Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 893 fois
  • 11 J'aime
  • 1 Commentaire

Le roman de maya

Chapitre 2

Trash

Après cette sodomie magistrale, nous étions tous les deux épuisés, avachis sur le canapé du séjour en train de reprendre nos esprits. Nos mains se baladaient doucement sur le corps de l’autre. Nous échangeâmes sur notre histoire réciproque et maya me parla de sa situation conjugale. Elle était mariée depuis 3 ans à un homme de son âge qui était régulièrement absent pendant des périodes de 4 semaines de suite pour son travail en déplacement à l’étranger. Elle commençait depuis quelque mois à trouver sa vie monotone. En dehors du travail elle voyait quelques amies et sa sœur qui habitait à 150 kilomètres. Sa vie sexuelle était surtout solitaire et elle me montra sa collection de godes qu’elle utilisait tout en lisant beaucoup de textes érotiques. Je lui parlais de mon intérêt pour quelques auteurs classiques et modernes de nouvelles et romans érotiques. Nous nous découvrîmes des goûts très proches. Maya évoqua ses voisins qu’elle connaissait un peu ; elle avait eu l’occasion d’aller chez eux prendre l’apéritif avec son mari ; elle se souvient que diane, sa voisine, était habillée très sexy avec une robe courte moulante et des bas dont elle laissait découvrir le haut et les jarretelles quand elle était assise dans le canapé et qu’elle croisait assez haut les jambes. Maya avait remarqué quelques cassettes vidéos plutôt érotiques dans le meuble du salon. Ils regardaient d’ailleurs quand ils sont arrivés chez eux un film érotique pour « passer le temps et se distraire» disait Roger, le mari de Diane. Elle avait noté quelques regards complices à ce moment entre Diane et son mari.

Maya me parla d’une amie qui partageait son goût pour la littérature érotique ; elle me dit : « tu la connais un peu et tu serais très surpris de ce trait de personnalité, que peu de gens lui connaissent », elle partit à rire tout en gardant le mystère. Ce côté qu’elle avait à garder une réserve et à laisser quelques sous-entendus, lui donnait encore plus de sensualité et la rendait très désirable. Je devenais de plus en plus attirer par elle et je souhaitais aller de plus en plus loin dans cette relation.

Je lui proposais que nous prenions un peu l’air ; c’était l’été, il faisait beau pour cette fin d’après-midi et une balade en forêt fut un choix partagé. En sortant, nous croisâmes Diane qui rentrait chez elle. Elle était très sexy et souriante. « Bonsoir Maya, bonsoir monsieur », « Bonsoir Diane, je te présente Robert un ami », « Bonsoir Robert, très heureuse de faire votre connaissance ». « Maya, il faudra que vous veniez ensemble prendre l’apéritif à la maison, après demain soir cela vous irez si vous êtes encore là Robert » « je suis persuadée que nous aurons plein de choses à nous dire et que nous passerons un bon moment ensemble ». Maya eut à peine le temps de répondre que Diane dit : « Bon alors à vendredi 19h ; bonne soirée à vous deux !!! » Avec un sourire appuyé en direction de Maya qui devint toute rouge.

Après un petit trajet en voiture nous sommes arrivés sur une aire de stationnement dans la forêt. Il y avait deux voitures vides. Nous avons pris l’allée qui s’engageait à l’intérieur des bois ; je tenais Maya par la main, elle portait une robe légère, sous laquelle elle n’avait qu’un string. Nous marchions silencieux, nous adressant régulièrement des sourires langoureux. Le bruit de la nature et du chant des oiseaux nous enveloppait. Puis, après une demi-heure de marche, notre sérénité fût interrompue par des bruits nouveaux de soupirs et de voix étouffée. Nous nous regardâmes et sans parler nous quittons le chemin pour s’approcher avec précaution de ces bruits. Nos regards se portèrent sur une clairière, au milieu de laquelle un couple était très occupé. Elle, âgée d’environ 50 ans, était seulement vêtue de ses bas et d’une porte jarretelle, le reste de ces vêtements était sur l’herbe, à quatre pattes sur une couverture et derrière un homme vêtu seulement d’un tee-shirt la sodomisait avec beaucoup de vigueur. Son membre luisant entrait et sortait des entrailles de la femme selon une cadence qui s’accélérait pendant qu’elle s’astiquait la chatte avec une main, l’autre essayant de maintenir l’équilibre. Maya avait les yeux étincelants devant cette scène ; elle me regardait avec un sourire complice et me caressais le sexe au travers de mon pantalon. Je laissais ma main s’engager sous sa robe et titiller sa fente en passant un doigt sous son string ; je finis par tirer sur le string pour l’amener sur les chevilles et Maya l’enleva et me le mit sous le nez pour que je sente ses effluves. Devant nous la scène évoluait, nous remarquions que la bite du monsieur changeait progressivement de couleur et des traînées descendaient le long des cuisses de la dame. La couleur marron indiquait que cette dame devait avoir un rectum encombré par de la merde et que la sodomie pouvait être un traitement de la constipation ou une activité à risque. Ici il me sembla que ce couple était un habitué de ce genre de situation et de cela les excitait ; elle criait « oh salaud tu baises dans ma merde, je vais en recouvrir ta bite », lui : « c’est bon ta merde toute chaude qui dégouline de ton cul et fait glisser ma bite, ça pue et c’est bon ». Nous étions fascinés par cette scène surréaliste que nous n’arrivions pas à percevoir dégoûtante, mais plutôt très perverse. Je défis mon pantalon pour que Maya ait un accès plus facile à ma bite, elle la saisit goulûment en bouche pendant que je lui triturais les mamelons nos regards allaient de la scène du couple à une hypnotisation réciproque. L’homme arrêta son mouvement dans le cul merdeux de sa compagne, il resta un long temps ainsi : sa bite semblait diminuer de volume, puis elle dit : « oh oui salaud pisse moi dans le cul, je sens ta pisse très chaude qui m’inonde ». On voyait cette pisse qui dégoulinait un petit peu autour de la queue du monsieur. Progressivement il plia les genoux et tout en maintenant sa partenaire celle-ci se retrouva au-dessus de lui toujours enfilée sur sa queue. Ca faisait des bruits de gargouillis et de pets. Quand il fut sur le dos, elle se releva un peu et de ce fait elle décula. A ce moment-là un vrai geyser de pisse et de merde vint déferler sur le torse et le visage du monsieur qui se branlait en même temps. Elle finit par lui pisser dessus pour laver les traces brunes qui maculaient sa bite et son visage. Il enleva son tee-shirt et prit une serviette pour s’essuyer. Ils s’embrassèrent sur la bouche. Nous avons rebroussé chemin et repris la direction de notre véhicule. A un moment Maya me dit « excuse moi je dois m’arrêter, elle s’accroupit légèrement et remonta sa robe en écartant les jambes, je vis un filet d’urine s’échapper de sa chatte et venir éclabousser le sol, je ne pus m’empêcher d’approcher la main et de lui caresser la fente. Une fois le pipi terminé je portais mes doigts à ma bouche pour les déguster et je les portais ensuite à la bouche de Maya.

Diffuse en direct !
Regarder son live