Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 186 fois
  • 113 J'aime
  • 25 Commentaires

Scandale au Journal Télévisé

Chapitre 1

Avec plusieurs femmes

Avant-propos : Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existées ne saurait être que fortuite et le résultat d’un hasard aberrant.



C’était un JT de soir du week-end comme un autre. Pourtant cela devait devenir le plus grand scandale de la TV française.


Les dix premières minutes se sont déroulées de manière normale. Claire C., brushing impeccable, dans un tailleur chic, égrenait les infos avec son sérieux habituel : d’abord les titres de l’actualité, puis les 2 premiers sujets.


C’est à la fin du deuxième reportage qu’une énorme surprise est apparue sur les écrans. Claire C. était toujours face à la caméra, mais elle n’était plus assise. Elle était penchée sur la table, s’appuyant sur ses avant-bras. Collé derrière elle, un homme lui donnait de grands coups de bassin. Même si les jambes de cet homme étaient cachées par la présentatrice et par le bureau, il n’y avait aucun doute : Claire C. était en train de se faire baiser la chatte en direct, pendant son journal télévisé !!!


Soudain, Claire vit le voyant de la caméra allumé et comprit qu’elle était à l’antenne. Très troublée, elle essaya de se dégager, mais l’homme continua à la tringler, les mains bien posées sur les hanches de la journaliste. Il avait un large sourire. Visiblement, il prenait son pied à ramoner la chatte de Claire. Désemparée, les joues rouges, elle fit une chose incroyable dans cette situation très embarrassante : elle se remit à lire son prompteur !


"En politique, le premier ministre Jean-Marc Ayr... Oh putain ouiiii ! c’est trop bon !!! Tu m’éclates la chatte !!! Pardon ! Le premier mi... Salop ! Elle est trop bonne ta queue !! Défonce-moi comme une pute !!!"


L’homme derrière elle la défonçait de plus en plus vite. On entendait le claquement de ses couilles sur les fesses de Claire. Elle avait de plus en plus de mal à lire son prompteur, secouée par les coups de bite de son amant et par les vagues de plaisir qui montaient en elle. Ses phrases étaient entrecoupées de soupirs de jouissance...


Soudain, il s’arrêta. On devinait derrière la présentatrice qu’il retirait sa bite. Puis, d’un coup, il la repénétra ! Claire poussa un grand cri rauque ! "Aaaaaaaaaaaahhhhhhhhhh ! Salop ! Non ! Il m’encule !!! Nooon !"


Dans un dernier effort, elle essaya de reprendre sa lecture. "Et mmmmm ! maintenant aaaah ! la page des sports de ce ooohh journal... Oh putain, j’abandonne ! Quel pied ! Je te donne la médaille d’or des coups de bite !!! Tu me fais mouiller du cul, salop !!! Il t’excite hein, mon cul de bourgeoise !!! Défonce-le, il est à toi !!! Bourre-moi l’anus comme une chienne ! Ahhhhhhhhh !!!!!!"


A ce moment, la diffusion s’interrompit. L’écran resta noir une bonne minute, puis une page de pub apparut. Le JT ne reprit pas et on passa aux émissions de la soirée.


Ce fut un scandale monstre. Les réseaux sociaux furent pris d’assaut. Ceux qui avaient aimé s’affrontaient à ceux qui trouvaient ça honteux. Des débats sans fin se faisaient également sur les radios et les chaînes de télévision : était-ce le signe affreux d’une société décadente ou un acte de femme libre de son corps ? Les vidéos de la scène tournaient en boucle sur Internet. Des millions d’hommes s’étaient branlés en même temps devant le JT. Des couples se sont déchirés : des pères de famille, trop excités, avaient sorti leur bite devant le regard horrifié de leur femme et s’étaient mis à gicler sur le bel écran plat 40’’ du salon !!! Bref, tout le monde ne parlait que de ça.


Le week-end suivant, tout le monde était devant son poste pour le journal télévisé, la plupart croyant que Claire C. avait été virée et serait remplacée. Mais c’est bien Claire qui a présenté le JT. Très calme, digne, ne laissant rien paraître, elle fit tout le journal, sans la moindre allusion à l’incident de la semaine précédente. Elle fit de même pour toutes les éditions du week-end. Les gens étaient stupéfaits. Pourquoi était-elle toujours là ? Et surtout pourquoi aucune explication ? Les gens se révoltaient, écrivaient aux journaux, aux chaîne de télévision, exigeaient la fin de ce black-out : ils voulaient savoir.


