Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 5 047 fois
  • 2 J'aime
  • 0 Commentaire

Un rêve de Femme

Chapitre 1

Divers

La torture de Vincent....


Dès les premiers jours de mariage, j`ai pu remarquer qu?Efi avait, sinon des penchants exhibitionnistes, du moins une propension que j`apprécie beaucoup à dévoiler ses seins et à croiser les jambes très haut sous ses jupes droites et plutôt courtes. Elle porte de façon habituelle des chemisiers largement échancrés sur ses seins nus, qu`elle a, et elle aime visiblement sentir sur elle le regard des hommes. Je ressens de la jalousie, une jalousie qui me pique et me brûle, en même temps que je bande devant ce spectacle dont j?ai tellement rêvé de vivre. Jamais, je n’aurai pu se douter que ma femme stricte, à l’allure de sainte nitouche, quelqu’un qui semblait plutôt rechercher l’anonymat, cachait en fait, une nymphomane. Elle savait que le sexe est beau et envoûtant. Etre une belle femme épanouie qui se connaît et assume ses désirs est une source de plaisir immense. Elle sait que c`est une chance. Quelle chance ? Elle attire beaucoup les hommes et elle adore le sexe. Mais être une belle femme, enfin surtout une femme qui attire, avait de nombreux avantages; non seulement elle peux choisir son amant à son gré mais surtout… ils ont très envie d?elle. Efi adorait sentir qu?un bel homme a envie d?elle.

Elle réfléchit à la façon dont elle désirait passer l’été, la tête entre les bras, balançant sa croupe de temps à autres, comme flattée par les rayons bénéfiques et chaleureux. Elle en était dans ses rêves à se pendre au cou d’un charmant jeune homme. Je ne sais pas pourquoi, mais tous mes meilleurs copains ont toujours été des copines ! Non pas que je n’aie jamais eu envie d’avoir de merveilleux potes avec qui j’aurais pu parcourir le monde à vive allure.

Constatons simplement qu’ils ne tenaient jamais la distance. Au bout de peu de temps, l’idéal tombait en miettes. Mais maintenant, il y avait un voisin, un jeune homme qu?aimait boire des beeres, des cafés bavardant avec moi et ma femme Efi que lui plairait énormement. Elle percevait toujours la présence de Vincent près de nous. Vincent du Mans, celibataire à 21ans. Elle le trouvait beau et galant même si elle regrettait parfois ses attentions parfois exagérées et sa trop grande gentillesse. L?imense culture de Vicent de le Mans avait reveillé en elle les fantasmes. Elle finit par comprendre que Vincent était le responsable de cette possession sexuelle. Il est un collègue sympa, toujours de bonne humeur, toujours agréable. Il nous respecte Efi et moi. Mais il était un jeune homme vif et malicieux.

Il doit en mourir d`envie. Qui plus est, elle n`est pas mal faite. Elle a envie de le provoquer, de lui faire avouer le désir qu?il avait d`elle. Elle se sent riche des trésors qu?elle possède. Ils lui appartiennent, c`est son corps. Elle a le droit d`en disposer, de le montrer à qui bon lui semble. Elle a envie qu`on la regarde, elle avait envie d`être un objet de désir. Elle veut se sentir aimable. Bien sur, les hommes la lorgnent dans la rue, mais ils ne voient que sa surface, son apparence sociale. Elle a envie de plus, elle veut s`exposer, se montrer dans ce qu`elle a de plus intime. Pour elle, ce n`est qu?un jeu.

Elle alla à faire ses courses et Vincent au loin voit elle devant lui de dos, il ne vois que le blouson en cuir et un pantalon en Jean?s très collant qui moule une paire de fesses merveilleusement galbées, hyper feminines, sans pour autant qu’elle en devienne vulgaire, seule tache de couleur dans un visage blanc immaculé; car sa peau était très pâle, et sa chevelure,ses beaux yeux toujours cachée derrière ses lunettes de soleil, magnifique s’il en était, ne rehaussait pas le ton, étant d’un blond platine. Elle incarnait la douceur et la féminité même, la ronde de hanches est particulièrement mise en valeur par une taille très fine. Loin de la vision surfaite d`un mannequin. Il l?est sans idées particulière admirant sa demarche féline ainsi que le balancement de ses hanches affolantes. Elle s?arrête...repart...

s?arrête...Repart. Intrigué Vincent l?observe, en fait, elle semble suivre ou plutôt filer un homme inconnu qui marche devant elle.... Vincent n?avait pas hésité une seule seconde, et il continuait la suivi, afin de voir si elle était accompagné. Il peut dire qu?elle était une redoutable marcheuse. Malgré la foule, il avait eu un mal fou à lui garder dans sa ligne de mire, jisqu?a ce qu?il lui perde de vue définitivement. ’ Où est elle ’ Il se demandait...

