Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 179 fois
  • 23 J'aime
  • 13 Commentaires

La Saga des esclaves au Château du Marquis d'Evans

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Bonjour à tous,


Ecrivain passionné depuis toujours, j’écris uniquement depuis plus de 10 ans des histoires de sexe de Domination/soumission (cette catégorie n’existant pas ici, j’ai cliqué sur celle ’’SM/ Fétichisme). J’ai plus de 400 histoires à ce jours à proposer. Je peux en poster 1 par jour sans souci donc vous aurez de la lecture pour plus de 400 jours si mes histoires vous intéressent. Voici la toute première de ma première Saga (j’ai écrit 4 longues sagas en 10 ans)


Bien cordialement à tous

Marquis Edouard d’Evans


La Saga des esclaves au Château du Marquis d’Evans (1):


Je m’appelle Philippe et je suis journaliste d’investigation. A la demande de mon rédacteur en chef, j’avais entrepris une enquête approfondie dans les milieux si méconnus des adeptes de la Domination et de la soumission, du S/m, du bondage, du BDSM, etc.


Après le passage obligé des boutiques et des sites internet, j’avais réussi à obtenir un rendez-vous avec Celui qui apparaissait pour beaucoup de mes interlocuteur comme Une Référence en la matière. je me souviens, c’était lors d’un chat avec une Maîtresse : "essaie de contacter Sir Evans, avec Lui tu apprendras beaucoup", m’avait-elle affirmé.


J’avais alors erré quelque temps sur le net, jusqu’à tomber enfin sur un site où figurait ce pseudo. Nous avions échangé quelques phrases et Sir Evans avait finalement consenti à me recevoir. Il m’avait dit d’être le vendredi à midi sur la place du village de St- XXXXXX et d’attendre, qu’il se chargeait d’organiser la suite.


Au jour dit, je me rendis donc au lieu de rendez-vous. Il faisait gris et froid, une légère brise me glaçait les os. j’étais seul sur la place avec ma Clio noire portant le logo bleu et vert de mon journal. Impossible de me rater pensais-je, appuyé sur le capot et fumant une énième cigarette. je trouvais le temps long...


Finalement, vers la demie, je vis un lourd 4X4 qui roulait au ralenti vers la place. je me redressais un peu et jetais mon mégot vers le caniveau. Une étrange sensation m’habitait... j’avais beaucoup discuté avec des adeptes du

Divin Marquis lors de mon enquête, mais je n’avais encore jamais rencontré l’un d’eux. j’imaginais des choses assez glauques ou violentes, riche seulement de quelques références littéraires ou cinématographiques.


Le 4X4 s’arrêta face à moi... j’attendais, immobile. Pendant de longues minutes, rien ne se passa. je tapais des pieds sur le sol pour me réchauffer et commençais à m’impatienter. Enfin, les portières du véhicule s’ouvrirent. Deux hommes à la forte carrure en sortirent et s’approchèrent.

L’un d’eux s’arrêta à quelque distance, tandis que l’autre venait jusqu’à moi : "T’es le journaliste ?" ... "Oui" répondis-je "je commençais à me demander si c’était un canular !".


Mon ton un peu sec ne provoqua aucune réaction sur le visage massif de cet homme à la carrure impressionnante : "Suivez moi" dit-il, reprenant le chemin du 4X4, je lui emboitais le pas alors qu’un léger crachin commençait à tomber. Celui qui était resté en retrait s’interposa alors : "Veuillez me donner les clefs de votre voiture, je m’en charge" me dit-il d’un ton qui, allié à une carrure tout aussi compact(e que celle de son compère, n’admettait pas vraiment de réplique. je donnai donc mes clefs et allai jusqu’au 4X4.


Je m’installai sur le siège du passager, découvrant la présence d’un troisième homme à l’intérieur. Celui qui m’avait accueilli était déjà installé au volant. C’est lui qui m’expliqua la règle du jeu : "On tient à la discrétion... C’est pour ça que je vous conduis et qu’y faut la cagoule"... "La cagoule ?" je m’étonnai. L’homme assis à l’arrière tendit alors le bras, tenant une cagoule de soie noire. "Excusez nous hein, Le Maître y tient", dit-il tout en passant déjà le fin tissus sur ma tête. "je comprends" répondis-je, plus conciliant par la parole que par l’esprit, un peu angoissé quand même par ces manières de conspirateurs.


Le 4X4 démarra en douceur et commença alors un trajet dont j’ignorais totalement la destination. D’abord mené sur une route asphaltée, je sentis soudain un ralentissement, puis quelques cahots, alors que le véhicule s’engageait sur un chemin de forêt. Il fallut environ une demi-heure pour que nous parvenions à destination. les deux hommes m’aidèrent à m’extraire du 4X4 et me guidèrent avec fermeté... A l’issue de quelques mètres sur un sol spongieux, je sentis enfin une dalle de pierre sous mes pieds... le grincement d’une lourde porte et soudain le parfum de l’intérieur...


La cagoule me fut ôtée et je découvris un vaste hall dallé, s’ouvrant sur plusieurs portes fermées, et au centre un grand escalier de bois menant vers des étages. Un majordome (je sus plus tard qu’il se prénommait Walter) à l’air sévère se tenait très droit face à moi et ma salua d’un bref hochement de tête : "Le Maître vous attend, veuillez me suivre"... il tourna alors les talons et se dirigea vers l’une des portes au fond du hall, je me hâtai de le suivre...


Le majordome ouvrit la porte et s’effaça afin de me céder le passage. j’avançais dans une vaste pièce aux murs de pierre recouverts de riches tapisseries anciennes présentant d’étranges scènes antiques, présentant des hommes et des femmes nus, enchaînés, exhibés sur des marchés aux esclaves ou offerts aux sévices et plaisirs de Leurs Maîtres(ses) vêtus à l’Antique. De hautes colonnes flanquaient chaque côté de la grande pièce éclairée par des fenêtres placées très haut et n’offrant pas de vue sur l’extérieur... Au fond, au centre, une sorte de trône en bois ouvragé sur lequel était installé Un Homme qui me fixait; j’eus un bref instant de doute lorsque je vis... Et pourtant c’était la réalité... A Ses Pieds, nues, seulement vêtues d’un épais collier d’acier enserrant leur cou, deux femmes nues étaient alanguies, une fine chaîne partant de leur collier à chacune pour être fixées aux accoudoirs du trône.


L’Homme tendit la main et fit un léger geste pour me signifier que je pouvais approcher, flanqué du majordome qui marchait à mes côtés. Arrivé à environ deux mètres du trône, le majordome tendit la main pour me saisir le poignet; "ici c’est bien" me glissa-t-il dans un souffle. je m’arrêtai...

Quelques secondes de silence... Puis la voix de l’Homme du trône retentit, claire, distincte, élégante. Sans avoir besoin de se forcer, elle retentissait dans ce vaste espace : "Bienvenue dans mon domaine", dit-il. je bredouillai un "bonjour et merci d’avoir accepté de me recevoir" plutôt piteux, assez impressionné par l’ambiance et par cet homme qui n’hésitait pas à me recevoir avec ces deux femmes réduites à l’état d’animaux de compagnie qui se tenaient docilement à ses pieds.


