Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 16 643 fois
  • 122 J'aime
  • 9 Commentaires

Au sauna libertin

Chapitre unique

Avec plusieurs hommes

Cette histoire se passe juste après "soumis à un groupe d’hommes". Ma femme était chaude en permanence. Même pendant ses règles, elle me faisait de superbes pipes et elle voulait que je la sodomise. Nous faisions l’amour tous les jours, parfois même plusieurs fois.

Un soir, alors que nous regardions un film tranquillement, elle m’a dit :

  - Mon cœur, ça te dirait d’aller dans un sauna prochainement ?

  - Euh... Pourquoi pas, mais ça te prend comme ça ?

Elle m’a avoué y penser depuis quelques temps et qu’elle avait envie de passer à l’action. Nous avons alors cherché un sauna libertin pas trop loin de chez nous. Nous en avons trouvé un à une heure de route qui avait l’air sympa. Après quelques recherches supplémentaires, nous avons décidé d’y aller le vendredi après-midi.

Le grand jour, nous sommes partis en milieu d’après-midi. Sur la route, nous parlions de manière détendue. Nous étions tous les deux impatients. Une fois arrivés, aux alentours de 16 heures, nous sommes rentrés sans hésitation. Un homme à l’accueil nous a souhaité la bienvenue. Pendant que j’étais en train de régler l’entrée, il nous a demandé :  

  - C’est la première fois ?

  - Ici, oui.

  - Très bien, alors je vous laisse découvrir.

Ma chérie lui a répondu instantanément, sans la moindre gêne. L’homme nous a donné à chacun une serviette, une paire de tongs et un bracelet avec la clé de notre vestiaire vers lequel nous nous sommes dirigés. En nous déshabillant, elle m’a dit :

  - Ca faisait longtemps...

  - Ca t’a manqué ?

  - Oui, un peu.

Elle semblait heureuse d’être là et ça se ressentait. Une fois nue, elle a mis sa serviette autour de sa poitrine. La serviette était assez courte et s’arrêtait juste en-dessous de ses fesses. Nous sommes allés sous les douches où un homme de notre âge était en train de se sécher. Julie s’est mise nue sans la moindre gêne. Le mec l’a regardé prendre sa douche pendant deux ou trois minutes. Il est ensuite parti en direction des vestiaires. Ma femme m’a dit :

  - Il en a mis du temps pour s’essuyer...

  - En même temps, ce n’est pas tous les jours qu’il peut voir une femme aussi belle que toi complètement nue !

Elle a souri et a fini de se sécher. Nous avons décidé de d’abord faire un tour de l’établissement, qui n’était pas très grand par ailleurs. Au rez-de-chaussée, en plus du vestiaire et de la douche, il y avait un sauna, un hammam, une petite salle fumeurs et un bar assez grand. Au sous-sol, il y avait plusieurs petites pièces, à première vue toutes semblables. Nous ne nous y sommes pas attardés, de toute façon il ne semblait pas se passer grand-chose. En remontant, nous avons croisé un couple dans la cinquantaine, le seul autre couple présent ici. Pour le reste, nous avons vu une dizaine d’hommes seuls, deux semblant assez jeunes, les autres devaient avoir entre 40 et 60 ans.

De retour en haut, j’ai proposé à Julie de boire un verre mais elle a préféré d’abord aller dans le sauna. Au moins, j’étais fixé sur ses intentions !

Dans le sauna, les deux jeunes hommes que nous avions croisés un peu plus tôt étaient déjà là. Ils avaient laissé leur serviette autour de leur taille. Ma femme, elle était beaucoup moins pudique. Elle a enlevé la sienne et s’est assise totalement nue. Les bancs étaient en forme de L. Julie était assise contre le mur, près de la porte, les deux jeunes étaient eux sur l’autre partie. Je me suis bien sûr mis à côté de ma chérie.

Après quelques secondes, un homme est entré. Il devait avoir la quarantaine, physiquement plutôt entretenu. Il s’est assis dans l’angle. Ma femme semblait totalement à l’aise devant ces trois inconnus qui ne la lâchaient pas des yeux. Elle écartait de temps en temps les jambes, exhibant ainsi sa petite chatte. Elle m’a dit plus tard que les regards des deux jeunes l’amusaient beaucoup et elle s’amusait de leur timidité.

Un peu plus tard, deux autres hommes sont entrés. Comme le sauna était assez petit, nous étions à l’étroit (ma cuisse touchait presque celle de mon voisin). Nous avons décidé de sortir et d’aller au bar. Nous avons bu un verre en échangeant nos impressions sur le lieu, les autres personnes présentes, etc. Je sentais ma femme d’humeur très joueuse. D’ailleurs, quand je lui ai demandé :

  - Il y a des mecs qui te plaisent ?

  - Dans l’état où je suis, je crois que je pourrais tous me les taper !

Elle avait dit ça en plaisantant, mais je sentais qu’il y avait un fond de vérité. Puis, en reparlant des deux jeunes dans le sauna, je lui ai demandé si elle avait aimé s’exhiber. Elle m’a répondu :

  - A ton avis ?

Pour la provoquer, je lui ai dit :

  - Pourquoi tu gardes ta serviette autour de toi ?

  - Je ne vais pas me balader à poil !

  - Et pourquoi pas ?

