Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 20 212 fois
  • 37 J'aime
  • 0 Commentaire

Samia : mon épanouissement sexuel

Chapitre 1

Hétéro

Tout d?abord, le plus simple serait que je me présente... Je m?appelle Samia, j?ai 18 ans et suis d?origine tunisienne. Je vis avec mes parents dans une cité de la banlieue parisienne que je ne nommerai pas vu que c?est le lieu où se déroule la plupart des aventures qui me sont arrivées et que je vais essayer de vous raconter. Certaines d?entre elles sont bien réelles, d?autres sont des fantasmes si puissants que j?ai parfois l?impression de les avoir vécu, mais qu?importe. Je commence...


    Tout a commencé le jour où j?ai découvert que mon corps pouvait me procurer du plaisir, un plaisir d?une intensité que je ne soupçonnais pas... Jusqu?alors, j?étais restée vierge comme le préconisait ma religion et je me tenais assez éloignée de tout ça. Pourtant, une nuit, j?ai ressenti un désir puissant et mes mains se sont égarées sur mon corps, sur mes seins fermes et trop gros pour mon âge, comme me dit parfois ma mère, puis sur mon ventre et enfin sur mon sexe bouillant et trempé dans lequel mes doigts se sont enfouis pour me rassasier. J?ai joui presque instantanément lorsqu?ils ont effleuré mon clitoris que je découvrais réellement pour l?occasion. Depuis cette fameuse nuit, je n?arrêtais pas de profiter de ma découverte. Je me caressais jour et nuit et jouissais plusieurs fois pas jour. Pourtant, il me manquait quelque chose. Maintenant que j?étais lancée sur la voie du plaisir, j?avais besoin de savoir ce que c?était, de découvrir la jouissance ultime, faire l?amour avec quelqu?un. J?étais comme quelqu?un qui se réveille après un long sommeil et qui s?aperçoit qu?il est passé à côté de l?essentiel. J?avais besoin de rattraper le temps perdu et il n?était pas question d?attendre le mariage pour ça !


    Toute la difficulté était de trouver le bon pour ma première fois. J?avais entendu certaines de mes copines qui l?avaient déjà fait et qui m?avaient raconté leur expérience. Pour la plupart, cela avait été une déception et moi je voulais que ce soit réussi. De toute façon, vu le plaisir que j?arrivais à prendre seule, il ne faisait aucun doute que cela ne pourrait qu?être encore mieux... Ce qui m?inquiétait plus, c?était de le faire avec quelqu?un qui ne le raconte pas à toute la cité dès le lendemain. Après réflexion, il me semblait avoir trouvé la victime idéale : Julien. C?était un copain du bahut. Je le trouvais très mignon et je crois qu?il me trouvait à son goût aussi. Cela dit, sur ce plan là, je n?ai jamais eu à me plaindre. On va essayer d?éviter la fausse modestie, j?ai eu le droit au regard ? toi t?es vraiment bonne ? d?à peu près tous les mecs que j?ai rencontré depuis que j?ai 16 ans. Au début, ça m?avait intimidé, et puis je m?y étais faite. De toute façon, dans la cité, quand t?es une fille, t?as pas vraiment le droit à l?erreur, il faut se construire une carapace. Bref, Julien avait une bonne réputation auprès des filles côté sexe et je comptais bien en profiter. Cependant, malgré ma détermination et mon désir de découverte, j?avais la trouille comme on a peur de tout ce qu?on ne connaît pas. Et si Julien ne voulait pas... Non, impossible, c?est un mec ;o)


    Lundi matin, cours d?anglais (autrement dit glande...), je me mets à côté de lui. Il trouve ça bizarre parce que je suis toujours à côté de mes copines habituellement. D?ailleurs, je leur ai raconté ma manoeuvre et elle me regarde en pouffant. Quelles pouf !

— Qu?est-ce qui me vaut l?honneur de ta présence Samia ?

— Ben... en f ait, j?avais un petit service à te demander... voilà, je sais que t?es plutôt bon en maths et j?ai rien pigé aux cours sur les proba là, ça t?embête si on bosse ça ensemble ?

— Euh... non, si tu veux... Ben t?as qu?à passer chez moi cet aprèm, on n?a pas cours de toute façon et mes vieux rentrent pas avant ce soir.

— Ok cool ! Je t?aiderai en français si tu veux pour te remercier.



J?ai toujours été la meilleure de ma classe en français... L?affaire était bien engagée. J?avais pas prévu que ça soit si rapide mais le fait que tout arrive si vite m?excitait et mon coeur battait beaucoup plus vite maintenant qu?avant le cours...


14h, la fin du dernier cours. Julien m?attend à la sortie de la classe. Je lui souris.

    - On y va ?

— Ok, je te suis.


J?ai cette fois pris soin de ne pas prévenir mes copines que ce serait pour aujourd?hui. Je ne voulais pas rajouter une pression supplémentaire... J?avais eu le temps de rentrer me changer ce midi pour l?occasion. J?avais mis un pantalon noir, un haut qui mettait bien mes forme en valeur sans que ce soit trop et dessous un string et un soutient-gorge que j?avais acheté dans le dos de mes parents.

    Je jetais un oeil à Julien. Il était vraiment mignon. J?avais bien choisis. Plutôt grand, musclé, de belles petites fesses rondes et qui paraissaient bien fermes. Je rougis d?un seul coup en m?apercevant que cela faisait deux minutes que je fixais son postérieur.