Le majordome avança d’un pas : "je vous présente Sir Evans, Maître de céans..., Maître, voici Philippe Damier, le journaliste qui avait sollicité une entrevue". Puis il se retira et le silence retomba... Mal à l’aise, je sortis maladroitement un carnet un stylo de ma poche "euh... je... cela ne vous dérange pas si je prends des notes ?"... Un sourire se dessinant sur ses lèvres, Sir Evans eut un geste élégant de la main "mais je vous en prie, notez mon cher, notez... Je suis sur que vous avez beaucoup à apprendre ici"... "je.. euh, merci Sir, ... merci"


Sir Evans se leva alors, d’un geste il saisit les bouts des deux chaînes et s’en servit de laisse pour entraîner à sa suite les deux femmes nues qui le suivirent docilement, faisant évoluer leur corps à quatre pattes avec une grâce féline. Sir Evans s’approcha de moi et j’eus du mal à soutenir son regard... Sa seule présence marquait l’évidence de Sa Nature Dominante.


Il commença à arpenter la pièce, menant à sa suite les deux femmes qui le suivaient pas à pas, évoluant sans difficulté à quatre pattes au rythme imposé par leur Maître. Tout en accompagnant cette promenade circulaire à travers la grande pièce, j’interrogeai Sir Evans sur sa notion de la Domination, sur ses expériences, ses principes... Il répondait avec clarté, sincérité, ponctuant ses propos d’anecdotes et de récits variés. Fréquemment il tournait son regard vers moi afin de ponctuer une phrase ou un récit; invariablement, je me sentais rougir légèrement et je baissai instinctivement les yeux. je ne parvenais pas à me maîtriser totalement, moi qui étais pourtant habitué à interroger de hauts dirigeants économiques ou politiques, je me sentais soudain "tout petit". Et malgré mes efforts pour qu’il n’en paraisse rien, je n’étais vraiment pas sur d’y parvenir...


L’entretien dura près de deux heures. Et tout au long de ces échanges, les deux femmes suivirent le rythme de nos pas, sans jamais gêner nos évolutions, sans jamais se plaindre. Sir Evans devina que je m’interrogeai et précéda ma question : "Ce sont deux de mes esclaves... deux bonnes chiennes qui ont déjà été longuement dressées. Elles sont ici pour quelques semaines et agrémentent mes journées... Ainsi que les soirées que je donne parfois dans la salle à manger du château, pour quelques amis triés sur le volet".


Je ne parvins qu’à hocher la tête et ne pu m’empêcher de jeter un regard sur ces deux femmes, qui se tenaient parfaitement immobiles, à quatre pattes, les reins légèrement creusés, la croupe un peu relevée... comme prêtes à être saillies à tout instant. Mon regard s’attarda sans doute plus que je ne le voulais car j’entendis soudain la voix de Sir Evans... "Manifestement elles vous intéressent... Voudriez vous en essayer une ? Je pensais vous offrir l’hospitalité pour la nuit et l’une de ces chiennes aurait pu agrémenter votre séjour, après tout l’expérimentation enrichit toujours le simple témoignage, ne croyez vous pas ?".


La proposition avait été faite d’une voix mesurée, calme... même s’il me semblait y avoir peut-être décelé un zeste d’ironie. je bredouillais... "euh, c’est à dire... (je me sentis rougir !) je dois... rentrer ce soir, je ne peux pas... merci mais, non vraiment"... Sir Evans laissa un instant peser son regard sur moi et je ressentis une gêne comme je n’en avais jamais connu. "A votre guise", dit-il, "je vais vous faire raccompagner".


Dehors, la bruine du matin s’était transformée en une pluie fine mais persistante... Devant le perron du château, ma voiture professionnelle était garée. Le majordome m’en tendit les clefs que je saisis. je descendis les grands escaliers extérieurs et trouvai refuge dans la Clio. je restai ainsi immobile quelques minutes, essayant de remettre un peu d’ordre dans mes idées. j’avais été extrêmement troublé par cette journée et par cette rencontre avec Sir Evans. Une foule de pensées se bousculaient dans mon esprit. je revoyais les tapisseries avec leurs scènes d’esclavage antique, les deux femmes-chiennes si excitantes au bout de la laisse de Sir Evans... excitantes, oui, indéniablement. Mais ce qui me troublait plus encore, c’est que j’avais du mal à définir ce qui m’avait le plus excité dans cette vision : était-ce de les voir ainsi traitées comme des chiennes ? était-ce plutôt leur situation ? je n’avais pas pu m’empêcher, un instant de me demander ce qu’elles ressentaient, ce que l’on ressentait dans une telle situation, à être ainsi avili, rabaissé au rang d’un animal de compagnie... nié dans la dignité d’être humain libre... et cela aussi m’excitait.


Brusquement, n’y tenant plus, je démarrais dans un crissement de pneus. je voulais partir, m’éloigner... Etre loin de ce château, de son Seigneur à la séduction si ambigüe, que je trouvais perverse... je ne me l’avouais pas, mais je fuyais, sans trop savoir quoi, je fuyais... Je roulais sans doute un peu trop vite sur le chemin de forêt qui ceinturait l’enceinte du Château. je sentais mes pneus se dérober légèrement à chaque virage, mais je ne levais pas le pied? je voulais être loin. Mais soudain, un coup de volant un peu trop brusque ? je sentis la voiture échapper à mon contrôle sur le sol boueux. Elle partit en un dérapage que j’étais bien loin de contrôler et alla se ficher dans le bas-côté, heurtant au passage une souche avec laquelle le choc fut violent.


La Clio immobilisée, je restais un moment immobile au volant... j’enrageais ! je voulais m’éloigner et voilà que j’étais bloqué comme un fieffé imbécile ! je m’en voulais. je sortis pour constater les dégâts, l’aile était bien endommagée, mais la direction ne semblait pas avoir souffert. je pourrai peut-être dégager la roue et repartir. Sous la pluie, je m’affairai pendant un temps infini, sans résultat. Plusieurs fois, de rage, je donnai un coup de pied dans la voiture immobile, devenue si stupidement inutile ! Je commençais à désespérer, assis sur le capot, la tête entre les mains, lorsque j’entendis un bruit de moteur lointain... Je me redressai et vis au loin le 4X4 qui m’avait pris en charge à mon arrivée. Il approchait et s’arrêta à ma hauteur.


Les deux colosses qui m’avaient accompagné à l’aller sortirent et j’allai vers eux... "Vous ne pouvez pas savoir combien je suis content de vous voir", dis-je avec un sourire. Ils ne m’accordèrent même pas un regard, allèrent jusqu’à ma voiture et l’examinèrent. Echangeant un regard entendu, il hochèrent la tête d’un même mouvement : "L’est foutue, pourrez pas rentrer avec", dit l’un d’eux sans même m’accorder un regard. "Vous êtes sur ?"

"Ben oui... C’est la direction qu’à morflé... Va falloir réparer, ça prend du temps", dit-il encore, ajoutant : "Z"auriez mieux fait d’accepter l’hospitalité du Maître"... j’étais furieux... "J’aurai surtout mieux fait de ne pas venir dans ce bled pourri !" criais-je en tapant du pied sur le sol boueux, ne parvenant qu’à salir un peu plus le bas de mon pantalon...


"C’est pas gentil de dire ça, le Maître a été très accueillant. C’est pas une façon de le remercier", me lança un des deux colosses. Son ton lent et neutre m’énerva encore plus : "Oui ! très accueillant, avec des femmes en laisse !" j’allais continuer lorsque la brusquerie de mon mouvement me fit perdre l’équilibre et chuter dans la boue. j’allai me relever lorsque je sentis un poids soudain peser sur mes épaules... je forçais, en m’appuyant sur mes deux mains, sans succès...le poids se faisait encore plus pesant sur mes épaules... je compris que l’un des deux hommes appuyait sa chaussure sur moi, me maintenant dans la boue... Il appuyait plus encore et mon visage s’enfonçait dangereusement dans la trainée d’eau boueuse qui noyait le chemin.

