Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Lue 19 023 fois
  • 21 J'aime
  • 0 Commentaire

Retour d'un séminaire

Chapitre 1

Gay

Retour d’un séminaire


Etant gendarme en province, je suis obligé de me rendre à la capitale afin de suivre un séminaire de perfectionnement. Ce séminaire doit se dérouler du lundi au samedi soir.

Il est convenu avec mon épouse que je rentrerai le dimanche dans la journée.

Agé de 45 ans, je décide donc de quitter mon domicile le dimanche précédent le séminaire afin d’être bien reposé pour assister à ce dernier et ne pas nuire à la suite de ma carrière.

Le séminaire se déroule normalement.

Suite à un problème à l’état-major de la gendarmerie, le séminaire se termine le vendredi soir au lieu du samedi.

Afin de faire une surprise à ma tendre femme, je décide de reprendre la route après le repas du soir, pour rejoindre mon domicile.

Je quitte à la capitale à bord de ma voiture et je m’apprête à couvrir les quelques centaines de kilomètres me séparant de ma maison.

Je compte arriver chez moi à l’heure du déjeuner. Je m’imagine déjà la tête de ma femme me voyant arriver avec les croissants tous chauds.

Après une première halte pipi, me voici obligé d’en effectuer une seconde. Il m’est impossible de tenir encore 200 kilomètres avant de rentrer chez moi.

Je m’arrête sur une aire de l’autoroute pourvue de toilettes.

Il n’y a que quelques voitures arrêtées sur cette aire de stationnement et tout semble calme.

Je me rends aux toilettes des hommes et satisfait à mon besoin naturel.

Alors que je termine, la porte des toilettes s’ouvre brusquement. Deux hommes, des arabes entrent.

Ils se dirigent vers moi et les deux hommes sortent chacun un couteau. Le plus grand place son couteau sur ma gorge et me crie avec son accent typique : « DONNE TON FRIC. DONNE TON PORTEFEUILLE. DONNE TA VESTE ET TES BIJOUX ».

Je sors mon portefeuille de la poche de mon pantalon et le remets à l’arabe près de moi tandis que l’autre a toujours son couteau posé sur mon cou.

Je me défais de ma veste que je leur tends également.

Pendant ce temps, le plus petit des arabes s’adresse à son copain en disant : « HE, KARIM. C’EST UN FLIC. REGARDE SA CARTE AVEC LE DRAPEAU TRICOLORE ».

Karim répond : « AHMED, ON AVAIT DIT PAS DE NOM. MAINTENANT, IL EST TROP TARD MAIS ON VA S’AMUSER ».

S’adressant à moi, Karim me dit : « MAINTENANT, TU TE FOUS A POIL ».

Je les dévisage mais je ne bouge pas. Ahmed s’approche de moi et me balance une forte gifle en hurlant que je dois obéir à son copain. Dans le même temps, il bloque la porte d’entrée des toilettes.

Mes deux agresseurs se faisant plus menaçants, je commence à m’exécuter. J’enlève ma chemise, mes chaussures et mon pantalon. Me voilà en slip et en chaussettes. Je ne bouge plus et j’attends la suite.

Directement, une seconde gifle s’abat sur mon visage. Karim hurle : « TU NE COMPRENDS PAS LE FRANÇAIS. A POIL QU’ON T’A DIT ».

J’enlève mes chaussettes et je me décide donc à enlever mon slip. Me voilà complètement nu, dans des toilettes d’autoroute à 4 heures du matin, menacé par deux arabes.

Je reste dans le coin des toilettes sans oser bouger ou dire le moindre mot.

Ahmed s’adresse à son complice en disant : « T’AS VU QUELLE PETITE BITE, IL A POUR UN FLIC ».

Karim s’adresse à son complice en lui disant qu’il va me fouiller pour voir si je ne cache plus rien.

Etant nu, je me demande ce qu’il veut dire par cela.

Karim s’approche de moi et m’attrape par les cheveux. Il me tire vers le milieu la pièce, face à Ahmed.

Arrivé devant Ahmed, Karim vient se placer derrière moi et d’une tape sur le dos il me fait comprendre que je dois me baisser. Ahmed me tient par les cheveux et m’oblige à rester penché.

Karim m’écarte violement les jambes et m’ordonne de ne plus bouger.

A ce moment, je hurle suite à une forte douleur provenant de mon anus. Karim vient de m’introduire un doigt dans ce dernier. Il fait bouger son doigt en fouillant mes sphincters.

Il retire son doigt pour directement en introduire deux. La douleur se fait plus forte. Il recommence son manège mais en faisant ressortir puis entrer ses doigts.

Il déclare ensuite à son copain que rien ne semble être caché à cet endroit.

