Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 6 649 fois
  • 50 J'aime
  • 1 Commentaire

Sandrine

Chapitre 2

Lesbienne

Nous reprenons notre souffle, je me relève et je regarde Aurélie et je suis extrêmement gênée et en même temps complètement excitée. Je tends le bras pour récupérer ma blouse mais Aurélie me prend la main et me dit « Reste nue contre moi, je t’ai enfin trouvée » Je lui demande pourquoi elle m’a enfin trouvée. Elle me répond que c’est une longue histoire quelle me racontera et elle recommence de m’embrasser. Sa langue me rend folle. Après une éternité je quitte sa bouche et je lui dis : « Arrête, ma mère va rentrer ». D’accord me dit-elle, on s’habille, on retourne dans sa chambre, je suis sûre que tu n’as pas tout découvert et ensuite tu me présente ta mère.

Aurélie avait raison, nous découvrons des guêpières, des bas, des strings, des chaînes, des pinces, des menottes et surtout une énorme collection de godes, godes ceintures, vibro … Je reconnaissais la plupart de ces objets pour les avoir vu dans les revues que j’avais piqué à maman, mais pas tous. Aurélie sautait de joie, « j’en étais sure, tu es bien la fille de ta mère ». Je n’y comprenais rien et je la pressai car maman allait rentrer très vite.

En effet le dernier tiroir fermé, j’entends la porte d’entrée … Nous courrons dans ma chambre et j’appelle maman « Coucou, je suis là avec une amie » Ma mère arrive et je lui présente Aurélie. Maman la dévisage et me dit : « Je croyais que tu n’avais pas d’amie !» Je lui réponds que nous nous connaissons que depuis trois jours et à tout hasard je lui demande si je pourrais aller dormir chez elle…


« Elle est bien jolie ta nouvelle amie et plus âgée que toi non ? Je pourrais téléphoner à sa mère pour savoir si elle est d’accord » Aurélie lui donne le numéro de téléphone de sa mère et celle-ci accepte tout de suite, elle propose à maman de la rencontrer un de ces prochains jours …


Dans le métro, je pressai Aurélie de questions, « Pourquoi tu m’as dit que tu savais et que j’étais bien la fille de ma mère ? » Tu le sauras bientôt me répond-elle en me serrant la main, puis elle me glisse à l’oreille « J’ai envie de toi ». A ces mots, je me sens presque défaillir, j’ai peur d’avoir uriné dans ma culotte tant je me sens mouillée, je ne dis plus rien jusqu’à la station de métro ou habite Aurélie. Nous arrivons chez elle, elle appelle sa mère et lui dit « Maman je suis là avec Sandrine, nous montons dans ma chambre et ensuite je te la présenterai » Dans l’état ou je suis je ne m’étonne même pas qu’Aurélie ne me présente pas immédiatement à sa mère. La porte à peine refermée, Aurélie se jette sur moi, elle arrache les boutons de ma blouse et recommence à sucer mes petits tétons, je gémis de jouissance pendant que ses mains ouvre mon pantalon et passe sous ma culotte. Mes tétons deviennent dur comme du caillou, je l’aide à finir de me déshabiller, elle empoigne ma culotte pour la mettre sur son nez, elle s’approche de mon visage, la langue dans ma culotte puis met la langue dans ma bouche, l’odeur de mon sexe sur sa langue me fait presque jouir. Elle descend sur ma chatte, m’écarte complètement les jambes et se met à me sucer, me boire plutôt, je ruisselle… sa langue me pénètre, puis ses doigts, elle prend mon clitoris entre ses lèvres, je hurle et coule de plaisir… Sa bouche remonte jusqu’à la mienne et elle me dit « Tiens goûte toi » en m’offrant sa salive mélangée au jus de ma chatte. Je m’effondre sur son lit terrassée de plaisir lorsque la porte de sa chambre s’ouvre.