L’autre s’accroupit et se pencha à mon oreille : "C’est pas bien de parler comme ça du Maître"... Tandis que le pied de l’autre me maintenait au sol, le second saisit mes cheveux et écrasa mon visage dans la boue, la maintenant ainsi jusqu’à ce que cherchant ma respiration, je finisse par sentir la boue entrer dans ma bouche et mes narines. Puis il releva ma tête... "il faut s’excuser maintenant".


J’avais peur... très peur... "je demande pardon (je toussai et crachai de la boue) je suis désolé, j’étais énervé... je n’aurai pas du"... Malgré ces mots, l’homme repoussa à nouveau mon visage dans la boue de longues secondes avant de me tirer par les cheveux pour me permettre de respirer : "Encore, mieux... "... je sentis le poids du pied dégager mes épaules et c’est en me tirant les cheveux que l’on me força à me relever : les deux colosses se tenaient face à moi... je n’osais ni bouger, ni parler... j’étais tétanisé de peur.

"Il est pas très poli le journaliste", dit l’un à l’autre qui lui répondit : "Non, pas très... Va falloir qu’il apprenne"... "Oui, va falloir le dresser". je me tenais dos à mon véhicule accidenté. je n’avais aucune échappatoire. De toute façon, je ne savais même pas par où aller pour rejoindre le village... "écoutez, je suis désolé. j’étais énervé par l’accident, je ne voulais... " C’est une gifle qui vint m’interrompre. Puis je sentis des mains épaisses qui me saisissaient et me retournaient... Je n’osais pas avoir de réaction... paralysé par la criante, je me laissais faire, la situation me semblait irréelle... j’avais le ventre allongé sur le capot de ma voiture, un homme me tenait fermement les poignets tandis que l’autre dégrafait brutalement mon pantalon et le baissait sur mes chevilles.


Puis il arracha mon boxer et je sentais la pluie fine et régulière venant s’abattre sur mon cul nu... j’étais terrorisé... je tentais de supplier, mais je ne parvenais même pas à prononcer un mot audible.

Par contre, je criai lorsque je sentis quelque chose de souple mais dur venir cingler violemment mes fesses... Une fois, deux fois... cinq fois je sentis cet objet me fouetter et à chaque fois je poussai une cri déchirant. Il y eut cinq coups encore et les sanglots se mêlaient aux cris...

je tremblais de tout mon corps, la douleur, le froid, l’humiliation, la peur... je ne savais plus ce qui l’emportait en moi... j’avais le sentiment de flotter, ailleurs, je ne savais plus très bien où j’en étais lorsque les deux hommes me saisirent par les bras pour m’amener jusqu’à leur 4X4. Ils me jetèrent sur la banquette arrière tandis que je sanglotais, s’installèrent à l’avant et démarrèrent...


Quelques minutes plus tard, le 4X4 s’immobilisait et je fus sorti de force... Sans ménagement, les deux hommes me mirent debout et arrachèrent mes vêtements... je tentai de supplier une fois, mais une nouvelle gifle vint rougir ma joue et j’abandonnai toute velléité de résistance. je me retrouvai nu sous la pluie battante, les pieds dans la boue, mes vêtements jetés sur le sol comme un vulgaire tas de linge inutile. je me recroquevillai et tentai de cacher mon sexe en joignant les mains devant. Les deux brutes émirent un rire gras : "Voyez donc ça ! ! ça fait des manières, ça veut se cacher"... Ils éclatèrent de rire... L’un d’eux s’approcha et leva la main, au bout il tenait une sorte de badine et il l’abattit, cinglant ma cuisses... "Mets tes mains dans ton dos, salope !"


Comme je n’obéissais pas assez vite, un second coup tomba... je poussai un petit cri aigu qui ne manqua pas de faire bien rire mes deux tourmenteurs. et j’obéissais, joignant mes mains dans le dos... les deux homes s’approchèrent alors et je sentis une corde venir lier mes mains, puis ils s’amusèrent à me bousculer, me poussant de l’un vers l’autre, comme une sorte de ballon, ou de poupée de chiffon... je pleurai et mes larmes se mêlaient à la pluie battante qui s’abattait sur mon corps nu et meurtri. Je remarquai soudain que nous étions à l’arrière du Château, près d’une petite porte de service. celle-ci s’ouvrir justement et je vis une femme habillée simplement sortir en s’essuyant les mains à un torchon. "Eh bien ! ? Vous voulez qu’il attrape la mort ou quoi ? Allez, assez joué, ramenez moi ça à l’intérieur !" lança-t-elle à l’adresse des deux colosses qui me poussèrent alors vers la porte...

j’entrai pour la deuxième fois dans le château de Sur Evans, mais cette deuxième expérience n’avait pas vraiment le même goût que la première. Nu, entravé, la croupe meurtrie par les coups, tremblant de froid, je franchissais le seuil d’un monde nouveau que j’allais apprendre à découvrir...


Les deux brutes me poussèrent à l’intérieur... Il s’agissait d’une petite pièce nue, au sol de grandes dalles de pierre, avec seulement un banc dans un coin. La femme en sortit par une porte de côté tandis que les deux colosses m’immobilisaient au centre de la pièce... l’un d’eux saisit mon sexe dans sa main et dit en riant : "Mais regarde ! La petite salope bande... Malgré le froid, je crois que c’est vraiment une salope, Le Maître avait raison"... J’avais honte de ce qu’il venait de découvrir. Malgré le froid, la honte, la peur, la situation m’excitait, je comprenais à quel point le trouble qui m’avait saisi à la vue des deux femmes nues signifiait que je les enviais. Je n’eus pas le temps d’y penser plus, car la femme revint dans la pièce avec une serviette qu’elle lança à l’un de mes deux tourmenteurs "Sèche le, Le Maître n’apprécierait pas qu’il tombe malade ! Mais qu’est-ce qui Vous a pris ?" lança-t-elle aux deux brutes, "vous savez bien que Le Maître est très attaché à la bonne santé de ses esclaves, quand même !"...


L’homme se saisit de la serviette et entreprit de me sécher brutalement. Il passait la serviette chaude partout sur mon corps, s’amusant à insister sur mon sexe et mes couilles... L’autre regardait en riant. "Regardez Marie... Cette salope est toute excitée"... La femme s’approche et regarde mon intimité avec insistance : "En effet... il semble y avoir un potentiel. Mais c’est Le Maître qui en décidera. En attendant, menez le près de la cheminée".

A nouveau, les deux brutes me saisirent par les bras pour m’entraîner dans une vaste pièce attenante, où un beau feu grésillait dans une immense cheminée.


Une vaste table de bois épais trônait au centre de cette pièce fleurant bon les épices et les plats qui mijotent... A la table, un homme et une femme, nus, portant un collier de métal au cou s’affairaient à éplucher des monceaux de légumes. Ils ne levèrent pas les yeux de leur ouvrage, ne risquant même pas un bref regard. Je fus transporté jusqu’à proximité de l’âtre et installé à genoux. Une main impérieuse m’obligea à me tenir prosterné, visage contre le sol, reins creusés et croupe relevée... deux mains saisissant mes cuisses pour les forcer à s’ouvrir. "Tu ne bouges plus... Immobilité totale" me glissa une voix menaçante. Je n’en pouvais plus de ce traitement, des larmes coulaient silencieusement, mais je n’osai rien dire et j’obéis, je m’appliquais à rester parfaitement immobile dans cette position qui ajoutait l’inconfort à l’humiliation.


