Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 6 383 fois
  • 35 J'aime
  • 0 Commentaire

sauvageone carole

Chapitre 1

Hétéro

Je connais Carole depuis presque 20a, nous avons débuté notre carrière professionnel dans les assurances en même temps et dans la même société, nous étions jeune, sortions beaucoup les week-end et nous avons eu une relation qui dura 6 mois, après nous sommes restés bon amis et toujours en contact.

J’ai vite progressé au sein de cette compagnie jusqu’à atteindre le poste de directeur régional adjoint, le directeur étant à ce jour mon beau père, eh oui je suis un homme marié et heureux père de famille de 2 enfants.

Il y a 5ans j’ai fait réembaucher Carole au service contentieux, elle a très vite fait l’unanimité par ses compétences et aussi par sa plastique, c’est une trés belle brune, type méditerranéen, père italien et mère corse.

Carole a même trouvé le bonheur au travail puisqu’elle est en ménage avec un collègue depuis 3ans, enfin ça c’est ce que je croyais avant qu’il ne se passe ce que je vais vous raconter.

Nous sommes au début du mois d’août, les effectifs sont réduits. Il est 19h Carole rentre dans mon bureau, elle vient s’asseoir sur le bord du bureau, et engage la conversation, l’ambiance est décontracté. On rigole ensemble, elle me chambre sur mon ascension social, sur ma secrétaire qui est une vielle fille de 56ans mais ultra-compétente etc etc...

J’ai l’avantage d’avoir un petit frigo dans mon bureau, aussi nous nous servons un verre à boire et trinquons à nos congés qui s’approchent.

Quand soudain Carole vient s’asseoir à cheval, surpris je lui demande ce qu’elle fait, elle me répond mi sérieuse mi déconneuse qu’elle a toujours rêvé de se taper un directeur.

je lui rappelle que je suis marié et qu’elle aussi est en couple.

"eh alors, moi j’en peu plu du bande mou. Touche ma chatte, tu va voir comme je suis toute mouillée"

"Non mais tu es folle ça va pas"

Assise sur moi Carole avait la jupe remontée très haut sur ses cuisses et je faisais fasse à son décolleté généreux, voyant que je ne réagissais pas elle saisit ma main pour venir la placer entre ses cuisses,je tenais à présent la fine dentelle de son string, elle était trempée.

Carole lâcha un gémissement et plaqua son buste contre moi,la tête sur mon épaule, je sentais sa respiration dans mon cou.

Ses mains s’étaient glissées entre nous et elle massait la bosse qui déformait mon pantalon, elle défit mon ceinturon, libéra tant bien que mal mon sexe et entama une branlette difficile.

Lorsque je quittais son clitoris, après lui avoir arraché une première jouissance, avec l’intention de la doigter, Carole immobilisa ma main,se releva, face à moi elle enleva son chemisier et son soutien-gorge, je fis descendre son string, elle remonta sa jupe à la taille, s’assit sur le bord du bureau, mains en appui, posa ses pieds sur les accoudoirs du fauteuil.

Et là qu’elle ne fut pas ma surprise de voir une ficelle sortir de sa chatte et disparaissant dans le sillon de ses fesses.

"C’est tes ragnagnas qui te mettent dans cette état? Putain tu m’excite et je ne vais même pas pouvoir te baiser. C’est vraiment pas sympa de jouer avec moi"

"dis pas de conneries, tire sur la ficelle et baise moi fort, j’en ai trop envie"

Tirant sur la ficelle et voyant que celle ci ne venait pas,Je suivais le cheminement de la ficelle dans le sillon de ses fesses,son extrémité formait une boucle qui était passée autour de la pierre bleu du plug métallique que Carole avait dans le cul.

Je regardais Carole plein d’étonnements, décidément elle était étonnante.

Je libérais la ficelle et tirais doucement dessus, je vis les lèvres de sa chatte s’ouvrirent libérant une à une les boules de geisha, Carole les yeux clos se caressait la poitrine, s’étirant et se pinçant les pointes. Je balançais les boules gluantes au dessus de son visage,tel une enfant avec la queue d’un mickey, bouche ouverte et langue tendue elle essayait de les saisir.

Je lui donnais accès à l’objet de ses désirs et alors qu’elle gobait ses boules, je m’introduisais en elle et la baisais énergiquement sur le bureau, renversant dossiers et stylos.

Les seins dans mes mains,tétons érigés vers le ciel, j’y allais de bon coeur, elle se retenait aux rebords du bureau, m’enjoignant d’y aller toujours plus fort, j’accentuais la pression de mes doigts sur ses seins en même temps que mes coups de boutoir.

Lorsque je me sentis sur le point de jouir je me retirais et libérais mon flot de sperme sur son ventre et poitrine poussant un gros râle de contentement.

Carole étala mon sperme sur sa poitrine, caressant ses seins et ses tétons qui avaient encore les stigmates de mes pincements.

Assis au fond de mon fauteuil, pantalon aux chevilles je demandais à Carole de se me présenter son cul, ce qu’elle fit de suite, s’écartant les fesses d’elle même.

"tu veux m’enculer?"

je ne répondis pas, mais je pris la pierre bleue qui ornait son anus et retirait doucement son plug,admirant sa rondelle s’ouvrir et se refermer doucement.

Je recommençais l’opération le temps nécessaire pour accompagner l’orgasme naissant de Carole qui mains entre les cuisses se masturbait.

Elle jouit pour une énième fois ce jours là.

à suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live