Pour ceux qui ont lu nos précédentes histoires, il était fréquent qu’elle porte sa serviette autour de la taille et se promène seins nus dans le sauna que nous fréquentions il y a quelques années. Elle m’a regardé fixement 2-3 secondes, puis elle a dit :

  - Tu es sérieux ? Tu veux que je l’enlève ?

  - Je suis sûr que tu en as envie !

J’ai dit ça pour la provoquer davantage. Elle a marqué un temps de réflexion, puis elle a dénoué sa serviette pour l’enlever complètement. Les autres hommes la regardaient. Même le barman semblait surpris. Elle portait donc uniquement une paire de tongs et je devinais, rien qu’en la regardant, que la situation l’excitait. Je n’ai rien dit sur sa nudité, je lui ai demandé :

  - Tu veux faire quoi maintenant ?

  - Je vais prendre une douche, le sauna m’a donné chaud, j’ai besoin de me rafraichir un peu.

  - Tu es sûre que c’est à cause du sauna que tu as chaud ?

  - Pfff...

C’est donc totalement nue qu’elle déambulait dans les couloirs, à la vue de tous les mecs que nous croisions et qui n’en perdaient pas une miette. Nous avons pris une douche rapide sous le regard de trois hommes. L’un était sous la douche juste à côté de celle de ma femme et il se caressait en la regardant. Elle s’est ensuite séchée, puis elle m’a donné sa serviette en disant :

  - Tiens, je n’en ai plus besoin.

Même si je savais qu’elle aimait s’exhiber, son audace m’a quand même étonné.

Nous avons ensuite décidé d’aller en bas, pour voir ce qu’il s’y passait. Dans les couloirs, tout le monde la regardait avec envie. Je lui ai demandé :

  - Alors, ça te fait quoi de te balader à poil ?

  - Eh bien... C’est assez agréable !

Je l’ai arrêté pour lui toucher sa petite chatte toute lisse. Elle était trempée. J’ai alors rajouté :

  - On dirait que c’est un peu plus qu’agréable !

Elle n’a pas répondu et m’a juste fait un grand sourire qui en disait long. Nous avons continué notre chemin, deux hommes nous suivaient. Une fois en bas, nous avons vu qu’une cabine était fermée, sans doute le couple que nous avions vu un peu plus tôt. Les autres étaient ouvertes et vides. Comme il ne se passait pas grand-chose, nous allions remonter pour aller au hammam. Sauf que nous sommes passés devant une pièce plus petite (environ 3 m²). Il n’y avait rien à l’intérieur, si ce n’est un distributeur de capotes. Julie est entrée dans cette pièce et a lancé :

  - Oh putain, c’est un glory hole !

J’ai alors remarqué quatre trous aux murs, deux de part et d’autre de la pièce. Un peu surpris, j’ai dit sur le ton de la plaisanterie :

  - C’est que tu es devenue une experte toi !

  - Eh oui, qu’est-ce que tu crois ?

  - Il n’y en avait pas dans les autres saunas, si ?

  - Non, je m’en souviendrais !

Puis, sur un ton beaucoup plus sérieux, je lui ai demandé :

  - Tu veux essayer ?

Elle m’a regardé, et a semblé hésiter avant de dire :

  - Oui, pourquoi pas !

J’ai fermé la porte. Ne se passant rien pendant quelques instants, elle a dit :

  - On fait comment ?

Au même moment, une queue s’est présentée dans un trou. Je lui ai répondu :

  - Tiens, regarde. Je crois que c’est pour toi !

Elle a regardé la queue à demi-bandée, puis m’a regardé, l’air interrogative. Elle semblait attendre mon aval. Je lui ai fait un petit signe. Elle s’est alors rapprochée et l’a prise en main. Elle semblait un peu intimidée, c’était rare de la voir comme ça, elle qui se baladait à poil devant d’autres hommes sans aucune gêne. Elle s’est accroupie et a commencé une douce fellation comme elle le fait si bien, en jouant beaucoup avec sa langue. Je me suis approché pour mieux observer la scène. Le sexe du mec était maintenant bien dur.

Une autre queue, déjà dure cette fois, est apparue dans le trou d’à côté. Ma femme l’a regardé quelques secondes, puis elle a changé de sexe, suçant cette nouvelle queue totalement inconnue. Elle me regardait dans les yeux en léchant le bout du gland d’un homme dont elle ne connaissait même pas le visage. Je trouvais ça très excitant.

En même temps qu’elle suçait, elle branlait l’autre assez énergiquement. Rapidement, le mec qu’elle branlait a frappé contre le mur. On a échangé un regard interrogateur, puis nous avons compris ce que ça voulait dire quand un premier jet a jailli. Instinctivement, Julie est venue se placer en face de cette bite pour recevoir le sperme sur ses seins. Il y en avait une sacrée quantité, du sperme bien épais. Dès qu’il s’est entièrement vidé, la queue a disparu. Elle s’est alors accroupie devant l’autre sexe et l’a branlé vite. L’effet n’a pas tardé, elle a reçu une seconde dose de sperme sur elle, dont un jet sur sa joue.

Après cela, alors qu’une nouvelle queue s’est présentée dans un trou, elle s’est relevée. Elle m’a dit, dégoulinante de sperme :

  - On sort ?

  - Oui, si tu veux.

Nue, elle est passée devant plusieurs hommes qui la regardaient les yeux écarquillés. En nous dirigeant vers les douches, je lui ai demandé :

  - Ca ne t’a pas plu ?

  - Bof... Je pensais que ce serait plus excitant que ça.

