Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 677 fois
  • 4 J'aime
  • 0 Commentaire

Retour vers Yann

Chapitre 1

Lesbienne

Nous sommes un samedi soir. Mon amant du mois, j’en change souvent, finit de me sodomiser. Il vient de jouir dans mon cul, j’ai bien aimé quand sa bite se contractait dans mon sphincter. C’est mon moment de jouissance favori. Il me donne, comme d’habitude, sa bite pour la sucer. Normalement j’aime ça. Aujourd’hui, je fait un rejet. Je pense à une amie que je n’ai pas revue depuis un ans, environ.

C’est une drôle d’impression d’être dans les bras d’un homme et de penser à une ex. En plus, j’ai besoin d’elle maintenant, pas dans huit jours.

À peine sortie, je m’empresse de l’appeler. Le portable sonne un tout petit moment, malgré l’heure tardive, elle répond :


— Allo, c’est toi Yann ?

— Oui,

— Tu me reconnais, Tania !

— Tania ? Mon Dieu, je pensais à toi tout à l’heure. Qu’est-ce qui t’arrive ?

— Pas grand-chose, sinon que j’ai eu envie de toi, tout à l’heure, en me faisant mettre par derrière !

— Quand tu te fais enculer, tu penses à une fille !

— C’est plus compliqué à l’expliquer. On peut se voir ?

— Si tu veux, maintenant ?

— J’arrive !


Elle loge tout en haut d’un immense immeuble, au dernier étage, j’ai le temps de réfléchir dans l’ascenseur. Elle attend sur le palier, je me précipite vers elle pour l’embrasser.


— J’ai réellement envie de toi, de ton corps de tes mains, de la langue de tout... !

— Entre, au lieu de dire des sottises !


Je n’ai même pas fait attention qu’elle était nue. Nue, sans pudeur, sur son palier. Ce n’est quand entrant chez elle qu’elle me prend dans ses bras.


— Tu m’as laissée tomber, pourquoi ? Pour un mec ? Si c’est pour une bite, nous pouvons nous arranger pour trouver un type qui baise une fois avec nous deux.

— Non, je suis parti avec un type que je trouvais sexy : je ne m’étais pas trompée, il baisait bien et longtemps, en plus, il me suçait moins bien que toi, par contre, il savait m’enculer.

— Et là, tu viens de te faire mettre où ? Devant, pour finir derrière ! Je sais le faire avec un bon gode que j’ai !


Elle a raison, je l’ai laissée tomber lâchement.


— Ne m’engueule pas, j’ai besoin de ta langue !

— Je ne t’en veux pas puisque tu es revenue. Tu veux ma langue, prends-la dans ta bouche.


Ce n’est pas un baiser, c’est simplement une pénétration, ma langue se mêle à la sienne. Pendant qu’elle me déshabille, le baiser continue. Elle m’excite terriblement. Je retrouve ses seins contre les miens. Pourquoi j’ai été aussi bête pour la laisser tomber ? Je pousse mon pubis contre le sien. Elle me fait écarter les jambes pour passer une des siennes. Sa cuisse monte vers ma chatte : j’y frotte mon bas-ventre. Mon clitoris revient là où il n’aurai jamais dû partir. Je gémis de plus en plus fort. Le plaisir arrive vite. J’essaie de maîtriser l’orgasme en vain. On ne dirait pas que j’ai déjà joui plusieurs fois avec ce dernier amant.

Nous allons dans la chambre. Elle s’allonge, le corps sur le lit, les jambes écartées dehors. Elle ne demande rien, je sais ce qu’elle veux.


À genoux, j’adore ma nouvelle déesse : sa chatte ! Je retrouve l’odeur, à peine oubliée, de son sexe. Je commence à m’affairer avec ma langue. Au fond de moi je me souviens


    oooOooo


Notre première fois, c’était il y a deux ans. Je venais d’être larguée pars un mec. De toutes les personnes que je connaissais, la seule à se soucier de moi, à essayer de me consoler, fut Yann. Nous étions chez elle, buvant un thé qu’elle venait de préparer.


— Méfie-toi des hommes, ils tirent leur coup pour te laisser tomber après, ce n’est pas comme les filles !

