Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 271 fois
  • 0 J'aime
  • 0 Commentaire

Un rêve de femme

Chapitre 2

Divers

Une femme mariée insatiable...


  Ce jour là pourtant, le temps n’était pas de la partie. Il ne faisait pas froid mais il y a de gros nuages menaçants, il y avait aussi beaucoup de vent.

L’avantage de ces mauvaises conditions météorologiques, c’est qu’il n’y a pas beaucoup de monde sur les fairways. Nous avions donc tout notre temps. Il ne pleuvait pas. Il tombait des hallebardes.

Les essuie-glaces luttaient vaillamment pour écarter les cataractes qui se déversaient sur le pare-brise.

La circulation y est plus facile, les gens sont moins pressés et paraissent plus disponibles, moins renfermés sur eux-mêmes. Il l’imaginait dans les bras de cette femme, dans son lit. Il le voyait sur elle, La pluie se faisant plus drue, Après une journée sans trop d’intérêt, il avait terminé son travail au bureau et il avait quelques heures devant lui...

Elle est âgée de 39 ans mais a su conserver un très beau corps. Elle s?est revelée très exhibitionniste, chaude, sensuelle et provoquante. J?aime la montrer et elle prend un vrai plaisir à lire l?excitation dans les regards des hommes et le mien. J?avais réussi à faire sortir ma plantureuse partenaire de sa reserve et l?avait libérer ses instincts sexuels exacerbés. Je lui ferai grâce des détails concernant les débuts de notre amitié. Efi est une oeuvre d?art, son corps à lui tout-seil sinthétise la grâce et la force, la rondeur et la feminilité libre, sauvage, sensuelle voire lascive autant que sage, pure et maternelle.

Elle sans plus devenait de plus en plus sexy. Mon épouse Efi nous avons fait( Vincent et moi) remarquer qu?elle s?habillait plus courts, ses jolies seins devenaient plus proéminents, ses décolletés plus vertigineux, elle était moins chaste, elle allume les hommes.

Ce jour là, j?avais demandé à Vincent de passer chez-moi, ’ Viens sans faute! c?est très important !

avais-je insisté...

Mais malgré la faible clarté, Efi avait aperçu à l`autre bout du chemin, une seconde voiture stationnée devant la demeure familiale : C`était Vincent. Arrivé à cinquante mètres, les chiens se mirent à aboyer quand ils le virent. Efi poussait un long soupir, c?est chez-nous.... c`était son univers et tout le monde respectait son coin d`intimité. Notre maison est sobrement décorée toute en couleurs pastelles, très peu de meuble, mais un immense lit avec des draps de soie, je peux vous dire que l’on y dort bien, la salle de bain est tout en marbre portugais, la baignoire en verre est creusée dans le sol et bain bouillonnant bien entendu, glace panoramique au mur. Maintenant Efi était dans nos chambre et elle faisait tomber ses gros souliers sur le plancher, quand soudain, l?orage éclatait, sourd et faisait s?ébranler les murs de sa chambre. Efi poussait un petit cri et se levait brutalement pour aller jeter un coup d?oeil par la fenêtre : dehors, le ciel était vraiment sombre ! Elle supposait que quelques gouttes commençaient à tomber.

Soudain, un éclair zébrait le ciel, mon épouse se reculait et fermait les rideaux avant d?allumer la pièce !

Vincent trouve que servir d?objet sexuel à une femme ausi belle et désirable soit-elle, était une situation que Vincent ne pourra jamais supporter bien longtemps.

Il fallait mettre un terme à cette situation, avant qu?il soit complètement châtré par cette terrible femelle. Ce soir mon épouse Efi a le feu au fesses.

Elle n?a qu?une seule idée en tête, celle de se faire sauter. Elle ne veut pas faire l?amour. Elle veut baiser. Elle en a tellement envie, et elle se lamentait comme une chatte qui a ses chauleurs. ’J?ai besoin d?une belle queue...c?est ça !!! ’ On sonne à la porte, je suis tout tremblant, je respire un grand coup et j’ouvre la porte, je suis cloué sur place, il est beau comme un dieu, il est vraiment un très très beau garçon, cheveux blonds cendrés, les yeux bleus avec des sourcils épais, le regard doux, un peu plus grand que moi. Cadre aux goûts et aux idées classiques et stéréotypées. Sportif et assez bel jeune homme.