Il est vrai que pour moi aussi, je trouve qu’il est nettement plus excitant de voir le regard d’un homme plein d’envie pour le corps de ma femme, de les voir prendre du plaisir sans retenue ensemble. Là, finalement, c’était assez décevant pour nous deux.

Sous la douche, le sperme avait coulé jusqu’à son nombril. Je lui ai demandé d’attendre un peu avant de faire couler l’eau, histoire de la regarder. Je la trouvais terriblement excitante. Je n’ai pas résisté à l’envie d’étaler le sperme sur ses seins, j’adorais ça ! Après quelques secondes, j’ai arrêté. Elle m’a dit, en rigolant :

  - C’est bon, tu as fini ? Je peux me laver ?

  - Oui, c’est bon !

Nous nous sommes lavés rapidement. Un homme très poilu qui venait d’arriver nous a rejoint et s’est lavé à bonne distance en regardant ma femme du coin de l’oeil, tandis qu’un autre nous regardait à la sortie de la pièce. Après la douche, elle s’est séchée et m’a à nouveau donné sa serviette. Elle semblait totalement dans son élément. On voyait qu’elle prenait du plaisir à se montrer nue devant d’autres hommes qui la dévoraient du regard.

Nous sommes retournés au bar pour boire rapidement un verre. Plusieurs hommes nous ont suivi, mais aucun n’a entrepris quoi que ce soit. Je me suis dit que Julie devait les intimider à se trimballer à poil sans aucune gêne Une fois nos verres finis, je lui ai demandé :

  - Tu veux faire quoi maintenant ?

  - Je ne sais pas trop, je retournerais bien vite fait au sauna. Ca te dit ?

  - Oui, si tu veux.

Un homme était déjà là, rapidement rejoint par deux autres qui nous avaient suivi. Cette fois, je me suis assis contre le mur, laissant ma femme entre un autre homme et moi. Le mec à côté d’elle devait avoir 40-45 ans. Il était bien entretenu et rasé au niveau du sexe qui n’était pas loin de sa forme optimale.

Après quelques instants, je l’ai vu d’abord mettre sa main sur la cuisse de Julie. Voyant qu’elle ne le repoussait pas et qu’au contraire, elle écartait un peu plus les jambes, il a continué sa caresse. Nous nous sommes regardés et nous avons échangé un sourire, puis elle a tourné la tête vers l’homme qui la touchait. A son tour, elle a mis sa main sur la cuisse de cet inconnu, sauf qu’elle a été nettement plus directe : elle a mis moins de 10 secondes avant de mettre ses doigts autour de la queue dressée. Elle la branlait lentement.

L’homme a compris qu’il pouvait aller plus loin et s’est saisi d’un sein de ma femme. Il la pelotait avec envie. Il faut dire que Julie a des seins assez gros qui m’ont toujours rendu fous, et qui plaisent particulièrement aux autres hommes que nous avons pu rencontrer.

Les yeux de Julie étaient scotchés sur le sexe qu’elle branlait. Le mec avait un gros gland. Et puis, sans rien dire, elle s’est penchée pour le sucer. De ma position, je ne voyais pas grand-chose, mais aux bruits que l’homme faisait, je devinais qu’il y prenait beaucoup de plaisir. J’ai jeté un coup d’œil vers les deux autres mecs présents dans le sauna. Ils se branlaient en regardant la scène.

Au bout de deux minutes, elle est venue se mettre accroupie devant lui. Là, je la voyais bien passer sa langue tout autour du gland avant de le reprendre entre ses lèvres avec envie. Elle lui a même léché les couilles plusieurs fois. Ca se sentait qu’elle était excitée et qu’elle prenait elle aussi du plaisir à sucer cette queue. Je la regardais faire en me branlant lentement. Elle regardait de temps en temps dans ma direction.

A un moment, j’ai levé la tête pour regarder les deux autres mecs qui se branlaient toujours. J’ai croisé le regard de l’un d’eux. il semblait attendre quelque chose, comme s’il me demandait mon accord. Je lui ai fait un petit signe de la tête pour lui dire "ok". Il s’est alors levé et s’est mis à côté de ma femme, le sexe au garde à vous. Il était brun, assez grand et assez poilu. Il devait avoir 40 ans environ.

Elle m’a regardé, visiblement surprise. Elle a haussé les épaules en me regardant amusée, l’air de dire "bon, d’accord".  Elle s’est alors tournée pour goûter à cette autre queue. Elle me tournait presque le dos, je ne voyais que sa tête bouger. Pendant ce temps, le premier mec qu’elle avait sucé lui touchait les seins et il s’est même penché pour commencer à la doigter.

Cela a duré quelques minutes, puis ma chérie s’est relevée. La position était trop inconfortable. Elle s’est tournée et s’est avancée vers moi. Naturellement, je me suis levé moi aussi et je l’ai embrassé. Sa bouche avait un goût de bite, ce qui était loin de me déplaire. Là, elle a pris les devants puisque c’est elle qui a proposé de continuer dans une cabine, ce qu’ils ont bien sûr accepté. Son audace me surprenait, surtout quand elle a demandé au troisième homme, qui devait avoir au moins 55 ans, très grisonnant, présent dans le sauna :

  - Tu veux venir aussi ?

  - Euh... Oui !