Tandis que j’entendais des bruits de cuisine tout autour de moi et que les parfums culinaires venaient titiller mes papilles je tentais de m’extraire du contexte pour retrouver mes esprits. j’avais perdu toute notion de temps... je ne savais plus quelle heure il était, j’avais l’impression qu’une éternité venait de s’écouler depuis que j’étais arrivé le matin même dans ce village perdu battu par la pluie. Pourtant tout était si réel, cette position que j’avais du mal à garder, la douleur qui lançait ma croupe meurtrie par la flagellation... Comment pouvais-je en être arrivé là ? Quels mécanismes avaient donc tout bouleversé ? Je tentais de retrouver mes esprits... j’étais victime de deux tarés et Sir Evans allait tout faire rentrer dans l’ordre, il ne pouvait pas en aller autrement ! j’étais un journaliste, on n’enlève pas comme ça un journaliste en France, quand même ! Le Maître des lieux allait corriger ce malentendu, j’étais même sur qu’il allait s’excuser et passer un sacré savon à ses sbires débiles. La chaleur émanant de la cheminée et ces pensées me rassuraient un peu, cette situation absurde ne pouvait pas durer, c’était une évidence !


Pourtant le temps passait et j’avais de plus en plus de mal à garder ma posture. je sentais que je n’allais pas tarder à vaciller, que je risquais de perdre l’équilibre et en attendant que les choses ne rentrent dans l’ordre, je ne tenais vraiment pas à risquer une nouvelle correction. Heureusement, je sentis une présence tout près de moi. Et je vis des chaussures féminines assez grossières à hauteur de mon visage. "Debout !" dit la voix autoritaire de la femme qui m’avait permis d’être réchauffé. j’obéis, me redressant maladroitement en raison de mes poignets toujours entravés dans mon dos.


Je me tenais maintenant debout et je fixais le sol, tête baissée, n’osant pas regarder en face cette Femme qui semblait jouir ici d’une certaine autorité.

Elle m’avait protégé des deux brutes et je tenais à conserver de sa part cette attitude plutôt positive... "Le Maître est occupé pour le moment, il m’a dit de m’occuper de toi" me dit-elle en me bousculant un peu... je compris que je devais me déplacer. Elle me saisit alors le bras d’une poigne étonnamment ferme et me guida jusqu’à la grande table, me forçant à m’asseoir sur une chaise en bois à l’extrémité opposée à celle où se tenaient l’homme et la femme nus, toujours en train d’oeuvrer à la préparation de quelques mets destinés sans doute à la table de Sir Evans. La Femme autoritaire se tenait à côté de moi et je n’osais pas la regarder. Elle saisit alors mon menton et tourna mon visage vers Elle : "Je suis Marie, la cuisinière. Pour toi c’est Madame Marie ! Quand tu seras autorisé à t’exprimer. Compris ?"

"Oui" disais-je en hochant la tête... juste quand la gifle claqua. je compris immédiatement quelle faute j’avais commise. j’avais assez enquêté dans le milieu S/m pour saisir et je me rattrapai au plus vite : "Oui Madame Marie", dis-je les yeux baissés.

"C’est bien, tu comprends plutot vite, c’est un avantage" dit-elle tout en s’éloignant.


Elle revint quelques secondes plus tard avec un bol qu’elle posa sur la table devant moi. Il contenait une sorte de bouillon clair dans lequel flottaient quelques bouts de légume, des carrés de pain et quelques petits bouts de gras de viande. Je restais interdit face à ce bol... "Mange, c’st chaud, ça te fera du bien" lança la voix impérieuse de la cuisinière. Je me tournais vers elle l’air interrogatif... "Quoi ?" dit-elle. Me supposant autorisé à parler j’osai une courte phrase : "Mais j’ai les mains attachées Madame Marie"... ce qui lui tira un fort mais bref éclat de rire. "Et alors ? as-t-on vu un chien manger avec les doigts ? j’aurai du te servir par terre, mais comme tu es nouveau je te fais une faveur. Alors mange en silence, sinon je devrai sévir". Le ton était si autoritaire que je compris qu’il valait mieux obéir en silence.


Je penchai mon visage vers le bol et je commençait à laper le bouillon et à saisir tant bien que mal les bouts de légumes et de pain entre mes dents. Le bout de mon nez trempait dans le bouillon, mon visage s’en maculait. j’essayai de garder une relative dignité mais je n’étais pas dupe, j’étais ridicule et je faisais en mangeant le bruit d’un chien qui dévore sa pitance. Peu importait, le bouillon chaud me réchauffait le corps et je me sentais mieux. je ressentis même de la reconnaissance pour Celle qui daignait ainsi me nourrir, quelles que soient les conditions dégradantes qu’Elle m’imposait. je finis mon bol sans rien laisser, espérant que Madame Marie apprécierait que j’ai fait "honneur" à sa pitance.


Ce repas m’avait redonné un peu de courage, mais pas assez cependant pour oser relever le nez de mon bol... je sentais la présence de Madame Marie à proximité et je préférais rester discret car je ne doutais pas que sa main pouvait s’abattre à tout instant si mon attitude ne Lui semblait pas conforme à l’attitude exigée d’une personne dans ma situation... Ma situation, je ne cessais d’y penser, de tenter de l’analyser. j’étais persuadé que les deux brutes avaient outrepassé les ordres de Leur Maître. Le Sir Evans que j’avais rencontré quelques heures auparavant n’aurait pas manqué de s’enquérir de ce qu’il était advenu de moi. Forcément Il ignorait tout de ma situation et ne tarderait pas à remettre les choses en place. je rêvais à ma "revanche" à venir lorsqu’une tape sur la nuque me rappela à ma réalité du moment.


"Debout !" m’intima Madame Marie d’une voix puissante. j’obéissais sans tarder et me tenais à ses côtés, debout et aussi nu qu’au jour de ma naissance, la tête basse, le regard rivé vers le sol dans une attitude aussi humble que je pensais pouvoir le faire. Elle vint alors devant moi et attacha une épaisse corde autour de mon cou, suffisamment serrée pour que je ressente sa présence, mais sans pour autant gêner ma respiration. Elle tenait l’extrémité de la corde en main et tira d’un petit coup sec dessus, je suivis le mouvement qu’Elle avait imprimé en faisant un pas en avant... Puis m’arrêtai. Elle recommença ce geste à deux reprises et à chaque fois je tentais au mieux d’épouser le mouvement qu’Elle avait initié. Sans oser lever les yeux, je parvins cependant à percevoir un sourire. Apparemment, Madame Marie était satisfaite de mon attitude, ce qui je l’avoue me rassurait grandement.


Elle tira alors plus vivement sur la corde, m’obligeant à un brusque pas en avant et cette fois elle ne cessa pas d’avancer. le cou enserré dans la corde, je suivis le mouvement, réglant mon pas sur celui de La Dame afin de la suivre sans à-coups. Nous sortîmes de la cuisine pour suivre un long couloir assez sombre. Quelques rares appliques distillaient un éclairage tremblotant dans cette longue allée dont les larges dalles de pierre étaient recouvertes d’un long tapis de velours rouge. Je n’osais pas lever la tête et ne pouvais discerner précisément quels thèmes illustraient les riches tapisseries qui pendaient aux murs, de part et d’autre. Au bout du couloir, Celle qui me menait à la longe semblant prendre un tournant et je suivis, m’engageant à sa suite dans un étroit escalier en colimaçon en pierre nue, froide à mes pieds. L’escalier tournait en s’enfonçant profondément sous le Château.