    On arrivait enfin chez lui. C?était un bel appartement qui n?avait pas grand-chose à voir avec notre petit appart dans la cité. Le salon était grand, décoré avec goût. Julien me proposa de m?asseoir sur le canapé ce que je fis.

— Tu veux boire quelque chose ?

— Je veux bien ?

— Coca ?

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Parfait.


Pendant qu?il allait chercher les boissons, je parcouru des yeux la pièce. Elle était fleurie et lumineuse, des tableaux décoraient les murs. Une télé immense trônait devant le canapé. Avant que je puisse continuer mon exploration, Julien revint avec les verres et le coca.


— Tiens.

— Merci Julien.


Je bus une gorgée et reposa mon verre sur la table basse qui était devant moi.


— Bon, alors, qu?est-ce que t?as pas compris pour les proba ?


A ça y est, on y arrive...


— Euh... ben en fait, c?est pas vraiment les proba qui me posent problème...

— Ah bon ? C?est quoi alors ?


Je pris mon courage à deux mains et j?en posais une sur sa cuisse... Mon coeur se mit à battre tellement fort que j?ai eu peur qu?il l?entende exploser dans ma poitrine. Je me rendais compte qu?il allait probablement me prendre pour une vraie salope.


— Ben en fait, je... je te trouve très mignon... et...


Comment lui faire comprendre que j?avais envie de lui, qu?il me fasse découvrir un monde que je n?avais seulement qu?effleurer.


Il me sourit, approcha ses lèvres et les posa sur les miennes. C?était doux, tendre. C?était bon. Elles s?entrouvrirent et laissèrent passer sa langue qui força le passage. Pas très longtemps car je la laissai rapidement passer. Nos langues se découvrirent, jouèrent ensemble. Il fit rouler la mienne avec la sienne. Ses mains commençaient à s?aventurer sur mon corps. Je me mis à frissonner. Ses lèvres quittèrent les miennes pour jouer avec mes lobes d?oreille. Ses mains glissèrent sous mon haut et saisirent mes seins à travers le soutient-gorge.

Hmmm je sentis mes tétons durcir et gonfler comme s?ils n?avaient attendu que depuis trop longtemps que quelqu?un d?autre que moi veuille bien s?occuper d?eux. Il dégrafa mon soutient-gorge et les reprit des ses mains pour les masser, les presser sous mon tee-shirt. Je ne pus retenir un gémissement de plaisir.

— Ooh Samia, ils sont trop beaux, si tu savais depuis combien de temps j?ai envie de toi.


Il arracha presque mon haut et se jetta sur mes tétons avec sa bouche. Il les embrassa doucement. Sa langue s?enroula autour. Ils durcirent encore. C?était tellement bon. Un plaisir doux qui vous emporte doucement. Je me cambrai pour lui offrir mes seins d?avantage. Je sentais mon sexe de plus en plus humide. J?avais envie de plus mais il ne le comprit pas. Sa bouche quitta à regret mes seins et ses mains s?agitèrent sur mon pantalon pendant que je retirai son tee-shirt. Je me mis à caresser son torse. J?aimais sentir la douceur de sa peau et ses muscles sous mes doigts. Cela m?excita d?avantage. Il fit glisser mon pantalon le long de mes jambes et repérât la petit tache humide qui était apparue sur le devant de mon string en souriant. Il passa sa main dessus. Je frissonnai une seconde fois. Puis il y posa sa main et la frotta sur mon sexe à travers le tissu. Je sentis le plaisir m?envahir de plus belle. Il m?allongea sur le lit et fit glisser mon string le long de mes cuisses. J?étais nue devant lui. Je me sentais à la fois sans défense et excitée comme jamais. Il le comprit quand il vit l?état de mon sexe en se penchant dessus. Il y posa ses lèvres et sa langue s?infiltra dans ma fente trempée. Ce fut comme une décharge. Le plaisir me foudroya d?un coup. Sa langue remonta et découvrit mon clitoris. Ce fut presque instantané, dès que sa langue toucha mon petit bouton, je fus foudroyée une deuxième fois mais cette fois ce fut indescriptible. Je fus comme emportée, ailleurs l?espace de plusieurs secondes. C?était trop bon, j?avais envie qu?il me lèche encore et encore. Mes orgasmes solitaires n?avaient rien avoir avec ce que je venais de ressentir. A mon grand désarroi, il se recula en voyant que j?avais joui et se releva devant moi. Il défit la braguette de son jeans et descendit son boxer. Son sexe jaillit, bandé à l?extrême. Cela me troubla. C?était la première fois que j?en voyais un en vrai. J?en avais déjà vu dans un ou deux films porno qu?on avait regardé entre copines pour se documenter un peu mais rien de réel. Je trouvais ça plutôt beau. Même si je n?en avais jamais vu, il me semblait de belle taille. Julien m?arracha à la contemplation de son organe.

— Suce-moi s?il te plaît Samia.