Il est grand habillé en jeans et chemise laquelle se laissait deviner les lignes de sa musculature parfaite. quand je lui proposai de s?asseoir sur le canapé et je lui offris à boire...

— Nous allons te donner tous les plaisirs! Il sourit Elle descend l’escalier et arrive dans le salon vingt minutes après... Efi manifestait sa présence et subitement, J?aperçois ma femme de choc. Je n?en crois pas mes yeux. Elle porte une mini-robe noire moullante ultra courte et aux pieds sandales aux talons hauts...

Malgré ma présence Vincent ne peut s?empêcher de regarder ses jolies jambes musclées mais bien fuselées. En tous cas elle était très sexy et à la limite de l?indecence. Je puis voir ses fines mains dont les ongles étaient parés d?un adorable verni rosé nacré. Porte-elle une culotte ? J?essaye au mieux cette situation délicate. Son corps vibrait, elle ressentait des caresses érotiques partout sur la peau : sur ses fesses, ses seins qui frémissaient dans sa robe, Je vois les yeux de mon ami Vincent s?écarquiller et je comprend aussitôt la situation en levant les bras pour mettre autour de mon cou, puis approché ses lèvres des miennes. J?ai un tendre baiser, tout chaud mais qui m?a donné a frisson... Efi a fait remonter sa mini-robe très haute au raz de fesses dévoilant aux yeux de mon pote Vincent l?intégralité de son superbe cul et à voir le regard de mon ami, je suis maintenant sûr qu?elle ne porte pas de culotte. Efi mouillait sa vulve de savoir que les deux compétiteurs pour un viol n`en perdait pas une miette. Je apprecie également les moments que je suis en train de vivre... Alors elle se dirigea à nos invité :

— Vincent ! Je suis très heureuse de te revoir !

— Enchanté...tu es vraiment splendide !

— J?essaye un style . dit-elle

— Très reussi !

— Merci...

Maintenant elle nous passa les verres. au sens propre du therme. Quelle vision extraordinaire, que poitrine projeté en avant, puis elle revint prendre place dans le petit canapé deux places qui nous faire face. Elle croisait et décroisait les jambes et j’entendais le frottement de ses cuisses l’une contre l’autre. elle lui fixa plus vivement encore et il entr’aperçut un sourire de contentement à la fois de sa bouche et de ses yeux. Mais cette nuit, c’était différent. Un regard et un geste avaient suffi pour embraser son coeur. Emotion nouvelle que l’attirance vers un autre homme ; son corps avait réagi avant son cerveau, mais elle n’avait pas envie de s?arreter. Son regard m’intriguait de plus en plus, on aurait dit qu’il me suppliait, qu’il m’implorait du regard et cette sensation ne me laissait pas indifférent. Elle avait envie de le provoquer encore plus. Elle me demanda de baisser la lumière et elle se caressa alors la chatte lentement en se passant la langue sur les lèvres et en nous provoquant du regard ( elle devait avoir vu çà dans un film X ! ). Disait-elle à Vincent:

— Vous me trouvez désirable ?

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Euh. oui. Vous êtes ensorcelante

— Vous devez connaître le résultat?...

  Elle dévoile, un à un.Une mamelle lourde dans chaque main. Elle avait peur de perdre le contrôle d’elle même. Que pouvait-il se passer pendant ces quelques secondes où elle n’existait plus que pour elle même?

Alors elle retenait sa respiration, se mordait les lèvres pour ne rien laisser paraître de son trouble.

Là il avait craqué, il n’avait plus rien à dire et son pénis qui bandait dur dans sa culotte prouvait de façon irrémédiable qu?il avait immensément envie de mon épouse et que peu importait ma présence, le monde entier à ce moment là. Pour tout dire, il craignait de ne pas pouvoir se contrôler. Il se passa alors quelque chose qu?il n’avait jamais vécu... Puis elle s’écarta du canapé en reculant et, en se baissant, elle anima son buste d’un mouvement latéral pour laisser ses gros nichons se balader librement dans l’espace. . Elle aussi semble apprécier ce moment d’intimité à trois, bientôt emportée par ce flot nommé désir, autre fois elle écarta ses cuisses, en face de Vincent et commença à se branler ainsi face en face de lui sans complexe devant lui qui la regardait amusé,.. alors, elle avait écarté impudiquement les lèvres humides de sa chatte nue, son clitoris grossit à vue d’ oeil, maintenant elle se masturbe devant-nous, les yeux clos. Nous nous abandonnons à les plaisir solitaire-spectacle, comprenant que le moment est venu pour nous deux de nous unir devant Vincent...Elle était insatiable dans les choses de l’amour et du sexe. Elle était terriblement provocante, je sentit ma bite gonfler , je suis très excité par ce spectacle et mon ami Vincent non moins, troublé par ce délicieux spectacle, il ne pouvait quitter les cuisses de ma femme des yeux, cela m’excitant beaucoup de voir mon meilleur copain désirer ainsi ma femme, elle me regarda et je lui souris, Efi comprit alors que tout était permis... elle va allumé la musique et ensuite invite alors Vincent à danser un slow avec elle, ils commencèrent à danser. C’est la première fois que je pouvais voir à ce point combien elle était belle lorsqu’elle avait le goût de faire l’amour. J’aimais la voir embrasser mon ami et le provoquer , elle lui dit à l’oreille;

