Le site de l'histoire érotique

Sacré papy

Chapitre 1

56
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 31 472 fois

56

1

En ce début du mois de juillet, Karine a décidé d’inviter des amies de fac dans le mobil-home de son grand-père qui lui prête volontiers. C’est un homme plutôt généreux, et gentil. Cela permet à sa petite fille de profiter de deux mois de vacances complets sur le bord du Bassin d’Arcachon. À Arès plus précisément.


Norbert, soixante ans, apprécie beaucoup sa petite fille qui aujourd’hui à vingt ans. Elle est plutôt jolie, et bien entendu, ce dernier ne reste pas insensible à son charme. À soixante-ans, la vie n’est pas finie, mais lui est célibataire. Il a divorcé, il y a maintenant quatre ans suite à des infidélités qu’il faisait à son ancienne compagne.


Il ne vit pas pour autant comme un loup solitaire, il aime bien les bals musettes, les tournois de pétanques, et habite quasiment à l’année dans ce camping familial. Ce dernier est vivant du mois de juin au mois de septembre voir octobre, tout dépend de l’arrière-saison. C’est d’ailleurs au cours de cette période qu’il profite sans retenue des vacancières de passage. Il s’adonne au voyeurisme, partage un moment charnel avec une partenaire rencontrée durant la fête du camping et puis, c’est le calme plat.


Karine, la jolie brune a proposé à son amie Cynthia de prendre un peu de repos. Cette dernière ne refuse pas, n’ayant que très peu l’habitude de quitter le centre-ville, ça sera pour elle une occasion unique de se détendre avant de reprendre une année scolaire assez compliquée, puisqu’il y aura des examens à la fin.


Karine et Cynthia montent dans la voiture, et les voilà parties en direction d’Arès, il est treize heures trente et comme d’habitude, il y a énormément d’embouteillages sur le trajet, les filles n’arrivent qu’aux alentours de quinze heures trente au camping. Norbert les accueille dans son habitat qui sent la lavande et qui est d’une propreté exemplaire.


Il propose aux filles de prendre leur chambre, il y en a trois dans le mobil-home, puis elles le retrouvent sur la terrasse en bois. Karine discute avec lui de son année scolaire, de ses mésaventures, aventures, c’est plutôt un bon confident, puis c’est au tour de Cynthia de se présenter. Jusqu’ici, elle était en retrait. La discussion est plutôt longue, il est déjà dix-huit heures trente. Le grand-père propose aux filles de boire un petit apéritif, puis les invite dans un restaurant de la ville. Elles valident bien entendu cette proposition.


Le repas se déroule d’une façon assez classique, puis tout le monde revient au camping. Les filles prennent la décision de prendre une douche avant de se détendre en regardant les étoiles. Norbert sentant la bonne affaire, se met en tête d’épier Karine et Cynthia.


Elles se dirigent dans le coin douche, elles choisissent chacune leur cabine individuelle, puis se détende. Le grand-père a suivi cette activité de loin, puis comme d’habitude, il positionne un banc en bois contre le mur afin de voir par l’échancrure qu’il y a entre le toit et le béton lui permet de voir par-dessus.


Il observe dans un premier temps Karine, elle est vraiment très belle, brune comme sa mère, avec une poitrine assez bien formée, et surtout une descente de rein plutôt savoureuse. Cette dernière ne fait rien d’extraordinaire, mais la voir ainsi nue, rend Norbert heureux. Ses envies ne sont pas très catholiques, mais elles sont tout de même présentes.


Il descend de son banc, puis se met du côté de Cynthia, tant qu’à faire au lieu de n’en voir qu’une autant voir la deuxième. Il remonte, et regarde la jeune femme de vingt ans. Elle est brune aussi, une poitrine légèrement plus petite, et à un joli ticket de métro qui est à peine visible. Alors qu’elle se douche, elle se caresse un peu les seins, l’intérieur des cuisses, puis s’arrête.


Norbert sait qu’il n’en verra pas plus, alors il retourne en direction de son habitat, et s’assoie sur une chaise longue qui se situe sur la terrasse en bois. Il ne porte qu’un short, la chaleur est un peu étouffante.


Les filles finissent par arriver. Elles bavardent, rient de bon cœur, elles s’assoient sur les autres chaises longues, puis petit à petit, les paupières deviennent lourdes. Il est temps de se coucher.


