Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 915 fois
  • 4 J'aime
  • 0 Commentaire

Sacré week end pour Catie.

Chapitre 1

Hétéro

Dans le cadre des relations inter-usines, le comité d’entreprise d’Alain est invité à passer un week end par le CE de la maison mère situé à Annecy. Alain a vingt quatre ans et est marié depuis six mois avec Catie, une jolie blonde de vingt ans. Une soirée dansante est prévue le samedi soir dans un village de vacances distant d’une cinquante kilomètres de là. Tout est prêt pour passer un bon week end. Catie et Alain monte dans leur chambre pour se préparer. Lui est vêtu d’un jean et d’un sweet, elle d’une jupe blanche à franges, et d’un petit haut, à franges également. Une bombe.

Ils arrivent dans la salle, et rejoignent d’autres collègues de travail. Les plus anciens font les présentations.

Catie et Alain font la connaissance de Marc, vingt huit ans, très séduisant, et de Maéva, une jeune métis de vingt cinq ans. Chacun raconte la sienne, et les arrêts au buffet sont de plus en plus fréquents, et alcoolisés. Marc invite Catie à danser.

-On vous a jamais dit que vous ressembliez à Madona, dit-il.

-A bon, répond-elle en riant, vous trouvez, c’est flatteur.

-Si c’est vrai. Comme moi, on dit que je ne ressemble à rien.

Catie rigole franchement. Ce Marc commence à l’amuser. Ils retournent au bar rejoindre les autres.

-Alors Marc, dit Alain, on drague ma femme. Attention, elle est jeune marié.

Marc ne répond pas. Il prend Maéva par la taille et la mène sur la piste.

-J’aimerai bien la baiser, dit Marc. Tu m’aides à la brancher.

-Tu veux que je joue les rabatteuses, sourit-elle. D’accord.

Nouveau passage au bar.

-Alors Catie, tu passe une bonne soirée, demande Maéva.

-Super, répond Catie, tu étais en grande discutions avec ton copain. Il y a longtemps que vous êtes ensemble.

-Avec Marc, c’est un ami, c’est tout. D’ailleurs, il est en manque en ce moment. Il drague pour assurer sa nuit. Il a même prévu le champagne.

Catie se retourne, et voit son mari penché sur le comptoir. il est ivre.

-Tu veux qu’on monte se coucher chéri? Demande-t-elle.

-Je crois que je vais y aller, j’en peux plus. Reste encore si tu veux.

-D’accord, répond-elle, je prends un dernier verre et je monte.

Catie rejoint Marc et Maéva. Marc s’empresse de la faire danser. Catie pense à ce que Maéva lui a dit. Le slow est langoureux. Leurs corps sont pratiquement soudés un à l’autre.

Marc, sachant q’Alain est monté se coucher, prend des libertés. Il remonte ses main dans le dos de Catie, passe sous le petit haut, et sourit. Elle ne porte pas de soutien gorge. Elle ne le repousse pas. Mieux elle enroule ses bras autour de son cou. La danse terminé, ils s’écartent et se regardent dans les yeux. Le courant passe.

-J’ai monté du champagne dans ma chambre, çà te dit.

Elle hésite. Que va-t-il se passer. Après tout, après le week end, ils ne se verront plus. Puis elle a tellement envie de faire l’amour. Ils arrivent dans la chambre. Catie remarque le seau avec le champagne, et deux flutes. Ils trinquent à leur rencontre. Marc prend les verres, et les pose sur la table. Il s’approche de Catie, lui prend tendrement le visage, et l’embrasse. Elle ne se dérobe pas. Elle répond au baiser. Son souffle s’accélère. Marc ôte le bustier, et fait glisser la jupe.

-Que tu es belle, dit-il.

Il l’a pousse sur le lit, quitte ses vêtements, et s’allonge sur elle.

-Enfin une belle queue, prend moi, baise moi s’il te plait.

Je veux jouir à en crever.

Il lui écarte les jambes, et plonge sa tête entre ses cuisses. Il attaque le clitoris à coup de langues. Elle n’en peut plus.