Le plaisir de la presence de mon ami Vicent plusieurs fois chez nous qu?avait allumé en elle ce feu. Chaque fois que les yeux croisent les de Vicent, elle tombait le charme. Elle croisait ses jambes et contracte ses muscles intimes, immédiatement un spasme de plaisir la submerge. Un peu de folie commençait à l?envahir. mais réussit à s’imaginer seule, en fermant les yeux. Elle disparut du champ de vision un moment. Elle alla à salle de bains...

Mariés depuis beaucoup ans, nous possèdons une maison, une vouture et un chien de race. Nous faison l?amour une fois par semaine, le rituel est établi depuis plusieurs années toujours le même. Efi appartient à cette categorie de femme qui croit à la vie de couple et l?égalité des sexes. C?est une femme belle et intelligente qui cerne bien la pyschologie mâle de son mari. Elle antecipe insidieusement dans leur vie. Elle connait toutes mes fantasmes et je soignais les siennes. Le sentiment profond d?être une source d?érotisme pour cette femme. Naturellement, la discution en vint au sexe bout d?un moment dans premier temps, puis la discussion dévia sur le sujet de nos premières experiences sexuelles. Efi tentait parler de tout à fait autre chose, de boulot, arts plastiques, musiques, etc... Mais nous tachions souvent depuis de quelques années de la pimenter en varient les situations de plus en plus des expériences nouvelles. Les choses se sont passés simplement, comme ça. Mon épouse Efi est ravissante, bien faite avec de seins parfaits et une chatte très appétissante d?autant plus qu?elle entourée d?une fourûre delicate, J?en suis très fier, et je prend toujours de plaisir à l?exhiber en public. Elle est capable de jouir dizaines de fois à la suite. Cette relation est basée sur la confiance en l?autre et sur une liberté sexuelle. Mais l?amour entre nous est toujours aussi fort, Un jour elle me confessait le suivante:

— Je suis inclinée à tenter de nouvelles esperiences sexuelles !

— Quelles experiences ?

— Je ne sais pas ! Avoir une aventure avec un partenaire plus jeune ou un homme de couleur !

Je suis estupefait plein de scène défilent dans ma tête. Mais elle continuait:

— Etrangement, je suis le choc, parce que je n?avais jamais observé nos ami Vicent du Mans comme étant un objet de désir. C?est purement sexuel et pour le moment, ça me comblait et c?est tout ce qui comptait.

Il pouvait être par ailleurs fort son amant, sa beauté était aussi frappant que sa grandeur.

— Pourquoi ? tu veux faire l?amour avec mon ami Vicent ?

— Eh bien. oui !

— Pourquoi, as-tu tant attendu ?

— Je na sais pas... Mais il est beau, sexy et je le veux...

Puis elle m?avoua alors qu?une de ses amies était sortie avec Vincent. Elle avait dit à elle combien il était bien membré, Elle vantait les dimensions de son chibre, puis elle ajoutait:

    - Et, je le veux dans moi ! Je veux le baiser, vraiment.

— Bien, si tu le veux vraiment. Je veux que tu fasses l?amour avec lui.

Pour moi, maintenant, faire l?amour signifie rechercher notre plaisir sans tabous, sans réserves.

Il faut inventer, créer situations, savoir se renouveller. Il ne faut pas être timide ( et pourtant et savoir exprimer sans pudeur ses désirs ou exigences dans le respect de l?autre. Il faut aussi savoir donner et partager...

