Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 065 fois
  • 13 J'aime
  • 0 Commentaire

Le sauna libertin

Chapitre 1

Orgie / Partouze

Le sauna libertin (fiction partielle écrite en 10.2010).



Dans ce récit, je vais tenter de restituer les confidences faites par un couple d’amis bisexuels qui fréquentent un sauna-club de la ville, ouvert deux soirées par mois aux adeptes du « tout nu » des deux sexes. Je vais laisser parler celui qui m’en a raconté le plus sur cette soirée bien particulière.


----===o===----


Ludovic et moi, nous assumons pleinement notre orientation à la fois homosexuelle et bisexuelle car nous ne refusons pas des aventures féminines. Âgés tous deux d’une trentaine d’années, nous sommes cadres dans deux entreprises différentes du port de Rouen.


Nous nous connaissons depuis de longues années puisque nous avons fréquenté le même lycée de la ville où nous avions découvert nos penchants homosexuels. Après nous être perdus de vue pendant quelques temps – le temps de nos études supérieures – nous nous sommes retrouvés un peu par hasard en découvrant que, sans le savoir, nous travaillions à proximité l’un de l’autre. Les souvenirs de jeunesse sont remontés et nous ont rapprochés.


Nous nous retrouvons parfois dans un club pour profiter des installations de sauna, hammam et détente de cet établissement bien fréquenté par les libertins de la région Rouennaise à qui il ouvre ses portes deux fois par semaine à partir de 21 heures. Nous y rencontrons des coquins de toutes sortes qui partagent ou non nos goûts pour le sexe mais surtout l’envie d’évoluer dans le plus simple appareil lors des mois d’hiver.


Il y a plusieurs semaines, nous nous sommes retrouvés pour aller y passer la soirée. C’était un vendredi, nous pouvions en profiter pleinement jusqu’à la fermeture à minuit. Après avoir fait plusieurs passages au sauna suivi du traditionnel bain froid, nous sommes allés dans la pièce où se trouvent deux grands jacuzzis.


Nous étions seuls car nous étions arrivés dès l’ouverture et nus bien évidemment... Après quelques moments de détente dans les remous et les jets de massage, nous avons commencé à chahuter. C’était le signe de départ d’une partie au cours de laquelle nous allions faire l’amour sur un des lits de repos se trouvant là pour ce genre d’ébats. C’est d’ailleurs le seul endroit où nous faisions l’amour, c’était en quelque sorte notre baisodrome.


C’était une sorte de lutte aquatique dont le but était de plonger la tête de l’autre sous l’eau tout en échangeant des caresses. L’un et l’autre nous étions bien chauds, nos bites tendues à l’envie. C’était à qui placerait l’autre en position dans l’eau pour se glisser entre ses fesses. Cette joute déterminerait celui qui, ce soir, prendrait le cul de l’autre.


Nous étions tellement pris par notre jeu que nous n’avons pas remarqué tout de suite que nous étions observés. Appuyée contre un pilier au bord d’un bassin, il y avait une silhouette longiligne. A première vue, rien ne permettait de savoir s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme : les cheveux noirs pratiquement rasés, le torse caché par un long tee-shirt un peu ample laissant deviner deux tétons légèrement proéminents sur ce qui s’est avéré être deux seins à peine dessinés, des hanches étroites au sexe masqué par le bas du tee-shirt. Son visage ovale avec des pommettes un peu marquées et d’immenses yeux noirs en amande lui faisait un type asiatique assez marqué.


Enlevant son tee-shirt notre voyeuse (car c’était une toute jeune fille) s’est approchée de notre jacuzzi et d’une main, elle a commencé à caresser sa chatte alors que de l’autre, elle faisait rouler entre ses doigts des tétons gros comme un pois chiche. De nous voir, cela devait l’exciter et d’être observés, cela nous excitait aussi.


Elle est venue s’asseoir sur le rebord du bassin et a enjambé le rebord tout en nous regardant. Ma bite était dans la bouche de Ludovic pour une fellation lente. Nous n’étions pas pressés.


