Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 314 fois
  • 66 J'aime
  • 1 Commentaire

Rendre service peut changer ... la vie ?

Chapitre 8

Travesti / Trans

Les jours défilent, je continue de travailler le soir à "l’autre monde", Patrick m’ayant refait un contrat de trois mois. J’avoue que je commence à trouver cela moins drôle et il y a eu un incident hier soir qui m’a beaucoup marqué. En effet, en milieu de soirée, un couple d’âge mûr est venu et aussitôt Patrick me dit : " Ah les SM viennent chercher de la chair fraîche".

Ce sont des clients qui viennent environ tous les six mois, ils draguent une fille ou un garçon et lui proposent de venir passer un week-end chez eux, en général Patrick ne revoyait jamais le jeune en question mais il a su que ce couple pratiquait le SM et allait souvent à l’extrême, leur proie repartant fréquemment blessée.


J’avais mis ma robe patineuse, je l’adore celle-là surtout que j’en profite pour mettre guêpière, string et bas et bien sûr montée sur des escarpins, je me sens vraiment femme comme cela, enfin femme comme peut l’imaginer ou le fantasmer un homme.


Donc à un moment, je vais pour débarrasser le verre de cette dame quand tout d’un coup, elle m’attrape la main et refuse de la lâcher et dit à son mari : "on a jamais fait dans le travelo, ça te dirait de tester ?"

Je la regardais méchamment quand je sentis une main passer sous ma robe et un doigt violemment pénétrer mon anus. Elle ne me lâchait toujours pas, j’ai crié, Patrick qui venait d’apercevoir la scène a accouru puis a demandé à cette dame de me rendre ma main mais son gros pervers de mari avait encore son doigt dans mon cul, enfin il le retira en essayant quand même de tourner à l’intérieur pour voir ma réaction.


Patrick leur fait signe de quitter les lieux ce qu’ils font, l’homme avant de passer la porte m’interpelle : " la p’tite tantouse, c’est pas mon doigt qui a dû te faire mal, tu as dû prendre des bites bien plus grosses que ça". Sur le fond il a raison mais en général, je donne mon accord pour me faire pénétrer et à ce moment-là, je peux vous dire que son petit doigt m’a fait plus mal que la grosse queue de Romain.


Patrick m’a autorisé à rentrer aussitôt pour me remettre de mes émotions.


Le lendemain, je me faisais la réflexion avec Patrick que cela fait plusieurs jours qui nous n’avions pas vu Antoine et moins d’une demi-heure après, il apparaît, Patrick s’exclame "quand on parle du loup !". Antoine nous explique qu’il est débordé de boulot, il peut avoir un gros contrat sur des appareils haut de gamme c’est sa spécialité mais il faut fournir en même temps des lots de bas de gamme et là il faut qu’il trouve une source d’approvisionnement à l’étranger. Son problème apparemment c’est un anglais moyen et qu’il n’a jamais rédigé de cahier des charges, je lui propose de l’aider gracieusement.


Je lui dis : "si tu as un ordinateur disponible, je peux venir demain matin à ton bureau"


Il me répond : "sur le principe oui mais..." et regarde ma tenue.


Je lui dis : "eh oui pour l’instant je suis comme cela "Pauline", il faut faire avec ou pas" mais si vraiment cela te gène voilà mon 06, tu m’appelles pour décrire ton besoin et je bosse de chez moi".


Il acquiesce : "oui je préfère commencer comme cela".


Le lendemain, je suis prête très tôt tout excitée de faire un boulot plus gratifiant à mon goût. J’envoie un SMS à Antoine pour lui dire que je suis disponible, il m’appelle aussitôt pour savoir si on pouvait une vidéo-conférence sur l’ordinateur afin qu’il me montre les types d’appareil en question.


En me voyant sur l’écran, spontanément il me dit "même chez toi tu es en gonzesse !". Je lui raconte que faute de place Elodie a donné mes fringues d’homme donc en claire, c’est talon et jupe ou robe obligatoire car je n’ai pas un seul pantalon et pas de chaussures plates non plus. Elodie passe derrière moi en culotte et soutien-gorge, j’avais oublié de la prévenir, Antoine dit "bonjour Elodie" (ils se connaissent, ils se sont déjà vus à "l’autre monde"), Elodie ne se démonte pas, elle s’approche de la caméra pour dire bonjour à Antoine en se penchant, il se retrouve avec un gros plan sur sa poitrine et bien sûr elle n’a pas le droit à un commentaire sur sa tenue.