La nuit se déroule normalement, puis le lendemain matin une odeur de chocolat au lait réveille les papilles des deux jeunes femmes. Elles se réveillent, puis vont sur la terrasse en sous-vêtement. Norbert leur a préparé le petit-déjeuner, il est debout depuis un moment, une habitude d’ouvrier dit-il régulièrement.


Karine et Cynthia déjeunent en silence, puis le grand-père leur propose de faire une journée océan. Les filles ne sont pas contre, surtout Karine qui adore s’amuser dans les vagues. Cynthia a quant à elle des craintes, car elle ne connaît que les piscines ou les lacs, mais pas plus. Norbert la rassure en lui indiquant qu’il n’y aura aucun souci.


Tout le monde se prépare, puis aux alentours de midi, ils montent dans la voiture et partent en direction de l’océan. Les filles sont heureuses de voir ce décor somptueux, installent les serviettes sur le sable, puis elles vont dans l’eau. Norbert n’est pas très loin afin d’effectuer la surveillance, mais il faut bien l’avouer, pour observer et regarder les demoiselles en maillot de bain.


Cynthia prend peur lorsqu’elle se fait emporter par une vague et rejoint le bord de l’eau. Elle crache ce qu’elle a avalé. Le grand-père lui demande si tout va bien, elle est un peu surprise, mais pas pour autant en colère. Elle retourne une fois de plus dans l’océan, mais elle prend une deuxième fois la tasse. Karine comme à son habitude est à l’aise dans cet univers. Elle aime être seule à cet instant précis. L’océan est son domaine.


Du coup, Cynthia et Norbert retournent sur leur serviette. La jeune femme demande à l’homme de lui passer de la crème sur le dos. N’ayant pas l’habitude de s’exposer au soleil, cette dernière a pris toutes les précautions nécessaires afin d’éviter un éventuel coup de chaud, mais surtout un coup de soleil.


Plutôt que de passer la crème avec une certaine indifférence, le grand-père en profite pour lui offrir un massage assez savoureux. Il parcourt la totalité du dos de la jeune femme, il effleure même quelques fois le flan de cette dernière, tout en évitant d’approcher la poitrine de cette dernière. Elle semble assez sensible puisque la chair de poule est visible sur sa peau.

Dans le même instant, Karine revient et voit la scène. D’une façon assez moqueuse, elle indique au duo que si elle dérange, elle peut aller un peu plus loin. Norbert la taquine aussi en lui disant que si elle souhaite profiter de la douceur d’un massage, elle peut aussi en bénéficier.


Elle s’allonge sur le ventre, et son grand-père effectue la même chose qu’à Cynthia. La réaction est la même puisqu’elle en a des frissons. Les deux filles se remettent sur le dos, et l’effet massage plus détente font que leurs tétons pointent fièrement.


Le grand-père fait à son tour une petite blague auprès des jeunes femmes en leur demandant si elles ont froid. Elles portent aussitôt leurs mains au niveau de leur poitrine afin de cacher cette petite gêne, et c’est dans un fou rire que le trio retourne dans l’océan.


Les gens qui sont autour d’eux, sont assez surpris de voir ce genre de scène, quelques commentaires dégoûtant sont même dit lorsqu’ils passent à proximité. Il y a comme une sorte d’électricité négative qui ressort. Le trio n’en prend pas compte, il est dix-sept heures, ils se sèchent, puis aux alentours de dix-huit heures trente, ils retourneront au camping.


Cynthia part en premier à la douche, elle laisse Norbert et Karine seuls. La jeune femme discute avec son grand-père, et le taquine un peu sur la sensibilité que ce dernier a ressentie lorsqu’il a vu la poitrine de cette dernière réagir d’une façon assez explicite lors du massage. Il lui indique qu’il a réagi ainsi, car cette dernière est une jolie femme tout simplement.


Karine est touchée par cette révélation, elle semble même un peu émoustillée. Elle a l’habitude de se faire enjôler lorsqu’elle est en cours, ou dans une fête, mais c’est la première fois qu’elle reçoit ce compliment de la part de son grand-père chéri. Elle ne sait pas trop comment réagir, mais prend tout de même en compte cette information.


Cynthia fait son retour, c’est maintenant Karine qui part à la douche.