Malgré l’humidité ambiante, les marches étaient parfaitement entretenues, ni mousse, ni poussière sur ces pierres ancestrales que je descendais vers un destin dont j’ignorais tout... En bas des escaliers, un petit palier donnait sur une porte basse, fermée. Madame Marie s’arrêta au centre de ce petit espace et je fis de même. Elle s’approcha alors de moi et me saisit le menton pour me forcer à relever la tête. L’espace d’un bref instant je croisai son regard, des yeux noirs durs mais malicieux... je fus saisi d’un éclair de crainte, ce regard sur moi... je sentis qu’Elle était capable de tout, qu’Elle pourrait se montrer presque maternelle comme lorsqu’Elle m’avait protégé des brutes, mais qu’Elle pourrait instantanément se métamorphoser et me faire cruellement souffrir...


En maintenant toujours mon menton serré entre Ses doigts, elle me força à regarder les murs autour du palier : à des crochets pendaient des ustensiles tels que fouets, cravaches, liens divers, mors mêlant cuir et métal... Dans des râteliers reposaient d’autres objets, barres de bois et de fer ou d’autres dont j’ignorais l’usage et jusqu’à aujourd’hui l’existence même. Madame Marie ne dit pas un mot, elle m’abandonna dans ma contemplation, comme prenant plaisir à sentir l’angoisse qui me nouait l’estomac. Elle approcha d’un mur et y saisit un simple foulard de soie noire, puis revint vers moi et banda mes yeux.

"Tu n’as pas à voir ce qui est derrière cette porte, pour le moment tu n’es qu’une sorte... d’invité (elle rit) par la suite, peut-être seras tu autorisé à ouvrir les yeux" et elle repartit dans un éclat de rire. Les yeux bandés, j’entendis le grincement de la porte de bois que l’on ouvrait, puis une impulsion sur la corde qui se tendit, me contraignant à suivre à nouveau le mouvement.


Je marchais en me réglant sur le rythme imposé par La Cuisinière, marchant sur un sol moins régulier qu’auparavant et ressentant comme une sorte d’oppression. Manifestement, le couloir quelque peu sinueux que nous suivions était beaucoup plus étroit. Nous avons ainsi marché une poignée de minutes, avant de nous immobiliser à nouveau. Encore le grincement caractéristique d’une porte aux gonds rouillés, le frottement du bois qui frôle un sol irrégulier... et de nouveau la corde qui tire sur mon cou et me force à avancer... Une odeur de moisi, une ambiance chaude mais humide... Privé de regard, je tentai, sans grand succès, à utiliser mes autres sens pour situer où je me trouvais.

"A genoux !", à nouveau la voix impérieuse de Madame Marie et une obéissance immédiate, déjà presque un réflexe, comme une évidence qui s’insinuait dans mon esprit : un ordre, un acte immédiat, une obéissance de l’instant, pour éviter le châtiment. j’avais du mal à accepter cette soumission presque instinctive dont je faisais preuve... j’avais l’impression d’être un autre. Tandis que ces pensées occupaient mon esprit, un bruit de métal me fit sursauter. Pas le temps de réfléchir, déjà on défaisait la corde de mon cou, pour immédiatement la remplacer par ce qui ne pouvait être qu’un collier de métal. Un claquement sec et je pus sentir le poids de ce collier pesant sur mes épaules.

je restais là, le collier refermé autour de mon cou, dont je devinais à chaque mouvement qu’une chaîne y était fixée, sans doute me reliant au mur de cette pièce où j’étais désormais captif.


Ce n’est qu’alors que je sentis de la paille sous mes genoux... j’avais été tellement obsédé par mon environnement que je ne l’avais même pas sentie en marchant dessus. je me trouvais donc enchaîné, nu sur un sol couvert de paille, les yeux bandés, dans une sorte de cachot plongé dans les entrailles d’un Château isolé du reste du monde. Soudain, les quelques bouffées d’espoir qui m’avaient permis de tenir jusque là m’abandonnèrent totalement. j’étais désespéré, je me sentais perdu. Perdu pour le monde dans lequel j’évoluais habituellement, perdu pour ceux que je connaissais, perdu pour les autres et perdu pour moi-même... je ne savais rien de ce qui m’attendait, ni rien de ce que serait mon avenir, si j’en avais un. je commençais à pleurer doucement...


Combien de temps ? Combien de temps suis-je resté ainsi dans le noir de ce bandeau posé sur mes yeux ? je m’étais abandonné à une espèce de langueur. Mon corps nu et meurtri gisait sur la paille qui garnissait le sol de pierre de ce cachot où j’étais désormais captif.

Un épais collier de métal ceignait mon cou, relié au mur par une lourde chaîne... mais je ne le sentais quasiment pas, ou plutôt je m’étais résigné à ressentir sa présence. Voilà, j’étais résigné. A l’enthousiasme qui m’avait habité quelques heures plus tôt avait succédé une sorte de distanciation. Ce n’était pas moi qui étais avili par cette humiliante captivité. Cela ne pouvait pas être moi. Non ! Pas moi, pas le journaliste au caractère indépendant, pas celui qui savait toujours poser la question qui dérange. Pas cet homme irrespectueux et ... libre !

Ce n’était plus moi celui qui gisait ainsi, qui avait subi presque sans résistance de telles humiliations... celui avait avait lapé sa pitance comme un chien, qui avait été battu, giflé, humilié, traité comme moins que rien.


Et surtout... surtout, cela ne pouvait pas être moi celui qui à chacun de ces instants avait, au-delà de la douleur, de l’humiliation, celui qui avait... éprouvé aussi une certaine forme d’excitation. Oh ! Quelle honte ! je n’avais pas pu totalement étouffer ce ressenti là. Les deux brutes l’avaient bien vu, qui avaient montré à Madame Martine mon sexe en érection tandis qu’ils s’amusaient à m’humilier... Et le regard de La Cuisinière avait été sans ambigüité. j’étais bien conscient de cela, aussi.


Même si je me refusais à l’admettre et surtout si je ne comprenais pas ce que j’avais alors laissé s’exprimer de moi... Cette "chose" qui s’était échappée des entrailles de mon être, du plus profond et du plus primaire de ma nature... Le bruit du frottement du bois sur les pavés me tira de ces méditations. On ouvrait la porte de mon cachot... je tentais de me redresser tant bien que mal, quelque peu engourdi par la torpeur à laquelle je m’étais abandonné.

Mais deux mains fermes vinrent suppléer à ma faiblesse, me forçant à me redresser et à me mettre à genoux. d’un coup de pied, celui qui venait de m’installer me força aussi à écarter les genoux, rendant ainsi mes parties intimes aussi vulnérables qu’accessibles. Une bouffée de honte me gagna alors, lorsque je sentis que mon sexe se tendait brusquement... Impossible de me contrôler, cette nouvelle humiliation suscitait en moi ce réflexe... Etre humilié, avili, me faisait bander, je n’y pouvais rien, je ne contrôlais pas cette part de moi qui avait toujours été dissimulée et qui soudain se révélait au grand jour. j’en ressentais la pire des humiliations... Manifestement, je n’étais pas le seul centré sur ce sujet...


" Je constate que tu n’es pas indifférent à ce que tu subis", dit soudain une voix posée, rompant le silence. Sir Evans !