Antoine m’explique donc en détail ce qu’il veut faire, je le sens pas entièrement concentré et j’ai tout à coup compris que cela correspondait à chaque passage d’Elodie derrière moi. Elle se faisait un malin plaisir de s’exhiber, elle s’était changée et apparaît tout en dentelle (soutif et string). Comme par hasard elle essuie la vaisselle dos à la caméra, ses deux belles petites fesses rebondissantes surmontées du petit triangle du string et son petit nœud papillon bien centré obnubilaient le regard d’Antoine. Je lui fais la remarque.


Antoine me dit : "je sais que ce n’est pas ce qui t’attire mais c’est très joli"


Je lui réponds : "détrompe-toi, nous avons une vie de couple très active et épanouie"


Elodie entendant cela, viens se pencher vers l’ordinateur et rajoute en souriant : " ce qui est top c’est que nous faisons l’une et l’autre soit la femme soit l’homme ce qui nous laisse plus de possibilités".


Antoine reste dubitatif et me demande de revenir au sujet. Je lui annonce que je ne ferai pas grand-chose ce matin car j’ai rendez-vous chez Christiane qui m’a entre-temps appelé pour savoir si j’avais des nouvelles de Sophie et savoir si j’étais redevenu garçon.

Je travaillerai donc pour Antoine dans l’après-midi afin de lui montrer une première version du cahier des charges le soir.


Petite retouche maquillage et je file au salon de coiffure, Christiane m’accueille avec un grand sourire cela lui fait vraiment plaisir de me voir. Elle me félicite de ma présentation, me disant que désormais avec les manières de fille que j’avais prise je faisais vraiment illusion. Elle note aussi que j’avais travaillé sur ma voix (merci le tuto d’internet) et donc j’utilisai moins les graves et que cela ne choquait plus. Je lui dis que je pensais bien à elle, notamment sur le fait qu’il fallait que je m’épile les sourcils à nouveau et peut être faire raccourcir mes cheveux qui ont bien poussé. Christiane me propose de me le faire "gratos" pendant notre conversation.


Elle attaque le travail, je lui raconte mon hésitation sur le fait que je me remette en homme, elle me répond qu’en lui demandant d’épiler mes sourcils ce n’est pas dans le but de retrouver de la virilité, elle a raison, inconsciemment j’aspire à rester femme, l’environnement m’obligeant à recréer le doute régulièrement.


Ça y est les sourcils sont redevenus très fins (encore plus qu’à l’origine), Christiane passe aux cheveux, elle me raconte que les seules nouvelles qu’elle avait eu de Sophie c’était un coup de fil pour avoir une lettre de recommandation, son futur employeur l’avait ensuite appelé Christiane pour avoir son avis et lui avait confirmé qu’il embaucherait Sophie.


Christiane me refait un carré long avec quelques mèches un peu plus blondes, elle me montre le miroir : "et voilà ma belle !" puis me propose si j’ai le temps d’aller déjeuner chez elle. Elle prévient son mari afin qu’il rajoute un couvert.


Dans la voiture, nous reparlons de la "réaction" de son mari lors de la prise de photo. On en rigole encore. Elle s’interroge sur le fait que son mari Gérard soit capable de baiser avec un homme, je sens une espèce de proposition. Nous arrivons chez elle, la table de la salle à manger est prête, Gérard sort de la cuisine et vient faire un bisou à Christiane puis vient me faire quatre bises, cela fait sourire sa femme.


"Commençons par un apéro au salon" dit Christiane, Gérard s’active pour nous servir.


Christiane me pose des questions sur Romain aussi je lui annonce qu’il y a longtemps que je n’avais plus de nouvelle même si peu de temps après notre rupture, il m’avait envoyé un SMS pour reprendre contact, espérant pouvoir se vider les couilles, me prenant une nouvelle fois pour une fille facile.


Je m’assois dans le canapé et Christiane dans le fauteuil d’en face laissant la seule place de libre à côté de moi pour Gérard. Elle avait un regard coquin, je sentais qu’elle avait une idée en tête. Elle me demande si ce sont les filles ou les garçons qui embrassent le mieux, sans hésitation je réponds les filles et je ne sais pourquoi je lui demande ce qu’elle en pense, elle me répond les filles aussi sous les yeux ébahis de son mari. "Et toi Gérard" lui demandais-je.


Gérard " je ne connais que les baisers avec les femmes mais Christiane quand as-tu eu l’occasion de tester la différence".


Christiane explique qu’avant de connaître son homme, elle a eu des soirées entre filles et que dans l’une d’elles, elle avait eu comme gage d’embrasser la maîtresse de maison et que dans l’excitation de celle-ci elle avait fini par faire un cunnilingus à son hôte.


Gérard n’en revient de cette révélation et lui dit " t’as fait des choses comme cela et tu refuses la sodomie !". La discussion est vive, je ne sais pas si on va trinquer et même manger.