Décidemment, elle était loin la jeune fille timide que j’avais connu au début de notre relation. Julie a mené la marche dans les couloirs, restant entièrement nue. Une fois en bas, elle a choisi une petite pièce entièrement bleue, joliment décorée. C’était en fait une salle de massage, puisqu’il y avait une sorte de table de massage matelassée au milieu de la pièce. Nous sommes tous entrés et le dernier homme a demandé à Julie :

  - Je ferme ?

Elle a répondu par un simple haussement d’épaule. Il a fermé la porte sans la verrouiller. Les hommes ont enlevé leur serviette. Ma chérie a touché les trois sexes un à un, en regardant les hommes dans les yeux avec son regard de braise. Il n’y avait aucun doute possible quant à son état d’excitation. Elle s’est ensuite allongée sur la table. Deux des mecs ont commencé à la caresser partout sans gêne, et même encouragés par les petits gémissements que poussait ma femme. Le troisième, celui qu’elle n’avait toujours pas sucé, se contentait de regarder. Au début, ils insistaient bien sûr sur les seins. Puis l’un s’est mis à lui caresser sa petite chatte. Il lui a demandé de mettre ses fesses au bord de la table et il s’est penché pour la lécher. Elle avait ses pieds sur les épaules de son lécheur.

Pendant ce temps, celui qui était resté jusque-là en retrait a enfin pris des initiatives. Il s’est mis au niveau du visage de Julie. Sa bite était à seulement quelques centimètres de sa bouche. Elle a tourné la tête et a mis le gland gonflé dans sa bouche. En voyant ça, l’autre mec s’est mis de l’autre côté du visage de Julie.

Je regardais ma femme se faire lécher par un inconnu et sucer alternativement deux queues, le tout en se faisant allègrement tripoter. J’étais au bord de l’explosion alors que je ne me touchais quasiment plus. J’adorais voir ce fabuleux spectacle.

Après environ cinq minutes, le plus âgé des trois a prévenu de sa jouissance prochaine. Il a sorti sa queue de la bouche de ma femme et l’a dirigé vers sa poitrine. Il s’est libéré de cinq jets de sperme bien blanc et bien épais. A peine vidé, il a quitté la pièce après nous avoir remercié.

Là, celui qui la léchait a mis une capote après m’avoir fait un petit signe pour me demander si j’étais d’accord et bien sûr après avoir demandé à ma chérie. De là où j’étais, j’ai vu sa queue pénétrer lentement ma femme. Elle gémissait un peu plus à mesure que l’homme accélérait. Elle suçait toujours l’autre mec. Souvent, nos regards se croisaient. Je voyais l’excitation et le plaisir grandir dans ses yeux. Quelques secondes plus tard, celui qu’elle suçait a fait comme le premier et a éjaculé sur ses seins et sur son ventre.

Il nous a lui aussi remercié avant de sortir. En le regardant quitter la pièce (je tournais le dos à la porte), je me suis rendu compte que la porte était grande ouverte. Je ne m’étais pas rendu compte que le premier mec ne l’avait pas fermé en sortant juste avant. Il y avait 3 hommes à l’entrée, dont les 2 jeunes de tout à l’heure et un plus vieux, avec un peu de ventre. Après un échange de regards complices avec ma chérie, je leur ai fait signe d’entrer. Le plus vieux ne s’est pas fait prier. Il a ôté sa serviette et s’est fait sucer par ma femme. Les deux jeunes se sont simplement approchés pour regarder de plus près. Ils se touchaient par-dessus leur serviette.

Cela faisait maintenant presque un quart d’heure qu’elle se faisait baiser quand l’homme qui la prenait s’est mis à grogner en accélérant fortement. Ma chérie gémissait assez fort, elle avait arrêté de sucer l’autre mec. Il s’est ensuite planté au fond du vagin de Julie et a rempli la capote. Quand il a sorti sa queue et qu’il a dit un simple "merci", ma femme lui a lancé :

  - J’y étais presque !

L’homme a ri et il est parti. Celui qu’elle suçait a pris le relai après avoir enfilé un préservatif. Son sexe était plus petit que le précédent. Il a directement imprimé un rythme élevé, si bien qu’il a joui en à peine deux minutes. Il nous a fait un petit signe pour nous remercier, puis il est parti sans dire un mot.

Julie était allongée, les jambes écartées, offerte. Je devinais une certaine frustration chez elle, J’ai alors dit aux deux jeunes :

  - Allez-y !

Ils semblaient surpris et intimidés. Après un bref moment d’hésitation, l’un des deux a dit :

  - On peut fermer par contre ?

  - Oui, si tu veux.

J’ai fermé la porte, constatant au passage qu’un mec nous regardait depuis je ne sais combien de temps. Ils ont alors enlevé leur serviette, montrant enfin leurs sexes. L’un avait une queue de longueur normale (environ 15 cm) mais vraiment très épaisse. L’autre avait une queue légèrement plus longue mais bien plus fine. Ils se sont parlés entre eux, puis le second a mis une capote. Il a fait entrer son sexe dans celui de ma femme en douceur.

Celui avec la plus grosse queue s’est approché du visage de ma chérie. Ce n’est qu’à ce moment qu’elle a réalisé à quel point elle était épaisse. D’ailleurs, elle l’a empoignée et, en me regardant avec un large sourire aux lèvres, elle a dit :

  - Oh la vache !

Elle avait du mal à le sucer et à emprisonner le gros gland entre ses lèvres. Elle s’est donc contentée de le branler et de jouer avec sa langue.

