Le site de l'histoire érotique

Retour en France

Chapitre 2

Poursuite de la punition d'Audrey

53
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 11 645 fois

53

1

Accroupie au sol, le souffle court, Audrey jette sur Aline un regard étonné


— Je ne te connaissais pas comme cela.

— Moi je ne connaissais pas ma meilleure amie, qui me piquait mes mecs, qui a voulu piquer mon mari. Pourquoi ? Et reste comme cela !


Audrey obtempère tout de suite et, en attendant les explications, je savoure la vision de ma femme, nue, la poitrine frémissante, debout au-dessus d’une Audrey le visage et les seins encore humides de mon plaisir, dans une position semi-assise sur les genoux et encore essoufflée d’un orgasme d’une rare intensité, et l’expression... Hmm un peu comme si elle n’avait jamais connu le plaisir.


— Allez je t’écoute !

— T’étais toujours la première, tu avais réponse à tout, et pourtant tu ne la ramenais jamais, t’avais des amis et tout.

— Et tout quoi. Vas-y crache !

— J’étais jalouse merde !

— Mais toi aussi tu as toujours réussi, on discutait on parlait, tu es super jolie et tu me piquais mes petits amis. Et en plus tu les larguais rapidement d’ailleurs.


Je regarde Audrey et son expression envers ma femme me confirme ce que je soupçonnais. Aline n’a pas encore compris mais à ce rythme cela ne saurait tarder.


— T’étais si cool,

— Juste parce que je suis cool, tu voulais piquer mon mec ?!

— Non, c’est, enfin, c’est... Enfin lui aussi est cool, et puis tu sembles heureuse, et puis...


J’ai pitié d’Audrey et j’interviens.


— Aline, ce qu’Audrey n’arrive pas à t’avouer, c’est le vrai motif de sa jalousie...

— Qu’est-ce que tu veux dire, le vrai motif de sa... Et puis Aline réalise. -Oh bon sang comme j’ai été aveugle !


Elle regarde Audrey qui, les yeux rouges est au bord des larmes se tient toute en tension comme un arbre vacillant dans la tempête et lui dit


— Lève-toi et viens me rouler une pelle et, comme Audrey me regarde et n’ose bouger, elle rajoute

— Tu l’as dit on est cool.


A la vitesse de l’éclair, Audrey se relève, et se rapproche d’Aline et hésitante dit en désignant son visage " Mais je suis, je... "


— J’aime son foutre, t’inquiète pas et obéis.


Elles se serrent l’une contre l’autre et se roulent une galoche MONUMENTALE (les majuscules sont de mise !)

Pendant une bonne minute, ce ne sont que mains virevoltantes sur le corps de l’autre, gémissements, ballet de langues entre elles, leurs deux corps sont imbriqués et puis Aline la repousse et lui dit


— N’empêche que tu t’es conduite en traîtresse et que ce nest pas la première fois ; et en plus si tu n’aimes pas les hommes.

— Mais je nai rien contre eux, c’est juste que... enfin

— Oui ?

— Je nai jamais vraiment pris mon pied avec un mec voilà ! C’est agréable mais là avec toi, euh vous j’ai pris un pied incroyable.

— Malgré ma colère. ?!

— J’ai toujours eu envie de toi, déjà à la fac, et puis là, ce que tu as fait enfin...


Aline ne répond pas tout de suite et je vois tourner les rouages de son cerveau après le semi-aveu d’Audrey... Il faut dire que ces dernières semaines, elle s’est découvert un goût certain pour les jeux de domination.


— Je vais avoir beaucoup de mal à te pardonner tu sais

— Ne me rejetez pas, je, je veux rester avec vous, je sais que j’ai mal agi, je veux me faire pardonner si tu me laisses une chance.

— Hmm, il faudrait quand même que tu comprennes que c’était mal,

— J’ai compris, j’ai compris s’écrie Audrey


Aline sourit vicieusement et rajoute : Je ne suis pas vraiment sûre, qu’en penses-tu Axel ?


— Une punition devrait aider à ce qu’elle comprenne mieux je pense et serait méritée, qu’en dis-tu Audrey, tu reconnais mériter d’être punie ?

— Euh oui, oui

— Alors dis-le clairement.

— Je, je mérite d’être punie.


Je regarde Audrey qui arbore un sourire mi-figue, mi-raisin et semble doucement comprendre ce que son aveu implique... Aline s’est assise sur le lit et regarde son amie, le regard brillant et l’air dominateur.


