Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 11 602 fois
  • 22 J'aime
  • 1 Commentaire

ROX

Chapitre 2

Inceste

(Anniversaires)


Je m’appelle Roxanne et cette histoire est réel.


Je venais d’avoir mes 24 ans, une somptuesue fête chez une amie suivi d’une sortie en boite branché pour s’éclater.

3h30 je quitte tous le monde a mon grand regret et je me dirige vers la gare. Je monte dans le train en compartiment couchette. Personne dedans bien sur sinon je ne srai pas renter. Je suis née un 16 aout et la cahleur m’oblige a me dévétir légèrment. je suis en débardeur et string (je ne porte que ça, ça m’éclate !)

Le controlleur frappe quelques minutes plus tard: ’ a quel heure faut il vous réveiller mademoiselle ?’

La réponse donner il quitte les lieux. Je somnole, une personne entre, je vois sa silhouette mais la lumière m’ébloui. Elle, c’est une jeune femme de mon age, me demande si elle peut venir et s’installer, c’est une femme, de mon age je ne crain rien.

Elle reste donc mais elle n’a pas sommeil, je ferme les yeux mais j’entame une discussion avec elle, le truc traditionnel de prise de contact.

Et comme ça en continuant la discussion nous sommes devenues amis, elle ma demandé si j’avais une carte de visite pour mon numéro de tel, sans hésitation je lui ai répondu de prendre dans mon protefeuille. Elle l’ouvrit et vit ma carte d’identité, née le 16 aout 19.. à C... elle me souriat et me souhaita un bonne anniversaire avec un sourire malicieux. Elle s’approcha et me murmura, je n’ai pas de cadeau mais je vais t’en faire un beau...

Elle glissa sa main sous mon débardeur et très sensuellement se mit à me carresser le sein, doucement je la regardais fixement un peu étonné mais je ne résister pas. C’étais si doux. Elle me demanda gentillment si j’en avais envie, de jouri pour elle dans un train avec elle. J’acquiessais, toujours le regard fixé sur elle. Alors elle s’inclina sur moi la tête tourner vers mon petit trésor comme elle le disait et elle l’observa quelque instant.

Enfin elle se décida, elle fit ce que j’attendais depuis longtemps, elle se mit à me lécher, très doucement pour que je jouisse le plus lentement possible elle continuer ses si tendre carresse. Mais une vielle dame et son mari entrèrent, la cinquantaine...on été désemparé surtout moi on se cacha alors sous les draps faisant mine de dormir. Elle me souria et me dit que je ne perdai rien pour attendre. Elle glissa le ong de mon corp, se mit en position de 69 mais me précisa que je ne devais pas la toucher., tout a mon plaisir je soupirais très très faiblement pour éviter de déranger à coté. Elle commença alors à accélérer et moi de même...Mon corps bouger et trembler frénétiquement même en me retenant des tout petits cri que j’étouffais avec le coussins sortait de ma bouche. Au moment ou je vibrai de tout mon bassin elle remonta très voite m’embrassa m continuant un doigté subtile c equi me fis jouir. Je voulais hurler, coirer me lacher, mais de son baiser elle me retenait, je ne pouvais parler. QQ instant aprèsremis de ces émotions elle me murmura, joyeux anniversaire... Je la regardais encore fixement et je lui dit aussi doucement qu’elle, j’en veux plus car je suis exigente, elle sourit ’tu n’est pas assez discrète !’ je saurais non rejoint moi dans les toillettes.

Voila que nous y sommes, les toillettes sont équipé d’une barre pour se maintenir je ne me tenais pas, je m’agrippais dessus comme si ma vie en dépendait et la elle me lécher encore et encore la lanuge passant des lèvre au clito de l’anus au vagin, pire qu’un chie en train de laper dans sa gamelle je gémissait comme une salope me disait elle j’étais la seule à être nue je me tenais évitant de partir en avant ou en arrière avec le train elle forcer , sans retenu j’ai joui, une, deux, trois, quattre fois.j’avaius la chatte brulante j’étais assi sur le couvercle répugnant des WC les jambes complètement écarté le sexe dilatéla bouche entre ouverte, la respiration saccadé, le corps couvert de transpiration. Quiconque voulait profiter de moi aurait pu. Elle attend devant moi et me murmura tu en a assez joli salope ? D’un ton si vulgaire j’étais déjà excité, vraiment je n’étais plus moi même Elle me regarda et voyant mon plaisir si intense dans les dernier moment elle étais presque jalouse de mes orgasmes et voyant que j’étais presque assoupi sur la cuvette, épuisé par cette amour si violent elle me ramena dasn la couchette.

AU bout de 2 heures elle étais descendu du train, et lorsqu’en rentrant chez moi je vérifias mon porte feuille j’y trouver un message:

Bon anniversaire, demain je reprend le train, je suis né un 18 aout...gare de lyons paris-23h50

Diffuse en direct !
Regarder son live