Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 41 369 fois
  • 218 J'aime
  • 14 Commentaires

Le réveillon de maman

Chapitre 1

Inceste

Bonjour, je m’appelle Alex, j’ai 20 ans, j’espère que mon histoire vous plaira.


Cette soirée du Nouvel An s’est vite terminée pour moi à cause de mon pote complètement bourré, dommage, nous devions passer toute la nuit dans les rues et bars, et ne rentrer qu’au petit jour, mais voilà que la soirée se finit ainsi en train de porter mon abruti de pote chez lui.


Seulement 22h30 et j’entame une longue balade jusque chez moi, une bonne demi-heure de marche dans cette ville pleine de fêtards, je pense apercevoir ma mère de loin, mais je ne suis pas sûr, accompagnée de deux jeunes hommes, un grand black et un blanc plus jeune que moi, à peine 18 ans. Ils semblent aller dans la direction de notre appartement. Aucune raison qu’il s’agisse d’elle surtout avec deux jeunes hommes et une jupe aussi courte, et puis de toute façon, elle passe la soirée chez une copine en principe, oui j’ai juste vu un sosie. Je décide de prendre une dernière bière avant de rentrer.


Je reste une petite demi-heure avant de reprendre la route vers l’appartement. J’arrive devant la porte, j’enfonce la clé et je constate que la porte est ouverte, plutôt étonnant, sûrement que maman est rentrée plus tôt que prévue, je décide de ne pas faire de bruit, juste au cas où elle dormirait déjà, d’un pas léger, à peine le seuil de la porte franchi que j’entends des bruits étranges des claquements ainsi que du bois qui craque comme un lit et des cris de plaisir !

Bon sang, j’hallucine ou quoi ! Il n’y a pas 10 000 explications, sûrement ma mère accompagnée d’un homme, mais qui ?

Je la pensais célibataire pourtant.


Je décide de repartir et de revenir plus tard d’ici quelques heures, mais je n’arrive pas à quitter la pièce, comme hypnotisé par les bruits de plaisir, puis d’un coup, j’entends une voix inconnue :


— Je suis sûr que tu aimes la fessée petite chienne !


Et là, le bruit d’une claque violente et sec retentit dans l’appartement.


— OUI ! OUI ! OUI ! Encore une fessée, je suis ta pute !


Je n’en crois pas mes oreilles, c’est bien la voix de ma mère ! J’ai l’esprit brouillé sous le choc, mais pourtant, une certaine excitation émerge en moi, à peine le temps de reprendre mes esprits que je m’aperçois de mon érection, une érection puissante et incontrôlable.


Impossible pour moi de partir maintenant, je suis bien trop excité et j’ai envie de savoir qui baise ma mère comme ça. J’avance en douceur vers la chambre de ma mère, la porte est entrouverte, illuminée uniquement par la lampe de chevet, au moins je ne risque pas d’être vu étant dans le noir. Je vois le lit qui bouge et grince, l’avance encore un peu et enfin, j’observe la scène ! Là, ma mère devant moi à quatre pattes sur le lit, un grand black la ramone en levrette en lui donnant des fessées par intermittence, ses grosses fesses rougies par les fessées puissantes du mec, j’observe ses gros seins balancer au rythme des coups de reins, les grandes alvéoles et ses gros tétons de femme mûre !

Je n’en peux plus, mon érection me fait tellement mal, j’ouvre enfin mon pantalon jusqu’aux cuisses et me masturbe en douceur, car je n’ai pas envie de jouir trop vite, cette vision devant moi est tellement bandante que j’oublie qu’il s’agit de ma mère.


Dans le fond de la pièce, je vois un autre homme, un blanc assez jeune dans la pénombre assis sur la chaise de bureau. Je suis maintenant sûr de moi, il s’agit bien des deux mecs que j’avais vus avec ma mère dans la rue. Le jeune homme se masturbe devant la scène puis il semble me regarder, il lève une coupe de champagne dans ma direction. Je suis pétrifié ! Puis il me fixe et me fait un clin d’œil. Je comprends qu’il ne va pas me balancer, il semble comprendre la situation, et qui je suis sans doute. Il finit par se lever, il avance vers le lit et dit à ma mère :


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Tu n’as pas envie de te sentir comblée ma petite cochonne, une bite c’est bien, mais deux c’est tellement mieux !

— OUI PUTAIN !!! Regarde dans la commode, il y a un tube de lubrifiant à côté de mes vibromasseurs.


