Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 17 785 fois
  • 144 J'aime
  • 9 Commentaires

Sarah et son frère soumis à une mère abusive

Chapitre 6

Mon frère copule avec sa "maman" devant moi

Inceste

Je me rhabille comme je peux (Monsieur Lanfourne a très largement déchiré ma robe), puis je me décide à quitter la pièce en me disant que je ne pourrais de toute façon pas faire mieux. Quand j’arrive dans le salon, c’est pour constater que Madame Lanfourne est de retour. Elle me lance un regard mauvais en voyant l’état de ma robe, puis elle me saute dessus avec hargne.


— Qu’est-ce que tu as encore fait, sale traînée ?! hurle-t-elle en tirant sur les lambeaux de tissus.


Le résultat ne se fait attendre : elle déchire le peu qu’il reste de ma robe, ce qui fait que je suis bientôt toute nue devant elle… et mon petit frère. Lucas me dévore des yeux.


— C’est… ce n’est pas moi ! essayé-je de me défendre en cachant comme je le peux mes parties intimes.


Mais Madame Lanfourne éclate de rire.


— Ce n’est pas toi ? Tu te moques de moi en plus ?


Elle m’assène alors une claque retentissante.


— Petite traînée ! répète-t-elle. Tu ne sais plus quoi inventer pour aguicher mon fils ?!

— Tu veux que je la punisse, maman ? demande alors Lucas avec une voix faussement innocente.


Mais la lubricité dans son regard est absolument transparente.

Madame Lanfourne jette un regard à "son fils", puis à moi, et un sourire mauvais se dessine sur sa large face.


— Pourquoi pas, après tout ?


Elle m’attrape le poignet, puis elle me jette sur le canapé.


— Occupe-toi de cette garce, mon chéri, lance-t-elle à Lucas. Et ne la ménage pas !

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Mon frère s’approche de moi puis, alors même que je le supplie du regard, il me décoche une claque sur le sein droit. Sans attendre, il s’en empare et commence à me le malaxer.


— Lucas, je suis ta sœur ! lui rappelé-je à voix basse.

— C’est pour toi que je fais ça, pour éviter qu’elle le fasse elle-même, me répond-il avec aplomb.


Sa mauvaise foi est évidente, mais j’avoue que lorsqu’il s’empare de mes tétons pour les pincer, je suis bien contente que ce soit lui : sa pression est feinte, il ne cherche pas à me faire mal. Je fais quand même semblant de me débattre et de gémir de douleur pour ne pas alerter Madame Lanfourne.


— Fais pareil avec son clitoris, lui ordonne la volumineuse harpie.

— Oui maman ! répond Lucas, avec tellement d’innocence qu’il pourrait presque passer pour un enfant obéissant.


Il s’empare de mon petit bouton, puis il fait semblant de me le pincer fortement. Là encore, je joue le jeu en hurlant de douleur.


— Aïe ! Non Nino arrête, je suis désolée !


Je l’appelle "Nino" pour ne pas énerver davantage Madame Lanfourne.


— C’est bien mon chéri, je pense qu’elle a compris, susurre-t-elle à l’intention de son "fils".

— Je ne suis pas sûr maman, je crois qu’il faut la punir encore un peu.


Il m’attrape alors un téton d’une main et le clitoris de l’autre, puis il fait mine de les pincer. Cela ne dure que quelques secondes, mais cela lui donne l’opportunité ensuite de me caresser la chatte et les seins.


— Et ça, c’est pour me protéger ? lui demandé-je, absolument pas dupe de son jeu incestueux.

— Non, ça c’est mon salaire pour t’avoir tiré de ce mauvais pas, répond-il en chuchotant également.


Il se tourne alors vers sa "mère", puis il lui lance :


— Maman, je pense que je devrais l’obliger à me sucer…

— Quoi ?! m’insurgé-je, outrée par cette demande. Ça va pas Lucas ? Je suis ta sœur !


Mon frère sourit, et je comprends une seconde trop tard que je viens de commettre une tragique erreur.


— Tu vois maman, elle est encore persuadée que je suis son frère ! Ce sera affreux pour elle de me sucer.