Je le regardai. Il m?avait bien donné du plaisir en me léchant, même si c?était beaucoup trop bref à mon goût, je pouvais bien faire pareil. En plus, je me rendais compte que j?en avais envie. Je pris son sexe dans ma main et commençai à le branler doucement. C?était agréable comme sensation. La peau était si douce et en même temps je sentais que son sexe était si dur. C?était chaud. Je faisais coulisser la peau doucement et accélérais. Puis j?approchais mes lèvres et les posai sur son gland. Je l?embrassai. Je le fis doucement entrer dans ma bouche et commençai à le sucer. Le goût n?était pas désagréable, au contraire, je crois même qu?il m?excitait, tout comme son odeur qui commençait à me monter à la tête et à m?enivrer de désir. Je me mis à le sucer plus rapidement en essayant de l?enfoncer plus profondément dans ma bouche. Mmmm, c?était chaud et dur. Je trouvais ça encore plus agréable que de le branler. Je la sentais palpiter dans ma bouche. J?allais la ressortir pour pouvoir l?explorer avec ma langue quand il se retira de lui-même à mon grand regret, une fois de plus.

— Arrête Samia, je vais venir si tu continues comme ça et j?ai trop envie de te prendre.


Moi aussi, j?avais envie de le sentir en moi, mais pas si vite. Un peu frustrée, je me reculai. Mon coeur se mit à battre plus vite quand je me rendit compte qu?arrivait le moment que je redoutais le plus, la pénétration. Je le redoutais pour plusieurs raisons : la douleur, en effet, la plupart de mes copines m?avaient raconté qu?elles avaient souffert à ce moment là, mais aussi le fait que je ne pourrais plus jamais revenir en arrière et retrouver la virginité que j?allais perdre. C?était toute mon éducation religieuse qui tombait en miette. Pourtant le désir était le plus fort. Pourquoi les hommes avaient le droit de profiter des plaisirs et pas les femmes, c?était trop injuste et j?avais l?intention de prendre mon destin en main.

Julien m?arrachant à mes pensées, m?allongea sur le canapé et écarta mes cuisses. Il mit un préservatif et se coucha sur moi et posa son gland contre ma fente.


— Julien, fais doucement, c?est la première fois pour moi.

— Ok Samia, ne t?inquiète pas, je vais y aller doucement.


Il enfonça doucement son gland qui passa entre mes lèvres et s?arrêta. Je sentais le haut de son sexe frotter contre mon clitoris. Le plaisir m?envahit de nouveau. J?oubliais peu à peu l?appréhension. Il continua petit à petit à enfoncer son pieu en moi. J?étais si humide que ça glissait sans aucun problème. Soudain, je le sentis buter contre mon hymen. Il donna un petit coup et je le sentis se déchirer. Une petite douleur se manifesta mais le plaisir pris rapidement le dessus. C?est moi qui, donnant un coup de rein, fit entrer le reste de son sexe en moi. Mmmmm je le sentais complètement en moi. C?était une sensation incroyable. Il commença de lents va et viens. Mes mains s?agrippaient à ses fesses pour mieux le sentir en moi. Je voulais qu?il accélère, qu?il me prenne plus fort, mais d?un coup il s?arrêta et se crispa. Je sentis qu?il venait. Il poussa un gémissement et son poids se fit plus lourd sur moi. Puis il se retira et se leva pour se rhabiller. La frustration se manifesta une fois de plus. J?aurais aimé qu?il me prenne encore ou tout au moins qu?il reste en moi encore un peu. J?étais contente qu?il m?ait dépucelé d?autant plus que je n?avais pratiquement ressenti aucune douleur, mais je restais vraiment sur ma faim. J?avais connu l?orgasme mais je n?étais pas rassasiée, cela m?avait ouvert de nouveaux horizons. J?avais envie d?en découvrir plus, d?être comblée sexuellement et je me rendais compte que j?en étais loin.

    Par la suite, Julien et moi sommes sortis quelques semaines ensemble. Peu à peu, je découvrais les bases du sexe mais j?avais l?impression qu?il me manquait quelque chose, à vrai dire, l?essentiel, mais je ne savais pas encore quoi.

Le temps passant, le désir m?envahissait de plus en plus fréquemment et intensément mais Julien ne suivait pas la cadence et surtout ne partageait pas toujours mes envies comme la fois où j?avais commencé à le branler en cours et qu?il m?arrêta tout rouge, comme s?il avait honte de moi. J?en avais pourtant tellement envie. J?avais été frustrée assez longtemps pour ne pas continuer à perdre du temps avec Julien. Je le quittais peu après.


    Le début de mon épanouissement, certains diront de ma décadence et de ma débauche débuta un jour à la fin du mois de juin. Alors que je rentrais chez moi, je croisais dans la cité, Malik, le caïd du coin. Il traffiquait pas mal et touchait à tout : drogues, voitures, rackett,... Mais c?était un black à tomber par terre. Une gueule d?ange, un corps de rêve et un regard qui vous transperce, vous terrifiant et vous séduisant en même temps, peut-être ce fameux côté bad boy. Malik avait une grosse réputation côté filles. On disait qu?il baisait comme un dieu mais qu?il les traitait vraiment comme des putes. Pourtant, il m?attirait comme personne ne m?avait attiré jusqu?à présent.

— Salut Samia, on te voit pas souvent dis-donc.

— Ouai, avec le bahut, j?étais pas souvent là mais ça va être les vacances, tu me verras peut-être plus souvent...


J?eus le droit à ce fameux regard ? toi, t?es bonne ? dont je vous ai parlé tout à l?heure... Mais cette fois, loin de me gêner, il me réchauffa et je sentis le désir m?envahir. Un désir d?une intensité telle que je sentis mes jambes céder sous moi. Il fallait que je me calme, que je me reprenne, ce mec était quand même dangereux, il fallait que je réfléchisse avant de me lancer là-dedans.