Pendant ce temps, l’autre continuait à la baiser. Il ralentissait quand il se sentait au bord de l’orgasme. A un moment, ma chérie lui a dit quelque chose, sans que je comprenne quoi. Après quelques minutes, je l’ai vu se crisper. Il s’est alors enlevé, il a retiré sa capote et a joui sur le ventre de Julie. Il s’est éloigné d’elle et s’est mis à côté de moi. Je lui ai indiqué les lingettes et la poubelle. Il s’est lavé sommairement le sexe. Il bandait encore très dur ! Il n’est pas sorti, sans doute voulait-il rester avec son ami.

Son ami justement était en train de mettre maladroitement un préservatif. Quand il a présenté son gland à l’entrée de la chatte de ma femme, j’ai vu comme une légère appréhension de sa part. A mesure qu’il la pénétrait, elle soupirait et gémissait de plus en plus fort. Quand, enfin, il était entièrement en elle, elle a lancé un :

  - Hmm putain !

Un lent mouvement de va-et-vient a commencé. Julie fermait les yeux au début et gémissait sans retenue. Après 2 ou 3 minutes, elle a rouvert les yeux. Je lui ai demandé :

  - Ca va ?

  - Hmm oui... Hmm viens !

Je me suis approché d’elle. Elle a voulu me sucer, mais je ne voulais pas jouir tout de suite pour garder un maximum d’excitation. En plus, j’étais vraiment au bord de l’explosion. Je l’ai donc immédiatement arrêté et, voyant que l’autre jeune homme bandait encore, je lui ai dit de venir. Je suis resté juste à côté. J’ai donc vu ma femme prendre le gland de cet inconnu entre ses lèvres, alors qu’elle se faisait baiser par un autre homme, le tout en me regardant droit dans les yeux. Elle semblait prendre un plaisir certain à le sucer devant moi.

A mesure que le temps passait, celui qui la baisait y allait de plus en plus fort. Cela faisait gémir, ou plutôt couiner ma femme. Elle n’arrivait presque plus à sucer l’autre mec. Elle continuait néanmoins à le branler énergiquement.

A un moment, elle a semblé être traversée par une vague de plaisir. Elle s’est arrêtée de couiner, restant totalement silencieuse quelques secondes et a fermé les yeux. Quand elle a repris ses esprits, elle avait l’air totalement comblée. Elle a poussé un large soupir de plaisir. Celui avec la grosse queue a continué ses va-et-vient. Julie lui a dit plusieurs fois :

  - Sur moi hein !

J’ai alors compris que c’est elle qui avait demandé à l’autre jeune homme de jouir sur elle. Elle ne semblait pas totalement redescendue de son état d’extase. Après quelques secondes, il a soudainement sorti son sexe de la petite chatte de ma femme et a retiré rapidement sa capote. Il s’est mis à côté d’elle pour lui éjaculer sur les seins. Dès que le premier jet est parti, l’autre mec a pris sa queue en main et a joui lui aussi sur le corps de Julie. Ils l’ont arrosé d’une belle quantité de sperme. Dès qu’ils se sont vidés, je les ai invités à nous laisser. Ils nous ont remercié et sont partis en refermant la porte derrière eux.

Nous étions maintenant seuls dans la pièce dans laquelle il flottait une odeur de sexe et de sperme assez forte. Ma chérie en était recouverte, elle m’excitait terriblement. Je l’ai aidée à se relever, elle semblait épuisée.

Debout, face à face, je l’ai regardée ou plutôt, je l’ai contemplée quelques instants. Le sperme dégoulinait sur son corps. Elle en avait même qui coulait sur sa cuisse. Nous nous sommes embrassés langoureusement. Quand elle a repris totalement ses esprits, je lui ai demandé :

  - C’était bien ?

  - Oui !

  - Au moins, ça vient du cœur !

Nous sommes allés dans les douches. Dans les couloirs, tout le monde regardait ma femme les yeux écarquillés. Une fois arrivés, nous étions seuls. Je lui ai demandé de la laver moi-même. C’était autant pour profiter de son corps que pour étaler le sperme sur elle. Ca m’a beaucoup plu.

Une fois bien propres, j’ai dit :

  - Bon, on y va ?

  - Tu veux déjà partir ?

  - Tu as encore envie ?

  - Bin...

Nous avons décidé d’aller dans la partie bar. Après s’être séchée, Julie a commencé à mettre sa serviette autour d’elle. Je lui ai lancé :

  - Tu fais quoi ?

  - ... ?

  - Pourquoi tu remets ta serviette ?

  - Tu veux que je l’enlève ?

  - Oui ! Si tu veux rester, je ne vois pas pourquoi tu la remettrais maintenant !

  - Ok, tiens !

Elle était très clairement encore d’humeur joueuse. C’est donc une nouvelle fois nue qu’elle déambulait dans les couloirs de l’établissement. Une fois au bar, nous nous sommes installés sur une petite table. Un homme est venu vers nous, mais ma femme a préféré le repousser, lui disant que nous voulions être un peu seuls. Nous avons un peu discuté. Je la regardais, j’avais très envie d’elle. Les deux autres hommes présents dans le bar (que nous n’avions pas croisé jusque-là) regardaient ma femme s’exhiber sans gêne et cela m’excitait encore plus. Je savais et je sentais qu’à elle aussi, ça lui faisait de l’effet.