— Alors puisque tu es d’accord viens prendre ta fessée.


Audrey hésite un quart de seconde puis bascule dans sa nouvelle vie en venant prendre position ; couchée sur les genoux d’Aline, la croupe surélevée et offerte. Elle attend ; le corps tremblotant un peu. J’admire le spectacle, la tension érotique qui s’en dégage.

Aline lui assène une forte claque sur une fesse suivie immédiatement de sa sur sur l’autre fesse.


— Aaah !


— Pardon ? fait Aline

— Rien rien répond sa victime qui se tait et encaisse une fessée assenée de main de maîtresse.


Aline alterne fortes claques et main abattue plus doucement de façon à ce que sa victime ne sache jamais à l’avance ce qui va lui arriver

Le petit postérieur d’Audrey commence doucement à rougir en même temps que ma queue commence à reprendre de la vigueur. Surtout il me semble qu’Audrey commence à tendre ses fesses plus haut et quelques gémissements réprimés émanent d’elle malgré ses efforts pour se taire.

La fessée se poursuit encore un peu et il est maintenant flagrant que la victime est devenue totalement consentante

Aline s’arrête, caresse les fesses, passe la main entre les deux beaux globes jumeaux et d’un ton faussement outré s’adresse à moi :


— Chéri c’est lamentable, cette petite perverse apprécie sa punition, elle est toute mouillée

— Mais c’est honteux fais-je en entrant dans le jeu. Tu es vraiment sûre ?


Aline introduit deux doigts dans la chatte d’Audrey, fait quelques mouvements de va-et-vient avec ses doigts et me les tends brillants et humides en disant - regarde-toi même, cette petite salope mouille comme une folle.

Je m’approche, lèche les doigts que ma femme me tend, savourant le goût délicat de l’intimité de son amie, remplaçant dans le même temps ses doigts par les miens, savourant la chaleur de sa petite chatte lors de quelques rapides allers-retours avant de rajouter " Tu as raison, cette petite chienne est trempée, "

Il faut dire que dans le même temps, la maîtresse du jeu caresse les fesses de notre victime d’une main et serre un sein avec l’autre arrachant des petits cris de plaisir à notre soumise.

Je dis soumise, car Audrey apprécie visiblement ce rôle, son corps en donnant les preuves formelles

Nous continuons notre manège en nous jetant quelques coups d’il rapides, tous les deux sur la même longueur d’onde, alternant caresses, petits claques et mots crus susurrés à l’oreille d’Audrey


— Elle aime ça la petite salope hein ?

rrwlbwew

— Oui c’est bon, c’est bon

— Tu aimes te faire branler petite chienne ?

— Oui, oui

— Je veux l’entendre...

— Oui, mmm, la petite chienne aime ça,

— Et ça tu aimes ? demande encore Aline en lui glissant un index humide entre ses fesses que j’ai écartées pour faire apparaitre un mignon petit trou ombré

— Hmmm putain c’est bon

— Tu es vraiment étroite, on ne ta jamais sodomisée ?

— Non, non, mais là c’est bon.


Nous amenons au sommet du plaisir une Audrey qui se tortille de plus en plus et tend son petit cul pour se faire masturber et après un regard de connivence, stoppons d’un coup


— Il ne faudrait pas qu’une punition se transforme en récompense, tu ne le mérites pas

— Si, je veux être punie s’écrie Audrey qui s’est remise accroupie devant sa sublime maîtresse.

— Suffit, tu n’as rien à demander


Aline toujours assise, ouvre les jambes, dévoilant sa fente tout aussi humide et brillante que celle de sa victime et commande " viens me lécher, là au moins ce sera une vraie punition !"

Audrey ne demande pas son reste et s’empresse de se jeter langue en avant pour laper, déguster, sucer la chatte de ma femme.

Aline rejette la tête en arrière, savourant le lapage en règle auquel se livre si volontiers Audrey.


— Ça va ma chérie, tu la punis bien ?

— Oui, je l’oblige à mettre sa langue dans ma chatte, elle me mordille les lèvres, je suis contente ce doit être horrible pour elle.


Je m’approche et j’écarte les cuisses d’Audrey qui ne s’arrête pas pour autant de lécher. Des bruits de succion s’élèvent et je vois sa langue s’agiter sur toute la sublime fente de ma princesse.