— J?espère... En tout cas, si tu veux me voir, tu demandes à mes potes, ils sont partout dans la cité, tu le sais. Et si t?as besoin de quelque chose, n?hésite pas.

— Ok Malik, merci.

— De rien. A bientôt j?espère.

— A bientôt.



Cette rencontre m?avait troublé. Le désir m?avait envahi comme jamais encore quand son regard s?était posé sur moi. Et ça me plaisait. Je savais que cette histoire me perdrait peut-être, mais j?en avais trop envie. C?était inévitable. J?étais tel le papillon qui s?envole vers la lumière en sachant qu?il s?y perdrait pour toujours.

Dès que les vacances débutèrent, j?allais voir un des potes de Malik.


— Salut Medhi, tu sais où je peux trouver Malik ?

— Euh ouai frangine, pourquoi ? Tu lui veux quoi à Malik ?

— C?est un truc entre lui et moi. Il m?avait dit que je pouvais venir le voir.


Son regard s?intensifia et plongea dans le mien comme si il cherchait la raison de ma venue.


— Fais gaffe Samia, Malik c?est pas un mec pour toi, retourne chez tes parents et cherche pas la merde. Si tu veux rester une fille bien, casse toi et laisse tomber.


Une fille bien. C?était peut-être ça qui m?énervait par-dessus tout. Etre une fille bien. J?en avais marre. J?avais l?impression de passer à côté de plein de trucs en étant une fille bien. Et puis, peut-être qu?on pouvait mettre un peu d?animation et de plaisir dans sa vie en restant une fille bien.


— Medhi, je suis pas sûr que Malik apprécie si je lui dis que t?as pas voulu me laisser le voir.


Une lueur de peur passa dans ses yeux. Ce n?était pas de la peur mais de la terreur en fait. Ce mec était terrifié par Malik.


— Ok frangine, mais je t?aurais prévenu. Allo Malik ? Ouai c?est Medhi. Y a Samia là, elle veut te voir.... Ok... Je lui dis. Tu peux y aller, il t?attend au sous-sol.


Malik avait fait des caves du bâtiment C sa résidence personnelle. Tout le monde le savait mais personne n?osait intervenir. Ni les riverains qui étaient terrifiés par le caïd et sa bande, ni le gardien qui se sentait bien seul dans la cité et encore moins les flics qui avaient abandonné le quartier à Malik et à ses sbires depuis bien longtemps.

J?ouvris la porte et descendit l?escalier. Je croisais une dizaine de mecs de la cité qui me regardaient avec étonnement ou suspicion. J?avançais dans un couloir sombre jusqu?à une porte d?où sortait de la musique. Je frappais.

— Oui ? Qui c?est ?

— C?est Samia.


J?essayais de paraître sûre de moi, mais les tremblements de ma voix trahissait une certaine appréhension. Je n?étais pas sûre de savoir ce que je voulais et encore moins d?y être prête.


— Entre.


Je n?avais plus le choix. Je poussais la porte et me retrouvais dans une grande pièce lumineuse, éclairée par plusieurs halogènes. On n?aurait jamais soupçonné qu?un tel espace existait en sous-sol. Malik avait du détruire les murs de nombreuses caves pour avoir une telle place. C?était une sorte de grand salon, très confortable, avec des canapés, de gros coussins et de la moquette partout. Il y avait trois hommes à l?intérieur dont Malik. Il leur fit signe de nous laisser et me demanda de m?approcher. Il était en jeans et débardeur, assis sur le grand canapé qui trônait au centre de la pièce.


— Ca me fait plaisir de te voir Samia. Qu?est-ce qui t?amène ?

— Ben tu m?as dit que t?aimerais me voir plus souvent alors me voilà.


Il sourit.


— Tu veux boire quelque chose ?

— Non merci, ça va.

— Tu sais que tous les mecs de la cité rêvent de passer un peu de temps avec toi... J?ai beaucoup de chance...


Son regard plongea dans le mien et je me sentis partir. Il suffisait qu?il me regarde et l?excitation me gagnait. Ce sont ses yeux qui m?ont donné le courage de faire le premier pas. Je posais ma main sur sa cuisse et attendait sa réaction. Il me déshabilla du regard. Je ne portais qu?une jupe et un haut plutôt décolleté qui mettait en valeur ma poitrine. Il fallait être folle pour se jeter là-dedans habillée comme ça. Je me rendais compte mais n?était-ce pas ce que je voulais ?


— Pour être venue me voir habillée comme ça et avec un tel comportement, soit t?es une sacrée salope, soit t?es vraiment naïve...


Je n?osais pas répondre.


— On va voir ça ma belle. Lève-toi et va dire à Mike devant la porte qu?il ne laisse entrer personne et ferme la porte à clé derrière toi.


Je fis ce qu?il me demanda.


— Maintenant, déshabille-toi devant moi.

C?était ma dernière chance avant de me jeter dans cet univers qui me terrifiait et m?excitait en même temps. Son regard croisa une fois de plus le mien et eut raison de mes dernières hésitations. L?excitation prit le dessus. J?avais envie de me déshabiller devant lui, c?était fou. J?en avais envie plus que de n?importe quoi d?autre en ce moment, qu?il me voit nue devant lui, offerte à son regard, à ses mains, sa bouche,...

