Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 672 fois
  • 92 J'aime
  • 4 Commentaires

Rendre service peut changer ... la vie ?

Chapitre 5

Travesti / Trans

Sophie passe me faire un bisou pour me dire bonne journée, cela me réveille, nous sommes lundi matin, a priori le début de semaine devrait être calme en attendant le jeudi jour d’épreuve de Sophie.

Sophie sort de ma chambre puis revient en me disant : " j’ai trié mon armoire de fringue hier soir, j’ai retrouvé des trucs trop grands pour moi alors si cela te plaît, c’est cadeau !".


OK, merci bonne journée !


J’avais l’intention de traîner au lit mais ma curiosité me fit me lever pour voir si ma garde-robe féminine allait ou pas s’agrandir de nouveau. Devant ma porte je vois un sac, jupe courte et droite en simili cuir avec plein de fermetures éclair, des bottines à talons plats avec des clous. Eh bien cela peut faire un look un peu rock, j’aime bien aussi j’essaye aussitôt, cool, c’est trop grand pour Sophie mais top pour moi, cela moule un peu les fesses mais bon je m’habitue.


Je me déshabille pour passer à la salle de bain et m’applique sur le rasage, Christiane qui a eu une formation de barbier m’a expliqué comment faire un rasage de prêt afin qu’en milieu de journée, rien ne paraisse sous le maquillage malgré le fameux fond de teint qui soi-disant masque bien. Bon comme j’ai du temps, j’en profite pour me perfectionner sur le maquillage et de plus je trouve cela plaisant. Je prends les fringues de Sophie, ajoute un pull noir pour assortir au reste sans oublier de mettre soutien-gorge et culotte tanga en dentelle et bas up. Bon sympa le look, tout compte fait je me trouve plus beau ou belle en femme qu’en homme.

Je déambule dans l’appartement, vite fait je prends un petit-déjeuner avant de me brancher sur internet pour voir mes mails et chercher du boulot. Petite réflexion en passant, qu’est-ce que c’est pénible les culottes tanga, cela rentre sans arrêt dans les fesses, comment les femmes supportent-elles cela !


Ah SMS de Sophie : "alors mes fringues ?"


"Bien, je me suis habillé rock aujourd’hui"", et détaille ma tenue.


Sophie : "c’est marrant que tu te sois habillé en femme pour rester à l’appartement, tu n’avais aucune obligation"


Moi : "je ne me suis même pas posé la question, je l’ai fait machinalement"


Sophie : ’tu peux aller faire quelques courses si tu as du temps ? J’ai une liste de courses en cours sur le meuble de la cuisine"


Moi : "OK"


Sophie : "je vois que tu as pris confiance en ton nouveau look, c’est bien, @+ bises"


J’allume le PC, bon les mails, pub, pub et encore pub, ah un mail de Pole Emploi sans doute pour valider ma visite de la semaine dernière". "Bonjour Monsieur, Je suis Ophélie votre nouvelle conseillère, je reprends, entre autres, votre dossier et aimerais vous rencontrer au plus vite car ma collègue a inscrit comme quoi vous étiez prêt à élargir vos recherches mais sans plus de détails" et, bien sûr, la phrase finale comme d’habitude, faute de réponse dans les plus brefs délais vous pouvez être radié.


Cri du cœur : "et merde !!!"


Je ne peux pas y aller dans cette tenue, je ne peux expliquer que cette semaine je ne suis pas disponible, il faut que je voie avec Sophie si elles peuvent me redonner un look d’homme sans toucher à mes cheveux pour pouvoir toujours accompagner Sophie et ses copines, jeudi à son examen comme convenu.

Échange de SMS, Sophie ne le sent pas bien, elle en parle à Christiane qui me conseille d’appeler la personne dans un premier temps et si elle insiste pour un rendez-vous, lui expliquer et donner le numéro de Christiane qui pourrait "se porter caution" de ma bonne foi.


Bon, je vais faire les courses, cela va me permettre de réfléchir un peu. Bon petit air frais qui se glisse sous ma jupe, à la fois excitant mais un peu trop rafraîchissant, j’aurai dû mettre un collant et pas des bas, en plus ce tanga dentelle qui me rentre dans le pli des fesses, que c’est agaçant, j’ai l’impression que cela me fait tordre des fesses. Bon l’homme de sécurité du supermarché me regarde de travers mais pas plus ni moins que les autres clients. Pas trop de courses, cela me va bien, je vais pouvoir passer par les caisses automatiques ce qui m’évitera de parler. Un gars qui remplit les rayons se propose de m’aider à attraper une conserve, quel service dans ce magasin, je passe vite fait au rayon fringues, femme évidemment, et je vois dans un miroir que lorsque je hausse les bras, on devine la dentelle de mes bas sous ma jupe, je comprends mieux le regard de "mon serviteur". Allez, passage à la caisse, et retour à l’appartement.