La fente d’Audrey est bien ouverte et coule abondamment tant cela l’excite.


— Je vais vérifier qu’elle n’est pas excitée

— Vérifie bien i ne faudrait pas que cela lui plaise


Je fais pénétrer deux doigts dans son abricot mûr et juteux, juste au bord et Audrey pousse son corps vers moi, cherchant une pénétration plus profonde. Une petite claque sur sa fesse pour qu’elle comprenne qu’elle ne doit pas bouger, un gémissement de frustration et je fais aller et venir mes doigts.


— Punis la encore mon chéri mets lui un doigt dans son petit trou


Je m’empresse de plonger l’index dans son mignon petit trou qui bien lubrifié par sa mouille entre plus facilement


— Je sens qu’elle déteste cela, elle me lèche plus vite, c’est boooon.


De plus en plus de gémissements se font entendre et Audrey n’arrive plus à se retenir de trémousser et d’agiter son petit fessier. Elle est cambrée en arrière et je profite de la vision excitante de mes doigts qui pistonnent sa chatte et son cul.

Aline halète mais parvient à se redresser et me dit entre deux soupirs:


— Je crois quil faut la punir plus non ?

— Tu as raison, ce n’est pas assez !


Je redresse Audrey, qui a un air hagard, les yeux brillants, quasi hallucinés, des gouttes de sperme séché dans les cheveux le visage couvert des sucs d’Aline haletante, la salive lui coule sur le menton, les veines du cou qui palpitent, encore une fois stoppée au bord de l’orgasme mais qui se laisse totalement diriger, je la fais se coucher sur le dos, Aline se place à quatre pattes au-dessus d’elle et lui intime l’ordre de ne pas bouger.

Je me place derrière Aline, mon sexe tendu, d’où coule un peu de présperme tant je suis excité par nos jeux.

Je baisse mon regard vers une Audrey tendue et lui dit de me mettre en place. Elle obéit immédiatement et saisit ma queue bandée qu’elle introduit dans la moiteur d’Aline. Celle-ci pousse un long feulement de contentement et je commence doucement à m’introduire en elle. Elle est totalement trempée et, dès ma première poussée, je la possède jusqu’à la garde.

J’entame un rythme régulier et lâche juste un " lèche-nous petite chienne " repris en écho par ma femme. Notre amie obéit et sa langue entame un ballet entre le clitoris d’Aline et ma queue

La sensation est dingue, la chaleur, la moiteur du sexe d’Aline, la langue d’Audrey, la sensation de la diriger, Aline et moi montons rapidement crescendo dans le plaisir.


J’ai du mal à ne pas accélérer le rythme tant c’est excitant, craignant de jouir à chaque instant, et quand enfin, Aline crie son plaisir je la suis immédiatement dans l’orgasme, mes coups de reins scandent mon éjaculation et je crie moi aussi mon plaisir.

Aline s’affale sur le côté, vaincue par la puissance de son plaisir, tout aussi démultiplié que le mien, et je retombe de l’autre côté d’Audrey, encore une fois stoppée au bord du plaisir.

Nous nous regardons et sourions avec Aline, regardant Audrey rouge d’excitation, prête à exploser.


— Elle est belle notre petite chienne non ?

— Oui, je crois qu’elle mérite finalement une récompense non ?

— Tu as raison, je vais lui en donner une. Ouvre la bouche ma chérie.


Aline se place cuisse écartée au-dessus du visage d’Audrey et écarte ses lèvres laissant couler sa mouille et mon sperme dans la bouche de notre esclave


— Mais n’avale pas !


Audrey ne peut répondre car des gouttes blanches et translucides coulent dans sa bouche grande ouverte, ses joues se gonflent doucement et ses yeux sont vitreux de plaisir.


— Putain c’est si bon d’être vicieuse... Oh Axel, j’aime ça

— Ma vicieuse à moi.


Elle se colle alors contre Audrey et échange avec elle un long baiser pendant que je masturbe notre amie qui a, après tout, mérité son plaisir.

Elle dégouline véritablement, son corps s’arcboute pendant que j’enfonce mes doigts en elle et la branle profondément tout en regardant leurs langues jouer avec notre plaisir, c’est brûlant de tension et, enfin, Audrey qui n’en peut plus jouit dans un long cri, abandonnant le baiser partagé, tout le corps tendu dans le paroxysme du plaisir.