Je retirais lentement mon haut, découvrant mon soutient-gorge noir. Je sentais son excitation monter. Je fis glisser la fermeture de ma jupe et la laissa tomber à terre révélant mon string. Puis je me caressai doucement devant lui pour l?exciter d?avantage. J?en avais envie, j?avais envie de perdre le contrôle. Je dégrafai mon soutient-gorge qui alla rejoindre ma jupe à terre. La vue de mes seins avaient l?air de le réjouir.


— mmm t?as une paire de seins de rêve bébé. Je crois qu?on va bien s?amuser. Enlève le reste.


Je finis de me déshabiller en faisant glisser mon string le long de mes cuisses. Ma chatte était ornée d?un fin triangle de poils noirs que j?entretenais avec attention depuis mon aventure avec Julien.


— Viens là et occupe toi un peu de ma queue. Elle est trop à l?étroit avec ce que tu viens de me montrer.


Mon coeur se mit à battre plus vite. Les choses s?accélèraient. L?excitation devenait plus forte. Mon désir devenait de moins en moins contrôlable. Je m?approchai et m?agenouillai devant lui, m?avançant entre ses jambes. Je déboutonnai son jeans et baissai son boxer. Il souleva doucement ses fesses pour me faciliter la manoeuvre. Ce que je vis finit de me faire perdre la raison. Un sexe énorme jaillit devant moi. Je n?arrivais pas à croire qu?un boxer puisse contenir un membre de cette taille. Je sais que je n?avais pas beaucoup d?expérience question taille, mais ce pénis me paraissait réellement gigantesque et c?est toujours aujourd?hui le plus gros que j?ai rencontré. Son membre était long et gros, bandé à l?extrême, légèrement courbée vers moi. Un gros gland plus clair mais bien dessiné trônait sur ce sexe superbe. Je sais qu?il en aurait fait fuir plus d?une mais cela eut pour moi l?effet contraire. J?eus envie de le découvrir peu à peu pour finir par me l?approprier. Je posai mes deux mains dessus pour le branler. Cela le fit sourire mais il me laissa faire. Je commençai de lents mouvements de va et viens pour bien sentir sa peau coulisser. C?était plus excitant encore qu?avec Julien. Sentir ce sexe bien dur et chaud dans mes mains... J?accélérai le mouvement avec une main pendant que l?autre partait découvrir ses testicules. Je les massai doucement puis de plus en plus vigoureusement. Il avait l?air d?aimer ça à en croire le rythme de sa respiration. Enfin, je me lançai et approchai mes lèvres de son gland. Je les posai dessus pour l?embrasser. Je fais toujours ça, comme pour saluer celui que je vais aimer cajoler et qui va me donner du plaisir puis je me mis à le laper par petits coups de langue. Le goût et l?odeur de son sexe m?enivra instantanément. Cette odeur épicée qui vous tourne la tête... Mes coups de langue se firent plus appuyé.


— mmmm oui lèche moi comme une chienne. T?as l?air d?aimer ma grosse queue dis-moi. Continue...


Ses mots m?excitaient plus encore. Je me rendais compte que loin de me déplaire, ses insultes, ses mots crus me réchauffaient et me rapprochaient plus encore de la perte de contrôle.


Mes coups de langue se firent plus rapide puis j?engloutis son gland dans ma bouche resserrant bien mes lèvres autour. Je commençais doucement à le sucer entrant à chaque fois un peu plus de son membre dans ma bouche. Il était si gros qu?il la déformait. Je ne parvins pas à la prendre en entier. Son gland buttait contre ma gorge mais seul les deux tiers de son sexe étaient entrés. Je le suçai doucement mais profondément, serrant mes lèvres le plus possible. Je n?avais pas beaucoup d?expérience dans ce domaine mais j?aimais ça et je trouvais peu à peu comment le rendre dingue.


— mmm ouai suce moi bien salope. Vas plus vite. T?aimes sucer des grosses queues toi.


    J?accélérai le mouvement de succion. Son sexe remplissait ma bouche. Je me rendis compte que j?aimais la sentir chaude et dure dans ma bouche et sur ma langue. Je l?enroulai autour. Puis je la sortis de ma bouche. J?avais envie de la découvrir un peu mieux. Je la plaquai contre son ventre et me mis à la lécher sur toute sa longueur, du gland aux testicules. Je la repris en main pour la branler à nouveau pendant que ma langue s?agitait sur sa bourse. Je pris l?une après l?autre ses testicules pour les sucer.


— Putain c?est bon, je savais pas que t?aimais la bite comme ça. T?aurais du venir plus tôt. Montre-moi à quel point t?es salope. Lâche-toi complètement. Ma queue est à toi. Vas-y bébé, fais-toi plaisir avec.


Ses paroles furent le déclencheur. Elles me firent complètement perdre le contrôle. J?attendais ça depuis si longtemps, me lâcher complètement, me laisser aller au plaisir total sans me poser de questions. Je me mis à frotter sa queue contre mon visage en le regardant dans les yeux. J?avais envie de la sentir partout sur moi. Je frottais son gland contre mes joues, mes lèvres, mon front, mon nez, mon cou. Me relevant légèrement, je me mis à caresser mes seins avec. Son gland touchait mes tétons déjà durs. Mon sexe était trempé depuis longtemps mais je sentis une nouvelle émission de cyprine. Je frappai son membre contre mes seins et mes tétons puis je le plaçai entre et les resserrant autour, je le fis coulisser en donnant de petits coups de langue sur son gland à chaque fois qu?il passait à proximité de ma bouche.


