Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 5 280 fois
  • 46 J'aime
  • 1 Commentaire

Sandrine

Chapitre 4

Lesbienne

Mlle Benoit se lève et va ouvrir une armoire cachée dans les miroirs, elle revient vers nous avec un martinet en cuir rouge et un énorme gode. Elle nous regarde en silence puis nous fait un véritable striptease. Lorsqu’elle enlève enfin son string et le jette sur le lit, Aurélie s’en empare pour mettre son nez dessus, je m’approche de mon amour pour sentir aussi. Une odeur tellement forte de sexe et d’urine s’en dégage que nous nous précipitons Aurélie et moi sur la chatte de Mlle Benoit. Son goût et son odeur sont si violemment excitant que nous crions toutes les deux. Mlle Benoit se met à genoux, écarte les jambes et pousse sa chatte contre la bouche d’Aurélie, elle me pousse derrière elle pour que je puisse lécher son cul. L’odeur et le goût sont si forts que je vacille avant d’entrer ma langue dans son anus.


Brutalement, Mlle Benoit se relève et nous demande de nous embrasser. J’en mourrais d’envie depuis un moment, je prends la bouche d’Aurélie, elle me fait boire sa salive qui a un goût sublime de chatte et d’urine, elle boit la mienne qui a le goût que vous savez, je lèche sa bouche puis son visage, je n’ai jamais été aussi excitée, Aurélie non plus et comme un coup de tonnerre, nous entendons Mlle Benoit nous dire STOP !


Notre envie est trop forte, nos langues se retrouvent. AAAHHH une brûlure insoutenable taraude mes fesses, je me lève brutalement et je vois Mlle Benoit armée d’un martinet. Elle empoigne Aurélie, la retourne sur le ventre et frappe. Aurélie hurle à son tour.


Elle me prend par les cheveux et me pose à côté de mon amoureuse. Nous somme toutes les deux sur le ventre, tétanisée par la peur et en même temps fascinée par ce qui nous arrive, nous avons tellement fantasmé et jouis à l’idée de devenir la proie de lesbiennes sadiques. Mlle Benoit frappe nos fesses à plusieurs reprises, nous hurlons, mais ma chatte est détrempée et j’entends Aurélie gémir qu’elle a trop mal mais qu’elle va jouir. Les coups cessent et Mlle Benoit nous ordonne de nous retourner. Elle se penche sur la chatte d’Aurélie, enfonce un doigt et le ressort détrempé, elle suce son doigt puis l’essuie sur le drap, elle fait pareil avec moi et constate que ma chatte est aussi trempe que celle d’Aurélie.

« Bravo mes demoiselles, déjà deux épreuves réussies, est-ce que vous commencez à comprendre la formation que ta mère, Aurélie, envisage pour vous deux ? »


Nous restons silencieuse toute le deux, alors le martinet s’élève et frappe violemment mes seins, c’est une douleur insoutenable, je hurle, Aurélie subit le même traitement.


— Alors une réponse ?


Mes seins me brûlent, mais cette douleur est si bonne que je continue à me taire, Aurélie me serre la main, j’imagine qu’elle est comme moi. Et les coups recommencent, sur les seins, sur le ventre… La douleur est aussi insupportable que la jouissance qu’elle provoque.


Plus de coups, je vois Mlle Dubois poser son martinet, elle nous dévisage en silence, se lève et nous dit : « Beaucoup de travail avec vous, comme en classe d’ailleurs, mais j’espère qu’après une nuit de réflexion vous aurez une réponse à m’apporter. Pour votre information, la première épreuve était de lécher des pieds, une chatte et un cul mal lavé, la deuxième était de savoir si la douleur engendrait chez vous la jouissance. Ensuite vous n’avez pas répondu à ma question, donc je reporte la troisième épreuve »


Malgré nos supplication, Mlle Dubois quitte la chambre avec son énorme gode et son martinet, avant de fermer la porte elle nous dit : « Cette nuit vous serez enfermée, il y a des bouteilles d’eau dans l’armoire ouverte, mais vous n’avez pas accès aux wc, et si je retrouve la moindre trace d’urine dans le lit, je vous renverrai immédiatement à Chantal qui rendra Sandrine à sa mère et qui placera Aurélie dans un foyer. Et si vous avez un tant soit peu d’imagination vous saurez ce que je vais faire avec mon gode…»


La porte claque et la clé tourne. Mes fesses, mon ventre et mes seins zébrés de marques rouges brulent, Aurélie est aussi marquée que moi.

Après un long silence, Aurélie se lève pour aller chercher de l’eau, j’ai la gorge sèche, je bois avec plaisir mais soudain la panique s’empare de moi, j’ai déjà besoin d’uriner, je ne tiendrai pas la nuit.

Aurélie se penche sur moi, elle se frotte contre mes seins et contre mon ventre, elle me murmure que ça brûle, mais que c’est si bon, pour moi aussi et ma chatte est de nouveau trempée. Elle s’écarte de moi, me regarde et me dit : « Comment faire, j’ai la vessie pleine, je ne tiendrai pas la nuit et je ne veux pas te quitter, ma mère est tout à fait capable de mettre sa menace à exécution, je ne vois qu’une solution … »


Moi aussi je n’en voyais qu’une et plus j’y pensais, plus cela m’excitait…

Je la recouche sur le lit et lui demande de bien écarter les jambes et de soulever ses fesses, ma bouche se colle sur sa chatte, elle est trempée, puis j’écarte mes lèvres, elle comprend et lâche un jet puissant dans ma bouche, c’est chaud et ça a un gout très fort, j’avale et ça continue. Elle essaye de se retenir pour ne pas m’étouffer mais les jets n’arrêtent pas, je sais que je n’ai pas droit à l’erreur alors je colle ma bouche à sa chatte pour tout récupérer. Avant son dernier jet je l’entends me dire : « Avale pas tout, je veux boire ma pisse dans ta bouche », je garde une grosse gorgée et je remonte vers sa bouche, elle boit tout ce qui me reste, nos langues barbotent dans son urine. A son tour elle colle sa bouche à ma chatte, je me retiens un moment parce que je suis au bord de l’orgasme puis je me laisse aller, je n’ai jamais su que pisser pouvait donner du plaisir, mais là c’est l’extase, je retiens mes jets et c’est encore meilleur. Aurélie sent que ma vessie est presque vide, elle quitte ma chatte et cette fois c’est ma propre urine que nous partageons et nous jouissons en même temps sans même nous être touchées.

Epuisées mais fières d’avoir rempli notre contrat nous nous endormons …

Diffuse en direct !
Regarder son live