J’aurai pu reconnaître cette voix entre mille. Elle m’avait charmé lors de notre entretien, elle me glaçait maintenant. Toujours aussi élégante, mais dépourvue de la douce sympathie qui avait bercé l’interview. Maintenant Elle était plus distante, plus incisive... Sir Evans, puisque c’était bien Lui, reprit : "J’ai su tes déboires... Tu aurais dû accepter mon hospitalité je crois. Puisque celle que je t’accorde maintenant est sans doute bien moins... confortable. Mais après tout, tu m’apportes la preuve de ce que j’avais pressenti en te cotoyant ce matin"... Un silence...


Je n’osais rien dire, je n’osais pas bouger... j’attendais immobile et soumis. "Donc ! (reprit Sir Evans) Te voici donc mon... hôte. J’ai pensé dès que je t’ai vu que tu avais une âme de chienne. et je ne me trompe jamais à ce propos. Jamais ! ... Enlevez lui son bandeau !"... Quelqu’un placé derrière moi retira le bandeau qui entourait mes yeux... je découvris alors Sir Evans debout, à deux mètres de moi, flanqué à Son côté de l’une des brutes qui m’avaient "capturé" sur la route. je sentais, derrière moi la présence d’un autre... Sir Evans me regardait et, immédiatement, sans même y penser je baissais les yeux.


"Je m’intéresse aux sujets tels que toi. j’aime assez les dresser, révéler leur vraie nature et en user, en abuser au gré de mes Désirs, leur faire découvrir tout ce qui se cache en eux et les aider à assumer pleinement ce qu’ils sont... C’est cela que je te propose (il s’approchait de moi, se penchant vers mon visage)... petite pute !", un crachat vitn s’écraser sur mon visage...


"As tu quelque chose à dire ? C’est l’occasion ou jamais", poursuivit Sir Evans. j’avalais ma salive, que pouvais-je dire ? je voulais pouvoir partir, rentrer chez moi, oublier tout cela, enfin, il me semblait que je voulais cela, mais les mots ne venaient pas...

"je... euh... je veux rentrer. je ne dirai rien de ce qui s’est passé... on oublie tout ! d’accord ? je... je voudrai..." je n’avais plis de mots, pas les bons en tout cas...


Sir Evans éclata de rire ! "C’est bien ce que je pensais. Tu n’as rien à dire. Tu es fait pour obéir en silence, pas pour t’exprimer... Alors je vais être clair : je vais compter jusqu’à 10 ... A dix tu devras prendre une décision : ou tu dis je veux partir et je te rends ta liberté... Ou tu choisis d’assumer ce que tu es, de vivre ta réalité. Et dès lors tu abdiques toute volonté et tu t’en remets à moi. Attention, je compte..."

Un... Deux... Trois... les chiffres s’égrainaient peu à peu, mon esprit fonctionnait à toute allure. Je devais partir, bien sur je devais partir ! Six... Sept... Huit... Partir, quitter cet univers irréel et revenir vers mon quotidien, vers mes habitudes, vers... vers quoi, en fait ? Neuf... Dix...

"Alors ? Qu’as tu à dire ?", Sir Evans avait terminé son décompte et je devais m’exprimer. Je savais que je devais partir, retrouver ma vie d’avant. je le savais... je le savais... Pourtant je ne dis rien... pas une phrase, pas un mot... Rien ! je ne pus, ni ne sus prononcer les mots qi m’auraient libéré. Quelque chose en moi avait pris le dessus. Quelque chose venu du plus profond de mon âme, du plus profond de mon esprit... je ne dis rien et Sir Evans éclata encore de rire...


Alors qu’il sortait de mon cachot, son rire raisonnait encore entre les vieilles pierres constituant les limites de mon espace... je venais d’abandonner mon libre arbitre et de me livrer totalement à Un Homme dont j’ignorais presque tout... et sa dernière phrase retentissait encore à mes oreilles, tandis que je restais seul dans mon cachot. La voix de Sir Evans, ironique, disant : "Je le savais"...


Je restai ainsi nu et à genoux, enchaîné au mur de mon cachot dont je découvrais enfin l’espace dans lequel j’avais été confiné... Il s’agissait bien d’une sorte de cachot dont trois murs étaient maçonnés et le quatrième directement taillé dans la roche. C’est à ce dernier qu’une épaisse chaîne avait été fixée à un gros anneau d’acier.


Cette même lourde chaîne dont les anneaux épais rejoignaient le collier fermé autour de mon cou. Je demeurai immobile, conscient que je venais sans doute de sceller mon destin. Quelque chose au plus profond de moi m’avait empêché de hurler, d’insulter celui qui m’avait réduit à cet état de captif et qui prétendait que je le désirais...


Pourquoi ? Pourquoi n’avais-je pas dit que je voulais partir ? j’avais accepté, oui accepté de rester là. Sir Evans m’avait offert le choix et j’avais été incapable de prononcer un seul mot. je m’étais résigné... Combien de temps allais-je rester dans ce réduit de quelques mètres carrés ? Qu’est-ce qui m’attendait ? Des dizaines de questions se bousculaient dans ma tête. Lorsque soudain, le verrou de la porte se mit à jouer, on ouvrait...

Deux des hommes de main de Sir Evans entrèrent. l’un de mes tourmenteurs du matin et le troisième homme, que j’avais peu vu. Ils s’approchèrent sans mot dire. je baissais la tête et fixais le sol... j’avais peur...


"Une belle petite salope" dit la voix de l’un d’eux... "Tu aurais vu, rien que de la foutre à poil et elle avait déjà la nouille toute raide ! je suis sur qu’elle meurt d’envie d’y passer" et ils se mirent à rire tandis que je restais immobile, craintif, n’osant pas relever la tête...

C’est une poignée de main ferme qui m’y obligea. Elle saisit mes cheveux et tira dessus sans ménagement, m’obligeant à lever les yeux et à regarder les deux hommes qui étaient entrés. Grands, larges d’épaules, le crâne presque rasé... Ils portaient tous les deux des débardeurs noirs, des pantalons de treillis et de grosses rangers noires... celui qui me tenait par les cheveux affirma encore sa prise, me forçant à me courber jusqu’au sol... ou plutôt jusqu’à ses rangers...


"Lèche, chienne !" lança-t-il... je n’eus pas à réfléchir, je vivais une évidence. mon visage tout contre la chaussure, l’odeur âcre du cuir emplissant mes narines, je me mis en devoir de lécher avec application la ranger boueuse. je m’appliquais à ne négliger aucun point de la chaussure, usant parfois du bout des dents pour décrocher un petit bout de terre mieux accroché que les autres. Le goût de la boue emplissait ma bouche, commençait à produire une sorte de bouillie terreuse que je devais avaler pour ne pas risquer de la recracher sur le cuir qui peu à peu retrouvait son lustre par la grâce de ma salive servile. Un léger geste me fit comprendre qu’il fallait passer à la seconde chaussure et je repris humblement mon léchage, avec application. le goût de terre m’écoeurait mais je m’appliquais à bien nettoyer la première paire, avant comme je m’en doutais déjà, de devoir exécuter la même opération avec la paire de l’autre individu.


Lorsque j’eus terminé et que les deux brutes furent satisfaites du cuir brillant de leurs rangers, je sentis une nouvelle pression sur mes cheveux pour m’obliger à me relever... j’avais les articulations douloureuses, après des heures passées à genoux... Mais d’un seul bras, l’homme me maintenait debout, me retenant seulement par les cheveux, rendant mon cuir chevelu de plus en plus douloureux. Un peu titubant, je parvins tout de même à me tenir à peu près droit, même si la chaîne entravait fortement mon déplacement. D’un geste brusque, l’homme me saisit aux épaules et me plaqua contre le mur, le visage écrasé contre la pierre humide.