— Aaahh oui ! T?es vraiment une salope toi ! Qui m?aurait dit qu?une fille canon et innocente comme toi était en fait une vraie chienne qui aime bouffer des queues ?! T?aimes ça hein ?


Je ne savais pas trop si je devais répondre.


— répond-moi. Lâche toi bébé. Tu sais, rien de ce qui se passera ou se dira ici, n?en sortira, je te le jure. Alors, laisse toi aller et fais et dis ce que t?as envie de dire.


Cela acheva de me convaincre et mes dernière barrières s?envolèrent.


— oui, j?aime ta queue, j?adore jouer avec.


Il me sourit et prit son sexe en main pour le taper sur mon visage. J?ouvrais la bouche pour qu?il la tape sur ma langue.


— Ouai... T?es l?un des plus belle salope que j?ai jamais rencontré. Bouffe moi bien la queue encore puisque t?adores ça

Je me jetai sur sa queue pour l?engloutir et me mis à le pomper comme une folle. Mes mouvements étaient si rapides et profonds que j?en avais la tête qui tournait. Il prit ma tête dans ses mains et commença à me prendre la bouche.


— mmmm ouai, je vais te baiser la bouche sale pute ! Je sais que t?aimes ça. T?es née pour le cul ma belle, ça se voit. Tu seras ma pute maintenant. Personne n?aura le droit de te toucher à part moi mais putain, je vais t?épuiser...


Son gland butait dans ma gorge à chaque fois, il me remplissait complètement la bouche. J?étais à sa merci et j?aimais ça, ça m?excitait comme jamais. Puis d?un coup, il s?enfonça plus profondément encore et explosa. Son sperme me remplit la bouche. Le goût n?était pas désagréable, loin de là mais je ne pouvais pas tout prendre, j?en avalais une partie pendant que le reste dégoulinait sur mes lèvres, mon cou puis mes seins.


— Putain, ça faisait longtemps que j?avais pas giclé comme ça bébé. T?es vraiment une suçeuse de première. La meilleure avec Julie. T?aimes la queue, ça se voit. Mais attend, c?est pas terminé, on est loin d?avoir fini de s?amuser. Je vais te remercier en te donnant un peu de plaisir Samia, mais avant tu vas me nettoyer un peu...


Je me penchais à nouveau, avec plaisir je l?avoue, et me mis à lécher de nouveau son membre pour le nettoyer des gouttes de sperme qui s?y était réfugiées. Loin de me dégoûter, je trouvais ça excitant et terriblement sensuel. Lécher un sexe encore tout palpitant recouvert de sa semence et perdant peu à peu de sa vigueur. Au fur et à mesure qu?il se ramollissait et se courbait, je me penchai d?avantage pour continuer à lécher le gland et la peau qui l?entourait.


— Putain, t?es vraiment une assoiffée de queues toi ! Arrête tu vas me refaire bander et je pourrais pas te donner ce que je veux. Allonge-toi sur le canapé que je m?occupe de toi...


Je l?écoutais tremblante de désir et m?allongeai, les cuisses écartées, offerte. Il s?accroupit et posa sa main sur mon sexe trempé.


— Mais dis-moi, tu mouilles comme une grosse salope. Ca t?a excité comme une folle apparemment de me sucer la queue !


Ses doigts frottaient ma fente. Il plongea sa tête et se mit à lécher ma vulve le long de mes lèvres. Ma respiration s?accéléra et mes gémissements se firent plus forts. J?ondulais mes fesses pour aller à la rencontre de sa langue. J?avais envie de plus, qu?il la mette à l?intérieur, qu?il me bouffe la chatte. Il le comprit et se mit à lécher plus vigoureusement et faisant des mouvements de la tête de gauche à droite et de bas en haut. Ses lèvres avaient pris possession de mon sexe et sa langue le découvrait, le visitait. J?étais au bord de l?orgasme. Il suffit qu?il ne touche mon clitoris qu?une fois avec sa langue et je partis, criant ma jouissance. Il continua à goûter ma fente avec gourmandise, recueillant la mouille toujours plus abondante qui s?en échappait. Il jouait avec mon clitoris, tournait autour, l?aspirait, le suçait, le mordillait très légèrement ce qui me rendait folle. Il commença à me doigter tout en continuant à me lécher. Ses deux doigts entrèrent comme dans du beurre comblant le vite que je ressentais en moi depuis quelques minutes. Je les accueillais avec reconnaissance. Il leur imprima un mouvement de va et viens que je suivis avec mes reins. Je ne me contrôlais plus et donnant de grands coups, je m?empalais sur ses doigts qu?il fit tourner à l?intérieur. Je jouis une seconde fois encore plus intensément que la première et je me relâchais quelques instants.


— Putain t?en veux toi ! Je vais t?en donner tu vas voir ! Tu vas pas regretter d?être venu me voir. Je vais te défoncer comme une pute comme toi le mérite.


Ses mots une fois de plus me redonnèrent une vigueur et une excitation inattendue. Je le regardais et lui souris. Il vint me lécher les lèvres puis nos langues se frottèrent, s?enroulèrent, jouèrent ensemble à l?extérieur de notre bouche en un geste obscène. Je léchais ma mouille sur sa langue découvrant un goût qui m?enivrait et accroissait mon désir d?avantage. Il dut le comprendre car il plongea ses doigts en moi m?arrachant un nouveau cri de plaisir et les présenta trempés devant ma bouche. Je me jetais dessus et les léchais, les suçais en le regardant dans les yeux. Je savais que ça l?excitait comme un dingue et c?est peut-être ça qui m?excitait plus encore...

