Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 923 fois
  • 91 J'aime
  • 12 Commentaires

La salope à Marc

Chapitre 1

Orgie / Partouze

La salope à Marc.



Elle se comportait comme une salope !

Désolé du terme, mais c’est vrai quoi ! Se balader à poil en pleine soirée de potes, alors qu’il n’y avait que des mecs...

Elle aurait pu mettre un jean, une jupe, je ne sais pas, un truc de fille quoi ! Mais non ! Elle était sans soutif avec un chemisier complètement déboutonné qui laissait voir ses seins nus.

En bas, un minishort trois tailles en dessous de sa pointure, qui lui rentrait profond dans la raie de la chatte, sans culotte. Son mec ne disait rien, c’est son problème. Moi je dis : Respect !

Mais là, il y avait exagération.

Mais sa meuf, elle devait exciter les trois autres keums qui étaient là. Ça ne se fait pas !

Il y avait Roaa, le renoi du Soudan, Amir le rebeu, moi Fabrice, Marc et sa meuf, Sabrina.

Kaaris chantait Goulag à fond sur l’écran de la télé avec le 4X4 Mercos en fond d’écran et les filles qui remuaient leurs culs dedans.

Sabrina suivait le rythme en balançant ses fesses au ras de nos têtes et se retournait pour nous montrer ses nibards qui suivaient la ziq.

On voulait juste mater Flat6, le magazine sur la dernière Porsche 560 chevaux qui allait sortir, c’est tout. Les clips s’enchaînaient sur la télé et à un moment, Amir voulait manger.

Marc propose des pizzas pour tout le monde et on choisit avant de passer la commande. Sabrina commence à nous faire rager : elle veut du chinois.

Tout le monde a gueulé et Marc a appelé Domino’s pizza. Elle continue avec sa bouffe chinoise et Marc l’attrape par la manche. Du coup, le chemisier est parti en deux morceaux, laissant Sabrina le torse nu. On se rinçait l’œil, mais pas un moment elle s’est couverte avec les mains. Non pas du tout !


— Tu m’as déchiré mon chemisier eh bien ! je resterai comme ça toute la soirée. Ça t’apprendra, gros naze !


On sentait que ça allait partir en sucette et j’essayais de gérer la situation, mais Marc voulait lui en mettre une.

Je suis le meilleur ami de Marc et c’était mon devoir de le calmer.


— Essaie et je me fous à poil devant tes potes !


Sabrina n’y allait pas avec le dos de la cuillère, comme disait ma grand-mère.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Et puis merde, fais ce que tu veux, salope ! et il l’a poussée de toutes ses forces. Du coup, elle s’est retrouvée sur la moquette, les quatre fers en l’air, et l’air con.


Marc n’aurait pas dû faire ça !

Elle ne s’est pas dégonflée, elle a viré son minishort et elle était à poil devant nous quatre. La chatte bien rasée, les seins en forme de poire. Moi, elle me chauffait grave et j’imagine que mes potes aussi.


Elle n’en resta pas là ! Elle se fourra deux doigts dans la chatte et de l’autre main se tripota les nichons.

C’était chaud ! Marc ne semblait pas vexé et me proposa même, en tant que meilleur pote, de la sauter sur-le-champ. Je lui demandai quand même s’il déconnait.

Non, c’était du sérieux et il ajouta : « Si tu veux, je la tiens pendant que tu l’enfiles ».

Je pensais que je n’étais pas un violeur, même si dans mes fantasmes les plus chauds, j’abusais allégrement de filles canon et pas toujours tout seul.

La discussion en était là quand la sonnette a retenti. Malgré Snoop Dogg qui attaquait ‘Who am i’, Sabrina fonça et ouvrit entièrement la porte.

Le mec n’en croyait pas ses yeux : une fille bien roulée à poil devant lui. Il ne savait pas quoi faire. Sabrina chopa les cinq pizzas et les bouteilles de coca et du coup, Marc alla casquer. Mais elle restait à côté pour que le livreur puisse la mater à l’aise.


Le livreur payé, la tension retomba et Sabrina alla s’asseoir en tailleur face au canapé pour manger sa pizza. Nous quatre sur le canap, on dégustait l’entrejambe et la pizza. Rien à faire des clips sur la téloche.


Elle était bien foutue la garce : une chatte à damner les saints. Non pas une expression de ma grand-mère, mais de ma tante.

L’intérieur bien rose et juteux, les lèvres charnues et pas trop longues, les seins avec des tétons à mordre dedans et ce qui ne gâchait rien, une figure de bonne fille de famille, blonde aux yeux bleus et propres sur elle. Elle avait tout pour elle, Sabrina, sauf un caractère de cochon.


On finit nos pizzas sur Orelsan et son fameux clip’ Basique’, de la balle qui déchire sa mère.

Sabrina était à quatre pattes en train de faire des allées et venues devant la télé. Je ne résistai pas.


— Au pied Sabrina, viens faire un câlin à Fab !


Je me disais que ça m’engageait peu vis-à-vis de Marc.


Il applaudit. J’étais content que ça passe comme ça. L’amitié, c’est sacré, on peut tout partager, à part sa brosse à dents bien sûr !

Elle avança vers moi et attrapa directement ma fermeture éclair de jean, la descendit d’un coup sec, pour faire sortir ma bite déjà bien raide.

Elle ne se démonta pas, emboucha ma bite direct en gorge profonde. C’était trop bon ! Je lui chopai la tête par les cheveux pour qu’elle n’aille pas trop vite. Je regardais les autres : ils avaient tous les trois sorti leur sexe et s’astiquaient en nous regardant.

Ils ne sont pas restés longtemps inactifs. Roaa attaquait bille en tête les deux seins, tout juste s’il n’essayait pas de la traire. Elle aimait ça et pendant un court retrait de mon sexe, nous supplia :


— Par pitié, les mecs, tous à la fois ! J’en rêve depuis toujours.


Ça avait l’avantage d’être clair.

On se déplaça au centre du salon pour que je m’allonge sur le dos et l’encule à donf directement, pendant que Marc la baisait grave et qu’Amir lui défonçait la bouche. Roaa se tapait une branlette espagnole entre ses seins qu’il contenait de ses deux mains serrées.


On la faisait tourner entre nous quatre et elle en redemandait tout le temps. Elle est increvable cette meuf !

Elle nous voulait à deux dans sa chatte et après dans son cul. Mais là, c’était compliqué. Elle avalait le sperme mieux que le coca, une vraie pro de la baise !

Après une bonne heure de jeux de la bête à deux dos — non c’est une citation de Brassens là — on était ramassés. Sabrina donna des signes de fatigue aussi, allongée sur le sol, avec son goulot de bouteille enfoncé dans la chatte.


Sur la télé, c’était Ali Vegas qui défilait. Il avait attaqué ‘Masterpeace’ avec son bonnet rouge qui me faisait penser qu’il revenait d’un cours de ski.

On clopait de la bonne Marocaine, roulée par Amir. Le pétard tournait et les deux bouteilles de vodka étaient grave entamées. Pour vous dire si l’ambiance était encore là, Roaa tenta de passer sa bite dans le goulot d’une des bouteilles de coca. Il en déduisait que si Sabrina pouvait s’en enfiler une et que lui ne pouvait pas rentrer dedans, c’est que Sabrina pouvait en prendre plusieurs. Pas con le mec !


Elle ne rechigna pas à l’ouvrage et ce n’est plus par le goulot qu’elle se faisait plaisir, mais par le fond de la bouteille. C’est fou ce que les filles peuvent faire avec leur chatte, on n’a pas idée, nous les mecs. Elle prenait ses lèvres et les écartait pour les coller tout autour de la bouteille en crachant sur le plastique, tout en poussant dessus et en tournant.


Elle arriva à s’enfoncer plus d’un tiers de la maxi de chez Coca. On était tous sidérés.

Elle devait s’en rentrer des trucs dans la moule pour arriver à faire ça ! Elle resta allongée sur le dos et arriva sans y toucher à faire bouger la bouteille toute seule.

Marc l’embrassait passionnément, il était amoureux, mais en même temps était content de faire plaisir à ses potes.

La soirée était bien avancée et après les cadavres des bouteilles de vodka, c’est la bouteille XL de 1,75 litre de rhum qui y est passée. On était torchés. Sabrina n’arrêtait pas de vouloir nous pomper tous à fois. Elle a quand même obtenu double rasade de sperme. Elle dégoulinait, mais s’en léchait les babines.


Elle récupéra les gouttes d’hormone masculine qui avaient échappé à sa bouche, pour les pêcher avec ses doigts et les lécha ensuite. Une vraie gourmande ! Elle se gargarisait avec en y ajoutant, pour le fun, une gorgée de rhum que j’avais amené, cadeau d’un bon copain antillais.


Contrairement à certaines filles qui font l’amour sans préjugé et qui n’embrassent pas, Sabrina me roulait des pelles monstrueuses à m’avaler la langue.

Je crois que nous nous sommes un peu endormis après le départ de Roaa et d’Amir.

Je restais avec Marc et Sabrina qui me garda en bouche. De fait, je me réveillai vers deux heures du mat avec une trique pas possible. Sabrina à l’affût, me sentant bouger, recommença à me sucer, ce qui réveilla Marc qui ne voulait pas rester seul dans son coin.


Nous avons fait l’amour tous les trois. Et c’est ce jour que je me suis fait tailler une pipe par un homme et une femme de concert.

Diffuse en direct !
Regarder son live