Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • 13 J'aime
  • 0 Commentaire

Rose & Sylvie

Chapitre 5

Hétéro

Au bal suivant nous avons été invités à nous asseoir avec la « bande »: cinq hommes et cinq femmes. Je connaissais déjà Roger. Sylvie a expliqué notre désir légitime de danser ensemble le plus possible et a répété que nous acceptions, à leur demande, de danser avec chacun ou chacune une fois. Juliette, la femme de Roger a un peu protesté. Pendant qu’elle faisait danser Germain, André, Claude, Roger et Georges, je fus allumé sans ménagement par Clémence, Juliette, Lisa, Marthe et Louise. Différentes physiquement, elles avaient un point commun: elles avaient engagé un concours de danse rapprochée et s’amusaient à me chauffer. Effrontément elles tentaient de savoir si elles me faisaient bouger le petit soit par accolement pubien, soit en glissant une jambe enquêtrice entre les miennes. La moins habile y fourra une main! Oh! Discrètement, dans la foule, mais sut que je n’étais pas un animal à sang froid. Ses yeux pétillèrent de contentement

-Si tu veux, je peux t’apprendre à découvrir infailliblement le point G chez une femme. Viens, je donne des leçons gratuites à domicile aux hommes qui me plaisent, aux maris de mes amies entre autres. Tu es chou.

Sylvie crut bon de leur annoncer la date de notre mariage. C’était décidé, le mariage civil devait avoir lieu le samedi 31 octobre. Avides de détails, ils voulurent connaître le calendrier de nos rendez-vous, en mairie, chez le notaire, pour l’achat des habits, chez le traiteur. Sylvie fut ainsi le point d’attraction de la soirée. Roger et Juliette trouvèrent que nous allions trop vite. D’autres recommandaient les meilleurs magasins ou jouaient aux notaires.

Débarrassés de la corvée d’amabilités envers ses amis, nous pouvons jouir complètement de notre passion pour la danse. Juliette essaie de faire un tour avec Sylvie. Rien à faire.

Au lit je retrouve une Sylvie apaisée et amoureuse. Cela chasse les démons. Si notre entente physique reste aussi vive et nos sentiments aussi forts, nous serons heureux.


Mardi six octobre, Sylvie se fait attendre. A 19heures15 elle revient; oublie de m’embrasser pour la première fois, agitée étrangement.

-Excuse-moi, j’ai fait un arrangement avec Catherine. Elle prendra ma classe pendant mon congé de mariage et je prends son cours du soir à titre de compensation.

-Mais la loi est claire, tu as droit à un minimum de 4 jours sans compensation. Tu n’as pas à faire de cinq à sept. Drôle d’histoire. Tu devrais connaître tes droits.

-Oui, si tu le dis. Mais pour demain les élèves sont prévenus des changements d’horaire.

-Donc cela fera un nouveau cinq à sept.


L’expression la trouble, elle ne répond pas. Le mercredi sept, je sais qu’elle sera en retard.


-J’espère que tes cinq à sept sont terminés. Tu ne m’embrasses plus quand tu reviens du lycée?

-Mais, oh! Excuse-moi. Viens là. Hummm

-Et celui d’hier? Es-tu avare de baisers ou est-ce Roger qui en profite?

-Paul, j’ai réellement fait cours. Que vas-tu imaginer? Toujours ton syndrome de Rose! Tu deviens difficile à gérer.

-Je vois: difficile à gérer égale privation de marques de tendresse!

-Mangeons et tu vas être servi.


Couchés tôt, nous sacrifions à Eros. J’ai bien fait de réclamer, Sylvie entièrement dévoilée est d’une douceur incroyable. Etrangement, pour éviter une grossesse prématurée, elle me demande de répandre mon sperme dans les poils frisés de son pubis, avant de s’asseoir sur le bidet. Ca aussi c’est une première: je note, sans protester outre mesure, mais elle doit savoir que je suis étonné.


— Quel élément nouveau commande notre relation? Qui t’a soudain poussé à ces nouvelles mesures?


-Ca te déplaît?


-Pourquoi ce changement de conduite: c’est pour le moins étonnant.


Le jeudi, à l’heure de la séance de tennis, pas de Sylvie. A 18 heures, l’air contrit, elle s’excuse. Des collègues ont discuté avec elle de son mariage et de la possibilité de se pacser. Elle se dirige vers la salle de bain, ressort en se brossant les dents.


-D’habitude tu te brosses les dents après le repas, et tu m’embrasses à ton retour.


-Je suis fatiguée. Je n’ai pas envie d’aller au tennis.


-Repose-toi.


Je prends mon sac et ma raquette et m’en vais. Je ne rentre qu’à vingt heures, vais me brosser les dents et me couche sans un mot.


-Où étais-tu? Avec qui as-tu joué? Il est tard. Tu ne manges pas? Tu as rencontré Véro?


Autant de questions sans réponse. Je préfère me taire. Cette semaine tout fout le camp. Que craint-elle de Véro?


-Tu boudes? Est-ce que tu as prévu une rencontre demain?


-Si tu tiens toujours à te marier avec moi, consulte le calendrier.


-Mais il n’y a rien de prévu demain. Je pourrais…


-Et que devions- nous faire aujourd’hui?


-Ah! Oui, rencontre chez le notaire pour choisir notre contrat de mariage et présenter nos justificatifs. Excuse-moi, avec leurs questions il m’ont fait oublier


-J’ai plutôt l’impression que tu ne tiens pas à signer un contrat ou à maintenir notre mariage Nous étions d’accord pour la communauté universelle avec propriété des biens au dernier vivant. Je suppose que tes amis t’ont persuadée de changer d’avis, soit de ne pas signer de contrat, soit de prendre une séparation des biens, en prévision du divorce annoncé par Roger et Juliette.