Soudain la fille a ôté la main qui caressait sa chatte au dessus de laquelle se trouvait une petite touffe de poils taillée en rectangle. Elle s’est encore rapprochée de nous. De sa main droite elle est venue caresser ma nuque puis elle est descendue jusqu’à mes seins qu’elle a palpés avant de venir les embrasser.


Elle s’est glissée dans le bac à côté de Ludovic. De sa main droite elle a saisi son sexe auquel elle a imprimé de lents va-et-vient en partageant ma bite avec lui, nous la passant de l’un à l’autre. Que c’était bon de pomper ainsi. Après quelques temps, elle a plongé la tête sous l’eau et c’est ainsi qu’elle a commencé à me sucer. Bien sur, elle devait reprendre sa respiration. Je pouvais voir combien ses yeux brillaient d’excitation à chaque fois que sa tête émergeait.


Nous sommes sortis tous les trois du jacuzzi. Prenant nos bites dans ses mains, elle nous a entraînés vers un des lits de massage dissimulés derrière un paravent :

— Vous êtes bien chauds, vous allez pouvoir baiser et me baiser !


Elle a allongé son torse sur le lit, les hanches au niveau de l’extrémité, les jambes à demi fléchies. Elle nous présentait ses fesses de garçon manqué :

— Lequel de vous deux veut en profiter ? Vous pouvez me prendre la chatte ou le cul, choisissez !


Je me suis mis derrière elle, j’ai couvert ma bite d’un préservatif (c’est imposé par le règlement de l’établissement mais c’est surtout une sage précaution) et je me suis introduit dans son cul. Oula ! Qu’elle était ouverte. Je n’ai pratiquement pas eu à forcer pour la pénétrer jusqu’à la garde. Ludovic s’est protégé à son tour et a commencé à me sodomiser. Nous n’avions jamais pratiqué ainsi à trois l’un dans l’autre, et encore moins avec une partenaire féminine.


Nous avons accordé nos mouvements. Je sentais les muscles intimes de la fille me masser la bite chaque fois qu’elle arrivait au fond de sa gaine étroite et chaude qui la serrait au plus près. Chaque poussée de Ludovic m’empalait un peu plus dans ce cul accueillant. Les fellations qui avaient précédé avaient fait monter la sève. Notre plaisir est arrivé en même temps que la fille jouissait du cul elle aussi. Je crois que jamais je n’avais déversé autant de sperme dans un préservatif. Nous sommes restés quelques minutes embrochés ainsi l’un dans l’autre avant de nous désunir pour aller prendre une douche tous les trois.


Nous sommes revenus tous ensemble dans la salle des jacuzzis où nous avons repris nos caresses en triangle. Pendant que Ludovic faisait un cunnilingus à la fille, elle me pompait la bite et je pompais celle de Ludo. Nous étions encore plus excités qu’avant mais le summum, çà a été lorsqu’elle nous a demandé :

— Vous me faites trop envie, prenez moi en double !


Nous avons disposé un des matelas de repos sur le sol. Ludovic s’est allongé sur le dos. Elle s’est immédiatement empalée sur la bite dressée qui s’offrait à elle. Après quelques va-et-vient, elle s’est arrêtée, s’allongeant de dos sur Ludovic. Elle me présentait sa chatte lisse et rose avec juste ce petit toupet de poils noirs :

— Viens maintenant ! Baise-moi !


Enjambant les cuisses emmêlées, j’y ai introduit ma bite. Quelle était humide. D’une poussée mon pubis s’est collé au sien. Nous avons rapidement trouvé notre rythme, alternant les mouvements de pénétration jusqu’à la jouissance ultime et partagée.


Nous n’avons jamais su le prénom de la fille avec laquelle nous n’avons pratiquement pas parlé. C’est elle seule qui s’est exprimée pour s’offrir à nous. Nous ne l’avions jamais vue et jusqu’à aujourd’hui, nous ne l’avons plus croisée.

Diffuse en direct !
Regarder son live