Devant ses réactions, Claire C. accepta une seule émission, "Il est temps de dormir" de Laurent R., en prévenant à l’avance qu’elle ne reviendrait plus ensuite sur cet événement.


Claire vint, habillée dans un col roulé, sobre mais qui la mettait bien en valeur. Laurent R. commença l’interview en repassant la scène embarrassante. Certaines parties de l’image étaient floutées hypocritement, même si aucun sexe n’avait été visible pendant le JT. Mais la situation était tellement excitante, les sons et les paroles de Claire tellement bandants, que bien des hommes ont regardé l’émission de Laurent R. la bite à la main !


Devant les images, Claire gardait un calme olympien. A la fin de la vidéo de cette scène, Laurent R. lui demanda : "Comment ce dérapage en direct a pu vous arriver, vous, une si grande professionnelle ?" Elle répondit dans un léger sourire : "Je crois que c’est parce que j’aime la bite, mon cher Laurent, tout simplement."


Il posa des questions, on apprit notamment que l’homme était un de ses assistants du JT. Puis, toujours BCBG, Claire lui dit sur le ton de la confidence : "Vous savez mon cher Laurent, effectivement là j’ai un peu dérapé. D’habitude, je me contente pendant le JT de me faire lécher la chatte par un assistant, sous le bureau. Cela fait des années que je le fais, aucun téléspectateur ne s’était jamais aperçu de rien. Mais là, c’était un nouvel assistant et cette situation l’excitait tellement qu’il avait sorti sa queue. Quand j’ai vu pendant un reportage sa bite si grosse et si dure, je n’ai pas pu m’empêcher de le sortir de sous le bureau, de le placer derrière moi et de lui demander de me baiser... On ne le voit pas sur les images, mais sa bite est vraiment énorme, vous savez..."


Laurent R. était visiblement estomaqué. Il répétait "Incroyable ! Incroyable !" Puis, il se reprit et dit : "Chère Claire, j’ai une dernière question, celle que se posent également des millions de téléspectateurs. Que s’est-il passé après la coupure des images ?"


Gardant son air distingué, Claire répondit : "En fait, une personne de la direction est descendue en régie et a coupé le signal. Il hurlait de rage, mais personne ne l’écoutait, les techniciens étaient tous sur le plateau à se branler devant nous. Quand soudain mon baiseur a retiré sa queue de mon cul et a éjaculé ! Quels jets ! Je n’avais jamais vu ça ! J’en avais plein mes fesses, mon dos, mes cheveux. Il y en avait même sur le bureau. Voir cette magnifique éjaculation a encore plus excité les techniciens qui ont commencé à se rapprocher... Ai-je besoin d’en dire plus, cher Laurent ?"


Laurent R., transpirant à grosses gouttes : "Je vous en prie, Claire, finissez l’histoire !"


Claire : "D’accord, Laurent ! Comme vous pouvez vous en douter, ils étaient tous très excités, certains ont commencé à me caresser les fesses, à passer leur membre sur mon visage... Au début, je ne voulais pas, j’étais trop épuisée par mon rapport... et puis, un technicien plus hardi que les autres m’a caressé le clito, puis a pénétré ma chatte... alors cela m’a à nouveau excitée. J’ai sucé, massé, branlé les bites tendues devant moi... je ne savais plus où donner de la tête et de la chatte... Ils ont fini par tous jouir sur moi. J’étais couverte de sperme, le maquillage complètement refait, mais quel pied j’ai pris ! Je frémis rien que d’y penser !"


Laurent : "Mais le plus surprenant, c’est que vous n’avez pas été virée !"


Claire : "Effectivement. La personne de la direction venue sur le plateau m’a menacée de me virer, mais j’ai vu une belle bosse au niveau de son pantalon. Le spectacle l’avait très excité. Alors j’ai ouvert sa braguette et je l’ai... disons soulagé, cher Laurent... Je me suis ensuite livrée à quelques fellations et parties de baise à l’étage de la direction pour me faire pardonner, ce qui fut très agréable. Et quand la direction a vu les chiffres de l’Audimat de ce JT et des suivants, j’ai été réintégrée."


Laurent : "Formidable ! Et est-ce que cela veut dire que nous verrons d’autres JT... spéciaux ?"


Claire : "Non, ce ne serait pas raisonnable. Mais d’un autre côté, je me sens parfois tellement salope que je ne peux pas tout à fait l’exclure..."


Diffuse en direct !
Regarder son live