Après quelques minutes, le couple de quinquagénaires que nous avions croisé plus tôt est entré dans le bar. Ils se sont assis pas très loin de nous. Ils nous regardaient plus ou moins discrètement. Enfin, ils regardaient surtout Julie, évidemment. Ils se parlaient entre eux à voix basse, ils n’avaient pas l’air très à l’aise. Ma chérie m’a dit :

  - On va les voir ?

  - Euh... Oui, si tu veux.

Elle s’est levée et a fait les quelques pas qui nous séparaient de leur table. Debout, totalement nue, elle a demandé si nous pouvions nous asseoir avec eux. Ils semblaient très surpris. Après de brèves présentations, nous avons appris que c’était la première fois qu’ils venaient dans un endroit comme celui-ci. La femme avait accepté de venir à la demande de son mari pour son anniversaire. Tous deux parlaient peu, visiblement très gênés et sans doute intimidés par la nudité de ma chérie. Ils nous ont dit avoir profité un peu des installations et s’être amusés à deux dans une cabine, mais ils ne se voyaient pas aller plus loin. Quand Julie a demandé à la quinquagénaire ce qu’elle avait ressenti en se mettant nue dans le sauna, cette dernière a avoué qu’elle avait gardé sa serviette. Entre les fantasmes et la réalité, il y a parfois un pas que certains ne sont pas prêts à franchir. Cela m’a également rappelé à quel point j’ai de la chance de pouvoir vivre pleinement ma sexualité avec ma femme. Après à peine cinq minutes, ils nous ont salué poliment et sont partis. Il était clair que nous n’avions ni les mêmes attentes ni les mêmes envies.

Nous sommes restés assis à discuter tous les deux quelques instants. Une fois nos verres finis, elle m’a demandé :

  - Tu veux faire quoi ?

  - Je ne sais pas, et toi ?

  - Je ne sais pas.

  - Tu as voulu rester, tu dois bien avoir quelque chose en tête ?

  - Euh, oui... J’aimerais bien en avoir deux...

  - Comment ça ?

  - Eh bien, deux mecs en même temps !

J’ai mis un peu de temps avant de réaliser que ma femme venait de me dire qu’elle avait envie d’une double pénétration. J’ai bafouillé :

  - Tu... Tu es sérieuse ?

  - Oui, pourquoi ? Tu ne veux pas ?

  - Si !

Elle me surprenait, elle allait plus loin que je l’aurais imaginé. C’était loin de me déplaire ! J’adore la voir s’épanouir sans retenue, elle qui venait déjà de se faire baiser par plusieurs hommes dont elle ne connaissait même pas le prénom.

Nous sommes sortis pour aller en bas, suivis par deux mecs. L’un devait avoir la cinquantaine, grand et mince. L’autre semblait un peu plus jeune. Il était plus petit et avait un léger ventre. Dans les couloirs, je la regardais marcher nue. Elle prenait visiblement du plaisir à s’exhiber ainsi. Je lui ai demandé :

  - Tu veux faire ça avec qui ?

  - On trouvera bien !

Elle s’est retournée en direction des deux hommes qui nous suivaient. Ils se sont arrêtés, à deux mètres de nous. Ma chérie m’a regardé et m’a dit :

  - Tiens, voilà !

Elle s’est approchée d’eux et leur a parlé, mais je n’ai pas bien compris ce qu’elle a dit. Là, un des mecs lui a mis une main au cul et lui a palpé généreusement la fesse. Elle est revenue vers moi, un grand sourire aux lèvres, suivie de très près par ses deux prétendants. Elle a lancé :

  - Voilà, c’est bon !

Les mains étaient baladeuses (celles des deux mecs mais aussi celles de ma femme) jusqu’à ce qu’on s’isole.

Nous avons choisi une petite cabine avec un matelas contre un mur, une petite table d’appoint sur laquelle il y avait des bols remplis de préservatifs et de dosettes de lubrifiant et une banquette en bois en face, le tout sous une lumière tamisée. Une fois à l’intérieur, elle s’est assise sur le matelas, elle a retiré ses tongs, puis elle a enlevé elle-même les serviettes de ses deux nouveaux amants avant de les jeter au sol.

Je me suis assis sur la banquette pour regarder ma femme sucer alternativement les deux queues en me caressant. Elle était face à moi, je la voyais lécher de bas en haut leurs sexes et gober leurs glands. Ca n’a pas duré très longtemps car au bout d’environ cinq minutes, elle a demandé au plus vieux des deux de mettre une capote et de s’allonger.

Toujours face à moi, et en tournant le dos à son nouvel amant, elle s’est assise sur sa queue. Elle m’a regardé jusqu’à ce qu’elle se soit totalement empalée dessus. Julie a alors commencé à le chevaucher tout en gémissant de plus en plus. En même temps, elle branlait tant bien que mal l’autre homme qui était debout à côté d’elle.

A un moment, elle a lancé, en me regardant droit dans les yeux :

  - Donne-moi du gel s’il te plait mon coeur !

J’ai pris une dosette de gel et je me suis levé pour lui donner. J’ai vu dans ses yeux qu’elle était presque dans un état second. J’ai regagné ma place et je l’ai regardé déchirer l’emballage. Elle a mis du lubrifiant sur ses doigts, puis elle en a mis sur son petit trou. Elle s’est ensuite relevée un peu pour en mettre sur la queue de l’homme qu’elle chevauchait. Ma femme a guidé avec sa main la bite tendue et l’a placée contre son anus. Elle s’est pénétrée lentement en poussant des gémissements. La queue à moitié en elle, elle s’est arrêtée quelques secondes, le temps de s’y habituer. Elle a ensuite continué, sentant visiblement bien le sexe de cet inconnu s’enfoncer dans son cul. Elle a lâché plusieurs fois des "putain" assez fort.