SMS de Sophie "alors les news ?"


Réponse : "rien de neuf, courses terminées sans encombre"


Sophie : "donne-moi des nouvelles dès que tu en as, courage !"


Elle a raison, je prends mon courage à deux mains et appelle cette "Ophélie". Longue attente musicale et tout à coup, une voix jeune et enjouée me répond : "merci de rappeler le jour même c’est rare, alors quand nous voyons-nous ?"

Je lui explique que je me suis engagé pour un service cette semaine, donc vendredi serait bien, je propose le vendredi, merde elle ne travaille pas le vendredi et elle insiste. Un silence s’installe aussi je me lance et lui explique tout.


Visiblement cela ne la choque pas : "j’ai fait le même diplôme que votre amie avant de passer le concours de Pôle Emploi et je comprends la difficulté, c’est vraiment sympa ce que vous faites pour elle, venez en femme c’est pas grave ou voulez-vous que l’on se voie dans le bar en face de Pôle Emploi, je le compterai comme rendez-vous quand même et on parlera de votre dossier devant un café, 13h30 cet après-midi cela vous va ?".

Je réponds "oui sans soucis" tellement heureux de tomber sur quelqu’un de compréhensible.


"Dernière question" me dit-elle, "vous avez un prénom féminin pour que je me présente à vous, comment vais-je vous reconnaître ?"


"Pauline, on m’appelle Pauline, je suis blonde et j’aurai une jupe en cuir noir avec des bottines noires à clous et un manteau noir aussi".


"Avec autant de détails, je ne pourrai pas vous rater Pauline, à toute à l’heure". Rajoute-t-elle.


SMS de Sophie : "alors ?


Je lui raconte la conversation avec Ophélie et Sophie se trouve soulagée et me dit de me dépêcher, 13h30 va vite arriver.


13h30 je rentre dans le bar en question, il est assez vide pour un midi, le serveur me tombe dessus aussitôt et je lui susurre "un café s’il vous plaît".


Une belle brune apparaît et vient directement vers moi : "Pauline, je suppose ? Venez on va aller dans un box au fond du bar, on sera plus tranquille pour discuter". Je la suis.


On s’assoit, elle me dit qu’elle me trouve très belle et que si elle n’avait pas mon dossier sous les yeux, elle ne croirait pas que je suis un homme. On parle de mon dossier et des critères d’emploi que je voulais bien changer : travailler la nuit OK, être en sous qualification OK (temporairement !).

Après avoir ouvert son PC, elle remplit mon dossier et lance une recherche :


"Serveuse de nuit" me dit-elle, "vous seriez prêt à faire ?"


Je lui dis : "moi porter un plateau avec des verres, j’en suis bien incapable !"


Ophélie : ", je vois par contre que le vote nuit ne vous a pas dérangé, ni le "euse" de serveuse ?"


Je lui explique que je n’avais pas fait attention honnêtement, si le contexte s’y prête et me permet de me renflouer au niveau finance, je pense être capable de faire l’effort temporairement.


"OK" me dit-elle en me précisant qu’elle avait une idée et me rappellerai très vite en me tendant sa carte de visite après avoir inscrit son 06 perso à l’arrière. Elle se lève, je suis le mouvement, elle me tape une bise en disant "A plus Pauline". Intérieurement je me dis tient on est copine ?


Sur le chemin du retour j’envoie un SMS à Sophie pour la rassurer. Je traîne tout l’après-midi dans l’appartement, Sophie arrive à 16h30, je lui raconte tout en détail. Sophie me dit que ce soir elle part chez ses copines, répéter leur oral.


18h30 : SMS d’Ophélie qui me propose de nous voir dans le bar ’l’autre monde" le soir même pour faire plus ample connaissance. Bon, il a une réputation spéciale ce bar, c’est plutôt ouvert à une population à esprits très ouverts comme ils disent. J’accepte.


Ophélie passe me chercher en voiture à 21h30 et nous allons à "l’autre monde’, Ophélie est habillée très sexy, jupe très courte (en clair assise en voiture on ne la voit pas !) et en plus un méga décolleté. Visiblement elle est habituée du lieu, elle tutoie le patron Patrick et me présente en faisant référence à une conversation de l’après-midi.

C’est le patron qui paye sa tournée "petit cocktail pour les jolies filles" dit-il.


La discussion est très dense avec Ophélie, elle parle beaucoup, elle est rayonnante, elle adore la vie et cela se sent. Je lui raconte ma vie et ma dernière aventure qui fait que je suis devant elle en travesti. Elle demande tous les détails de ma vie et n’hésite pas à se montrer curieuse sur le côté sexuel, j’en arrive à lui parler de Romain et du fait qu’à ma grande surprise ce nouveau côté de ma personnalité s’était révélé en quelques heures. Je le précise qu’avec son mail du matin, c’est l’un des deux sujets de réflexion de la journée.