Il posa son gland sur ma fente et se mit à le frotter en me fixant. Une de ses mains caressait mes seins. J?avais envie qu?il me prenne, qu?il la mette bien au fond. Sa queue énorme me faisait un peu peur mais en même temps me fascinait. Je savais que j?allais connaître quelque chose de nouveau et c?était ce que je cherchais. J?aurais tout donné pour ça mais il faisait durer l?attente, me mettant au supplice. Il pinçait doucement mes tétons, ce qui m?arrachait des petits cris de plaisir. Je me cambrai pour offrir mes tétons à sa bouche. Il les prit l?un après l?autre entre ses lèvres pour les sucer. Sa langue tournait autour pendant que je sentais toujours son gland à l?entrée de mon vagin. Il se mit à mordiller les pointes de mes seins en les tirant doucement vers lui. C?était trop bon. Je ne pouvais plus attendre.


— Oh vas-y Malik, prends-moi !

— Mmmm t?en as envie hein ma belle salope ?

— Oui baise moi !

— Mmm ouais t?inquiète, je vais te baiser comme jamais t?as été baisée !


D?un coup il enfonça son pieu en moi. Il me transperça complètement tellement j?étais mouillée. Son gland buta au fond et je me mis à crier comme jamais je n?avais osé. Ce n?était pas un cri de douleur mais de soulagement et de jouissance mélangés. Son sexe me remplissait totalement et pourtant une partie n?avait pas pu entrer. Je la sentais chaude, dure, longue et épaisse en moi, elle me comblait. Ce sentiment fut plus grand encore quand il commença à aller et venir. Je ne pouvais m?empêcher de gémir de plaisir à chaque mouvement. Il me ramonait complètement. Je serrais mes cuisses autour de lui pour qu?il s?enfonce plus profondément. Je voulais qu?il n?en sorte jamais. Il accéléra la cadence et me fit jouir une troisième fois. Mes seins appelaient mes mains et je ne pus leur refuser. Je les serrai l?un contre l?autre. Malik se pencha pour tenter de sucer mes deux tétons en même temps. Je lâchais un de mes seins pour caresser mon clitoris avec mes doigts. D?un coup il se retira. Il sourit en voyant l?expression de désespoir et de déception qui apparaissait sur mon visage.


— T?inquiète pas Samia, j?en n?ai pas fini avec toi. Tourne-toi et mets toi à quatre pattes.


Je me retournai et lui obéissai. Je me cambrai bien pour l?exciter avec mes petites fesses. Il avait l?air d?apprécier.


— Mmm t?as vraiment un cul de rêve. Je vais te le défoncer comme tu le mérites mais j?ai pas encore fini, viens-là.


Je ressentis une certaine angoisse quand je l?entendis vouloir me défoncer le cul. Julien n?était jamais passé par là et je sentais qu?avec la taille de son sexe, j?allais avoir horriblement mal. Mais ce qu?il était en train de faire me fit rapidement oublier mes craintes. Il reposa son gland à l?entrée de mon vagin et l?enfonça à nouveau d?un coup. Je me cramponnai tant bien que mal aux coussins du canapé pour ne pas être éjectée tant il me prenait avec force. Mais j?aimais ça, j?aimais sentir sa puissance, ses muscles, sa bite gigantesque en moi, lui appartenir complètement, être son jouet. Tout ça m?excitait incroyablement et j?y prenais un plaisir que je n?aurais jamais soupçonné. Ses testicules frappaient contre mes cuisses et je criai plus encore à chaque coup de butoir. Il me donnait de temps en temps des claques sur les fesses. La levrette était vraiment la position que je préférai. Il me prenait par les hanches et se défoulait sur ma chatte.


— T?aimes te faire défoncer la chatte comme une chienne hein ?

— Ouuuiii !

— Qu?est-ce que diraient tes parents ou tes frères s?ils te voyaient en ce moment hein ? En train de te faire défoncer ou de savoir que t?aimes sucer ma queue comme ça ? Ils diraient que t?es qu?une grosse salope, une pute !


Je ne sais pas pourquoi mais c?est quand il me dit ça que je me mis à jouir pour la quatrième fois. Peut-être l?image de déchéance et d?humiliation quand il me parlait du regard de ma famille. J?avais presque envie qu?ils soient là pour jouir d?avantage... Un de ses doigts s?aventura sur mon anus et chassa ces pensées de mon esprit. Il l?enfonça doucement et le fit tourner. Loin de me faire mal, son doigt me procurait une sensation nouvelle et supplémentaire. Un autre plaisir qui ne me déplaisait pas. Tout en continuant de me prendre, il se pencha pour aller chercher quelque chose sous le canapé. J?appris ensuite que c?était de la vaseline. Il plongea deux doigts dans le pot et me les enfonça doucement dans l?anus en les tournant. Je ressentis une envie subite d?aller aux toilettes mais cela s?arrêta. Puis d?un coup il sortit son sexe complètement puis le replongea avec la même vigueur dans mon vagin. Il recommença plusieurs fois. J?adorais ça. Au bout de quelques minutes, il la sortit à nouveau et posa son gland à l?entrée de mon trou. L?angoisse que j?avais ressenti auparavant me regagnait. Il le sentit.