Il m’obligea à me tenir ainsi, penché en avant, reins creusés, la croupe tendue... Je sentais que les deux hommes m’observaient et je n’osais bouger. "Regarde cette salope !" lança l’un... à quoi l’autre répondit en riant : "Oui, Le Maître avait encore raison, il avait bien senti son tempérament. Bien dressée on va pouvoir en tirer le meilleur"... L’un d’eux s’avança et saisit la chair de mon cul à pleine main... Il pétrit ainsi ma croupe, avant de relever la main et de l’abattre violemment sur ma peau. Le coup claqua bruyamment et je ne pus retenir un tressaillement... "Tu ne bouges pas !" dit-il durement, avant de continuer à me claquer les fesses. j’avais subi quelques fessées dans mon enfance, mais là je découvrais ce qu’est une "vraie" fessée...

A chaque coup qui s’abattait, je sentais ma peau devenir plus sensible encore, je savais qu’elle était en train de rougir, que la main qui s’abattait implacablement, régulièrement, presque machinalement, allait continuer. Que ce que je ressentais déjà comme une douleur n’était rien... Et je subissais les coups, un à un, le claquement sec et régulier envahissant mon esprit, chassant toute autre pensée.


Ma croupe n’était plus que brûlure. Je n’osais imaginer à quel point elle devait être marquée. je ne savais plus combien de coups étaient déjà tombés. Combien allaient continuer de pleuvoir... Des larmes coulaient sur mes joues, je sanglotais doucement, faisant mon possible pour rester silencieux, de peur maintenant que l’expression de ma douleur ne me vaille une multiplication des coups. La grosse main calleuse s’abattait, et s’abattait encore, je sentais mes cuisses et mes jambes qui tremblaient. La transpiration qui s’écoulait le long de mon échine, car malgré la fraîcheur relative des lieux, mon corps était brûlant, le feu de ma croupe se répandant peu à peu partout en moi.


Je ne sais combien de temps dura mon calvaire, mais lorsque la main cessa, j’avais perdu toute force et je m’écroulais sur le sol, sous les rires gras et moqueurs de mes deux tourmenteurs... "Déjà ? Quelle mauviette ! (ils riaient) Bah, un bon dressage et tu apprendras à supporter bien plus que ces caresses. Là je t’ai à peine effleuré, mais bientôt ton dressage commencera"... Je restais prostré sur le sol, n’osant ni bouger, ni parler, à peine respirer... je ne vis pas les deux hommes sortir, je ne sus qu’ils étaient partis qu’au bruit de la porte qui se refermait sur mon désespoir. Et je restais seul, la croupe en feu...


Le temps avait passé. Impossible de dire combien. Une heure, deux... ? Plus , ma seule façon de savoir que du temps s’était écoulé, c’est que la brûlure de la correction avait délaissé ma croupe. je m’étais à moitié assoupi, toujours enchaîné au mur de mon cachot. je préférais cela, d’ailleurs, car j’ignorais ce qui m’attendait et je préférais ne pas le savoir. je ne voulais plus rien savoir, seulement que l’on m’oublie et ne plus avoir à supporter ces humiliations si douloureuses...


Mais bien sur, cela ne pouvait pas durer. Et je fus bien vite rappelé à la réalité de ma situation. La porte de la pièce où j’étais tenu prisonnier grinça à nouveau et les deux brutes approchèrent à nouveau. je ne pus retenir le tremblement qui me saisit alors. j’avais peur. Peur d’être à nouveau battu ou de subir de nouvelles humiliations et souffrances... Mais rien de tout cela. Avec cette poigne puissante qui les caractérisait, ils me soulevèrent du sol pour me remettre debout. Et tandis que le premier nouait un ruban de soie noire sur mes yeux, l’autre décrochait la chaîne du lourd collier de métal qui enserrait mon cou. Du plat de la main, celui qui se tenait derrière moi me poussa en avant et c’est aveuglé mais encadré par les deux colosses que je quittais ma prison. Dans l’autre sens, je sentis sous mes pieds le sol de l’étroit couloir, puis la pierre du palier par lequel Madame Marie m’avait guidé lors de mon arrivée. Lentement, trébuchant parfois et mes orteils heurtant douloureusement la pierre, je gravis cette fois l’escalier en colimaçon pour remonter vers le château.


Mes deux accompagnateurs ne faisaient rien pour m’aider. Au contraire, ils ne disaient pas un mot, mais laissaient échapper des rires gras à chacun de mes faux pas et lorsque je cognait durement dans la pierre... Ils ne me torturaient certes pas; mais la situation me rappelait à chaque pas la situation avilissante dans laquelle je me trouvais. Prisonnier et abandonné de tous. Nu, humilié, tourmenté... et dans l’ignorance totale de ce qui m’attendait encore. Ma destinée ne m’appartenait plus. je n’étais plus rien, sinon la victime désignée des décisions de Celui qui commandait à ces gens qui me traitaient comme si je n’étais rien. Et d’ailleurs, c’était bien ainsi que je percevais ma situation : je n’étais plus rien... l’escalier se terminait, nous étions de retour, supposais-je dans le grand couloir du château. Une main se saisit de mon épaule, et- je compris tout de suite que je devais m’immobiliser. Les deux hommes se placèrent chacun d’un côté, ils me saisirent aux épaules et me forcèrent à avancer. Ils me portaient plus que je ne marchais. Et cette façon de ne même pas pouvoir me déplacer par moi même ne fit qu’accentuer mon sentiment d’humiliation et d’insignifiance. On ne me laissait même pas marcher par moi même ! Je fus ainsi "porté" pendant plusieurs minutes.


Soudain nous stoppâmes. je sentis du cuir sous ma poitrine et on tira mes bras en croix... je compris de quoi il s’agissait : on m’installait sur une espèce ce cheval d’arçon. ma poitrine reposait sur la large assise en cuir, tandis que mes poignets étaient fermement liés aux arceaux de bois de chaque côté. j’étais renversé sur le ventre, bras en croix, mes pieds ne reposant au sol que sur la pointe des orteils. Dans cette position, ma croupe saillait et j’étais contraint de garder les reins cambrés. je craignais une nouvelle correction lorsque j’entendis des pas qui se rapprochaient.


Une présence soudaine, tout près de moi, que mes yeux bandés m’empêchaient d’identifier. ce fut Sa Voix qui retentit soudain, Sir Evans :

"On me dit que tu ne résistes guère... C’est une bonne chose, de toute façon tu es totalement en Mon Pouvoir. Autant t’y résigner et comprendre que plus forte sera ton acceptation, plus facile sera ton formatage. Tu n’en es qu’au début, mais je place beaucoup d’espoirs en toi. Bien dressé, tu seras un bon esclave et tu sauras tenir ta place. Mais pour cela, il y a encore beaucoup de travail, alors tâche d’être raisonnable..."