— Descends tes mains sur mes fesses .

Je vois Vincent passer ses mains sur les fesses de ma femme, sentant se réveiller une érection. Moi, je retrouvais instantanément mes instincts de voyeur et fit signe à Vincent qui était bien. Elle, si liberée d’habitude se laisse embrasser en dansant avec Vincent que nous connaissions même depuis pas mal de temps. En dansant , il avait plaqué son sexe contre elle, et elle ne pouvait pas se rendre compte qu’il avait envie d’elle les mouvements de leur danse plaçaient le sexe de lui contre son minou. Ils étaient collés l’un à l’autre, leurs lèvres étaient proches les unes des autres. Lui avait une de ses mains sur sa hanche et la maintenait fermement contre lui, l’autre était posée sur ses fesses, remontait parfois vers ses seins et après une légère caresse redescendait à sa position initiale. Efi paraissait totalement abandonnée à son plaisir immédiat dans les bras de cet homme. La musique, la chaleur, l’ambiance sensuelle régnant sur la piste de danse, le flot de parole de son cavalier l’avaient transporté sur une autre planète.Il lui avait caressé les fesses et les seins et elle n’avait pas eu envie de lui demander d’arrêter ses caresses.

Aussi je m’installe confortablement sur mon canapé et je les regarde danser, serrés à nouveau l’un contre l’autre presque face à face, mais je sais maintenant qu’il l’excite et que sa queue caresse le ventre de ma femme.

Je suis autre fois dans un état d’excitation terrible, et j`ai du mal à empêcher ma main de se poser sur mon sexe à me faire mal. C’est une situation nouvelle pour nous deux, et l’excitation fabuleuse, il plaque sa bouche sur les lèvres et l’embrasse goulûment, mon épouse lui rend son baiser, et je sais à ce moment là que quelque chose de nouveau allait nous arriver. Elle lui dit;

-Viens! Nous serons mieux sur le tapis !

    Puis Vincent glissait son short avec son slip jusqu’aux genoux ce qui libera une formidable bite déjà en érection .Elle se retourna donc vers mon ami, et je pus constater le désir de Efi lorsque le pénis de Vincent fut enfin libre.

— Holà ! s exclamat Efi quel engin ! Elle s’agenouilla face à lui et elle se penche sur son sexe fièrement dressé , et juste avant de le sucer, elle me jette un coup d?oeil. Vincent passe sa main sur sa nuque et doucement lui fait comprendre qu’il aimerait bien...

s’adressant à moi... elle me dit :


— Regarde bien. Elle commença par la caresser lentement et délicatement avant de le sucer.

Elle se penchait les lèvres arrondies et très très doucement pose le gland sur les lèvres et l’enfonce tout doucement dans sa bouche, me regardant du coin de l’oeil. Vincent a fermé les yeux, s’abandonnant à cette caresse. Efi mon épouse prend ma main et la pose sur le membre dressé de Vincent... Après un instant de hésitation , je refermais sur la queue et commencais à le branler , d’abord doucement puis de plus en plus vite. Je prendre dans ma bouche le sexe d’un autre homme. J’arrondi mes lèvres et les fait coulisser sur sa bite , je le suce que devenue énorme maintenant , la queue de mon ami est longue, le gland décalotté, humide et chaud. Je taille une pipe à un homme comme si j’avait toujours fait cela devant ma femme. Il gémit et murmure que c’est bon, il me demande de continuer. Sa queue est énorme maintenant et son gland laisse couler un liquide légèrement salé; Efi me branle la queue elle a enfoncé jusqu’à la gorge; le garde ainsi quelques secondes. Puis le fait coulisser toujours tout doucement, il soupire !