Après le plaisir l’angoisse, je suis nue, trempée de partout et la mère d’Aurélie entre dans la chambre. Je tremble et j’essaye d’attraper le couvre lit pour couvrir ma nudité. A ce moment la mère d’Aurélie me dit « Non ne bouge pas ! » Je tremble encore plus fort, mais Aurélie me prend la main en me disant de me détendre. Sa mère doit avoir 40 ans, elle a des cheveux blonds comme Aurélie coiffés en chignon, elle porte une jupe assez courte, de magnifiques escarpins et un top qui moule des seins fermes, ses tétons pointes orgueilleusement. Elle se penche vers moi puis m’embrasse sur la bouche. « Alors tu es Sandrine ? Tu es déjà très bien formée pour ton âge. Ma fille me parle de toi depuis trois jours ainsi que de Mlle Benoit, sais-tu ce que me raconte Aurélie ? » Je suis toujours complètement effrayée et complètement surprise qu’Aurélie pose sa main sur ma chatte en présence de sa mère et je suis encore plus stupéfaite qu’Aurélie commence à se déshabiller… La mère d’Aurélie me regarde puis m’embrasse de nouveau, cette fois elle entre sa langue dans ma bouche, je suis toujours crispée puis cette langue autour de la mienne commence de me détendre puis de me donner des frissons, quand elle me donne sa salive à boire, je sens de nouveau ma chatte qui mouille. Aurélie est nue et commence à se caresser.

Sa mère quitte ma bouche et me dit : « C’est une longue histoire, je te la raconterai si tu en as envie, mais sache que depuis des années notre relation avec Aurélie est très intime et que depuis sa puberté, je l’ai aidée à découvrir les plaisirs que nos corps peuvent nous donner et tu verras, elle en sait beaucoup plus que ce que tu as déjà expérimenté. Depuis quelle t’a rencontré, elle est folle de toi. Maintenant que je te vois, je comprends pourquoi. Alors cesse de t’inquiéter, je suis heureuse et excitée que ma fille aie trouvé une partenaire de son âge pour découvrir tous les plaisirs du sexe. Aurélie sait que je vous regardais tout à l’heure et je t’avoue que j’ai jouis en même temps que toi, je m’appelle Chantal et je veux que tu me tutoies »


Je suis complètement abasourdie, Aurélie continue de se caresser, elle a les cuisses complètement écartées et je suis fascinée par sa chatte luisante de mouille, de temps à autre, je vois son doigt toucher son anus, sans m’en rendre compte, je commence aussi à me caresser. Je regarde Aurélie qui gémit, maintenant son doigt s’enfonce dans son cul, je suis de nouveau trempée et je me jette sur la chatte d’Aurélie, mon visage est trempé de sa mouille, je suce, je bois, je rentre mon nez dans sa chatte, Aurélie soupire, gémit se tourne sur le ventre remonte ses fesses et me dit d’une toute petite voix « Mets ta langue dans mon cul » Je sors ma langue de sa chatte, je lèche tout le tour de son anus, puis j’écarte ses fesses en la pénètre avec ma langue. Je n’en peux plus tant c’est bon lorsque je sens deux mains qui relève mes fesses et une langue qui fait le tour de mon petit trou. Au moment où je m’enfonce le plus loin possible avec ma langue, je sens un doigt pénétrer mon cul, Aurélie hurle et les contraction de son orgasme serre ma langue dans son anus, je recule pour m’enfoncer sur ce doigt et je jouis comme jamais, je sens mon cul se contracter et ma chatte gicler.


J’ose à peine me retourner pour regarder Chantal, elle éclate de rire et nous dit « Vous êtes des gentilles filles, mais moi je n’ai pas eu grand-chose ce soir … Mais Sandrine, je t’avoue que je n’avais jamais vu une fille gicler comme toi pendant l’orgasme et j’ai cru que ton petit cul allait casser mon doigt tellement il se contractait. Je vais essayer de retrouver mes esprits et vous préparer à manger, je vous retrouve tout à l’heure à la cuisine ».

Mon corps est en feu, mon esprit aussi, Aurélie me regarde en souriant et me propose une douche avant le repas, nous nous savonnons mutuellement mais je suis toujours dans un autre monde. Aurélie m’embrasse puis me dit que je suis loin d’avoir tout découvert.