Sir Evans venait d’énoncer ce discours d’une voix calme et régulière. Sans forcer sur aucun mot. Ceux-ci pourtant m’avaient transpercé, car ils ne me laissaient aucune alternative. Manifestement il n’y avait plus de répartie possible, mon silence lorsque j’avais eu le choix avait définitivement scellé mon destin. Mais quel destin ? Je restais muet, n’ayant pas la moindre idée sur l’attitude que je devais observer. De toute façon j’étais immobilisé, impuissant... qu’aurais-je pu faire ? Je sentis une main se poser sur ma croupe offerte... un doigt glisser le long de ma raie... Et soudain, à nouveau, Sa Voix : "Saches qu’ici, un esclave mâle ou femelle se doit d’être une bonne putain ! Les tâches ménagères sont l’apanage naturel des esclaves, mais pour être une vraie catin servile, il faut être éduqué, apprendre pas à pas. Apprendre à abdiquer toute forme de pudeur ou de dignité. Apprendre

que ton corps ne sera qu’un instrument dont on pourra disposer, user et abuser sans aucun égard pour l’objet que tu seras devenu (une claque fortement appuyée sur ma fesse vint ponctuer le discours).. Compris ?"


Comme je restais silencieux, une nouvelle claque retentit et je sentis ma croupe chauffer...

"Compris ?" et avant même que je n’ouvre la bouche, une troisième claque ! "oui ... oui Maître"... dis-je dans un souffle... tandis que déjà mes fesses sentaient la brûlure d’une quatrième claque...

"Plus fort... et plus convaincant" dit la Voix Du Maître, tandis que la cinquième et la sixième claque chauffaient mon cul... "Oui Maître" énonçais-je avec volonté et en harmonie avec le septième coup... le huitième, le neuvième et le dixième précédèrent une nouvelle phrase de Sir Evans : "Dis : je suis la putain de Sir Evans !" Ce n’est qu’après le douzième coup claquant sur mon cul que je pus articuler cet aveu à haute voix : "je suis la putain de Sir Evans !". Je dus répéter encore trois fois, d’une voix forte mais posée cette reconnaissance de mon état... Et il fallut en arriver au vingtième claquement pour que Le Maître juge mon ton satisfaisant... Dix fois encore il m’appliqua ces claques sèches et fermes qui me chauffaient la croupe. Mais je n’avais plus rien à dire, seulement à subir.


Après trente coups, la fessée prit fin. je tremblais un peu, mais je demeurai aussi silencieux et immobile que je le pouvais.

"Bien, désormais tu sais ce que tu es... à quoi tu vas être destiné et pour quoi tu vas être dressé"... un silence... je craignais à chaque seconde qu’un nouveau coup s’abatte sur mon cul en feu, mais il n’en fut rien, Sir Evans poursuivit : "Mais, il y a ce que l’on dit... et les faits. Puisque tu as reconnu que tu es désormais ma putain, il est nécessaire que je te voie à l’oeuvre. Dis moi..." il y eut un nouveau silence... "as tu déjà offert ton cul ?" ... je gardais un court instant le silence... Mais une claque sèche et sans appel me rappela à mon devoir, au plus vite, mais d’une voix retenue, je répondis :


"Non Maître, mon cul est vierge Maître", dis-je dans un sanglot...

"Eh bien, nous allons y remédier" dit alors Sir Evans, juste avant qu’un claquement de doigts ne retentisse dans la pièce dont j’ignorais tout...

je ne pus m’empêcher de m’agiter... Dans une ridicule tentative pour échapper à ce qui était bien sur inéluctable. Deux mains vinrent peser sur mes épaules, m’immobilisant plus encore que les liens qui enserraient mes poignets et m’auraient de toute façon maintenu dans la position qui m’offrait totalement aux désirs de qui le voudrait.


Tandis que j’étais immobilisé, je sentis une sorte de crème couler dans ma raie, une main qui l’étalait autour de mon anus et brusquement, un gros doigt qui vint se fourrer dans mon petit trou que l’on forçait pour la première fois... le doigt effectua quelques allers et retour... Il ressortit, puis entra à nouveau pour de nouveaux va-et-viens... je gémissais doucement, mais n’osais pas plus tandis que le doigt poursuivait son exploration.

Et soudain le doigt ne fut plus seul. ce sont deux doigts qui forçaient mon fondement, qui s’immisçaient en moi. deux doigts qui jouaient avec mon petit trou, qui en écartaient les chairs, qui en faisaient peu à peu un trou accessible à de plus larges perspectives...


Je sentis un nouveau flot de gel froid coulant dans ma raie et je ne pus retenir un cri lorsque "quelque chose" de plus volumineux vint s’enfoncer dans mon cul. Mon cri suscita quelques rires, mais surtout un coup de rein plus appuyé encore qui fit s’enfoncer la queue au plus profond de moi... Les coups de boutoir de celui qui m’enculait étaient de plus en plus rapides, de plus en plus profonds... je gémissais sans cesse et poussais de petits cris qui ne manquaient pas d’amuser ceux qui se jouaient de moi.


Lorsque le premier se retira, je n’eus même pas le temps de ressentir une once de soulagement, puisque déjà, une autre queue vint remplacer la précédente. Bien que mon trou se soit légèrement élargi, je sentis bien que celui qui venait était plus large et plus long encore que le précédent... Il se mit à me limer brutalement, ses coups de reins me labouraient le cul, enfonçaient sa queue bien loin dans mon cul... Et il prenait un malin plaisir à demeurer ainsi enfoncé bien à fond plusieurs secondes, avant de se retirer partiellement et de s’enfoncer à nouveau en poussant un râle qui semblait donner plus de force encore à son coup de bitte qui me défonçait le cul. Il reste ainsi bien plus longtemps à me limer... et bien que brouillé par la douloureuse expérience, mon esprit gardait assez de lucidité pour savoir que rien n’était fini. J’étais sur en effet que ceux qui me baisaient étaient les brutes qui m’avaient kidnappé... or, tandis que l’un d’eux, le second, prenait mon cul à grands coups de bitte... je me souvenais qu’ils étaient trois...


Et en effet, le second venait à peine de se retirer, qu’il y eut une brève giclée de gel et que je sentis un chibre énorme qui forçait mon cul. Bien que bien ouvert par ses prédécesseurs, celui-ci dut insister. le gland forçait contre les parois de mon anus et il s’introduisit en me forçant violemment et en me soutirant un cri strident !


Tout au long de ce troisième enculage, je ne cessais de gémir, de pleurer et de pousser des cris de douleur. Plus large, plus long, plus gros, plus violent aussi, car je sentais qu’il ne m’enculait pas seulement pour ouvrir plus encore mon cul, mais pour tirer de moi de nouveaux cris. Chaque va et vient était l’occasion de m’ouvrir un peu plus, de m’avilir un peu plus, de m’anéantir en me montrant que je n’étais qu’un trou qui devrait apprendre à être pénétré et pénétré encore et encore et encore...


Et en plus, cela dura, dura... ce fut interminable et mon anus devenait à chaque instant un trou un peu plus ouvert, un peu plus large, un peu plus accessible pour tous ceux qui en voudraient... à la fin, je relâchais totalement mon corps. mes muscles ne m’obéissaient plus.


je n’étais qu’un pantin dans lequel l’énorme sexe allait et venait méthodiquement. et chaque aller et retour était une façon de me dire qu’il en serait toujours ainsi et que je devrai m’y faire. Non seulement l’accepter, il était si facile de m’y contraindre, mais assimiler que c’était désormais ce que j’étais : un trou, un objet, une putain...


Lorsqu’enfin le troisième se retira... j’avais abdiqué. Tout abdiqué.

Et lorsque à nouveau retentit la voix de Sir Evans il n’y avait plus aucun doute.

"Qui es tu ?" demanda la voix calme et posée du Maître. "je suis la putain de Sir Evans" répondis-je tout en cherchant mon souffle...


(A suivre ...)

Diffuse en direct !
Regarder son live