J’ai alors vu ma femme entamer de lents va-et-vient, assez profonds tout de même. J’ai dû arrêter de me toucher, j’étais à deux doigts de jouir. Sa chatte se déformait à chaque pénétration. Elle m’excitait énormément, je ne l’avais pas vu très souvent se faire enculer, mais j’aimais beaucoup cela.

Assez vite, elle a voulu changer de position. Elle s’est relevée d’un coup, faisant ressortir le sexe qui était en elle. Ma chérie a alors dit à l’autre homme de mettre une capote lui aussi, ce qu’il a fait. Celui-ci s’est allongé, tandis que le plus âgé s’est levé. Elle est venue sur son deuxième amant, dos à moi cette fois, et a fait entrer sa queue dans sa belle chatte. Elle a fait quelques mouvements, puis elle a tourné la tête et a presque supplié au premier mec :

  - Viens...

Il ne s’est pas fait prier et il a présenté son gland contre l’anus de ma femme. De ma position, je ne voyais pas bien, mais d’après les cris que poussait ma chérie, je devinais qu’elle était en train de se faire sodomiser. Je me suis levé pour mieux voir. A côté d’elle, je voyais sur son visage un mélange de douleur et de plaisir. Elle couinait presque en continu, lâchant encore plusieurs "hmm putain!". Elle avait les yeux fermés.

A un moment, elle a rouvert les yeux et m’a vu. Elle a semblé surprise par ma présence, pensant sûrement que j’étais encore assis sur la banquette. Nous nous sommes regardés, elle semblait presque en transe. Je lui ai dit :

  - C’est ce que tu voulais ?

  - Hmm... Oui !

  - Tu aimes hein ?

  - Putain, oui !

Elle a accéléré ses mouvements. D’un coup, ma chérie s’est mise à embrasser frénétiquement l’homme sur qui elle était, puis elle s’est arrêtée net. Elle a lancé un grand cri, elle a ouvert la bouche en grand et elle est restée silencieuse quelques secondes. Ma femme venait d’avoir un orgasme assez intense. Au même moment, le mec qu’elle chevauchait a joui lui aussi dans un râle de plaisir.

Julie a mis quelques secondes pour revenir à elle. Elle s’est alors redressée, faisant ressortir en même temps les deux queues qui étaient en elle. L’homme qui avait joui s’est levé et il est parti après nous avoir remercié. Il m’a fait un petit signe du pouce en sortant.

Ma femme était à quatre pattes, la tête sur le matelas, la croupe offerte. Elle semblait vouloir faire une petite pause, mais le quinquagénaire n’était pas de cet avis. Il ’a pénétrée d’un trait. Elle a poussé un "ahh" de surprise et de plaisir. Elle était de nouveau en train de se faire sodomisée, sauf que cette fois ce n’était pas elle qui contrôlait le rythme. Le mec y allait assez fort, les chairs claquaient. Julie alternait entre gémissements et petits cris.

A un moment, alors que ça devait bien faire dix minutes qu’elle se faisait enculer à bon rythme, elle m’a regardé dans les yeux et m’a dit :

  - Mon... Ahhh... Mon coeur, donne-lui du gel.

J’ai pris une dosette et je l’ai donné à l’homme qui avait son sexe dans le cul de ma femme. C’était comme si je lui disais "tiens, continue de bien la prendre". Il a mis du gel sur le petit trou de Julie et il a repris de plus belle. Il était étonnant d’endurance. D’ailleurs, cinq minutes plus tard, elle lui a lancé :

  - Tu ne jouis jamais toi ou quoi ?

Il a ri et il y est allé encore plus fort. Ma chérie couinait en continu, puis elle est devenue soudainement silencieuse. Elle a semblé avoir des spasmes parcourant tout son corps pendant de longues secondes. Le mec ne bougeait plus. Quand elle a retrouvé ses esprits et qu’elle a arrêté de trembler, le mec a repris ses va-et-vient. Ma femme lui a dit :

  - Arrête, arrête, arrête ! J’en peux plus...

Elle s’est allongée sur le dos, semblant totalement épuisée. Elle a lancé :

  - Désolée mais je n’en peux plus ! Comment tu fais pour tenir aussi longtemps ?

  - Je ne sais pas, ça a toujours été comme ça. Et c’est pire avec une capote.

  - Tu veux que je te finisse ?

Sa question m’a fait rire. L’homme s’est allongé sur le matelas. Julie s’est penchée pour le sucer et le branler énergiquement. Pendant ce temps, il lui touchait les seins et il lui a mis des doigts dans sa petite chatte humide. Cinq minutes de ce traitement ont suffi à le faire éjaculer. Ma chérie avait du sperme plein la main. Je lui ai donné une lingette pour qu’elle s’essuie. Nous avons discuté quelques instants, puis il est parti, nous laissant seuls ma femme et moi.

Elle est restée un peu allongée, le temps de reprendre ses esprits. Elle s’est ensuite levée et m’a embrassé. J’en ai profité pour la toucher un peu partout. Je lui ai caressé sa petite chatte bien humide et je lui ai mis un doigt dans le cul. Il est rentré tout seul. Nous nous sommes ensuite décollés. Je lui ai demandé :

  - C’était bien ?

