Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 23 111 fois
  • 180 J'aime
  • 0 Commentaire

Sarah, ma patronne

Chapitre 1

Hétéro

J’ai eu beaucoup d’aventures avant de rencontrer ma femme. J’ai eu, et j’ai encore de nombreux fantasmes. Il y a eu un temps où j’ai fantasmé sur Sarah, ma chef. Qui plus est, c’était la sœur d’une de mes ex. J’ai couché une fois avec elle, juste après ma rupture avec Lucie. Mon fantasme vient du fait que j’ai couché avec Sarah uniquement pour la ressemblance physique avec sa sœur aînée. Quand, quelques années plus tard, elle s’est retrouvée être ma chef, j’ai eu envie de remettre le couvert avec elle parce que, en plus d’être jolie, elle avait ce petit truc supplémentaire qui m’a toujours fait craquer. Mais j’étais marié et je tenais à cette promesse. Pourtant, Sarah aussi avait visiblement très envie de moi. Peut-être pas pour les bonnes raisons... Lors de notre partie de jambes en l’air, très agréable je dois dire, j’ai dit à haute voix ce que je pensais... Au moment de jouir, un « Oh, Lucie... ouiiii ! » m’a échappé. Elle me chevauchait et, alors que j’étais en train de jouir en elle, elle me gifla à plusieurs reprises.


Son envie de moi était soit une frustration compréhensible, soit une vengeance. C’est aussi pour cela que j’ai refusé ses avances. Reste que j’avais vraiment envie d’elle. Et puis, un soir où je suis rentré plus tôt que prévu du travail, j’ai trouvé ma femme en pleine séance de masturbation devant son PC. A moitié nue, le shorty bien mouillé, elle ne pouvait pas cacher ce qu’elle avait fait. Mais Hélène est une charmeuse... elle a réussi à prendre l’avantage alors que je l’interrogeais. Rapidement, nous sommes entrés dans un joyeux roulé-boulé pour savoir qui allait chevaucher l’autre. C’est finalement Hélène qui a gagné et je me suis retrouvé avec le pantalon aux chevilles et Hélène assise sur moi, le shorty écarté et faisant un mouvement de bassin sur ma queue qui grossissait entre ses cuisses. C’était vraiment agréable. Et puis Hélène s’est penchée en avant et j’ai pu me délecter de sa généreuse poitrine. Pendant que je lui suçotais le bout des seins, Hélène me fit entrer délicieusement en elle. Elle maîtrisait parfaitement la situation et, alors qu’elle se redressait je lui caressais les seins sous ses « hmmm » encourageants. Nous prenions tous deux beaucoup de plaisir, nous caressant, nous embrassant avec douceur.


Nous étions à l’unisson et presque à l’orgasme quand j’ai remarqué quelque chose qui me troubla. La bouche d’Hélène semblait chuchoter un prénom qui n’était pas le mien. Plus nous nous approchions du plaisir ultime, plus ce que j’avais cru percevoir s’entendait. D’abord des « ine... ine... » se faisaient entendre avec quelques « ine... oui... ine. » Puis les discrets « ine » se transformaient en « line » un peu moins discrets, puis en « C... line » de moins en moins discrets. Au moment de son orgasme Hélène hurla « OUI CAROLINE !!! » avant de s’effondrer complètement. A ce moment, j’ai compris ce qu’avait pu ressentir Sarah quand je l’avais appelée Lucie.

Hélène avait atteint l’orgasme seule et moi, je lui caressais le dos pendant qu’elle reprenait son souffle. J’étais toujours en elle bien qu’ayant sérieusement débandé. Elle m’embrassait dans le cou en reprenant son souffle. « Je t’aime ! » me dit-elle alors que je sortais de son corps. Ne sachant pas si cela s’adressant à moi, je n’ai pas répondu. Sarah a sûrement plus mal vécu mon erreur que je ne le pensais. Hélène m’embrassa à pleine bouche. « Je t’aime, toi ! » Je lui ai souri avant de lancer un « moi aussi » plein de mélancolie.