Karim approche ses doigts de ma bouche et m’oblige à les lécher pour les nettoyer. J’ai des nausées en lui nettoyant les doigts salis de mes sécrétions anales mais je m’exécute.

Ahmed signale à son compère qu’il reste un endroit qui n’a pas été vérifié. Il m’oblige à me mettre à genoux. Ahmed ouvre son pantalon et sort un sexe assez long mais pas trop épais. Il est à demi bandé.

Ahmed me dit : « OUVRE LA BOUCHE, SALOPE DE FLIC ».

Je refuse. Je reçois une claque sur la nuque, donnée par Karim. Ahmed me frappe les joues avec sa queue.

Suite aux coups, je finis par ouvrir la bouche. Directement, Ahmed me fourre sa queue dans ma bouche en la rentrant profondément. J’ai des hauts le cour.

Ahmed fait aller sa queue dans ma bouche, à gauche, à droite, dans le fond de mon gosier. Maintenant, il bande complètement. Sa queue est bien dure.

Me tenant fermement par les cheveux, Ahmed est occupé à me baiser la bouche. Il me dit de le sucer mais de faire attention à mes dents sinon ce sera ma fête. Me voilà obligé de sucer un homme pour la première fois.

Ahmed sort sa queue et m’oblige à la lui lécher. Je suis obligé de lécher et sucer ses couilles.

Pendant se temps Karim m’a fait redresser, tout en restant penché pour sucer la queue de son copain.

De nouveau, il m’introduit deux doigts dans le cul. Il les fait tourner. La douleur est encore là mais moins vive que la première fois.

Karim signale à son compère qu’il va vérifier s’il a bien fouillé ma bouche. Ahmed sort sa queue de ma bouche et s’écarte tout en m’obligeant à rester penché.

Karim, qui avait enlevé son pantalon s’approche de moi. Sa queue est plus petite mais plus épaisse que celle d’Ahmed. Il me la fait lécher sur toute sa longueur puis me la fourre en bouche.

Dans ma bouche, elle grossit encore et devient très dure. Il m’enfonce sa queue le plus profondément qu’il peut, la sortant puis la rentrant.

Pendant ce temps, Ahmed s’est placé derrière moi. J’entends un raclement de gorge et je sens un liquide tiède couler sur mes fesses. Je viens de me rendre compte qu’il vient de me cracher sur mon trou du cul.

Des doigts massent un peu ce dernier. Une vive douleur se fait sentir. Je ne peux crier à cause de la queue de Karim dans la bouche.

Ahmed est occupé à m’enculer. Il s’est enfoncé d’un coup au fond des sphincters. Il se retire aussitôt pour se réintroduire aussi vite. Il continue ses mouvements d’allers retours durant de longues minutes en disant : « ALORS SALE FLIC, T’AIME LES BITES DES ARABES. C’EST BON DE BAISER UN FLIC ».

Avec le temps, la douleur s’atténue mais est toujours présente. Parfois, Ahmed se retire complètement, crache sur mon cul pour ensuite replacer sa queue au fond de mes intestins.

Durant ce temps, Karim continue à se faire sucer. Je reçois de temps en temps une gifle afin de m’appliquer sur la fellation.

Je sens au comportement de Karim qu’il va bientôt éjaculer. J’espère qu’il va se retirer à temps.

Espoir vain. Karim se met à râler et enfonce sa queue dans ma bouche. Un premier jet de foutre épais, amer et salé vient s’écraser sur mon palais. Il est suivi de quelques autres moins copieux mais tout aussi épais. Il garde sa queue bien enfoncée dans ma bouche m’obligeant de cette manière à avaler son foutre si je ne veux pas étouffer. J’en avale une grosse partie mais quelques gouttes s’échappent de la commissure des lèvres et s’écoulent sur mon torse. Karim me dit : « ALEZ ! BOIS DU BON FOUTRE D’ARABE, SALOPE DE FLIC. T’EN REDEMENDRAS ».

Karim retire sa queue et me la fait lécher pour la nettoyer.

Voyant son copain jouir, Ahmed se met à râler également et à me marteler le fondement.

Il s’agrippe à ma taille et s’enfonce au plus profond de moi. Je le sens jouir. Je sens les jets chauds de son foutre tapisser mes entrailles.

Après avoir bien juté, il se retire de mon cul.

Ahmed approche sa queue de mon visage et me dit : « NETTOIE MOI LA BITE, SALOPE ». J’ai de nouveau des nausées en lui nettoyant son sexe maculé de sperme et de sécrétion anales.

Lorsque sa queue est bien propre, ils me poussent dans le coin de la pièce et ils allument une cigarette.

Bien que sentant le foutre couler le long de mes cuisses, je pense que mon calvaire prend fin et qu’ils vont partir.

Erreur de ma part.