— Lucas, non… le supplié-je avec des larmes plein les yeux.


Mais il est trop tard, mon frère a très bien joué son coup.


— C’est une bonne idée, acquiesce bientôt Madame Lanfourne en s’approchant de nous.


Elle m’attrape alors par les cheveux, puis elle me tire la tête en arrière avec cruauté.


— Tu vas sucer mon fils, petite grue. Je t’ai dis que tu allais être dévouée à son plaisir !


Elle s’approche encore de moi, jusqu’à coller ses lèvres contre mon oreille :


— Mon pauvre petit Nino est tellement innocent, il pense que ça te fait de la peine de prendre son sexe dans ta bouche. Mais toutes les deux, on sait quelle infâme dévergondée tu es !

— Mais je… non Madame, je ne veux pas…

— Tais-toi ! Quand tu auras bien préparé mon fils, tu espères peut-être qu’il te baisera ? Ça n’arrivera jamais, salope ! Quand tes douces lèvres pulpeuses de jeune traînée auront bien lubrifiées sa queue, c’est à sa maman qu’il fera l’amour, et devant toi. Tu verras ce que c’est l’amour, le vrai…


Je ne dit rien, mais que pourrais-je dire ? Je suis coincée et tout ce que je pourrais ajouter ne ferait qu’aggraver mon cas.

Lucas sort sa verge avec un sourire satisfait, et une nouvelle fois je me surprend à penser qu’elle est belle. Si je n’étais pas aussi dégoûtée par le fait qu’il s’agisse de mon frère, je pense que j’aurais désiré ardemment la sucer…

Madame Lanfourne s’éloigne pour s’installer dans un fauteuil un peu plus loin, ce qui fait que nous pouvons de nouveau échanger à voix basse avec Lucas.


— À quoi tu joues ? lui demandé-je.


Mais il ne me répond pas, tandis que son sourire béat est progressivement remplacé par un rictus mauvais.

Je crains le pire…


— À genoux, salope ! m’ordonne-t-il.


Ben voyons…

Pourtant, je ne proteste pas. Là encore, que pourrais-je faire ? Je m’exécute avec mauvaise grâce, en imaginant à ce que penseraient nos parents s’ils nous voyaient en cet instant : Lucas est nu devant moi, son sexe pointé dans ma direction et déjà dégoulinant de ses liquides intimes dus à une excitation intense. Pendant ce temps, je suis nue également, agenouillée devant lui, et je m’apprête à le sucer sous le regard d’une femme qui pourrait être notre mère !

Et qui le croit d’ailleurs fermement.

Quel drôle de tableau !


— T’es trop bonne sœurette… Si tu savais combien de fois j’ai rêvé de ce moment ! me dit Lucas en aparté.

— Mais qu’est-ce que tu racontes ? demandé-je, tandis que les larmes me viennent de nouveau aux yeux. Je suis ta sœur !


Je pensais partager une relation normale avec mon frère, nous étions même assez proches. Apprendre qu’il fantasmait sur moi me rend très mal à l’aise.


— Non, répond-il. Tu n’es plus ma sœur, tu es juste une fille super bonne que je rêve de me taper depuis des années… Regarde-toi, comment tu veux que je ne pense pas au sexe ?


Il ne me laisse pas le temps de répondre à sa question rhétorique, il me pose une main derrière les cheveux et il m’attire vers sa bite toujours pointée dans ma direction. Quand mes lèvres ne sont plus qu’à quelques centimètres de son gland violacé, il s’arrête un instant.


— Je suis sûr que tu vas adorer sucer ton frangin ! me lance-t-il à voix basse.


Je fais "non" de la tête, dégoûtée à cette idée, mais il se contente de hausser les épaules.


— Ok alors ne t’inquiète pas, j’aimerais pour deux.


Puis il m’appuie d’un coup sur l’arrière du crâne, ce qui me fait engloutir sa bite presque jusqu’à la garde ! Mais il ne s’arrête pas là : il m’agrippe une touffe de cheveux et il s’en sert pour me faire aller et venir sur son membre imposant.


— Oh Sarah… soupire mon frère en gémissant de plaisir.


Quant à moi, je dois reconnaître que je trouve sa bite aussi bonne que je l’ai trouvée belle. J’adore ce goût si particulier du sexe masculin, à la fois léger mais un peu envoûtant. En plus sa queue est très douce et assez grosse, ce qui me convient très bien, à moi qui aime être remplie.

Ce membre bien chaud entre mes lèvres… Hmmm, je me régale !

Lucas n’a pas réellement une âme de dominant : imperceptiblement, il relâche son attention et les mouvements qu’il m’impose deviennent plus rares et moins profonds, presque erratiques. Bientôt, ils cessent complètement et c’est moi qui prends le relai.

Je m’empare de son sexe d’une main, tandis que j’attrape ses couilles de l’autre, puis je le suce maintenant avec gourmandise. J’aspire sa tige avec délectation, comme si j’en avais un besoin vital. Mais en même temps, n’est-ce pas le cas ? Je prends conscience en dégustant la délicieuse bite de mon frère que je n’ai jamais pris autant de plaisir à sucer de ma vie.

Merci Madame Lanfourne, on n’aurait jamais franchi ce cap sans vous.


Cette pensée étrange et dérangeante se fraye un chemin dans mon esprit, puis elle refuse d’en sortir. Est-ce vrai ? Malheureusement je crois que oui.

J’ai tellement envie de mon petit frère, je rêve d’avoir sa bite en moi…

Les idées se bousculent dans ma tête, toutes plus perverses les unes que les autres. Pourrais-je réellement coucher avec Lucas ? Oui, sans doute, mais alors il faudrait que Madame Lanfourne nous "l’impose", faute de quoi je n’arriverais pas à l’assumer. Mais le fera-t-elle ? C’est peu probable.


Sinon, il reste la possibilité que Lucas fasse tomber petit à petit les barrières qui nous séparent de l’acte incestueux ultime, comme il vient de le faire en me réclamant cette fellation.

Ira-t-il jusqu’à me demander de coucher avec lui ? Je l’espère, mais je ne sais pas s’il osera.


— Hmmm, c’est trop bon… gémit encore Lucas, ce qui me ramène dans la réalité. Suce-moi bien grande sœur, j’adore !


Je lui lance mon regard de petite chienne soumise, ce qui est d’autant plus facile que je suis accroupie devant lui, ma poitrine livrée à son regard et bientôt à ses mains. J’arrête ma fellation une petite seconde, juste le temps de m’adresser à lui de ma voix la plus sensuelle :


— C’est vrai, tu aimes comme ça, petit frère ?

— Oh oui Sarah, c’est génial…

— Ça ne te dérange pas de voir ta grande sœur toute nue, à genoux comme une pute, en train de sucer ta grosse bite ?

— Non, j’adore ! répond-il en approchant sa bite de ma bouche.


C’est clair que, s’il aime quand je le chauffe, il a tout de même hâte que je le reprenne en bouche. Je m’amuse donc à le faire languir : je continue à le branler doucement tout en malaxant ses douces couilles de mon autre main, mais sans reprendre ma pipe.


— Elle est bonne, la bouche de ta grande sœur ?

— Tellement bonne Sarah, suce-moi… supplie maintenant Lucas.

— Si je continue à te sucer, ça va finir par énerver "maman". Défonce-moi la bouche, plutôt.


Il me regarde un instant, la bouche grande ouverte sous le coup de la surprise.


— Je… je peux ? me demande-t-il bêtement.

— Je te rappelle qu’ici, je ne suis ni ta copine, ni ta sœur, je suis ton jouet. Amuse-toi avec ton jouet, petit frère !


Il n’hésite pas plus longtemps : il me repousse en arrière, ce qui me fait m’asseoir malgré moi contre le canapé. Ni une, ni deux, Lucas se place au-dessus de moi et il me colle d’autorité sa bite dans la bouche. Avant que j’aie pu reprendre mon souffle, il me baise la bouche sans pitié.

Très bien, il a mordu à l’hameçon. Maintenant, tout ce qui arrivera sera de sa responsabilité, pas de la mienne…

Son sexe dans ma bouche ne me laisse même pas le temps de déglutir, ce qui fait que de la bave me coule bientôt sur le menton, puis sur les seins, donnant à mon corps offert un aspect particulièrement obscène.


— Bouffe-moi bien la queue, salope ! me lance Lucas en soupirant de plaisir.


Finalement, mon petit frère est peut-être plus dominateur que je ne le pensais… Parfait, j’adore être soumise et insultée !

Madame Lanfourne semble également satisfaite du sort qu’il m’inflige, puisqu’elle s’approche avec un large sourire aux lèvres.


— C’est bien mon chéri, punis cette garce, lui dit-elle.


Elle lui pose tendrement une main dans le dos, comme pour l’inciter à aller plus vite, plus loin, plus fort.


— Ne la ménage pas, rappelle-toi qu’elle n’est là que pour te satisfaire.


La main boudinée de celle qui se prend pour une mère abusive se pose maintenant sur les fesses de son "fils".


— Vas-y mon Nino, ne te retiens pas…


Où voit-elle qu’il se retient ? Il me défonce déjà la bouche avec une rare violence.


— Je… je vais jouir, maman ! soupire Lucas. J’ai le droit de tout cracher dans sa bouche ?

— Non mon chéri, ne lui donne pas ce plaisir ! répond Madame Lanfourne d’une voix ferme. N’oublie pas que tu dois faire l’amour à ta maman…


Sans doute l’irascible harpie a-t-elle encore en tête mon défi de la veille, lorsque j’ai récupéré le sperme de Lucas qui me maculait le visage pour le lécher. C’est à elle qu’appartient sa semence, elle tient à me le faire savoir.

Visiblement déçu, Lucas se retire tout de même, peu désireux de mécontenter sa "mère". Il sait bien que tout repose sur elle !

D’ailleurs, lorsqu’elle se déshabille et qu’elle s’allonge lascivement sur le canapé, ses gros seins orgueilleusement pointés vers mon frère et ses cuisses écartées laissant voir sa chatte béante, une étincelle brille de nouveau dans l’œil de Lucas.


— Je peux vraiment te faire l’amour, maman ? demande-t-il, hésitant.

— Bien sûr mon chéri, mais je vais déjà me préparer un petit peu.


Elle se tourne alors vers moi, et son sourire se dissipe aussitôt.


— Toi, viens me lécher la chatte ! m’ordonne-t-elle.


Je m’exécute sans un mot, je sais bien que ça ne sert à rien de protester. Je m’agenouille donc entre ses cuisses, puis je m’approche doucement pour goûter de nouveau à sa vulve déjà dégoulinante.

L’odeur est forte et un peu âcre, mais pas désagréable. Ce qui l’est, en revanche, c’est sa grosse main qui se pose sur l’arrière de mon crâne pour me plaquer contre sa fente, ainsi que ses commentaires malveillants.

Autant cela m’excite quand c’est Lucas, autant cela m’irrite quand c’est elle !


— Regarde-moi cette traînée, comme elle s’empresse de lécher le minou de maman… râle-t-elle, en oubliant au passage que je ne fais qu’obéir à son ordre.

— Elle est incorrigible ! acquiesce Lucas, qui s’agenouille à son tour pour lécher les gros seins de sa "maman".


Il les tète bruyamment, quand il n’enfouit pas carrément sa tête dedans. Décidée à reprendre un peu la main sur ce jeu pervers, je glisse doucement mes doigts autour de la bite de mon frère, puis je commence à le branler avec douceur. Il me regarde, surpris, mais je ne lui réponds qu’avec un sourire encourageant.

Pendant ce temps, je continue de titiller le clitoris de Madame Lanfourne avec mon autre main, afin qu’elle ne se doute de rien. Je gonfle alors mon buste, en une invitation que Lucas comprend aussitôt. Il me pose fiévreusement une main sur les seins, puis il commence à me les malaxer, en soupirant d’aise.

Ses lèvres se détachent même du téton de "maman", auquel elles semblaient accrochées comme une ventouse, pour se diriger vers ma poitrine à moi.


