Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Lue 22 599 fois
  • 41 J'aime
  • 0 Commentaire

Un repas copieux

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Partant régulièrement en déplacement pour son travail et au fil du temps, une certaine complicité s’était installée entre Patrick et ses homologues français.

Cette année encore, il devait descendre dans le sud-ouest pour une formation d’une semaine. Le beau temps était de la partie dès le premier jour de travail : le thermomètre affichait 28°c !

Assis contre les portes du hangar, regardant en direction des avions stationnés devant eux, lunettes de soleil fixé sur le nez, Patrick et Simon discutaient de tout et de rien :

— Que fais-tu ce soir, lui demandait Simon ?

— Douche, souper et sortie pour boire un pot. Pourquoi me demandes-tu cela ?

— Viens souper chez moi car ma femme Virginie voudrait faire la connaissance du « petit

    Belge » avec qui je travaille…

— D’accord mais je prends une douche avant et préviens mes gars mais pour le trajet je

  Fais comment ?

— Je t’attends et te ramène. Alors tu es partant ?

— Ca marche…

La journée touchait à sa fin, les inspections des avions étant terminées, Patrick prit une douche salvatrice avant de rejoindre Simon qui l’attendait devant le mess.

En passant le corps de garde, le militaire belge s’inquiétait de sa présence :

— Je ne vous dérange pas en venant ce soir pour souper ?

— Non du tout et tu feras ainsi connaissance avec ma petite Virginie…

— Je suis certainement indiscret mais comment est-elle ta femme ?

— Oh…un mètre soixante, bronzée et pour le reste tu verras par toi-même…

Quelques minutes plus tard, Simon stoppait sa voiture devant une petite maison typique de la région, entourée de quelques arbres.

— On va passer par derrière car Virginie doit être dans le jardin.

— Je te suis…


Effectivement la maîtresse de maison était dans le jardin, couchée sur une chaise longue, profitant au maximum des rayons du soleil.

— Salut ma chérie…je vois que tu travailles dur…

La jeune femme sursautait car elle s’était légèrement assoupie :

— Ta journée s’est bien passée ?

— Bah comme d’habitude, tiens nous avons de la visite, en montrant la présence de

  Patrick.

Instinctivement, voir un peu gênée de se montrer en bikini devant un étranger chez elle, Virginie saisissait sa serviette de plage pour cacher ses atouts :

— Tu aurais dû me prévenir, tu sais que je n’aime pas de me montrer en maillot…

Pour la rassurer et la complimenter, Patrick lui répondait en souriant :

— Ce serait dommage de vouloir cacher un corps aussi joli que le vôtre et de toute façon

    C’est trop tard je l’ai vu et en plus il est top votre bikini.

— Merci pour le compliment mais je vais me changer et je reviens.

Les deux hommes regardaient la jeune femme s’éloigner. Patrick qui avait tout de suite remarqué que Virginie était dotée d’appât plus qu’appréciable : Elle devait faire un bon 95D mais que le reste n’était pas mal non plus.

Virginie est une jeune femme d’une trentaine d’années, mariée à Simon et sans enfant. Durant les dix années de mariage, elle lui était restée fidèle et ne l’avait jamais trompé. De ses origines espagnoles, elle avait gardée une peau brune uniforme.

Physiquement, elle plaisait aux hommes mais surtout à son mari. Mesurant à peine plus d’un mètre soixante pour soixante-deux kilos.

Bien que sans être énorme, Virginie avait une poitrine très avantageuse. Ses seins avaient un certain volume ce qui attiraient le regard des hommes qu’elle croisait dans la rue, lui procurant toujours un certain plaisir!

Des cheveux bruns mi-longs tombant légèrement sur son cou entourait un visage souriant de petite secrétaire bcbg portant des lunettes.

De part sa taille moyenne, elle avait de petites jambes avec des gros mollets et des cuisses que l’on pourrait qualifier d’accueillantes.

Elle éprouvait un certain plaisir à s’habiller sexy surtout pour allumer son mari même si elle s’en défendait. Cette jeune femme, involontairement exhibitionniste, portait facilement des robes et des jupes courtes et des hauts avec décolleté suggestifs et affriolants. A la plage également, elle n’hésitait pas de se mettre en bikini mais elle faisait attention à ne jamais tomber dans la vulgarité.