"T’es donc homo ?" me dit-elle


"J’aime me faire sodomiser mais pour le reste je n’aime pas spécialement les garçons et ne me vois pas vivre avec un garçon".


"Mais visiblement, te travestir ça te déplaît pas ?" rajoute-t-elle.


"J’avoue que oui, choisir les fringues, me maquiller, me promener en femme, effectivement je me suis fait la réflexion aujourd’hui que je préférai plus presque être en femme qu’en homme."


Avec un grand sourire elle me dit : "tu es le genre idéal pour une femme bisexuelle" puis ajoute avec un grand sourire "et tu sais quoi, je suis une femme bisexuelle !".

Alors là si ce n’est pas une déclaration.


Ophélie part aux toilettes et c’est le moment ou Patrick en profite pour me rejoindre, il m’explique qu’il aime bien embaucher des profils atypiques aussi je veux faire un essai il veut bien tenter l’expérience même si Elodie lui a précisé que je ne savais pas porter un plateau de verres. Il précise "bien sûr, c’est en travesti que tu m’intéresses". Je lui demande une journée de réflexion.


Ophélie revient et me propose de partir chez elle, ce que nous faisons. L’appartement est décoré avec goût, elle me fait faire le tour et effectivement sa bisexualité est clairement affichée car en décoration dans sa chambre, on peut y voir trois photos de couple affiché, deux hommes ensemble, deux femmes ensemble et un couple "classique homme-femme".

Nous allons nous étaler dans le canapé du salon, je lui dis que je ne veux pas rester trop longtemps et qu’il faut qu’elle me ramène, elle me propose le clic-clac pour la nuit et qu’elle me lâcherait demain matin chez moi en partant au boulot, vu l’ambiance et notre bien-être, j’accepte.


Ophélie me demande l’autorisation d’aller se changer et revient cinq minutes plus tard en nuisette en dentelle et l’on devine une culotte toute en dentelle aussi, waouh, elle est magnifique, je sens mon sexe vouloir grossir mais il est bridé par mon tanga et ma jupe droite.

On boit un coup et discute pas mal, elle bouge sans arrêt, j’ai toujours l’impression que ses seins bien fermes vont sortir de la nuisette mais malheureusement non.


Ophélie vient poser sa main sur ma cuisse et me demande si elle peut "faire son Romain" ce soir car c’est un de ses fantasmes de sodomiser un mec. A peine a-t-elle fini sa phrase que sa nuisette tombe et ses seins pointent, magnifiques ! Curieusement sa culotte à l’air bien rempli, elle attend ma réponse en me caressant, je lui dis OK d’un signe de tête et là elle fait tomber sa culotte et voici qu’apparaît un gode de bonne taille (moins que Romain mais quand même). J’attrape son gode de la main et elle réagit, visiblement ce n’est pas qu’une ceinture, elle a aussi un gode placé dans son vagin.


Nous nous embrassons, je lui caresse ses seins bien ronds aux tétons bien pointus, elle me déshabille, mon sexe est heureux d’être enfin libéré, il est de suite bien tendu aussi Ophélie le prend en bouche afin de me soulager, je ne résiste pas longtemps, en quelques minutes je remplis sa bouche de sperme et visiblement elle apprécie. Pendant qu’elle me suçait, ses doigts se sont occupés de mon orifice et donc à peine ayant fini la fellation qu’elle me demande d’écarter les cuisses et vient avec son outil perforer mon anus. Il ne faut que quelques minutes pour qu’elle me pénètre et elle y va de bon cœur, ses allers-retours sont assez violents, je vois qu’elle y prend beaucoup de plaisir, elle ne se soucie plus de moi, elle prend vraiment son pied, elle lance des vrais cris d’orgasme, j’en suis presque perturbé, jamais je n’ai réussi à donner autant plaisir à une femme et il faut que ce soit en m’enculant qu’une femme prenne autant son pied. Enfin elle s’arrête elle me tombe dessus d’un seul coup, épuisée, sa respiration est très rapide, elle se calme, relève sa tête vers moi et en me faisant un petit bisou, me dit merci.


Nous reprenons nos esprits, elle me dit "pas de clic-clac ce soir tu viens dans mon lit, tu l’as bien mérité". Elle reprend sa nuisette et me prête une chemise de nuit, nous nous démaquillons entre filles et allons au lit.


Bonne nuit Pauline !


Bonne nuit Ophélie !


Ophélie s’endort très vite, moi il me faut un peu de temps, repensant à tout ce qui venait de se passer en quelques jours, j’avoue que je ne sais vraiment comment cela va finir, une chose certaine c’est que je préfère être avec Ophélie que Romain.

Diffuse en direct !
Regarder son live