Après avoir terminé sa cigarette, Karim s’adresse à moi : « APPROCHE. METS TOI A GENOUX. SUCE NOUS LA BITE POUR NOUS REMETTRE EN FORME. »

Résigné, je me mets à genoux devant eux et je les suce. Je passe d’une queue à l’autre, les suçant, les léchant jusqu’à ce qu’ils bandent.

Ils me font alors remettre dans la même position qu’avant (jambe écartées et penché vers l’avant).

Karim me dit : « MAINTENANT, C’EST A MON TOUR DE T’ENCULER ». Il vient se placer derrière moi. J’ai peur car sa queue bien que plus petite est nettement plus grosse que celle d’Ahmed.

Karim frotte sa queue le long de mes cuisses afin de l’humidifier avec le sperme d’Ahmed.

Il place son sexe à hauteur de ma rondelle et pousse. Je crie tellement j’ai mal. Profitant que j’ai la bouche ouverte, Ahmed me fourre sa bite au fond de la gorge. Je ne peux émettre que quelques râles entre les hauts le cour provoqués par la queue au fond de mon gosier.

Ma rondelle a cédé et Karim s’est enfoncé au fond de mon anus.

Il se met à aller et à venir puissamment comme s’il voulait me trouer les intestins. La douleur s’atténue lentement mais reste persistante.

Après quelques minutes qui me semblent très longues, les mouvements de Karim et d’Ahmed se font plus saccadés. Ils jouissent tous les deux en même temps. Je sens les jets de sperme de Karim dans mon fondement tandis qu’ Ahmed m’envoie plusieurs giclées de foutre au fond de mon palais. Je suis obligé d’avaler la semence salée et épaisse d’Ahmed.

On me fait mettre à genoux et le même rituel de nettoyage recommence.

Lorsque ce dernier est terminé, je dois rester à genoux avec les mains sur la tête.

Les deux compères se mettent à fouiller mes vêtements qu’ils avaient jetés dans un coin de la pièce.

A ce moment, on frappe violement à la porte d’entrée. J’espère que c’est une patrouille de collègues et que mon cauchemar va prendre fin.

Mon espoir est de courte durée lorsque j’entends une voix dire : « EH, Y A MOYEN DE PISSER ICI ». C’est un chauffeur routier.

Karim débloque la porte et laisse entre le chauffeur. Ce dernier marque un temps d’arrêt en voyant la scène : au milieu de la pièce, moi nu à genoux et les mains sur la tête, Karim à côté de la porte, la queue à l’air et Ahmed, devant moi, la queue à l’air également et tenant mes vêtements.

Avant que le routier ne soit revenu de sa surprise, Karim lui dit : « SI T’ES EN MANQUE, C’EST LE MOMENT. LA SALOPE SUCE, AVALE ET SE FAIT ENCULER GRATIS ».

S’adressant à moi, Karim me dit : « TOURNE-TOI. MONTRE A MONSIEUR QUE T’ES UNE BELLE SALOPE OBEISSANTE. ALLEZ PASSE LA LANGUE. ECARTE TES FESSES ».

J’obéis aux directives de Karim. Je me tourne, montre mon visage taché de sperme et de salive, j’ouvre la bouche et je passe la langue. Quelques filets de sperme s’écoulent de ma bouche ouverte.

Je me redresse un peu et à l’aide de mes deux mains, j’écarte mes fesses. Je sens du sperme s’écouler de mon anus et se répandre sur l’intérieur de mes cuisses déjà tachées.

Le routier me regarde mais son regard a changé.

Il s’approche de moi, se déboutonne et sort sa queue. Cette dernière est de taille moyenne et sent la pisse. Il approche sa queue de ma bouche et me dit : « SUCE SALOPE ».

Je me mets à le sucer malgré l’odeur. C’est ma troisième fellation en une heure.

Il me fait également lécher ses couilles. Elles sentent fort. Il doit y avoir quelques temps qu’il n’a pas pris de bain.

Lorsque sa queue a bien raidi, il se retire de ma bouche.

Il me fait retourner et m’encule sans aucune fioriture. Heureusement, l’enculage de Karim a bien dilaté mon anus et je ne ressens plus de douleur.

Le routier s’acharne sur mes reins me tenant par les hanches. Après une vingtaine de va et vient, il jute dans mes entrailles. Il se retire. Commençant a avoir l’habitude, je me retourne et je lui nettoie sa queue.

Je le fais machinalement et je n’ai plus de haut le cour.

Le routier s’écarte de moi. Karim m’ordonne de reprendre la position (à genoux, mains sur la tête).

Le routier discute avec les deux compères qui entre temps se sont rhabillés. Le routier satisfait son besoin naturel et quitte les lieux me laissant avec mes tortionnaires.


Mon cauchemar va-t-il prendre fin ?

Diffuse en direct !
Regarder son live