— Qu’est-ce qu’elles font, les filles ?

— Ça... !


Elle m’embrasse sur la bouche comme l’aurait fait un garçon, avec plus de douceur. Je reste un moment sans répondre. Je ne réagis que quand elle me prend par le menton. Malgré moi, j’accepte sa langue. Elle me caresse le visage, m’embrasse dans le cou. Sans plus rien dire, elle me caresse la poitrine, au point de me troubler tellement que j’ai envie qu’elle aille bien plus loin. Je suis contente quand elle pose une main sur un genou. Elle monte à l’intérieur de la cuisse, jusqu’à mon string. J’ai les jambes tellement écartées que je ne peux plus l’empêcher de me caresser sous le string.

Deux doigts de fille sur ma chatte, j’en reste étonnée, excitée, prête à tout. Le tout arrive vite quand elle me caresse mon clitoris. Ma première fois avec une fille. Yann a su me faire jouir sans problème, elle a recommencé aussitôt après. J’ai encore joui.

Elle m’a demandé de lui rendre ce qu’elle m’avait donné. J’ai réussi à la branler. Pour une fille, c’est facile d’en masturber une autre. Je l’ai faite jouir. J’étais fière de moi.

Quand j’ai eu fini, elle m’a demandé de me déshabiller. Je l’ai fait sans problème, parce que j’attendais une suite. Je finissais quand elle m’attendait. J’avais en face de moi, un corps parfait, des seins que j’enviais.

Elle est venue me prendre dans ses bras, comme l’aurait fait un garçon, sauf qu’elle avait des gestes féminins, très doux. Elle m’a embrassée les deux seins, sa bouche est venue naturellement sur ma chatte. J’ai sursauté quand sa langue a touché le clitoris, pourtant je me suis donnée. Quel plaisir que sa langue sur la chatte, elle est passé partout, même, ce qui sur le moment m’a étonnée, sur l’anus.

Elle n’a sauté aucun trou, elle est entrée partout, de ma bouche au vagin et au petit trou qu’elle a élargi assez pour me faire jouir. Je ne savais pas qu’un fille pouvait me donner ce plaisir, normalement dévolu à une bite.



    oooOooo


Maintenant, je lui donne du plaisir. Je sais tout faire avec elle. J’aime, en plus, la baiser ainsi. Je sais qu’elle aussi, aime me faire jouir. Je vais tenter un autre modèle. Quand je la fais jouir, après la masturbation, je reviens sur sa chatte avec un sein. J’ai envie de sentir l’effet de son sexe sur ma poitrine. Je crois bien faire, elle lève la tête pour voir. J’écrase mon sein sur le clitoris. Je bouge la poitrine sans arrêt. Je sens une drôle d’impression contre le mamelon : Yann jouit.

Je viens à ses côtés, nous nous embrassons, elle me lèche le sein qui vient de me servir pour la faire jouir.


— Attends un peu, nous allons nous faire jouir avec les clitoris unis !

— Comment allons-nous faire ?

— Mets-toi sur le dos, jambes écartées !


Curieuse de cette façon de faire dont j’ai entendu parler, j’accepte aussitôt. Elle me demande de lever une jambe pour passer facilement une cuisse. À force de chercher, nous nous retrouvons con contre con. Le moindre mouvement fait que nous nous caressons les deux endroits sensibles, comme si nous étions un couple mixte ; sauf qu‘entre nous, il n‘y a pas de bite. C’est agréable, pas très fort. Alors, elle sort un double gode. Je ne lui connaissais pas.

Maintenant, elle reste maître du jeu ; Elle me baise avec un bout, en faisant aller et venir le gode. Je suis sur le point de jouir quand elle arrête, pour se mettre l’engin dans son sexe. Je lève la tête pout tout voir. Sa main, entre nous deux, manœuvre le gode.

Yann, la première, jouit. Heureusement qu’elle est une femme, elle peut jouir plusieurs fois de suite, alors elle continue. Je soupire fort jusqu’au moment où j’éclate dans un immense orgasme !


Je ne la quitterai plus, sinon pour tirer un coup avec une vraie bite !

Diffuse en direct !
Regarder son live