— Mmmmh, c’est bon !

— Tu sais ma chérie que tu es vraiment une bonne suceuse.. celui de Paul toujours dans la bouche...

— Elle me regarde et dit ;

— Suce-le ...et elle s’approche de nouveau pour m’aider dans ma tache labiale. Nos lèvres se mêlent à nos salives contre le gland turgescent de Vincent. Je préférais de beaucoup cette collaboration que la succion solitaire, qu’elle me demandait. Nous nous appliquons joignant nos lèvres complices pour donner du plaisir à nos ami, puis elle se met à quatre pattes et dit-moi;

— Viens... au-dessous de moi , je voudrais que tu lèches mon clito gonflé pendant que mon amant me pénètre vigoureusement avec sa pine . J’obéis et m’allonge sur le tapis et au-dessous elle je commencais à lécher son clitoris et ses lèvres de sa chatte. Elle supplie:


— Viens...viens vite...dit elle à Vincent Maintenant Vincent s’occupe de son sexe par derrière , largement ouvert et offert...


— Oh! Chéri....chéri! regard , la queue de Vincent entrer tout dedans... Oh ! c’est bon une bite...c’est gros.....c’est chaud...enfonce-moi ,chéri ...me lèche plus en plus...

— Tu la veux?...

— Oh! oui... vas-y...vas-y Je L’enfourne d’un coup jusqu’au fond

-Ahhhhhhhhhhhh.. c’est bon...c’est bon...comme c’est bon Avec ardeur, son vagin avale et expulse sa queue raide. Le souffle court, Vincent la besogne avec frénésie, augmentant l’euphorie de ma femnme. Sa respiration devient de plus en plus rapide et des râles de plaisir sortent de ses lèvres entrouvertes, rougies par la fièvre sexuelle.

— Oooh ... Ohhh oh non... ooh mon Dieu.. noon...

AAhhiiii hiiiih hhiiii hhiiii Je lèchais son clito suçant et mordillant son clito et léchant ensuite avec ma langue caressant son membre sous toute sa longueur qui va et vient dans la chatte de mon épouse, furieusement, que son ventre touche ses fesses. Je continuais à lécher son clitoris et tout le long de son bâton que maintenant me semble énorme tant il est excité, augmentant son plaisir et lui arrachant des soupirs de délices, quand ma langue touche son mandrill pour entrer et sortir de plus en plus vite de la vulve, elle ondulait sur moi, mêlant sa sueur à la mienne, pour notre plaisir mutuel, elle déverse sur ma bouche un liquide chaud et agréable, que je bois cette eau d’amour avec délectation, son eau de plaisir coule délicatement sur mes lèvres.

— Aah oui,... oui,... oui,... Ouiiii AH OUIIII! OH OUIIII! OUIIIIII!

Vincent retire sa queue dans la chatte de ma femme et va jouir ensuite ....il gicle tout son sperme dans ma bouche et plusieurs jets de sperme sur mes yeux, et dans la chatte de mon épouse que aussi va jouir, et elle avait entré aussi en transes, lui arrachant un cri roque.

— Chéri! ...vas-y! jouis ! Oh! Oh! Oh!,...Oui ! Vas-y ! Jouis mon amour.

Efi branlait ma pine plus en plus vite jusqu’ a me faire jouir. Mais le plaisir de voir le sperme s?écouler de sa chatte tandis que la léchait jusqu?à demière goutte...Alors, je suis couverte de sperme et complètement réalisé... je m’approche de mon épouse.

Nos langues se mêlent dans un baiser fougueux, sous l’oeil étonné du notre ami.

Je me lève et ensuite me dirigea à salle de bain par prendre une douche.