— Ne fais pas ça, conseillé-je à mon frère à voix basse. Elle le prendra mal si tu délaisses ses seins pour les miens !

— Mais je veux les goûter… soupire Lucas avec appétit.


Son bouillonnement de désir pour moi me remplit de fierté et m’excite bien plus que cela ne devrait. Je réalise que je m’offre à lui de moins en moins pour le récupérer et de plus en plus par pur plaisir lubrique…


— Ne t’inquiète pas, tu n’auras qu’à venir me retrouver dans ma chambre ce soir, tu pourras me faire tout ce que tu veux…


Mon frère me regarde un instant avec ébahissement, la bouche ouverte sous le coup de la surprise.


— Tout ? répète-t-il.

— Tout.


Si je veux récupérer mon frère, il va falloir le laisser faire au moins autant de choses avec mon corps que "maman" ne lui en laisse faire avec le sien…

Lucas me sourit puis, après une dernière pression sur mes seins, il se lève.


— Maman, j’ai trop envie de toi ! lâche-t-il, le sexe dressé comme jamais juste devant elle.

— Oh mon chéri… s’extasie Madame Lanfourne, trop heureuse de cet aveu.


Si seulement elle savait que ce qui excite autant mon frère, c’est la perspective de me baiser moi…


— Tu as entendu ?! me siffle alors mon imposante et autoritaire rivale. Pousse-toi, que mon petit Nino puisse faire l’amour à sa maman !


Je m’écarte, obéissante pour l’instant, en songeant que ce serait bientôt mon tour. Suis-je vraiment prête à aller jusque-là ? Je crois que je n’ai de toute façon plus trop le choix…

Mon petit frère dirige sa queue vers la chatte grande ouverte de sa "maman". Il semble prêt à devenir un homme.


— Je… Je peux vraiment maman ?


Son hésitation est touchante à voir, on devine sans mal que c’est sa première fois. Il ne l’imaginait probablement pas comme ça !


— Tu es puceau ? lui demandé-je d’une voix douce.

— Bien sûr que non ! répond Madame Lanfourne avec hargne. Mon petit Nino a déjà fait l’amour à sa maman…


Cette espèce de vieille hypocrite n’a-t-elle pas dit récemment que c’était leur seul interdit ? Sans doute ne voulait-elle pas brusquer Ni… euh Lucas alors qu’elle pensait qu’il avait perdu la mémoire.

Peu importe de toute façon : je ne fais pas trop attention à elle, je préfère observer Lucas qui me fait un discret signe de tête. Oui, c’est bien sa première fois.

Et d’ailleurs ça y est : je vois son gland disparaître lentement dans l’orifice trempé de "maman". Il s’enfonce en elle jusqu’à la garde en soupirant de plaisir, puis il commence à aller-et-venir sans se presser.

Pourquoi prend-il son temps ainsi, alors qu’il a sans doute très envie de la pilonner ? Peut-être parce qu’il respecte "maman" et qu’il a peur de lui déplaire, ou peut-être aussi qu’il sait qu’il ne durera pas longtemps, alors il préfère faire durer.

Quoi qu’il en soit, il ne lui faut quand même pas longtemps pour soupirer de plus en plus fort, signe d’un orgasme imminent. Très bientôt, il s’effondre sur la poitrine de "maman", qu’il prend dans ses mains au passage, tout en hurlant son plaisir.


— C’est bien mon chéri, vide-toi dans maman, fais-toi plaisir… lui susurre Madame Lanfourne.

 - Merci maman, merci ! répète Lucas, transporté de bonheur.

 - Oh mon amour, je sens ta semence en moi, ton sperme tout chaud, renchérit la vieille folle. Féconde ta mère, mon bébé, c’est bien...



Ça y est, mon frère a giclé sa semence dans le vagin d’une femme ; c’est désormais un homme.

Je lui adresse un clin d’œil alors qu’il se calme enfin, tout en lui indiquant ma propre chatte toute lisse et épilée. Le message est clair : ce soir, c’est en moi qu’il va se vider. Dans mon jeune corps totalement soumis à tous ses désirs...

Diffuse en direct !
Regarder son live