  - Oh oui !

  - J’adore te voir comme ça...

  - Petit cochon va !

  - C’est toi qui dis ça ?

Nous sommes sortis de la cabine. En nous dirigeant vers les douches, nous avons croisé deux couples, dont un plus jeune que nous. Ils nous ont regardé avec un air coquin. Il faut dire que Julie était encore totalement nue. Nous nous sommes lavés rapidement, puis nous sommes allés dans les vestiaires. Il y avait un homme qui était en train de s’habiller pour partir lui aussi. Ma chérie a mis beaucoup de temps avant de remettre ses vêtements. Elle avait visiblement envie de s’exhiber encore un peu avant de partir. Quand enfin elle a enfilé ses talons, son string et sa robe (dans cet ordre), nous sommes partis.

Dans la voiture, nous avons échangé nos impressions. Nous avions tous les deux adoré, nous nous sommes dit que, de temps en temps, nous y retournerions. En plus de la voir prendre du plaisir avec d’autres hommes devant moi, j’avais aussi beaucoup aimé qu’elle se balade totalement nue (c’est d’ailleurs presque ce qui m’a le plus plu). Elle m’a dit que ça l’avait beaucoup excité de s’exhiber devant tous ces hommes qui la regardaient avec envie.

Sur la route, j’ai mis ma main sur sa cuisse pour la caresser. Evidemment, il n’a pas fallu longtemps pour que je dirige mes caresses vers son entrejambe. Je sentais la chaleur de sa petite chatte par-dessus son string. Elle l’a enlevé sans que j’ai besoin de le lui demander. Cette fois, mes doigts étaient directement en contact avec son sexe bien humide. J’avais vraiment très envie d’elle, à tel point que je ne pouvais pas attendre que l’on rentre chez nous. Comme nous étions sur des petites routes de campagne, je me suis arrêté près d’une forêt. Un regard a suffi pour qu’elle comprenne mon intention. Elle a remis son string, puis nous nous sommes enfoncés un peu dans la forêt. L’endroit semblait désert.

Là, nous nous sommes embrassés langoureusement. Ma chérie a enlevé sa robe. Je me suis ensuite accroupi pour lécher sa chatte qui s’était faite pénétrer par plusieurs queues un peu plus tôt. Cette idée m’excitait tellement que j’ai vite arrêté de la lécher. Je me suis déshabillé rapidement et j’ai fait entrer mon sexe en elle d’un trait. Julie était penchée contre un arbre et moi je lui faisais l’amour comme si ma vie en dépendait. Vu mon état d’excitation, je n’ai pas mis longtemps à jouir en elle. J’ai cru que jamais je n’allais m’arrêter d’éjaculer. Ma queue était encore raide comme du bois, j’ai continué mes va-et-vient, toujours à un rythme soutenu.

Après quelques minutes, ma femme a voulu changer de position. Elle s’est mise à quatre pattes. La vue de sa chatte pleine de sperme et de son petit trou m’a rendu fou. Avec mon gland, j’ai ramené un peu de mon sperme sur son anus. Elle a tourné la tête pour me dire :

  - Qu’est-ce que tu fais ?

Pour seule réponse, j’ai fait entrer lentement mon sexe dans son fondement. Elle a poussé un petit cri de surprise. Une fois que je l’ai senti prête, j’ai accéléré mes mouvements, ce qui l’a fait gémir de plus en plus. J’ai sodomisé Julie pendant un long moment. Ses gémissements se sont transformés en petits cris et couinements, qu’elle essayait néanmoins de contenir vu que nous étions dehors. Quand j’ai senti ma jouissance arriver, je l’ai prévenu. Elle m’a alors presque supplié :

  - Continue ! T’arrêtes pas !

J’ai continué mes va-et-vient alors que j’étais en train d’éjaculer en elle. D’un coup, elle a poussé un grand gémissement et j’ai senti son anus se contracter autour de ma queue. Elle s’est mise à avoir des spasmes et à trembler, comme un peu plus tôt au sauna. Quand ça s’est arrêté, elle s’est écroulée par terre. Elle était nue au milieu de la forêt, la chatte et le cul remplis de sperme. Je la regardais en m’essuyant la queue avec un mouchoir.

Je lui ai donné le paquet de mouchoirs en lui disant de se rhabiller. Elle s’est levée, nue, et elle a retiré les feuilles qu’elle avait dans les cheveux. Elle a remis son string et sa robe sans avoir utilisé les mouchoirs. Nous nous sommes embrassés langoureusement, puis nous sommes retournés à la voiture bras dessus bras dessous. Sur le chemin du retour, nous avons assez peu parlé. Une odeur de sexe flottait dans la voiture.

Quand nous sommes rentrés, nous sommes allés tous les deux directement dans la salle de bain. Quand Julie s’est déshabillée, la vision de son string souillé et plein de sperme m’a à nouveau excité. A peine sous la douche, nous avons fait l’amour encore une fois.

Le reste de la soirée a été beaucoup plus calme. Nous avons un peu parlé de notre journée une fois au lit. Chacun à notre façon, nous avions pris beaucoup de plaisir (ma chérie n’avait jaais joui autant de fois en une seule journée) et nous étions tous les deux d’accord pour retourner dans ce sauna prochainement.

Diffuse en direct !
Regarder son live