— Viens, on va prendre un bain ! Dit-elle à Vincent Puis, quelques minutes arrive Efi et Vincent totalement nus. Efi mon épouse proposa qu’ils aillent prendre une douche avec moi. J’adore cette idée. La douche était vaste et nous y étions à l’aise à trois... Finalement nos trois corps n’en formaient plus qu’un tellement nous étions enlacés sous l’eau coulante. Nos mains, sous des prétextes de savonnée, parcouraient tous les endroits secrets et se rencontraient parfois pour, ensemble, encore mieux connaître. Je sentis bien que s’il y avait entre nous une évidence complicité sexuelle... Je vais seulement assister tous les deux, sous le jet d’eau chaude, Vincent et Efi se savonnaient mutuellement, Efi descendit lentement vers l’entre jambes de lui qui reprenait de la vigueur. Elle frottait doucement la verge de mon ami. Il caressait les fesses d’Efi, Ils étaient plus calmes. Il enleva tout le savon, puis, dirigea le jet d’eau vers son clitoris, Efi frissonna légèrement, elle lui prit la pomme de douche des mains et rinça Vincent à son tour, s’attardant sur son membre, maintenant bien raide et prêt à reprendre du service.

Descendant d’un même geste ses mains vers ses fesses et ses lèvres sur ses seins, il suçait ses mamelons tout en gardant une main qui chatouillait ses fesses et autre qui titillait son clitoris. Efi semblait apprécier car elle bougeait involontairement son bassin vers lui, comme pour l’inciter à continuer . Il laisse son clitoris pour descendre , passer un doigt dans son vagin. Il vit que Efi en voulait plus, elle donnait maintenant des coups de rein pour l’ inciter à aller plus profondément dans son exploration.

Elle gémissait d’envie, et le suppliait d’y aller plus fort ou de la prendre, mais elle voulait jouir, elle bougeait maintenant très fort, s’empalant sur les doigts de Vincent comme s’il fut d’une verge. Il prit ses poignets et les leva bien au-dessus de sa tête, contre le mur , d’un seul coup de rein, il introduit son pénis en elle et s appuya très fort sur elle, s’enfonçant profondément avant de ressortir totalement.


— Oh! ...Oui!...Oui!... Prends-moi ! Encore...Plus fort.

Vincent donnait maintenant de terribles coups de reins s’enfonçant au plus profond qu’il pouvait et ressortant toujours totalement, Efi haletait entre les petits cris le membre de Vincent entrait et sortait, Efi voulait bouger mais tout qu’elle pouvait faire était d’avancer ses hanches,ses coups répétés se répercutaient dans la douche leurs corps mouillés glissaient l’un contre l’autre, leurs deux corps étaient secoués. Il ne cessait de pousser plus fort, plus loin ses inlassables coups. Efi ne se pouvait plus, elle criait sans cesse.


— Oui, comme ça. Oui !...encore!...Ah !....Ouh !...Vincent continue.... C’est bon.....

Mon épouse se mordait les lèvres pour ne pas hurler.,

finalement, dans un grand cri, elle atteint un orgasme très fort. C’était très beau de les voir, et je ne fus aucunement jaloux, au contraire, j’étais heureux de voir Efi mon épouse combler un fantasme et de voir mon meilleur ami être aussi doux avec ma femme, qui elle finissait complètement épuisée, maintenant il se retira, la sortit de la douche, et Efi , alors, baise-moi, complètement satisfaite.

Vincent songea à prendre sa voiture pour retourner à sa maison. Mais une bonne douche, la perspective de retourner dans la nuit froide sous la pluie, ne l?enchantait guère. Après un clin d’oeil. Il regarda l`orage, il finit par accepter l?invitation de passer la nuit chez nous sur un sof? du salon. La pluie avait amené la fraîcheur et l’humidité, et tout le monde sait que ces conditions atmosphériques ont parfois des conséquences sur les humains. Il enfila un pyjama que je lui offrit, et Efi lui servit une bonne easade de brandy et il s?installa devant la télévision pour regarder un vieux western. Le film diffusé à la télévision est loin d?être captivant, et laissait à son esprit tout le temps de goguer d?une pensée à l?autre... Mon épouse alla chercher des couvertures, un oreiller, dans le placard de l?entrée et les donna à Vincent; ensuite nous allons dormir. Puis de lire deux chapitres d?un roman j?ai endormis. L?orage éclatait vers 3 heures et demi, éclairs hallucinants, coups de tonnerre titanesques. J?ai dormais. Rien ne me dérangeait, j?étais épuisé...Mais Efi était impatiente sur le lit. Efi est une petite cochonne, plutôt ma petite cochonne, elle adore le sexe, et se balader sa petite chatte a tous les vents, ou plutôt sa pépétte comme elle l’appelle. Je l’aime, elle, son corps, et j’aime faire l’amour avec elle. Au bout d`un instant, elle drapa une couverture sur son corps nu et se mit à trembler, Les furieux grondements et les feux du ciel la terrorisaient. Elle pensait à Vincent et elle était encore excitée de lui. Son esprit divague, elle imagine toutes sortes de scènes érotiques et sent monter en elle un désir irrépressible. Des images sorties tout droit d’un paradis de luxure passèrent devant ses yeux. Elle se reprocha d’avoir de pareilles pensées. Elle vérifia que son époux dormait. ’ Je vois le vice partout, quelle idiote ’ pensa-t-elle et elle ressortit sans bruit de la chambre et allait tout de suite dans le salon. Vincent dormait sur le dos en ronflant, comme si de rien n?était. Elle souleva soucement les couvertures et se glissa complètement nue près de lui. Il ne bougea pas. Elle le serra. Le corps massif de Vincent lui apporta du réconfort. Il s?agita un peu, grogna, puis balbitia quelque chose.

— Tu dors ? Murmura Efi Elle s?encastra dans le creux de son dos, posant les mains sur la poitrine. Il était à nouveau calme et respirait profondement. Elle parcourit la poitrine velue et trouva les tétons. Elle avait appris par expérience que les attouchements à cet endroit faisaient autant d?effet aux hommes qu?aux femmes. Du bout de ses doigts courts et larges, elle se mit à lui titiler les seins. Efi vient donc de le réveiller, ou elle a tout dirigé pour prendre son plaisir, et ou après elle lui a donné le sien, HUM.........

Elle sentit bientôt les points se raider. Elle aventure les mains plus bas, trouva l?ouverture du pyjama et s?empara du pénis dressé. avec une grande douceur, elle commença à le manipuler de haut en bas.

Des mouvements lents et reguliers, qui arrachèrent à Vincent une râle de plaisir, sans l?eveiller. Elle sourrit, oubliant l?orage... Elle murmua suavement à l?oreille:

— Oh, le beau gourdin que je sens là... un vraie chef-d?oeuvre ! Allez, envoie la puré... envoie à ton amante....

— Hum...... qu`elle est grosse ta queue, j’en ai envie..... !

Elle était toute nue, elle. Son sexe regardait la lune avec une larme d`émotion. Elle de glissa sous couverture et elle se mit à la lécher en le regardant avec bienveillance. Elle aime son goût, elle aime ce gland sur lequel elle bouge lentement sa langue rose, elle aime sa forme, sa douceur, elle goûte le jus clair qui s`écoule du méat. Et il aurait remercié tous les saints du paradis pour le pompage qu`elle commençait avec application, elle savourait sa bite avec volupté, la faisant aller et venir de ses lèvres jusqu’au fond de sa gorge. Puis elle me soulevait lentement... Elle la prends dans sa main et la dirige vers sa fente, elle commence à se caresser avec, elle mouille tellement que la bite devient très vite luisante de cyprine, et Efi s’empalait sur son sexe dressé... De plus le sentiment de transgression donnait à votre union une sorte de frénésie urgente qu`il importait de consommer totalement, sans retenue, sans attente, comme ces amants qui faisaient l`amour, durant la terreur, quelques instants avant l`appel de leur nom pour la guillotine. Elle bougeait et grommelait des mots inintelligibles. Efi commence à monter et à descendre sur la queue de plus en plus vite, elle s`en enfonce d`avantage à chaque fois, en suffoquant de plaisir. Elle est au fond, elle s`assoit carrément, comme pour en être sûre, et commence à balancer les fesses d`avant en arrière pour la sentir bouger à l`intérieur. Ma femme gémit, elle est aux anges, elle sent le corps du garçon frémir sous elle.

Il a joui très fort lui aussi et il ferme les yeux en reprenant son souffle. Elle sentit son sperme se répandre au fond d?elle comme une source brûlante et à son tour, dans un râle chuchoté elle se sentit partir, des étoiles plein les yeux.

— T`es vraiment une salope, dit-il en riant. Tu es telle que je t`avais imaginée.

A ce jour ils conservaient tous deux ce secret magnifique, ses sourires complices ne sont pas des sourires coupables, mais la trace d’un merveilleux souvenir partagé. Je pense qu`il a su occuper ses nuits, à se branler en repensant à mon adorable salope !

Suivre... si la suite vous intéresse !

Auteur : Ivan Ribeiro Lagos

écrivez-moi sur, irl70@hotmail.com

S?o Paulo - Brésil

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder