dont il se caresse le chibre pas vraiment en érection tout en venant vers nous.


Leur venue ne gêne en rien notre trio qui continue à se « faire du bien »... Arrivés près de nous, la femme nous sourit et l’homme nous félicite:


— Bonjour ! vous nous offrez un beau spectacle.


Mon oncle qui s’est immobilisé au fond de mon ventre répond :


— Bonjour ! moi c’est Théo avec mon jeune neveu John et mon copain Polo.

— Moi c’est Adam et ma femme Eve, vous permettez ?


Sans réponse, Adam approche et caresse le dos de mon oncle. Dès leur arrivée par retenue, j’ai cessé de sucer Polo pour me redresser. Je n’ai d’yeux que pour Eve qui, à genoux, s’assied près de moi sur ses talons, elle me tend ses lèvres pour un simple bisou, tout en saisissant le dard de Polo que j’ai abandonné. La main d’Adam passe du dos aux fesses de Théo pour descendre entre ses cuisses et atteindre mes bourses.


Alors que Théo a repris ma sodomie, je caresse Eve qui, la bite en main, s’est mise à sucer Polo. Je lui caresse les épaules, le dos, descends jusqu’au bas des reins pour atteindre les fesses largement dénudées, je trouve la ligne du maillot, la suis pour arriver au pubis, les cuisses serrées m’empêchent de descendre. Je remonte sur le ventre, la poitrine, Eve se redresse tout en continuant d’astiquer Polo et défait le soutien-gorge pour m’offrir deux petits seins à peine formés, deux petits cônes de chair bien ferme et au sommet desquels deux tétons très développés pointent. Je suis impressionné par sa petite poitrine, je caresse avec douceur les deux cônes avant de prendre les tétons épais entre deux doigts pour les pincer et les vriller.


Son visage donne des signes de douleur, elle aime, me prend par le cou et me fait un vrai baiser, sa langue est experte, elle embrasse divinement bien, mais elle en veut plus. Elle s’allonge près de Polo et m’attire vers elle. Théo suit la scène, se dégage de mes fesses pour me laisser la rejoindre. Je la chevauche sur le bassin, mon sexe en pleine érection s’imprime sur son ventre, de mes deux mains à présent, je lui pelote les seins tout en reprenant notre baiser.


Une de mes mains glisse entre nos corps pour se porter sur le pubis et atteindre son slip sous lequel je m’immisce et là ... surprise ! Il n’y a pas de vulve, mais la base d’un pénis. Eve est une transsexuelle. Je ne laisse rien paraître et lui murmure :


— Tu es magnifique Eve ... Tu fais l’amour ?

— Oui, mais garde mon secret, je suis très ouverte et tu peux venir sans préparation, écarte juste ma queue prise dans le slip et viens, j’ai tellement envie, après quand je banderai et on verra.


Sans rien faire apparaître, je m’installe entre ses cuisses, elle pose ses jambes sur mes épaules pour relever le bassin, j’écarte le tissu qui emprisonne le sexe et couvre l’anus. Son anus est profondément marqué, mon gland se positionne directement au centre, c’est une habituée de la sodomie, mon gland à peine posé est avalé par Eve qui abaisse son bassin. Immédiatement, je la besogne ...


Adam suce Polo et branle mon oncle qui intervient :


— Dis donc fils, tu ne perds pas de temps ... elle est aussi bonne que belle.

— Elle est divine ...


Excepté que la supercherie ne peut durer. Eve avec agilité sort son sexe de l’étui de tissus cousu dans l’entrejambe du slip, il est petit et bien dur au-dessus du slip brésilien entre nos ventres, elle murmure :


— Laisse-moi faire, on intervertit les rôles.


Je me retire avec discrétion de son anus, elle passe ses jambes entre les miennes, abaisse son bikini sous ses couilles et me présente une petite queue bien raide, pas très longue et grosse comme deux doigts qui se termine par un bourgeon gros comme mon pouce. Elle relève les genoux entre mes cuisses qu’elle écarte, je bascule le bassin vers elle, son sexe est en moi. Adam à genoux à notre côté cache la scène à Polo et Théo trop occupés entre eux. On reste collé ainsi, par mes contractions, je la masse, je la sens bien, elle bouge peu, je ne veux pas la perdre et elle reste bien plantée en moi :


— Oh ! j’aime, comme tu le fais bien, tu as une vraie chatte !


Adam a suivi l’inversion des rôles et vient accompagner « sa femme ». Je n’en crois pas mes yeux, alors que je suis en levrette sur Eve qui m’encule, il se positionne derrière moi, se mouille la queue et pointe son gland sur ma rosette contre la tige d’Eve. NON !!!! Une double !! Jamais de ma vie même si le pénis d’Eve est fin. Mais SI !!!! Il y va ! Eve me murmure :


— On va te prendre tous les deux, tu vas voir comme on sait faire !


D’une main, il appuie sur mes reins, m’oblige à me cambrer tout en restant collé au pubis de Eve pour ne pas la perdre, Adam a son gland sur mon anus, contre le sexe de sa copine, il écarte mes fesses, pousse son engin, le gland semble s’accommoder de la situation, mon anus paraît l’accepter, je me relâche, il s’ouvre. Adam me prend par les hanches et me tire à lui, la pression est terrible.


Je me rends compte qu’ensemble, ils ne doivent pas être plus larges que Trespatas ce matin, et je pense à Jade avec son gode-ceinture me disant « je t’ouvre à tous » ou à Joyce avec les œufs lors de la soirée S. M. « deux mecs en même temps dans ton beau cul » (voir Ma tante, mon oncle et ... tous les autres chap 11). En fait maintenant, je souhaite vivre cette expérience, je les veux, je les accompagne, je me détends, je m’ouvre, je les reçois.