Alors que je pensais à Sarah, j’ai passé ma main sur les fesses d’Hélène. Mon cerveau a fait un mélange des deux et je m’imaginais caresser le cul de ma chef. Un temps pris de remords par mon érection renaissante, je me suis dit qu’Hélène pensait à une femme prénommée Caroline... je pouvais bien m’imaginer prendre le cul de Sarah. Nous sommes repartis dans un jeu de domination et, cette fois-ci, j’ai pris le dessus. Je me suis retrouvé sur cette Hélène-Sarah dont son cul me faisait tant envie. Elle était allongée au sol sur le ventre, coincé par le poids de mon corps et un bras bloqué par une chaise. Je me frottais contre le cul d’Hélène-Sarah et je sentais mon membre se gonfler de plus en plus en lui écartant les fesses. Rapidement, je suis arrivé à son petit trou moite sur lequel je me suis frotté agréablement. A nouveau, j’entais Hélène chuchoter quelques « ine... ine... » Puis, à force de frottement, le passage commença à s’ouvrir légèrement « Caroline... oui, prends-moi... comme ça ! » Mes dernières réticences se sont envolées et d’un coup de reins j’ai commencé à m’introduire dans le cul de Sarah alors qu’Hélène soupirait de douleur sous les assauts de Caroline. Et plus je m’enfonçais en Sarah plus Hélène suffoquait « Oui... Caroline... ça fait mal mais c’est bon... Caroline ! »

Alors j’attrapais Sarah par les hanches et m’enfonçais un grand coup en elle, j’assumais à haute voix mon fantasme. « Oh Sarah... qu’il est bon ton cul ! » J’étais entré d’une bonne moitié dans ce cul qui m’attirait tant et Sarah-Hélène attrapa le pied de la chaise, se cabrant dans fort soupir. J’embrassai Sarah dans le haut du dos et Hélène pria Caroline de continuer. Alors j’ai remonté les hanches de Sarah qui s’est mise sur les genoux, la tête vers le sol. Elle m’ouvrait ainsi le passage vers le fond de ses entrailles et je ne me gênais pas pour y plonger. « Sarah... ouiiiii Sarah » Je sentais le plaisir monter en moi et je commençais à pilonner Sarah qui tressaillait à chaque coup de boutoir. Les « Oui Caroline ! » se mélangeaient aux « Oh Sarah ! » mais je vivais mon fantasme aussi profondément qu’Hélène vivait le sien et sous les encouragements de ma belle Sarah m’approchait de plus en plus du point de non-retour. « Oh Sarah... Je vais jouir dans ton cul... Sarah » La fin était de plus en plus proche et j’agrippais mon fantasme pour la relever et passer mes mains sur ses seins et son ventre.


« Sarah... je vais te remplir le cul ! » Je continuais mes coups de reins sous les soupirs profonds, mélange de plaisir et douleur, de mon amante. Moins d’une minute plus tard je serrais Sarah dans mes bras et j’essayais de prolonger l’instant tout en donnant mes derniers coups de reins. Sarah se cambra pour me permettre d’aller loin profond en elle. « Oh Sarah, Sarah, Sarah... Sarah... Sa... Sa... Sarah... » Et d’un coup, j’ai explosé à grand flot « Sa... RAAAAAAAAH » Autant j’ai pratiquement avalé la première syllabe, autant la seconde était un cri du cœur. Je me répandais dans les entrailles de mon amante que je serrais très fort en hurlant une nouvelle fois son prénom puis je m’effondrais en l’entraînant avec moi.

Peu à peu, je revenais à moi et je commençais à entendre à nouveau Hélène soupirer le prénom de celle qui, je l’espérais, lui avais procuré un grand plaisir. Elle respirait fort, aussi fort que Sarah. Peu à peu, Hélène reprenait la place de Sarah dans mes bras, je palpitais encore dans le cul de Sarah, mais quelques instants plus tard, j’avais assez débandé pour que je sorte naturellement de celui d’Hélène. Rapidement, elle s’est retournée et nous nous sommes embrassés.

Nous avons eu une petite discussion. Je ne connaissais pas Caroline. C’était une fille qu’elle avait rencontrée sur le Net et avec qui elle entretenait une correspondance suivie. Caroline était « amoureuse » d’Hélène et elle avait abordé une fois ou deux des sujets un peu sexuels. Caroline voulait mettre Hélène dans son lit. Elle était dominatrice et elle lui avait dit qu’elle aimerait bien lui mettre un gode dans le cul. Quand je me suis immiscé dans cette partie de son anatomie, Hélène n’a pas eu beaucoup à se forcer pour que Caroline prenne ma place dans son imaginaire. Néanmoins, Hélène n’était pas prête à rencontrer Caroline. Ou alors, il faudrait que je sois présent.


De mon côté, j’ai confirmé à Hélène qu’elle connaissait Sarah et que c’était bien ma chef de service. Un peu inquiète, je l’ai rassurée également. Si je fantasmais réellement sur le cul de Sarah, ce n’était qu’un fantasme et tout était clair entre Sarah et moi. J’ai même taquiné Hélène en lui précisant que s’il devait y avoir quelque chose entre Sarah et moi, elle serait présente.

Quelques mois plus tard, j’ai rencontré Caroline et cela a fini au lit tous les trois. En ce qui concerne Sarah, Hélène l’invita chez nous un soir. Même conséquence !

Diffuse en direct !
Regarder son live