Le site de l'histoire érotique

Un rêve prémonitoire...

Chapitre 3

20
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 3 267 fois

20

3

Il est magique cet instant, je suis dans la chambre, sur le lit matrimonial, nu, ma soeur lovée contre moi, nue aussi. Je n’en reviens pas, tout s’enchaîne d’une manière si naturelle, comme si j’avais séduit une inconnue quelques heures plus tôt. Mais là, c’est Muriel, ma petite soeur, on a trois ans d’écart, on a joué à touche-pipi étant gamin, mais là, c’est du sérieux. Je suis allongé sur le dos, elle est sur moi, sa poitrine sur la mienne, j’ai mes mains sur ses fesses, je caresse son dos, j’embrasse sa bouche. Chaque partie de son corps me plait, elle a des fesses bien fermes, ses seins ont de larges auréoles et des tétons qui sont longs quand elle pointe.Elle mouille beaucoup, mes doigts sont couvert de cyprine. Je la doigte avec trois doigts, sans forcer, ça rentre facilement. Il faut dire que je viens de lui ramoner la chatte, donc pas de raison que ça coince. Elle gémit, on parle peu, on a faim encore, comme si des années d’abstinence venaient de se passer. J’aime sa façon de me caresser, elle s’active avec sa main sur ma queue tout en me mordillant le cou, les oreilles...



Quel délice, je m’excite encore plus, je lui tire les cheveux doucement pour la regarder dans les yeux. Elle me défie du regard, on se sourit et on s’embrasse encore plus gouluement. On dirait des bêtes sauvages en rut. J’aime caresser ses seins, je me baisse pour les gober, à pleine bouche, je suce, mordille, pince... Elle me griffe le dos, elle me dit que c’est bon, qu’elle aime ça. Je lui dis qu’elle est trop bonne, qu’elle me fait bander depuis des années. Elle prend mon visage avec ses deux mains, me regarde fixement et me dit qu’elle a espéré ce moment depuis si longtemps...



On s’embrasse encore passionnément, on devient fusionnel, comme si on avait fait l’amour ensemble toute notre vie. Je repars en exploration, je descend sur son ventre, embrasse son nombril, mordille son ventre, je descend encore, plus bas. Elle me rend dingue, le contact de sa peau m’électrise, je suis aux anges en la touchant. Enfin je suis devant sa chatte, elle est sur le dos, les jambes bien écartées, attendant que je vienne consommer son abricot. Je met un coup de langue, comme un chien, en lappant, je me retire, recommence, plusieurs fois de suite. Elle écarte doucement ses lèvres en faisant sortir son clito, il est comme j’aime. Ni trop gros, ni minuscule, celui la est à moi, je le veux, direct je l’embrasse.



Hummmm..., je l’entend qui réagit. Je me met à lécher son clito, je l’aspire, le mordille entre les dents, je le tète, je veux qu’elle prenne son pied, je veux qu’elle jouisse avec moi. Je lèche sa chatte, ses grandes lèvres, je passe de bas en haut, je pénètre même sa chatte avec ma langue, j’aime son gout. Mon sperme dégouline, je me prive pas de l’avaler. J’en prend avec mes doigts et lui met dans la bouche, elle me bloque la main et se met à me lécher les doigts avec gourmandise. Je rentre deux doigts juste à l’entrée de sa chatte, un peu en crochet et je frotte l’intérieur supérieur de son vagin. Je continu de téter son clito, mes gestes sont assez sinchro. Elle commence à remuer son bassin plus fort, elle me dit de continuer, de pas arrêter, encore , ouiiiiiiiiiii, vas-y, bouffe moi...



Je la bloque par la hanche pour pas qu’elle s’en aille trop loin tant elle remue. Elle se met à me prendre la tête, elle appuie dessus, elle me dit qu’elle va venir, que sa monte, que j’arrête pas... Elle se déchaîne en me griffant la tête, elle remue plus fort, commence à se lacher en criant de plus en plus fort... Je la regarde, elle se pince les tétons, les yeux fermés, elle ouvre la bouche en grand et se met à émmettre une sorte de cri retenu, mais elle se contracte, se cambre, ça dure des secondes, de longues secondes... C’est puissant, très puissant, j’aime voir une femme jouir, mais elle, c’est encore plus beau. Je me sent homme quand une femme jouit grace à moi. Peu importe si c’est avec ma queue, mes doigts ou un autre objet.



Au bout d’un instant elle se calme et reprend doucement ses esprits. Je remonte doucement le long de son corps en déposant des bisous partout. Quand j’arrive à la hauteur de son visage, elle me prend le mien avec ses mains et m’embrasse d’une façon si forte, je ressent comme de l’amour... Elle m’embrasse tout le visage, comme pour me remercier, elle me dit que ça fait longtemps qu’elle avait pas pris un tel pied. Je suis tout content de moi, fier de l’avoir satisfaite du premier coup. Mais on a pas fini encore, j’en veux plus, je veux qu’elle soit totalement mienne. On se caline encore, on roule, surtout elle me positionne sur le dos. Elle se met à genoux et me dit que c’est à son tour de me montrer ses talents... Je lui dis pas de soucis, je ne demande qu’à voir, surtout fais moi comme tu aimes faire...



Elle me sourit, sa main caresse doucement ma queue, ses doigts jouent avec, ça me fait comme des chatouilles... Puis elle empoigne plus sérieusement ma queue, elle se penche pour me lécher le téton, j’aime ça, je suis toujours réactif à ce genre de baiser. Je me gêne pas pour réagir en conséquence, je suis assez expressif quand j’aime. Doucement elle descend le long de mon ventre, je sent la chaleur de sa bouche sur ma peau, c’est trop bon. Je regarde ma petite soeur, celle à qui je prenais la main quand on était enfant, que j’essayais de protéger, je la regarde dans les yeux quand elle passe sa langue le long de ma queue... Je constate avec plaisir que c’est une gourmande, elle fait partie de celles qui prennent leur pied en suçant une bite, quelle chance. Ma soeur m’avale la queue comme si c"était une des merveilles du monde, elle se démène à  me pomper en me caressant les boules. Elle est douée la salope, je me laisse tenter de la traiter ainsi, tu suces bien petite salope, tu aimes ça... Je vois à ses yeux que mes mots sont plaisants, décidément je vais m"éclater avec elle.



Elle s’active toujours avec passion sur ma queue quand soudain je sent un doigt glisser le long de ma raie...

Son rytme ne faiblit pas...

En harmonie avec sa main, sa bouche me tète...

Je remue un peu les fesses pour montrer que j’aime son doigt...

Elle arrête de me sucer et vient lécher ma raie...

Je sent sa langue toute humide remonter le long...

J’aime trop ça, je relève les jambes...

Elle commence à me lécher la rosette... 

Je suis trop sensible à ça...

Je lui dis de continuer, j’aime trop...

Elle joue à merveille avec sa langue...

Elle met son doigt sur ma rosette et commene à me pénétrer...

Je gémis, j’en rajoute car je veux qu’elle sache que j’aime ça...

Son doigt est en train de coulisser dans mon anus...

Quelle sacrée salope, je me doutais pas de ça...

Elle reprend ma queue en bouche et continue avec son doigt...

Le plaisir est immense...

Je me sent partir dans le plaisir, dans ce monde où on perd tout repaire...

Sa main me branle pendant qu’elle continue de me pomper la queue...

 Je la regarde, elle me dévisage... Hum... tu es douée...

Vas-y continue, arrête pas, je suis prêt à exploser...

D’un coup je sent monter la sève, je lui dis que je jouiiiiiiiii...

Elle s’active encore plus fort avec son doigt, sa main , sa bouche...

J’envoie un première giclée dans sa gorge...

Wouaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhh....

Elle s’arrête de me sucer, elle pose ma queue contre son visage...

J’envoie les suivantes sur sa joue, son nez, j’innonde sa face...

Même ses cheveux en reçoivent...



J’ai tout envoyé, je suis vidé et mon corps est encore rempli de frisson. Elle me demande si j’ai aimé? Je lui dis que tu es une sacrée suceuse, j’aime trop me faire doigter en même temps. Je la regarde, son visage est encore couvert de sperme. Elle passe sa main pour s’essuyer, mais avec le sperme récolté, elle se badigeonne les seins, elle étale ça sur elle. Puis elle s’approche de moi et me demande de la lécher, de la néttoyer avec ma langue. Je me jette sur ses seins sans hésiter, je suis au top avec elle.



Je sais qu’on va vivre des moments si bons ensemble...