— Détend-toi. Plus tu seras crispée et plus ça va te faire mal. T?inquiète pas, tu vas adorer. Toutes les filles avec qui je les fais m?en redemandaient après.


Cela ne me rassura qu?à moitié. Il poussa son gland pour le faire entrer. Ceci fait il attendit. Je sentis mon anus s?ouvrir doucement et s?habituer à sa présence. Puis il poussa encore. La douleur commença à apparaître. Elle était trop grosse, elle ne rentrerait jamais. Et pourtant il continuait à l?enfoncer. J?avais l?impression qu?il me déchirait le trou. Il s?arrêta à nouveau. Mon anus s?ouvrit encore. La douleur était telle que je sentais les larmes me gagner mais j?avais envie qu?il continue, envie de connaître encore de nouvelles sensations. Il s?enfonça encore et son gland buta au fond. Il ne pouvait pas aller plus loin. Il resta en moi complètement pendant plusieurs minutes. Mon trou s?ouvrait encore et s?habituait à la présence de son sexe en moi. Il n?avait une fois de plus pas pu tout entrer et pourtant il me remplissait totalement. Puis doucement il commença de lents mouvements de va et viens. J?avais la bouche ouverte, ayant du mal à reprendre mon souffle. La douleur était toujours présente mais s?atténuait un peu et je sentais peu à peu le plaisir me gagner ce qui me relâchait. D?une main il me caressait les seins, les pressait contre moi de l?autre il m?agrippait la hanche droite pour mieux prendre prise. Je descendit mes doigts sur mon sexe et me mis à jouer avec mon clitoris pendant que ses va et viens se firent plus rapides et puissants. La douleur s?estompait tandis que le plaisir se faisait de plus en plus fort. C?était une sensation étrange, indescriptible, une jouissance puissante qui vient de l?intérieur. J?avais envie maintenant qu?il me prenne plus vite et plus fort. Il sentit que je commençait à apprécier et accéléra encore.


— Mmmm c?est trop bon, ton trou est tout serré. J?adore ! C?est la première fois que quelqu?un te prend le cul ?

— Ouuui.


J?avais du mal à articuler quoi que ce soit avec son sexe entre mes fesses et les gémissements de douleur se transformèrent peu à peu en cris de plaisir et bientôt en hurlements. En effet, il ne se retenait plus du tout me voyant totalement relâchée, il se donnait à nouveau à fond.


— Tu vois ? Je savais que t?allais adorer ça ! Les salopes comme toi feraient n?importe quoi pour se faire défoncer la chatte et le cul, pas vrai ?!

— Ouuui continue Maliiiik !

— Dis-moi que t?es qu?une salope, que t?es ma pute.

— Oooooh Malik je suis qu?une grosse salope, je suis ta pute !

— Mmmm ouais ! Tu reviendras ici souvent me voir ?

— Ouuui ! Tu pourras me prendre quand tu veux !


Le plaisir me faisait dire n?importe quoi. J?avais une fois de plus totalement perdu le contrôle. J?étais à sa merci et j?aimais ça. De plus, je n?étais pas loin de penser ce que je disais. Si être une salope c?était aimer le sexe sans tabous ni limites, alors j?en étais une. Je savais qu?à la moindre occasion je reviendrai le voir pour qu?il me fasse jouir à nouveau. J?en serai dépendante, c?était déjà une certitude. L?effort conjugué de mes doigts dans mon sexe et de ses coups de queue dans mon cul eut raison de moi une cinquième fois. Cette fois je parti vraiment ailleurs. Ma tête se mit à tourner. Mon corps se mit à trembler et ma bouche se mit à crier. Je repris possession de mes moyens quand je sentis le sperme jaillir sur mes seins et mon ventre. Je savais ce qui l?exciterait. Je me mis à me caresser avec son sperme. Mes seins, mon ventre, mon sexe, je l?étalai partout. Puis je relevai ma main devant ma bouche et la léchai en le fixant dans les yeux. Je finis en lui nettoyant une nouvelle fois le sexe, explorant une nouvelle fois chaque parcelle pour me l?approprier de nouveau.


Grâce à Malik, j?ai connu beaucoup d?autres plaisir, mais tout ça, je vous le raconterai une autre fois... Ce premier épisode de mon épanouissement sexuel est bien réel. Je n?ai rien inventé... du moins pas encore. Je laisserai aller plus avant mon imagination dans les prochains épisodes, mais vous verrez ça bien assez tôt... c?est promis !


P.S. : Si vous souhaitez m?écrire pour me faire part de vos critiques (bonnes ou mauvaises), n?hésitez pas à me laisser un message : Samia1895@hotmail.fr . Une petite faveur au webmaster du site, permettez-moi de passer cette annonce : d?autre part, j?ai très envie de laisser aller mon imagination et de créer des histoires personnalisées, donc si vous êtes intéressé, envoyez-moi les photos des personnes que vous souhaitez que je mette en scène (ça m?aide beaucoup pour l?inspiration), éventuellement le type de relations que vous souhaitez, n?ayez crainte, je ne vous jugerai pas, je n?ai aucun tabous. Je pourrai mettre le récit sur le site en changeant les prénoms réels si vous le voulez, sinon précisez-moi que vous ne le souhaitez pas. Je ne demande absolument rien en échange, juste un petit message pour me dire si vous avez aimé ou pas l?histoire que je vous ai écrite. Merci.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder