Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 001 fois
  • 1 J'aime
  • 0 Commentaire

Sans titre

Chapitre 1

Orgie / Partouze

Sans titre Fabrissa


Le frère de Laure est aussi mon amant. Il vient souvent chercher sa sœur chez moi.Je l’aime bien comme baiseur, il est un peu plus doux que toi. Il a un gros défaut : il aime baiser sa sœur aussi. Ta présence ne le gêne pas, même si nu comme tu es, tu ne bandes pas encore. Il nous embrasse sur la bouche en insistant plus que d’habitude sur les lèvres de sa sœur qui aime se faire mettre par son frère. Laure a ça de bien, c’est qu’elle s’ouvre dès que Paul, son frère, est là. Elle le désire toujours n’importe où, principalement dans la bouche pour son sperme qui a un goût particulier, presque poivré. Mais, comme je ne peux pas m’approcher pour le moment de l’amant/frère, je me rabats sur ta queue qui enfle sans arrêt. Mon premier soin est de mettre deux doigts dans ton cul puisque tu apprécies, je lèche tes couilles avant de mordre ton mandrin que je tiens en entier dans ma main droite. Tu deviens gentil comme un toutou. Même si tu tiens ma tête pour que je n’oublie pas de te lécher la queue et la mettre dans ma bouche. Comme si j’allais oublier de te faire un pompier. Seulement tu es long à venir : le surhomme se dégonfle un peu. J’entre encore plus mes doigts dans son anus : cette fois, tu réagis bien, je sens encore une fois ton sperme envahir ma bouche.

Je te propose d’enculer le frère de Laure, après tout il a un cul comme toi. Pourquoi ne pas en profiter ! C’est la question que je te pose. Même si ta bite est en deuil pour le moment, tu acceptes.

Paul a entendu ma proposition. Bien sûr qu’il veut, il baisera sa sœur.

Réponse



Merci de cette mise en bouche ! Epuisé, je rentre chez moi et je te donne rendez-vous pour le lendemain avec ta copine Laure, une belle blonde aux petits seins, peau douce et sucrée. Elle est très bi et très aguicheuse. Elle connaît bien son corps et sait s’en servir, la belle.



Alors, ce soir, je vous retrouve toutes les deux chez toi, pour dîner. Mais il semble qu’en guise d’apéro, Laure se soit déjà offerte. Elle a écarté les jambes pour te montrer sa chatte fraîchement épilée, torturée par son micro string. Tu ne résistes pas et tu vas sentir sa moule. C’est à ce moment que j’arrive.

J’embrasse Laure tendrement et je te laisse la câliner et commencer à la doigter. Pendant ce temps, je la déshabille et je commence à jouer avec ses petits seins. Elle apprécie ton traitement et commence à couiner comme j’aime. Ça ne me laisse pas indifférent ! Je suis à l’étroit dans mon pantalon. Je me mets à l’aise… Ensuite, tu me laisses sa chatte et va emballer notre princesse. Que j’aime vous voir vous gouiner. C’est vraiment beau, deux femmes ensemble ! J’apprécie vraiment le spectacle.

Laure en veut plus et me demande de la pénétrer, de la baiser. Je ne me fais pas prier et je l’installe en 69 sur toi, puis je la prends en levrette. De ton côté, tu chatouilles son clito qui réagit bien pendant que je commence à coulisser en elle. Quelle bonne chatte. Elle est bien serrée, c’est agréable… ma bite est bien gonflée d’excitation et de plaisir et c’est vraiment agréable que de vous voir, et d’en baiser une. Tout à l’heure ça sera à ton tour !

Tu attrapes un gode et tu commences à jouer avec son anus. Elle semble aimer, mais ne s’ouvre pas très rapidement. Il te faut lubrifier. Finalement, nous changeons de position. Je m’allonge et elle vient sur moi, pour que tu puisses jouer avec sa rondelle.

Après lui avoir léché sa rosette, tu lui représentes le gode et tu le lui entres dans son cul qui accepte de s’ouvrir. Je la sens qui se contracte. Elle hurle, je ne sais si c’est de plaisir ou de douleur, pourtant le gode n’est pas gros. Ça semble plutôt être du plaisir. Ça y est, elle se lâche un peu et te demande de lui baiser le cul. Nous synchronisons nos mouvements et elle jouit bruyamment. Elle a l’air heureuse. Je ressors, tu me branles, puis tu me prends en bouche et je lâche ma semence en quelques secondes ! Tu es douée !!! Laure reprend ses esprits et s’approche de toi. Vous partagez ma jouissance et je vois vos langues qui s’enroulent. Je vous laisse vous aimer entre filles pendant quelques minutes, le temps de retrouver ma vigueur.

Je vous contemple, je suis toujours autant sous le charme de l’amour lesbien.

Puis je viens vous déranger, car j’ai bien apprécié le fait de te prendre le cul hier. Je suis désolé de t’avoir fait un peu mal, mais je suis certain que tu as apprécié, vu les cris et les spasmes que tu as eus. Et ce soir, j’ai envie de réaliser un fantasme, sodomiser une femme tout en me faisant prendre. Le pied. Je suis très anal, sur moi comme sur ma partenaire.

Alors je viens te faire une feuille de rose. Laure joue avec ton clito et, de temps à autre, nos langues se cherchent.

Je t’insère un doigt, puis deux, puis ton gode dans ton anus qui se dilate doucement. Tu sembles prête pour la chevauchée. Je me présente. Pendant ce temps, Laure s’est équipée d’un gode ceinture, bien nervuré. Il est bien imité et semble bien réel, tout en étant un peu mieux monté que moi (6 x 20), je sens que je vais déguster ! Tu tailles une pipe à Laure pendant que j’insère mon gland dans ton anus. Doucement, tu pousses, je pousse… bref j’entre et viens prendre place dans tes fesses. Quel délice et quel plaisir que d’être ainsi installé en toi. Tu es sur le dos, sur le canapé, et je suis au-dessus de toi. Laure vient jouer avec ma rosette, ça va être à moi de déguster. Je sens un doigt, puis deux. Ma bite se tend, tu la sens mieux. Puis finalement Laure se désintéresse de moi et se positionne entre nous deux pour te faire jouir de la chatte en te mettant deux doigts. Tu apprécies cette caresse soudaine et tu lui demandes de te prendre complètement la chatte. Je sors de cet endroit si agréable et si chaud pour que tu changes de position.

Laure s’assied sur le canapé et tu viens empaler ta chatte sur son membre en plastique. Moi, je viens derrière toi et, d’un coup, je reprends ma place. Tu couines et tu nous demandes de te défoncer. Tu nous dis que tu es une salope et que tu as besoin de te faire malmener les orifices…

Au bout de quelques secondes, un orgasme te prend et Laure te roule une pelle sensuelle. C’est trop pour moi et j’explose en vous voyant ainsi. Je suis un peu déçu d’être venu si vite. Alors nous changeons encore de position et tu t’assieds sur le canapé, et me prends en bouche. Pendant ce temps-là, Laure s’approche de mon cul et appuie son membre bandé sur ma rosette qui cède doucement. J’aime me faire enculer. Ça oui, j’aime que l’on joue avec mon anus. Il s’ouvre et doucement, ma bite se regonfle. Elle est presque prête à reprendre possession de ton cul. Tu t’installes à nouveau sur le canapé, et la vue de ton joli cul, de ton anus ouvert et rouge, le traitement de ta bouche sur ma bite et le gode ceinture de Laure dans mon anus me font bander à fond. Je te reprends en levrette et ça y est, j’ai enfin le plaisir de réaliser ce vieux fantasme, me faire sodomiser tout en sodomisant. Que c’est jouissif que de se sentir ouvert. Laure sait manier sa bite artificielle. Elle n’en est pas à sa première sodomie. Elle me traite de chienne, de garage à bites… Toutes sortes de mots crus qui font effet dans ce genre de situation.

Tu es amusée de me savoir pris par une femme et, depuis le miroir du salon, tu contemples la scène de sodomie torride.

Au bout de quelques minutes de profonds va-et-vient bien cadencés, je me sens venir. Laure se retire, puis je quitte tes fesses à regret. Laure se positionne au-dessus de ton anus et t’encule. Tu hurles que c’est trop gros. Et, effectivement, elle a du mal à entrer. Elle force et tu hurles plus fort. Mais ça finit par entrer. Alors, elle reste immobile et te masse doucement le clito avec sa main droite. Tu souffles doucement et finalement tu commences à onduler du bassin. Elle reprend ses va-et-vient.

Je me repose quelques instants en dilatant l’anus de Laure pour continuer à nous emboîter. Elle s’ouvre assez vite. Il faut dire qu’elle est bien excitée et que sa chatte dégouline. Je lèche un peu la cyprine qui en sort. J’aime ce goût de femme. Enfin, je la pénètre doucement, en lui arrachant quelques petits cris. Elle doit être bien habituée à se faire mettre par-là, la coquine.

Nous recalons nos va-et-vient sur Laure. Mais je suis trop excité et je ne tiens pas longtemps. Heureusement nous jouissons tous les deux en même temps, suivi de près par Laure que toute cette préparation et ces pénétrations ont bien motivée. J’ai eu juste le temps de sortir et de jouir sur ton dos.


Je suis vidé. Laure te lèche le dos et je l’accompagne. Nos langues se cherchent, puis nous partageons ma semence tous les trois. Ensuite, je file à la salle de bains. Quand je vous retrouve vous êtes encore en train de vous embrasser langoureusement.

Mais je ne suis plus capable de rien et je vous regarde. En fait, vous êtes fatiguées et filez vous laver. Je vous entends jouer avec l’eau, vous arroser, mas je crois qu’il n’y a pas eu d’autre jouissance.

Merci à toutes les deux de m’avoir permis de réaliser ce fantasme.


Réponse en retour


Je ne te l’ai pas dis, tu m’as fait un peu mal en m’enculant. Tu es presque trop gros pour mon orifice, plus gros que les merdes que je fais quand je suis constipée. Mais j’ai joui. J’ai apprécié ta langue sur mon cul, je mouillais. Je t’ai bien senti quand tu entrais, surtout ton gland.

Avant d’aller chercher ma copine, je voudrais que tu me la mettes dans le con qui t’attend. Il me semble que ta bite regonfle un peu depuis que je te demande de me baiser. Je te prends dans ma main, je serre un peu en allant et venant sur ta bite. Elle commence à enfler : je vais te prendre dans la bouche, même si tu n’es pas d’accord. Tu sens ma langue qui lèche le gland ? Tu sens mes lèvres autour de ta tige ? Tu ne voulais pas, maintenant tu apprécies que je passe ta bite entre ma langue et mes joues à l’intérieur de ma cavité buccale. C’est ton tour d’être accoudé au bar. Je caresse d’une main tes couilles; tu aimes bien surtout que je pousse mon autre main bien plus loin : tu écartes un peu les jambes pour me laisser le passage : je pose un doigt caressant sur ton cul, tu aimes ma bouche et cette main qui, maintenant, te pénètre à ton tour dans le cul. Ne dis pas que tu n’aimes pas, je ne te croirais pas, surtout que tu tiens ma tête pour que je ne parte pas, tu perdrais du coup le plaisir anal. J’attends que ton sperme vienne dans ma bouche pour que je le déguste lentement avant de t’embrasser pour que toi aussi tu te goûtes.

A nouvelle réponse

J’apprécie ton étreinte. Je remonte ta jupe sur tes hanches et je découvre ton string. J’adore.

Ensuite je te demande de te cambrer et tu prends appui sur le bar de la cuisine. Je hume ton joli postérieur, puis je descends ton string. Ta moule sent le sexe, c’est enivrant. Je te titille le clitoris et, de temps en temps, je joue avec tes lèvres. Puis je descends la langue pour atteindre la zone entre ton vagin et ton anus et je remonte doucement vers l’anus.

Tu sembles apprécier et me demandes une feuille de rose. J’aime réellement en faire, c’est tellement beau de te voir aller à la rencontre de ma langue et en même temps essayer de l’éviter...

Enfin, je suis terriblement excité. Après t’avoir mis deux doigts dans le cul, je m’invite doucement. Là, je suis sûr que tu commences à la sentir. Tu me demandes d’y aller doucement. Mes 20 cm x 5 cm te font de l’effet.


Ça y est, te voilà bien ouverte et offerte. Merci ! Je suis bien au fond, immobile en attendant que tu t’habitues à moi.

Puis je reprends mon va-et-vient. Tu me demandes d’accélérer la cadence. J’accélère, puis je ralentis. J’essaie de modifier la cadence pour te surprendre.


Tu commences à te lâcher et à apprécier ce traitement. Je te caresse en même temps la chatte.

Puis je te préviens que je ne vais pas tenir longtemps et, enfin, au moment où je lâche la purée, tu exploses toi aussi. Ouf l’honneur est sauf !

Merci de ce moment.

Enfin :


Je t’embrasse longuement sur la bouche. Tu entres ta langue dans ma bouche. Je te sens te rendre : ta bite est visible, tu commences à bien bander. Je vais la sortir pour la voir, j’espère qu’elle n’est pas trop grosse, sinon tu n’entreras jamais dans mon cul quand nous baiserons ;

J’ai un peu peur, comme à chaque fois pour la première fois. Je me demande ce que tu vas me faire, me baiser ou m’enculer ?

Diffuse en direct !
Regarder son live