Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Lue 26 726 fois
  • 55 J'aime
  • 0 Commentaire

Je rends service...

Chapitre 2

Inceste

Comme je vous l’ai dit je ne pouvais plus jouer avec mon fils j’étais trop gênée par mes pensées :


— Il y a un souci ?

— Oui mais ça va passer je l’espère...

— De quoi ? Me dit-il en s’approchant de moi


Là je fis la secondes gaffe de la journée je ne savais plus quoi dire ni même penser quand je dis cette phrase qui se révèla être l’élément déclencheur de tout ce qui va suivre :


— Ben regarde ! Dis-je en lui montrant son érection

— Ah pardon...

— C’est pas grave c’est normal à ton âge mais essaye de contrôler quand même...

— De toute façon je suis bon qu’à avoir ça moi !


Le voila repartit dans son monde tout noir, je vis dans son visage la tristesse qu’il a pu avoir en à peine quelques minutes. Je ne savais pas quoi dire alors je dis encore quelque chose qui se retournera contre moi plus tard...


— Mais ne dit pas ça on va continuer à jouer, tiens regarde viens on essaye de s’enlever nos maillots !

— Moi ça me dérange pas mais on va se voir nu ?

— Ecoute c’est pas grave tu es mal et je veux te voir sourire un peu allez viens !


Là il se jeta sur moi essayant de m’enlever mon soutien-gorge de bain, je pouvais sentir à travers lui la virulence qu’il avait et sa motivation à essayer de m’enlever ça, quelques fois il fut complètement sur moi et je pouvais sentir nettement son érection, je dois l’avouer ça me plaisait, heureusement que l’eau était là pour "calmer le jeu".

Finalement au bout de quelques minutes il réussi à m’enlever mon soutien-gorge, il le tenait dans la main l’air vainqueur :


— Alors c’est qui le chef ? Me dit-il


Là je répliquai immédiatement en passant sous l’eau pour prendre son slip, j’eus un peu du mal à l’abaisser à cause de ses grosses cuisses qui l’entravaient une fois réussi malgré l’eau qui me rendit la vue trouble je vis vraiment bien son pénis, il devait faire 12cm. Mon fils n’était pas trop en puberté car le médecin me dit il y a quelques temps qu’il aura une puberté très tardive. C’est vrai car aucun poil ne retenait son pénis il était vierge dans tous les sens du terme. Bref je sortis de l’eau avec son slip :


— Et maintenant ?


Il devint rouge de gêne il se cacha d’ailleurs ses parties intimes avec ses mains :


— Ah c’est pas du jeu ça !

— Oui mais moi j’avais que mon slip sur moi toi t’as un bikini !

— C’est vrai...


Là je retirais mon maillot de bain, je me retrouvais nue devant mon fils, mon instinct d’animal se réveilla et j’avais vraiment cette envie de sexe qui revenait en moi. Nous étions nous deux nus comme vers :


— Là c’est toi qui triche, regarde je ne cache rien moi !


Il enleva délicatement ses mains et laissa exploser à ma vue son érection.


— Euh désolé mais ça passe pas.

— Pas grave on fera comme si de rien n’était, on joue à quoi maintenant ?

— A la barre je vois que ça là...

— Allez si tu veux.


On se sauta dessus pour essayer de se dominer chacun, je sentais une nouvelle fois son sexe sur moi mais à nu cette fois ce qui doubla mon excitation j’étais honteuse d’éprouver ça vis à vis de mon fils mais je n’y pouvais rien. Quelques fois c’était mes seins qui touchaient son sexe quand je voulus le prendre par les jambes, il fallut stopper le jeu quand Valentin eut une envie :


— J’ai envie de faire pipi je reviens.

— Oh fait dans le jardin ça nourrira le gazon

— Ok


Là il s’assit entre le bord de la piscine, il avait une jambe dans le vide et une autre dans l’eau, je voyais alors sa verge de profil tendue en érection il n’avait pas besoin de la tenir car elle se tenait toute seule à cause de son érection. Quelques secondes plus tard il laissa jaillir son "pipi" sur le gazon avant de lâcher un soupir. Il resta assis sur le rebord mais cette fois tourné vers moi j’avais son sexe en gros plan, je mouillais comme pas permis dans la piscine :


— Tu viens plus jouer ?

— J’en ai marre de moi, tu crois maman que je finirai tout seul ma vie ?

— Non je serrai toujours là pour toi voyons.

— Je parle pas de ça j’aurai jamais de copine !


Cette fois c’était la bonne gaffe mon cauchemar pouvait commencer...

Diffuse en direct !
Regarder son live