Tout à coup, Christiane met au défi son mari de me rouler une pelle, rien que pour la rendre jalouse il dit OK à la grande surprise de celle-ci. Nous voilà donc Gérard et moi à nous embrasser goulûment, il en principe pour activer ses mains baladeuses sur mes cuisses puis fais une grosse marche arrière quand il tombe sur mon sexe tout dur.


Christiane lui demande " et maintenant que tu peux comparer, qui embrasse le mieux, fille ou garçon ?"


Il ne répond pas, on le sent un peu troublé, se femme comme moi même nous nous sommes aperçu qu’il avait un début d’érection lors de notre contact. L’apéro se termine tranquillement, notre conversation ayant dévié sur des sujets moins tendancieux.


Gérard a repris ses esprits et nous demande de passer à table ce que nous faisons immédiatement, Christiane comme moi même devant reprendre le boulot pas trop tard. Le repas est tranquille mais je sens que Christiane n’a pas eu ce qu’elle souhaitait vraiment, elle me fait une proposition pour la fin du déjeuner.


Quand Gérard revient de la cuisine, dessert en main, il voit deux culs face à lui, Christiane et moi ayant remonté nos jupes jusqu’à la taille, penchées sur la table, posées sur les avant-bras. Christiane lui dit, tu veux toujours me sodomiser alors encule Pauline avant et après je me laisse faire. Il pose les desserts et sans commentaire va chercher des préservatifs dans le tiroir de l’entrée et revient et commence à me faire un anulingus puis vient mettre un doigt puis deux et très rapidement son sexe bien raide vient pointer son nez devant mon orifice. Sa femme n’en revient pas, cela fait bien longtemps qu’elle ne l’avait pas vu en aussi grande forme.

Elle vient se placer sous moi et commence à me faire une belle fellation. Je ne peux me retenir et lui envoie ma semence au fond de sa bouche, elle se relève bouche serrée et vient rouler une belle pelle à son homme en lui refilant un maximum de mon sperme.

A son tour il se vide en moi et se retire aussitôt comme s’il culpabilisait. Il est redevenu tout mou, Christiane voyant cela lui dit "bon je pense que mon tour ce sera ce soir alors passons au dessert".


Le dessert est vite avalé, nous attendons le café. Gérard arrive avec les trois tasses et demande : "quelqu’un veut du sucre ou de la crème ?"


Je réponds : " sucre pour moi".


Christiane lui dit : "sucre pour moi et j’ai encore un peu en bouche de la crème de Pauline. Et toi tu as aimé la crème de Pauline ?"

Gérard rougit et répond "oui je crois".


Christiane prend son téléphone et appelle son équipe pour leur dire qu’elle arrivera une demi-heure en retard aussi il faut qu’ils s’organisent pour honorer son premier rendez-vous.


Je lui dis : "on a le temps de rentrer à l’heure ?"


Elle annonce que ce serait bien que Gérard, pour me remercier d’avoir proposé mes fesses pour sa première expérience homosexuelle, me fasse une bonne pipe. Gérard est surpris mais vient vers moi sans dire mot et soulève ma jupe, sort mon sexe de son étui en dentelle et après quelques caresses sur les couilles, commence son œuvre. J’étais un peu fatigué mais la persévérance de Gérard a payé et il avale précieusement et finit par un nettoyage très appliqué de mon sexe.


Christiane est satisfaite, elle en a profité pour faire avec son téléphone, une photo en gros plan de son mari avec une bite entière dans sa bouche, il n’avait pas remarqué, il n’apprécie pas trop et lui demande de l’écraser, elle refuse, l’embrasse et nous retournons à nos occupations.


Christiane me remercie beaucoup pour ce déjeuner, je lui dis que c’était bon et sympathique. Dans ma tête, je me dis que je passe vraiment pour une fille facile et que depuis que je vis en travestie, je n’ai plus de filtre au niveau sexualité, j’accepte toutes les occasions, en clair, je suis une salope !


Je me retrouve à l’appartement et construis un cahier des charges en deux langues franco-anglais. Après quelques recherches sur le Net, je trouve les conditions d’achat, de contrôle et de livraison, pour un premier jet (et pour une fois je ne parle pas de sperme !) c’est déjà assez complet. J’imprime tout cela, il me reste donc la fin de l’après-midi pour me faire un bain délassant et j’ai toutes mes épilations à faire donc l’heure du travail sera vite arrivée.


Ça y est, je suis toute belle, à peine 10 minutes de marche, j’arrive à "l’autre monde", Antoine est déjà là, je lui donne le dossier, il apprécie.

Diffuse en direct !
Regarder son live