-Vas-y Marc, t’arrête pas, mange le, c’est trop bon.

Catie hurle de plaisir. Ses mains se crispent sur la nuque de Marc.

-Ton mari doit ne pas beaucoup te donner, dit-il. A l’allure ou tu as joui.

-Si, il me donne, mais j’avais trop envie ce soir.

Il remonte sur son corps, la queue en érection, la place entre ses seins, et la glisse dans sa bouche.

-Suce moi un peu. Tu avale la fumée j’espère, tu verras comme c’est bon.

Elle s’exécute avec précaution. Elle aime, çà se voit. La façon qu’elle a d’enrouler sa langue autour du gland, çà ne trompe pas. Marc ne résiste pas. Il se vide dans sa gorge.

-Ha, je crache, grogne Marc. Quelle pipe, wouaou.

Il roule sur le dos. Il n’a pas le temps de reprendre ses esprits, que Catie l’enjambe, et coulisse sur sa queue. Elle commence a bouger ses hanches en gémissant. D’une main, elle lui gratte les testicules encore durs

-Oh putain, comme je me fais prendre. Je mouille comme une pute. Vas-y chéri, fais moi crier encore. Oui..oui..

Salaauud..

Marc décharge une seconde fois. Dans la chatte de Catie cette fois. Elle sent les dernières goutes gicler dans son ventre. Les deux amants sont épuisés. Un peu de repos leur fera le plus grand bien.


La journée du lendemain se passe calmement. Le bus ramène toit le monde à Annecy. Maéva discute avec Catie.

-Alain, dit-elle, Catie peut monter dans nôtre bus? Qu’on papote un peu avant de se quitter.

-Pas de problème, répond Alain, comme elle veut.

Les deux femmes montent dans les bus, et regagnent les places du fond ou les attend...Marc. dans l’obscurité, elle distingue la queue de son amant d’une nuit, en pleine érection. Marc glisse ses mains sous le pull de Catue, et lui caresse les seins. Maéva, elle, placée derrière Catie, passe ses mains sous la jupe, et lui quitte le string. elle en profite pour caresser le clitoris et la chatte déjà mouillée.

-La petite salope, elle est prête, dit Maéva à mi-voix.

-Tu veux que je te nique avant de se quitter, dit Marc.

-Bien sur, soupire-t-elle, un dernier coup pour la route.

Maéva lui enroule la jupe autour de la taille. La musique diffusée dans le bus couvre les gémissements.

-Tourne toi, dit Maéva, et assied toi sur Marc.

Catie descend doucement, et s’empale sur sa bite.

-Je suis encore entrain de me le faire mettre. Quel coup de queue. Il me défonce la chatte ce salaud. Et moi qui me régale. Caresse mon bouton Maéva, ce vilain est en feu.

Embrasse moi vite pour pas qu’on m’entende crier.

Catie viole carrément la bouche de Maéva. Elle bave, lui souffle dedans. Des larmes perlent sur ses joues. Un orgasme terrible l’envahit, à même temps que Marc se vide dans sa chatte. La tempête est passée.

-Tu m’a prise pour une bouée, ironise Maéva. Quelle santé.

-C’est tellement bon, répond Catie. Comme vous avez joués avec moi. Je n’oublierai jamais.

Marc fait faire un demi tour à Catie, et lui prend les seins à pleine bouche. Il se lève et l’embrasse violemment.

— Moi non plus je n’oublierai jamais ce week end passé avec toi.


Ils sont maintenant sur le parking de l’usine. Le départ est proche. Alain embrasse Maéva, serre la main de Marc. Catie fait la bise a Maéva, et va pour serrer la main de Marc.

-Mais Catie, dit Alain, tu peux l’embrasser quand même.

Catie se précipite sur Marc, et l’embrasse.

-Merci pour tout chéri, murmure-t-elle à son oreille. J’ai pas fini de penser à toi avant de m’endormir.

Cà y est, les voila partis. La route va être longue. Catie s’appuie sur l’épaule de son mari, et s’endort les larmes aux yeux.

Diffuse en direct !
Regarder son live