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Il est parfois de ces rencontres entre un homme et une femme, qui, sublimant le quotidien monotone et convenu de chacun, donnent l?impression de vivre une autre vie, entre ciel et terre, une passion d?autant plus folle qu?elle est éphémère, un partage étrange et merveilleux de moments féeriques et pourtant réels, où l?un et l?autre viennent se fondre, se sublimer, réexplorer le monde, changer de personnalité, bouleverser les frontières habituelles. Ces expériences ne sont pas en elles-mêmes extraordinaires, mais en raison de notre totale complicité, elles prirent une toute autre dimension, tout simplement parce qu?ensemble nous n?étions plus nous-mêmes. Cette alchimie lorsqu?elle survient, est magique. Il me semble que c?est dans le domaine sexuel que nous l?avons merveilleusement accomplie, libres, libertaires et libertins.

Au lit, comme tous les soirs, nous en étions aux préliminares quand Efi caressant rêveusement mon sexe, reparla du bâton de chair de Vincent. Elle aimerait pert-être essayer un jour un sexe de vrai calibre...

Plusieurs hommes de tous âges se relayent pour entretenor la conversation avec elle. Sa façon de se tenir, de se déhancher, de mordre sa lèvre inferieure, et surtout son air de boire vos paroles en faisant visiblement la plus dangereuse des prédatrices sous ses airs angéliques. Elle vient d?attendre 39ans resplendissante comme on dit: L?âge où la femme atteint la pleine maturité autant physique qu?intellectuelle. Seulement ’ Resplendissante ’ n?est pas l?adjectif qui vient spontanément à la bouche de gens qu?elle côtoye dans la vie. Elle transcende l?universe dans lequel elle évolue. Au fur et à mesure que le temps a passé, elle a eu une entière confiance en moi. Malgré ses a-priori, nous avons fini par faire l?amour dans mon commerce (lorsque mes locaux étaient vides), plusieurs soirs par semaine. Elle, qui s?habillait très sage, a commencé (suivant mes conseils) à porter des vêtements de plus en plus sexy.

elle commencait doucement les travaux d’approche par quelques conversations anodines, des échanges de sourires. Il semble réceptif, elle captait parfois quelques regards vers son décolleté La dernière fois, au début de l?été, nous avions décidé de nous balader à la campagne dans la compagnie de Vincent.. Elle est impatiente de connaître ce lieu mais elle est également anxieuse. Pour l?occasion, J?ai demandé à Efi de porter des fringues hyper sexy car j`aime bien faire baver son bon Vincent. Comme ma coquine aime bien le titiller aussi, elle est partie chez elle pour choisir une tenue qu`elle me promit ’’. explosive’’. Elle avait mis un robe courte et légère, en tissus imprimé. De celle qui flotte au moindre mouvement. Comme c?est son habitude depuis quelques temps, elle ne portait rien sous sa robe (une autre de mes idées lubriques !) et quelques boutons du bas étaient dégrafés, montrant le haut de ses cuisses, une fois assise. C`était un dimanche, il avait fait beau toute la journée et il revenait fourbu d`une ballade qui l`avait emmené plus loin que prévu.

La descente de la voiture fus encore plus saisissante, la climatisation ayant anéantie les odeurs, ainsi que la chaleur de l’endroit. Se fut alors comme une bouffé d’oxygène après une longue plongée en apnée. La chaleur mêlée aux odeurs de pins et d’herbes fraîchement coupées, on était au coeur d?un bois et l`air était doucement parfumé. Sa robe fait beaucoup d’effet, il me dévore des yeux tout le trajet. Elle se tenait à côté d?une arbre, l?air détaché, pendant que je parlait avec nos ami.

-Vicent, peux-tu nous dire franchement comment tu trouves l?Efi ?

— Tu veux dire physiquement ?

— Oui, bien sûr !

— Je la trouve plutôt mignonne, pourquoi ?

Alors elle lui demande :

— Dis-moi... toi, tu me désires? Je te fais envie?...

— Comment dire le contraire?... Tu es si désirable...

Mais tu es mon amie, ma seule amie et je ne voudrais pas tout gâcher...

— Ah bon ! C’est vrai ?