Adam a vaincu la barrière, son gland est en moi, il laisse les chairs s’habituer les unes aux autres. Je sens la tige d’Eve grossir, le tronc d’Adam glisse sur le tuteur qui est dans la place. Les deux bites se rejoignent, se collent et manœuvrent de concert. Eve me baise en jouant du bassin tandis qu’Adam a plus de l’attitude et m’encule brutalement, chacun à son rythme. Polo abandonné par Adam commente :


— Dis donc Théo, tu as vu le neveu en double baisant la copine et enculé par son mec !


Théo également abandonné présente sa queue à la copine couchée sur le dos qui le prend en bouche. Elle suce l’oncle et encule le neveu. Pendant ce temps, Polo s’intéresse de près à la fornication et découvre le pot aux roses :


— Théo ! John se paie une double, mais pas celle qu’on croyait ! Eve est une trans avec son copain, ils enculent le petit !!!

— OH ! une trans ! Elle est magnifique et elle suce divinement.

— Et Polo d’ajouter : Une trans, je veux me la faire !!!


Je suis attristé par cette réflexion et Eve encore plus qui lui répond sèchement :


— La trans baise avec qui bon lui semble !!!


Pour mettre fin à la discussion, elle lâche la bite de Théo, me prend par le cou et me roule un patin d’enfer tout en continuant son va-et-vient dans mon ventre, elle me murmure :


— Avec toi, je veux baiser !


Adam s’active et respire bruyamment au rythme qu’il m’encule, de plus en plus fort, de plus en plus vite jusqu’à son cri :


— AAAAHHHH OUIiiiiiiiiii ! Ouiiiiiiiiiiii !!!! oh que c’est bon !


Il s’enfonce le plus possible, reste immobile, se vide. Eve ne bouge plus, elle reçoit dans mon vase, le sperme de son amant sur sa queue. Plus rien ne bouge. Le sexe d’Adam se confond avec mes chairs puis me quitte, sa verge contre ma raie culière, mon bassin se met à la verticale, mon anus sur le pubis de celle qui me baise. Eve se remet en mouvement, je la sens bien, je la masse, elle bouge bien, pas longtemps, mais avec force pour qu’à son tour, elle se vide en moi. Adam tombe d’un côté, moi de l’autre. Eve exhibe sa queue que Théo suce alors que Polo s’occupe de celle d’Adam. Je reste allongé sur le ventre, les fesses pleines des deux éjaculations.


Puis Eve se tourne vers moi :


— Viens me baiser !


Et sans attendre ma réponse, elle quitte son slip et se met à quatre pattes en levrette. Bien que totalement ouverte, je veux goûter à son œillet, lui écarte les fesses et m’attarde à lui faire une longue feuille de rose, elle remue du bassin en tous sens, vient à la rencontre de ma langue qui s’enfonce dans son petit trou :


— John ! Baise-moi !


A genoux face à son postérieur, mes deux mains sur ses fesses, je la laisse se sodomiser, elle se plante sur ma queue. Elle est chaude bouillante, son cul est trempé et tout de suite, je la ramone en grandes longueurs. Son cul se comporte comme une chatte, elle se contracte et me masse, je la baise doucement puis brutalement, je m’allonge sur son dos et prends en mains ses seins, tripote ses tétons, les martyrisent, elle gémit :


— Oui John, plus fort !


Je la besogne depuis plus de dix minutes quand je sens Polo me lécher le cul probablement débordant des deux jouissances précédentes, il pointe son gland sur ma rosette et d’un coup, me sodomise. Il y va fort immédiatement, ses coups de boutoir se transmettent dans le ventre d’Eve, il me tient aux hanches et veut en terminer, il est excité par le spectacle qu’on lui a offert. À côté de moi, Théo se branle et attend que la place se libère, ce qui ne tarde pas, Polo ne faisant pas dans la dentelle, rapidement se vide au fond de moi.


Il cède la place, immédiatement reprise par mon oncle au sexe plus long et qui touche le fond de mon antre. Son rythme est plus lent, il veut faire durer le plaisir. Il prend son temps, il fait ça en douceur, plus en harmonie avec mon rythme avec Eve. Elle ne cesse de gémir tant par les tiraillements de ses tétons que par mon va-et-vient dans ses entrailles liquéfiées.


Mais même à 19 ans, on rend les armes, mes coups de reins s’accélèrent, Théo s’en rend compte, il sait que je suis au bord de l’explosion, il veut jouir en même temps que moi et plus, il veut me faire jouir quand lui le décide. Un violent coup de reins de sa part, il se plante au fond de mon cul, le coup de reins de trop, celui qui me pousse en avant, celui qui provoque ma jouissance dans le cul d’Eve. Mon oncle se vide en moi alors que je me vide en Eve.


L’un et l’autre nous libérons notre partenaire, Adam debout s’adresse à mon oncle :


— Nous avons beaucoup aimé cette rencontre, restons en contact si vous voulez ! Nous avons des amis qui seraient très contents de vous rencontrer.

— Et Théo de répondre : Avec plaisir ! un moment, je vous donne mes coordonnées.


Alors qu’avec Eve, nous nous faisons un gros bisou, je ne peux m’empêcher de lui peloter les seins, elle me presse la queue pour me vider des dernières gouttes de sperme et me murmure :


— Tu me manques déjà, tu es ici jusqu’à quand ?

— Toute la semaine.

— Alors on se reverra bientôt avec mes copines !


Je me relève, un cocktail de sperme s’échappe de mes fesses et coule sur mes cuisses, je vais vite me baigner avant de rentrer à la maison.

Diffuse en direct !
Regarder son live