Nous descendons, Chantal nous a préparé des gambas flambées avec une salade mêlée. Je suis affamée et c’est délicieux, après le repas, Chantal nous propose de la rejoindre au salon, elle souhaite me parler.

La maison de Chantal est magnifique, la cuisine accueillante avec une grande table en bois, pleins de casseroles et d’ustensiles en cuivre au mur, et des appareils électroménager high-tech, le salon est somptueux, canapés en cuir immenses, tapis moelleux, cheminée … J’en suis bouche bée, chez moi c’est petit et moche.


Aurélie qui a suivi mon regard me dit : « attend de voir la chambre de ma mère !» Elle m’explique que sa mère est veuve depuis 10 ans et que son père était très riche. J’entends des talons claquer sur les escaliers, Chantal arrive et je suis de nouveau bouche ouverte et incapable de parler. Elle a mis une robe noire, hyper moulante et hyper courte, elle n’a pas de soutien-gorge et des escarpins de 10 cm. Aurélie rit et lui demande si on doit s’habiller pour une soirée. « Non ma fille, je voulais un peu émoustiller Sandrine avant de vous parler »


Nous sommes assises sur le grand canapé et Chantal prend le fauteuil en face de nous. « Sandrine, je suis ravie de t’avoir rencontrée, Aurélie encore plus, mais maintenant tu as un choix à faire ». Elle était tellement sérieuse que je commençais à paniquer, veut-elle m’enlever tout ce que je viens de découvrir ? Veut-elle m’arracher à Aurélie dont je suis déjà amoureuse ou encore à elle qui est si belle ? Aurélie me prend la main et me la serre fort. « Sandrine, tu as donné du plaisir à ma fille adorée, j’ai aimé voir ton jeune corps jouir, j’aimerais plus encore te faire découvrir tous les plaisirs des sens, y compris ceux que tu n’as pas encore imaginé es-tu prête à cela ? »


« Oui, oui, oui, j’ai eu tellement peur, je croyais que vous vouliez que je parte … Je veux tout savoir, tout apprendre, tout faire… »

Chantal continuait de me regarder avec ses yeux qui semblaient lire en vous, « Vraiment tout ? Réfléchis Sandrine tu es très jeune et ton engagement est irréversible »


Je me jetai à ses pieds en l’a suppliant : « Chantal je ferai ce que vous voulez, tout ce que vous voulez mais gardez moi, j’ai lu beaucoup de livres et de revues, je sais ce que ça veut dire et avant de connaître Aurélie, je me branlais en regardant des revues et en lisant des livres qui parlaient des esclaves sexuels »

Chantal nous dit : « D’accord, je vais vous former Aurélie et toi, vous êtes très jeunes donc nous avons beaucoup de temps. Sandrine, il se trouve que je connais bien ta mère, je te raconterai plus tard pourquoi je la connais, mais elle ne peut rien me refuser. Depuis aujourd’hui tu vis avec nous. »


Aurélie me prend dans ses bras et met sa langue dans ma bouche, elle la ressort pour me dire : « Je suis tellement heureuse, je t’aime mon amour »


J’ai de nouveau le ventre en feu et quand Chantal nous rappelle qu’elle n’a pas eu beaucoup de plaisir aujourd’hui, je me jette à ses pieds et je lui dis que je ferai tout ce qu’elle veut.


Chantal se lève et nous demande de la suivre, elle entre dans la chambre d’Aurélie qui, étonnée lui demande pourquoi, Chantal lui répond que c’est trop tôt. Elle nous demande de nous déshabiller. Nous sommes nues, Chantal est toujours habillée, elle est assise sur un fauteuil, Aurélie est sur le lit et commence déjà à se caresser, je regarde les jambes et les chaussures de Chantal, je sens de nouveau ma chatte qui coule alors je me mets à genoux devant Chantal et je lui retire une chaussure, je prends son pied dans ma main puis je me mets à sucer ses orteils, je fais pareil pour l’autre pied et je passe de l’un à l’autre.


Tu es délicieuse me dit Chantal, mais maintenant je vous laisse, je veux être seule et il n’est pas encore temps pour vous de partager tous mes secrets.

Diffuse en direct !
Regarder son live