Au niveau des sous-vêtements, elle ne se refusait rien : strings, soutien-gorge balconnet, porte jarretelles, bas classiques ou à résille. Il lui arrivait parfois de pas mettre de culotte pour émoustiller mon mari.

Simon rêvait secrètement de voir Virginie être prise et être caressée devant lui par un autre homme mais il souhaitait avant tout une première expérience très douce.

Virginie leurs est réapparue joliment coiffée, maquillée, très bcbg avec ses lunettes et vêtue d’une robe noire au large décolleté au premier coup d’œil révélant un profond décolleté qui mettait en valeur sa superbe poitrine et la vallée qui sépare ses seins. Puisqu’elle semblait ne pas porter soutient gorge. Elle était en tout cas jolie à croquer, provoquant une certaine gêne chez Patrick.


Après avoir bien dîné et bu sur la terrasse, en racontant pas mal de bêtises, ils avaient tous les trois regagné le salon où les attendait une bouteille de mousseux.

Virginie avait les joues roses et les yeux bruns, pétillants de ces petites bulles qui lui font tant d’effet et la rendent amoureuse et déchaînée dans des jeux érotiques.

Simon lui caressait discrètement les fesses au passage, ce qui la faisait sourire.

Tout naturellement, elle est allée s’asseoir dans le canapé, la place la plus profonde, ce qui l’obligeait à tenir serrés ses genoux pour préserver son intimité. Simon et son invité s’installant en face d’elle.

A chaque fois qu’elle se penchait pour poser son verre sur la table basse, les deux hommes avaient une vision profonde et presque complète de sa superbe poitrine…

Une coupe de champagne et quelques mouvements plus tard, sa robe remontait et dévoilait le haut de ses cuisses qui n’arrangeait pas la gêne de Patrick qui la trouvait de plus en plus …bandante !!!

Elle continuait à parler et à rire, et sans que rien ne laisse supposer qu’elle s’en fut aperçue, ses genoux légèrement desserrés révélaient le fond blanc du string qu’elle portait sous sa robe.

Son sourire angélique, son air serein et innocent rendaient cette exhibition terriblement excitante.

Patrick, un peu agité dans son fauteuil, semblant faire de vains et surhumains efforts pour empêcher son regard de plonger directement entre les cuisses de cette petite salope, avait le sentiment d’être un voyeur privilégié profitant de ces trésors dévoilés par inadvertance.


Virginie était maintenant totalement désinhibée par le champagne. Son mari laissait ce moment durer et il devenait évident pour Patrick qu’il ne cherchait pas à le priver des charmes de sa jolie compagne, ne faisant rien auprès d’elle pour lui faire rectifier une attitude qui devenait un appel au viol.

La tension dans la pièce était palpable. Patrick qui avait de plus en plus de mal à cacher son trouble et un début d’érection et sans oser croiser le regard de son hôte, observait Virginie directement entre les jambes.

Simon était dans un état d’excitation proche de l’orgasme tant cette exhibition était perverse et s’imaginait que Patrick ne devait plus savoir quoi penser.

Après avoir resservit leur verre et il décidait de s’asseoir auprès de sa femme. Elle posait sa tète sur son épaule, les jambes tournées vers Patrick, légèrement ouvertes.

La vue était superbe, il avait sous ses yeux les cuisses de la jeune femme et la robe était remontée si haut qu’il la devinait au ras de son string.

Le bras autour des épaules de sa femme, Simon avait glissé sa main dans le décolleté de sa femme pour empaumer un sein nu, chaud et ferme. Elle n’eut aucun mouvement de recul et s’appuyant encore plus lourdement sur lui. Dans cet abandon, ses fesses glissaient de quelques centimètres sur le canapé, sa robe noire découvrait largement sa lingerie blanche, si fine et transparente qu’on voyait nettement que ses poils pubiens se résumaient juste à ticket de bus juste au-dessus de ses lèvres vaginales.

Patrick ne perdait pas une miette du spectacle. Virginie semblait s’être endormie sur l’épaule de son homme. Seuls signes de vie : sa respiration un peu haletante et son téton qui durcissait sous la main inquisitrice. Plus personne ne parlait et un fond de musique berçait une atmosphère irréelle et chaude…

Au bout de quelques instants, Simon se jetait à l’eau et s’adressait à son homologue :

— Elle est belle, n’est ce pas ? ... J’espère que je ne te choque pas ?

— Oh non ! Lui répondit-il d’une toute petite voix, sans faire aucun mouvement.

De sa main libre, il faisait glisser délicatement les deux brides de la robe pour lui offrir ces seins superbes, continuant à titiller le téton qu’il avait empaumé.

Patrick était complètement figé.


N’osant pas trop bouger, Simon se contentait d’attraper le bas de la robe pour tenter de la remonter et à son grand étonnement, Virginie soulevait son bassin pour faciliter le geste de son homme.

Troussée jusqu’à la taille, exposant ses jambes musclées et bronzées et son joli string blanc, seins nus, elle était offerte et terriblement excitante, plus encore que si elle avait été nue.

Simon se dégageait légèrement pour atteindre son ventre et poser sa main sur la chatte. Elle écartait très légèrement les cuisses. Et à travers le tissu, il sentait ses lèvres gonflées et humides. Le fond du string était trempé. La situation l’excitait bien autant que les deux hommes et elle se sentait prête à subir un traitement beaucoup plus énergique.

Devant son spectateur, le mari commençait à la peloter du bout des doigts. Elle s’était mise à gémir doucement, ouvrant lentement ses cuisses, jusqu’à poser une jambe sur le canapé.

Patrick ne semblait pas vouloir bouger, malgré le signe que son ami lui faisait pour qu’il les rejoigne. Il se contentait d’apprécier ce superbe spectacle que lui offrait Virginie en se laissant branler.

Sous ses doigts, Simon sentait le clito se tendre à travers le tissu. Elle ondulait dans ses bras, sa jambe posée sur le canapé était agitée de tremblements. Elle avait tourné la tète, le visage niché dans son cou et il sentait ses lèvres l’embrasser sous l’oreille. Les seins qu’il pelotait tour à tour durcissaient dans sa main.

Patrick ne bougeait toujours pas, l’air très excité, alors sans plus se préoccuper de lui, il écartait le fin tissu de sa compagne. Ses grosses lèvres gonflées se sont ouvertes comme une fleur, plongeant un doigt dans son sillon gluant de mouille, il s’attaquait au clito dressé. Très vite, elle murmurait à son oreille :

— Mets-moi un doigt !

Cette voix rauque agissait sur lui, il plongeait l’index dans son ventre : elle était distendue, brûlante et trempée. Elle s’était arque bouté dans ses bras en geignant. Le doigt entrant et sortant de son vagin produisait un clapotement obscène, Patrick, tétanisé, crispé sur le bord de son fauteuil, les yeux rivés à l’entrejambe de cette petite salope, semblait prêt à basculer en avant.

Il branlait Virginie avec fougue, sentant la montée de son plaisir, jusqu’à ce qu’elle explose en feulant comme une chienne, arque boutée, tremblante :

— Ouiiiiiiiiiiiiiii, saa…aaa…aa…laud, tu me fais du…u…u bien…, ouiiiiiiiiii,

  en…en…en…en…core,

Elle déchargeait son jus dans la main. La présence de ce spectateur lui avait, semblait-il, procuré un plaisir bien plus fort qu’à l’habitude.

Elle retombait inerte dans les bras de son mari, le visage toujours niché au creux de son cou, cuisses grandes ouvertes.


Semblant l’interroger du regard, et encouragé par le signe de son ami, Patrick s’était levé et agenouillé devant elle. Il déposait ses deux mains sur les hanches de Virginie et approchait son visage jusqu’à l’écraser sur sa motte.

La jeune femme se tordait pour avancer son bassin à la rencontre de cette nouvelle caresse mais Patrick la déculottait lentement, découvrant enfin la totalité de sa petite chatte.

Elle s’écartelait encore plus, la position de cette femme devenait de plus en plus obscène et à la stupéfaction de Simon, elle se redressait pour regarder la tète de son invité entre ses cuisses. Il se mettait à lui bouffer la chatte avec frénésie, les deux mains posées sur les cuisses.

Simon observait le bassin de sa femme avancer par accoups à la rencontre de cette langue qui la fouillait, pendant que son mari lui pelotait les nichons à pleines mains.

Soudain, elle décollait ses pieds du sol, remontant ses jambes, cuisses ouvertes au maximum. Simon abandonnait aussitôt ses seins pour la saisir sous le pli du genou, et l’ouvrir en grand. Il la maintenait écartelée, totalement indécente, lui décollant presque les fesses du canapé ayant sous les yeux sa fente béante et ruisselante.

Après s’être écarté quelques secondes pour se repaître de ce spectacle, Patrick replongeait à nouveau sur son coquillage tandis que Simon épiait la langue pénétrer dans l’entrée du vagin de Virginie, son nez frottant sur le clito tendu.

Elle s’est mise à délirer, arque boutée et gémissante, parcourue de tremblements, tétanisée, et elle jouissait en hurlant, alors que Patrick, collé à son sexe, continuait à la lécher avec frénésie :

— Tu aimes ce que Patrick te fait ?

— Ouiiiiiiiiiiiiii…c’est...salaud...de...vant...toi...ôôôôôôôhhhhhhh j’ai honte...!

— Dis-le-moi mieux que ça !

— J’aime….qu’il me bouffe la chaaaatte…

— C’est mieux... tu vas voir, il va te faire jouir comme une folle…

L’invité ne fait pas dans la dentelle. Il avait introduit son pouce dans la chatte et l’index dans son cul.

— Aïe !!! Ca fait mal !!! Pitié, pas ça ! Pas çaaaaaaa !

— Tais-toi et laisse toi faire et il t’arrivera rien…

Simon, trop excité, continuait à tenir sa femme par les jambes. La tête bourdonnante et les jambes flageolantes, elle prenait son courage à deux mains et tournait la tête. Virginie aidait son mari en soulevant les jambes pendant que les doigts coulissaient dans ses deux orifices.

Toujours est-il que Patrick pétrissait à pleines mains ses grosses fesses. Puis les écartait pour admirer son trou du cul avant d’y plonger, voracement, sa bouche. Elle sentait la langue forcer ses entrailles !

— Mon dieu, dites-moi que ce n’est pas vrai !! Je suis en train de me faire lécher l’anus par un

Etranger, se disait-elle tout bas !

Son bas ventre réagissait différemment de sa tête, il faut dire que la langue n’était pas inactive !!! Et dire qu’elle avait toujours refusé cela à son mari !!! Elle commençait à cambrer des reins :

— Mais c’est que tu commences à apprécier ma cochonne, s’exclamait Simon !!!

Oh que oui qu’elle appréciait ! Elle remuait tellement sa croupe, autant elle en était dégoûtée, que ses sens agissaient maintenant de façons radicalement opposées.

Virginie gigotait de façon désordonnée, tel un pantin désarticulé. Les spasmes étaient longs et semblaient ne jamais devoir s’arrêter.

— Huuuuuummmm… ouiiiiiiiiiiiiiiiii…je viens… aaaaaaaaaaaaaaaah… avale mon jus…

Au bout d’un moment, il la sentait se détendre dans mes bras et doucement reposait ses jambes à terre. Le visage de Patrick était barbouillé de foutre.

Toujours assise, elle se penchait sur son amant, lui prenait son visage entre ses mains et l’embrassait à pleine bouche.

Puis sans un mot, elle se levait et quittait la pièce nue et toute en sueur pour monter dans sa chambre.

Un peu dégrisés, les deux hommes restaient quelques instants sans parler et pour rompre le silence, Simon proposait à son ami :

— Viens ! Je crois qu’elle nous attend ! C’est la première fois que nous faisons cela, mais elle

    Avait très envie de toi et je t’avoue que j’en avais aussi envie. Alors n’ai aucune inquiétude,

    Cela restera notre secret ! Tu as envie de venir lui faire l’amour ?

— Oh oui ! Mais tu crois qu’elle va vouloir maintenant ?

— Allez viens, et tu verras bien qu’elle nous attend !

Diffuse en direct !
Regarder son live