-Tu broies encore du noir. Laisse-les donc parler. Essaie de reporter le rendez-vous à demain. Je serai là à l’heure. Allez, bisou.


-Qu’avais-tu sucé pour aller te laver les dents au lieu de m’embrasser. Mardi pas de bisou, mercredi pas de bisou, jeudi brossage des dents et bisou à retardement. Permets-moi de douter de ta volonté de te marier.


Depuis quand … tu m’avais juré que c’était pour la vie et tout à coup tu parles de divorce ou tu ne veux plus m’épouser. Mais qu’ai-je fait?


— Tu détourne la conversation. Je ne voudrais pas te fâcher, mais cette semaine tu t’es arrangée pour détricoter nos plans. Je peux répondre de moi, pas de toi. Faisons comme Roger veut, repoussons la date du mariage et réfléchissons à son bien-fondé. Tu n’auras plus à en discuter après les cours.


-Roger! Tu m’en veux à cause de ses déclarations. Ce n’est pas juste. Arrête de gamberger. Nous nous marierons le 31 comme prévu. Le contrat de mariage aura le contenu choisi. Quant à tes remarques justifiées sur les baisers, voici ma réponse: depuis dimanche j’ai eu des aigreurs d’estomac, je ne voulais pas t’incommoder. Enfin, tu as relevé que je te demandais de te retirer afin d’éviter de t’obliger à m’épouser à cause d’une grossesse prématurée. J’ai répondu à toutes tes interrogations? Tu es satisfait?


-Pas sur le dernier point. N’avoir pas pris de précaution pendant des mois et se réveiller à deux semaines du mariage, relève d’une logique étrange. Tu ne veux pas reconnaître l’influence néfaste de certains sur ton comportement et sur l’harmonie de notre couple. Si encore tu m’en avais parlé, si c’était le résultat d’une concertation, je n’aurais pas à rechercher l’origine de décisions unilatérales et brutales.


-J’ai compris et te prie de m’excuser.



Le vendredi 9, le notaire a bien voulu nous recevoir. Nous signerons le 29.


Au théâtre, le vendredi soir, nous regardons, main dans la main, en amoureux, la flûte enchantée. A l’entracte dans les couloirs, nous tombons sur Roger et Juliette, échangeons les banalités de circonstance. Je m’éloigne et j’entends Juliette se renseigner sur la date d’achat de la tenue de mariée.

.


-Tu leur avais dit que nous sortions?


-Je ne pense pas. Ils ont un abonnement. Leur présence n’a rien d’insolite.


Mon plaisir est fichu, je ne prête plus attention à la suite de la représentation. Sylvie rattrape ma main,

elle devine ma contrariété

-Chéri ça t’a plu?

-Oui

-Quel enthousiasme. La présence de mes amis t’a perturbé?

-Oui


Nous consacrons le dimanche 11 à nos deux familles. Tout va bien, le frère de Sylvie restera quinze jours en congé.


Au lit je retrouve une Sylvie merveilleuse; elle ressort le grand jeu, les regards langoureux, le massage lent et adroit, les caresses intimes. C‘est un échange permanent, on se découvre toujours, c’est un perpétuel recommencement, les chemins diffèrent mais aboutissent toujours au ravissement de l’orgasme


Lundi 12

-Je suis absolument désolée. Je n’ai pas réussi à te joindre, les lignes téléphoniques étaient engorgées. Le proviseur a décrété ce matin que les profs devaient préparer ce soir la réunion avec les parents d’élèves. J’en sors, il va être 20 heures. On avait prévu quelque chose ce soir?


-Rien d’important, juste un rendez-vous pour la publication des bans

.

-Ce n’est pas possible. Pardon. Faudra-t-il retarder le mariage?


-Si c’est ce que tu souhaites. Mais jusqu’au mercredi 21 nous sommes encore dans les délais.


-Allons-y demain?


-Demain j’ai l’intention d’aller acheter mon costume de marié… A la sortie de l’usine j’irai faire un tour dans les magasins.


-Sans moi? Je te l’interdis. Passe me prendre à cinq heures. Je tiens à t’aider dans ton choix. Ne me regarde pas comme ça, je serai prête. Et le proviseur pourra grimper aux murs, je n’en démordrai pas.


-Sais-tu si tu sortiras à 17 heures mercredi.

-On ne sait jamais. J’espère qu’il n’y aura pas de surprise de dernière minute. Pourquoi?

-Parce que si tu ne t’inscris pas en mairie, tu ne pourras pas te marier. Ton proviseur refuserait-il de grimper aux murs le mercredi?


Si quelqu’un prépare un nouvel empêchement pour notre inscription, il va attendre mercredi. Je ruse.


Le lendemain, mardi, 13 octobre.


-Où vas-tu? Je croyais que nous allions faire les magasins. Où me conduis-tu, à la maison?

-J’ai pensé qu’il ne fallait pas attendre la dernière minute pour la publication des bans. Nous allons à la mairie.

-Mais je n’ai pas mes papiers.

-J’y ai pensé pour toi. C’est le moment de savoir si tu veux te marier avec moi. Alors?

-Vite, tu as raison. Heureusement que tu penses à tout.


L’inscription a été rapide. Le choix du costume, plus disputé, s’est fait avant la fermeture des magasins.


Mercredi, 14/10. Rien au programme. J’en profite pour mettre ma voiture en révision. Le garagiste me la ramènera ce soir. Un mécanicien me reconduit à la maison. Je vais faire une petite sieste tardive. Il fait sombre dans la chambre, la porte est poussée, pas fermée.

Diffuse en direct !
Regarder son live