A un moment, il y a eu une bourrasque de vent et sa robe s?est soulevé, découvrant sa chatte. Il la contempla, stupéfait par sa beauté. Je n?ai pas vu grand chose, sauf la tête du malheureux Vicent, virer au rouge coquelicot ! Quant à ma belle ingénue, elle s`est contenté de dire au jeune homme, en le regardant : ? Dieu, quel vent, n?est-ce-pas ??. De fait, cette irruption féminine précipitée me laissait plutôt perplexe…

— Tu es superbe, dis-je La situation devenait de plus en plus excitante. Le pauvre n?a réussi à émettre qu?un vague bredouillement. C’était fascinant et, malgré l’anxiété qui demeurait en moi, je sentis ma queue se dresser lentement. Vicent et moi nous regardons comme deux cloches. Il se tient le menton, l’air véritablement emmerdé, et moi je reste assis, la queue encore raide.

Puis, elle parlait à lui d? un amant qu?elle avait eu dans sa jeunesse, quelqu`un qu?elle avait beaucoup aimé juste avant son mariage mais qui n`était pas prêt. C`est pour cela que cela ne s`était pas fait, sinon cela aurait changé le cours des choses. Si seulement cela s`était fait à l`époque !

— Et vous ?

— Oh moi, moi, il n`y a pas grand chose à dire sur moi.

— Je trouve que vous avez un très joli visage.

— Vous êtes gentil, mais c`est tout ce que j`ai de joli alors

— Je suis sincère. Vicent, tu sais nous sommes assez libertins et nous n`avons pas beaucoup de tabous. Il n`est pas nécessaire de te faire un dessin ou de te laisser aussi mal à l`aise pendant le reste de la soirée. Nous aimons avoir toutes sortes de relations.

Je sais que pour certaines gens c`est inconcevable mais pour nous c`est normale et nous aimons pimenter nos rencontres. Nous adorons le sexe et nous sommes tous les deux bi. Expliquait mon épouse.

— Euh… D`accord... Oui, pourquoi pas, cela peut-être marrant mais vous savez que si je suis sans avoir beaucoup de tabous il y a quand même des choses que je ne pratique pas.

C`est le feu vert qu? elle attendait. Situation cocasse, à la fois impudique et intéressant, que nous offrait ce premier apéritif. A ce moment même, Vicent s’approcha d?elle, et elle ne put s’empêcher de se questionner sur le phénomène par lequel un homme aussi beau et élégant avait pu aussi rapidement se transformer en cet être en short et en t-shirt blanche ! La situation était décidément vraiment drôle. Il portait un short en latex du plus bel effet avec une superbe verge et elle imaginait son sexe à l`intérieur, bien bandé, et elle se surprend à penser qu?elle aimerair bien l`avoir en elle. Elle imaginait ce magnifique organe dressé luisant lui fouillant les entrailles. Nous avons discuté tous les deux du stress de la vie en ville, de nos conditions de travail, ainsi que de choses et d’autres. Efi me disait qu’elle en avait marre de jouer un rôle, que son atelier la stressait, qu’elle n’y était pas à l’aise et voulait vivre une autre vie. Suite à cette discussion, nous avons déjeuner à l’ombre. Durant le repas Vincent ne quittait pas mon épouse des yeux, à qui la mélancolie allait à merveille. Cette femme qui était si effacée, rayonnait dans le soleil. Sentant se réveiller une érection, je retrouvais instantanément mes instincts de voyeur et fit signe à Vincent de me suivre. Nous marchons tous les trois vers l’ombre des palmiers, puis s’approchèrent en se cachant d’arbre en arbre, précaution d’ailleurs inutile car les occupants du bois étaient bien trop occupés pour nos remarquer. Au milieu de la pelouse, prés d’un spot posé au sol, elle, s’accroupit en relevant sa robe, écarta les cuisses et fit un énorme pipi urgent dans le gazon. Le jet, irisé par le spot, ressemblait à celui d’une jeune génisse tant il sortait puissant et abondant de sa chatte poilue. ’ Sorry. ’ dit-elle simplement en se réajustant.

— Elle te plaît ? demade-je

— Euh, oui, oui elle me plaît, elle es superbe. Je ne sais pas ce que tu as prévu, mais bien sûr, elle est faîte pour toi.

L?exhibition de ma femme Efi ne semblait pas déranger Vicent qui dévoilait une enorme bosse sous son short... Comme pour s’en assurer, elle passa alors une main sur son short et eut l’air satisfaite d’elle-même. Elle me dit à l?oreille ’ Il est vraiment bien membré ’. Mon ami Vicent ne resiste plus et se dirigea à elle...