Le black s’allonge sur le lit ma mère au-dessus, elle enfonce la bite en elle et saute comme une chienne en chaleur ! Le jeune blanc masturbe sa bite avec le lubrifiant tout en me regardant dans la pénombre, il sourit et encore un clin d’œil dans ma direction ! Il donne une grosse fessée à ma mère et lui dit :


— Ralentis ma petite maman pour que je puisse te la foutre dans le cul !

— QU’OI MAMAN !!! Bon allez, OK pourquoi pas mon gros bébé, tu va voir comment maman donne du plaisir.


Ni une ni deux il enfonce d’un coup sec toute sa bite dans l’anus de maman jusqu’aux couilles. Un cri de douleur court et sec de la part de ma mère :


— Petit salaud, tu pouvais la glisser en douceur !


Les deux jeunes hommes rigolent et le blanc lui répond :


— Pleure pas ma petite maman, je voulais te faire une grosse surprise !


Les trois rigolent comme des gosses et ils continuent de baiser comme des animaux sauvages. Le black lui donne du plaisir dans la chatte pendant que le blanc lui ramone le cul comme un chien en rut. Elle encaisse chaque coup de bite, chaque fessée, chaque mordillement des tétons. Même la douleur devient un plaisir pour elle !


C’est trop pour moi, j’accélère ma masturbation et j’éjacule devant cette scène improbable, de long jet puissant de foutre sur la porte de la chambre de ma mère, ma main gauche dans ma bouche pour ne surtout pas crier ma jouissance au monde. Je remonte mon pantalon et file dans ma chambre discrètement. Je dois nettoyer la porte, mais comment faire sans bruit et la porte entrouverte qui grince en plus. Je décide d’attendre que leurs histoires finissent, si elle n’allume pas le couloir, elle ne verra rien et fermera la porte. Malheureusement, l’alcool dans mes veines eut raison de moi, et je finis par dormir avant la fin des ébats.


Au petit matin, je me réveille enfin, je me rends compte de la situation, mais j’ai dans l’espoir qu’elle dorme encore, surtout après avoir encaissé aussi cher hier soir. J’ouvre ma porte et me glisse dans le couloir, la porte de ma mère grande ouverte. Fais chier ! Je regarde la porte parfaitement propre, elle a nettoyé ! Personne dans la chambre, je remarque les draps du lit changé. J’arrive dans le salon et je vois ma mère en culotte avec un t-shirt plutôt serré, elle me regarde et vient vers moi. Je m’attends à me prendre une grosse gifle, mais non, elle n’embrasse sur la joue tendrement et me dit :

— Bonne année mon gros bébé !


Je réponds :

— Toi aussi ! Hébété que je suis.


Je m’installe dans le salon pour déjeuner, ma mère m’apporte mon petit-déjeuner, toujours en tenue légère, comme à son habitude les jours de grâce mat. Mais pour la première fois de ma vie, je n’arrive pas à décoller mes yeux de cette culotte et des deux fesses qui rentrent à peine dedans vu comment c’est serré, sans oublier ses seins qui bougent à chaque mouvement, et les tétons gros et durs frottant le tissu en coton blanc de son t-shirt. Elle va et vient dans l’appartement pendant que je déjeune allant d’une pièce à l’autre pour nettoyer sans doute.


Terminant mon déjeuner, je continue de regarder le cul large et rond de ma mère faisant la vaisselle, une vue splendide ! J’apporte mon assiette à ma mère, je dépose l’assiette dans le bac, et ma mère, souriante, me donne un gros bisou sur la joue, je lui rends un bisou également et lui fais un gros câlin. Je suis tellement excité que je me rends dans ma chambre pour me masturber et évacuer cette tension sexuelle et cette vision d’elle. J’arrive dans ma chambre et remarque une feuille manuscrite sur mon oreiller, il y a le dessin d’un clin d’œil et du texte.


— Salut mon bébé, la prochaine fois que tu éjacules sur ma porte, pense à nettoyer avant que ça sèche ! Et pour info, t’as sûrement oublié que dans ma chambre, il y a des miroirs sur chaque mur, et je ne suis pas encore aveugle.


Je suis sous le choc, mais pourtant super excitée, je retire immédiatement mon caleçon et me masturbe, je lâche tout sur mon lit, j’éjacule avec ardeur sans retenir mon cri de jouissance !

Et là, j’entends la voix de ma mère :


— Oublie pas de changer tes draps, surtout après ça !!!

Diffuse en direct !
Regarder son live