La jeune femme reste assez discrète, puis lorsque la petite fille de Norbert revient, c’est lui qui va se laver. Cynthia demande à Karine de lui passer de la crème apaisante, elle sent déjà les effets du soleil sur sa peau. Elle commence le massage, puis discute. Elles reviennent sur l’intervention du grand-père à la plage. Cynthia trouve ça plutôt mignon, et avoue à son amie qu’elle le trouve plutôt bel homme. Les cheveux grisonnants lui donnent un petit charme, et puis il est bien conservé comme on dit.


Karine est assez surprise par ses révélations, reste discrète sur son ressenti, puis demande à son amie d’enlever son haut de maillot de bain afin de ne pas le tâcher. Elle voit pour la première fois sa copine les seins nus. Cela lui procure des petits picotements dans le bas de son ventre. Elle qui d’habitude, aime les hommes serait-elle tentée par son amie, ou est-ce que les aveux, lui ont créé une sorte d’alchimie érotique ? Nul ne le sait.


Toujours est-il que le massage se poursuit, elle passe de la crème dans le dos de son amie, sur le derrière des cuisses. Cette dernière action provoque une chaleur assez particulière entre les filles.


Karine demande alors à son amie de lui faire un petit massage, les filles échangent leur place. Cynthia ne remet pas son haut, et commence son activité. Elle promène ses doigts sur le dos de la petite fille à Norbert, puis effectue la même action sur le derrière des cuisses. Elle enlève à son tour le haut de son maillot puis se remet sur le ventre.


Cynthia a des mains assez douces, les papouilles ont remplacé le massage. Le souffle de Karine s’accélère, elle n’a pas l’habitude de recevoir autant de tendresse. Son amie entend et voit le changement à peine perceptible de son amie, du coup, elle joue avec les points sensibles. Elle touche le côté de la poitrine de Karine, puis fait de même avec l’intérieur des cuisses de cette dernière.


Malicieusement, elle fait des petits bisous sur le haut du dos de Karine, la mordille aussi ce qui lui provoque un très gros frisson. La petite fille de Norbert se remet sur le dos, afin d’arrêter cette action. Mais Cynthia continue son action et embrasse langoureusement son amie sur la bouche.


La glace est brisée entre les filles, puisque Karine répond à cette invitation. Elles s’embrassent avec passion, puis Cynthia caresse la poitrine de son amie. Cette dernière se libère un peu, se détend, puisqu’à son tour, elle touche les seins de Cynthia. Elle va même plus loin, puisqu’elle tète cette poitrine. Rapidement, les tétons de son amie grossissent et pointent.


Cynthia ressent les prémices du désir monté en elle, sa main descend petit à petit en direction du vagin de Karine. Elle touche maintenant cet abricot épilé qui est légèrement humide. Ses doigts s’activent à la fois sur le clitoris de cette dernière, mais aussi sur les lèvres qui gonflent de plaisir.


Pour plus de facilité, Karine soulève son bassin afin d’enlever le bas de son maillot. Elle est maintenant complètement nue avec son amie. Cynthia voyant ce spectacle, en profite pour effectuer un cunnilingus à sa partenaire. Dans le même temps, elle glisse quelques fois deux doigts dans le puits d’amour de son amie qui prend beaucoup de plaisir.


Elle grogne légèrement, mais surement. Cynthia qui a le bas de son ventre qui bouillonne, prend la décision de se mettre complètement nue. Elle positionne ses jambes autour de la tête de Karine et effectue un soixante-neuf endiablé. Les jeunes femmes se lèchent à la fois la vulve, mais aussi l’anus parfois. Elles se doigtent, et c’est dans cette activité que Norbert, le grand-père surprend les deux femmes.


Il ne fait aucun bruit et se positionne dans l’angle de la porte qui était restée ouverte. Bien entendu, il ne se prive pas de porter sa main au niveau de son membre qui est en érection en voyant ce spectacle magnifique.


Il se masturbe, mais n’ayant eu aucune activité sexuelle depuis six mois, il éjacule dans la serviette qui l’entoure au bout de cinq minutes. Malheureusement, en éjaculant, il a poussé un grognement, ce dernier a surpris les jeunes femmes, mais elles ne se sont pas arrêtées pour autant.


oogslghg

Elles ne crient pas, mais expriment leur bonheur d’une façon un peu plus explicite. Au bout de dix minutes, elles viennent sur la terrasse, les joues rouges de plaisir. Norbert effectue un petit sourire timide. Le silence est pesant.