— Tu es très belle.

— Tu me trouves réellement belle ? lui répondit-elle.

— Oui, je te trouve magnifique.

— Dis le moi encore.

— Tu es belle.

— Tu veux me faire plaisir, s’il te plaît ?

— Oui.

Efi continua à le fixer dans les yeux et il en fit de même. elle soudainement déboutonne la robe dévoilant inpudiquement sa peau nue, ses seins sa chatte en feu.

Vicent détaillait chaque partie de son corps. Il se risquait à lui répéter qu?il la trouvait magnifique.

Elle lui demandait de se taire et juste de la regarder.

— Regardes moi, je veux que tu me voies entièrement...

  Puis elle referma sa robe vraisemblablement excitée par la situation. J’assistais à ce spectacle avec une grande attention. J’aurais pu également en faire de même de mon côté mais mon plaisir résidait à cet instant précis dans la vision qui s’offrait à moi. Il n’était pas rare de voir de tel exploit dans les films pornographiques mais dans la vraie vie... avec ma femme Efi d?ailleurs tout est possible....Tout était en parfaite harmonie faite pour elle pour nos donner à l’instant un impact érotique extraordinaire...

— Ivan, cela te plaît ce que tu vois ?

— Oui ma salape, tu es toujours aussi bandante.

Je suis persuadé qu’elle s’est rendue compte de mon voyeurisme aigu car elle essaie maladroitement de serrer les cuisses pour me cacher le spectacle de son intimité. Elle arrêta ce jeu excitant nos laissant complètement désolés.... puis écarta lentement les cuisses pour me permettre un accès plus facile. Au toucher, la toison pubienne était soyeuse et abondante. Je pris plaisir à enfouir ma main dans cette forêt bouclée. Mon index caressait délicatement maintenant une zone charnue et humide et j’entrepris ensuite l’exploration d’une zone chaude et moite. Le visage d?Efi resta imperturbable mais un liquide chaud inonda mon doigt curieux. elle éclata de rire avant de fermer les yeux, attendant nos caresses. Les cuisses ouvertes sur sa large chatte velue et la lourde poitrine laiteuse en liberté, la bourgeoise anglaise s’offrait à la débauche de ses sens. Maintenant en nous expliquant qu’elle ne voulait pas faire plus dans le véhicule mais qu’elle prendrait soin de nous dans nous maison. Chaque mouvement de ses jambes laissait apparaître un peu plus ses jambes magnifiques sous la coute robe qu’elle portait. Autant dire que nous n’avons pas mis très longtemps pour avaler les quelques kilomètres qui nous séparaient du centre ville. Tous les trois, à cet instant, nous l`avons compris, sans avoir aucune idée de ce à quoi ça mènera (à rien peut-être). Le temps avait fait son oeuvre.

Efi commençait à retrouver un peu le sourire et de joie de vivre. J’étais content d’avoir eut cette experience d?exhibe a tois avec elle. Ces moments d’intimités et de proximité entre trois personnes sont rares et pourtant nous les vivions depuis une journée entière, c’était la première fois que je me retrouvais aussi proche d’une personne. Je pensait que Vincent était heureux aussi.... à demande de mon épouse Vicent fut envité à venir lundi à nuit dans chez-nous qu?elle se révélé beaucoup fatiguée.... Je ne comprenais pas ce qui se passait, mais plus tard nous avons fait l’amour violemment, comme si cela allait être la dernière chose que nous allions faire avant de mourir.

Alors que nous étions face à face, je sentis, sans pour autant le voir, que ma femme pleurait tout en me faisant l’amour furieusement. Tout en continuant à l’embrasser dans le cou, je l’ai soulevé et nous sommes allés jusque dans ma chambre qui était plongée dans le noir total. Nous avons fait l’amour pudiquement, sans nous voir, durant une bonne partie de la nuit. Je serrais ce corps que je sentais, au fur et mesure des étreintes, m’échapper....

Suivre... si la suite vous intéresse !


Auteur: Ivan Ribeiro Lagos

écrivez-moi sur bresilien@ibest.com.br

S?o Paulo- Brésil

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder